background preloader

Quel avenir pour les boutiques 3.0 ? - TRIBUNE

Quel avenir pour les boutiques 3.0 ? - TRIBUNE
Aux Etats-Unis, 45,9% des consommateurs en ligne se rendent dans des magasins physiques pour comparer des produits avant de les acheter sur le Web (étude ClickIQ). Confrontés à un « smart » consommateur équipé d’une armada d’applications leur permettant de comparer les prix, les magasins sont réduits à de simples showrooms, au profit des leaders de la vente en ligne Amazon ou eBay. Une menace que les détaillants prennent très au sérieux. Best Buy, en pleine chute des ventes, a remplacé les codes barres de ses produits par des codes barres personnalisés pour éviter que les produits puissent être scannés et comparés en ligne. Mais cette nouvelle tendance n’est pas une chronique du déclin inéluctable des distributeurs traditionnels : elle est symptomatique d’une profonde mutation. O2O : online-to-offline, ou comment mettre le digital au service de la vente en magasin. Les enseignes américaines de la grande distribution contre-attaquent, avec en tête les géants Macy’s, Walmart ou Sears. Related:  comportement du consommateur

Création site Internet et référencement : Blog SEO agence web AXENET Qui va inventer le magasin idéal? Peu de nouveaux concepts mais une dynamique forte. De l'avis général, les démarches adoptées par les entreprises de réseaux sur leurs points de vente n'ont rien de révolutionnaire mais elles s'inscrivent toutes dans ce qu'il est convenu d'appeler les « nouveaux modes de consommation ». La versatilité du consommateur, sa propension à faire du shopping un plaisir et à rechercher au plus près de chez lui ce qu'il ne peut pas obtenir de chez lui, au meilleur rapport qualité-prix : autant de modes à maîtriser. Et de discours à tenir. Ce qui fait du point de vente un enjeu hautement stratégique. Il y a encore peu, les chaînes de magasins étaient surtout préoccupées par des objectifs de rationalisation et de rentabilité. Le déclic est venu... du clic. Après avoir soigné leur image, les entreprises s'appliquent donc aujourd'hui à réintégrer les consommateurs dans leur approche du marché. Transparence : dire ce que l'on fait et le montrer Ce souci de lisibilité inspire aussi les discounteurs.

Les 5 Tendances Marketing de 2013 pour Séduire vos Consommateurs 2012 fut l’année de la fin du monde. L’apocalypse était au cœur de tous les débats, de toutes les campagnes de publicité aussi. Après avoir surfé sur ce phénomène pendant plus d’un an, il est temps pour les marques de se réinventer pour séduire les consommateurs toujours plus stimulés. Voici donc les 5 tendances marketing qui nous attendent en 2013. 1. Le tournant du numérique avec l’essor du e-commerce a été bien négocié par la plupart des acteurs de la vente. Il reste cependant complexe de se démarquer au milieu des nombreux acteurs de la vente en ligne. Ainsi, l’année dernière, à Séoul, la chaîne de supermarché HomePlus, a investi le métro pour proposer un supermarché complètement virtuel. 2. Les marques ont également un grand intérêt à développer de nouvelles manières de shopper. Ainsi, l’année 2013 devrait être marquée par de nombreuses innovations sur les lieux de ventes pour faire du shopping physique une expérience nouvelle et attrayante. 3. 4. 5. Catégorie: E-marketing

Bien comprendre le SoLoMo | Promo Autour De Moi (PADMI) C’est dans l’air du temps, on en parle de plus en plus. SoLoMo par ci, SoLoMo par là. Mais au final, qu’est-ce que c’est ? Le SoLoMo, nous l’avions déjà abordé dans cet article. Il s’agit de l’acronyme de Social Local Mobile, qui mélange le surf sur mobile, la géolocalisation et des interactions avec son réseau social. On peut alors se demander qu’est-ce qu’un SoLoMo Shopper ? A en voir les tendances du marché, les usages des consommateurs ont évolués et considérablement changés. L’interaction est essentielle et permet bien évidemment de fédérer une communauté autour de la marque, ou d’un quartier. En conclusion, le SoLoMo est devenu le maitre mot d’une campagne de communication réussie sur le web 3.0 … il faut donc lier l’approche virtuelle (site internet, applications,…) avec une offre de proximité (aller chercher son bien ou service directement chez le commerçant).

Le nouvel esprit de la consommation - Eric Fouquier Revue des marques : numéro 75 - juillet 2011 L'ère du matérialisme et du consumérisme est close. Une nouvelle ère s'ouvre qui hésite entre l'hyperconsommation citoyenne et le décrochage total. Avec, entre ces deux extrêmes, d'autres choix. Eric Fouquier Eric Fouquier Lors d'une allocution publique, en mars 2011, le gouverneur de Tokyo, M. On peut résister à l'invasion d'une armée mais pas à celle d'une idée dont le temps est venu - Victor Hugo Japon : retour à la sobriété Le Japon a connu de 1970 à 1990, plus fortement que tout autre, le productivisme et son corollaire, le consumérisme, tous deux à forte intensité. Aux années de bulle a succédé la lost décade, actualisée dernièrement et avec raison en lost two decades et bientôt peut-être en lost three decades. Qu'est-ce que le luxe pour vous ? Le phénomène n'est pas passé inaperçu. Ailleurs : extention du post-matérialisme En dix ans une nouvelle mentalité de consommation a donc émergé et n'est plus contestée. Histoire d'une idée Scénario 4.

Intégrer votre ecommerce dans votre gestion. Comment intégrer une activité e-commerce dans une activiét commercilae Classique ? L’environnement : Le e-marchant gère un ou plusieurs sites de vente en ligne. Une de ses tâches consiste en l’animation de ses sites de vente. Comme tout commerçant, l’animateur d’un site ecommerce a besoin d’outils pour gèrer son activité. Solution ERP/CRM proposée par Tiaris Tiaris s’est spécialisé dans la mise en place de solutions intégrées de gestion pour les commerçants de l’internet. Intégrer votre activité ecommerce dans un ERP/CRM Traiter les commandes reçues des clients, les expédier sera pris en charge par l’ERP de la même manière pour toute les commandes clients, qu’elles soient issues d’un site de vente en ligne ou non. Gérer les prix d’achats, de vente, intégrer les nouveaux produits à vendre dans votre entreprise, mettre un produiut en vente sur un site ecommerce, sont des fonctions classiques qui peuvent se réaliser directement depuis votre outil de gestion, Pour plus d’infos

Shop Innovation : et si le futur c'était déjà aujourd'hui ? À quoi ressemblera le commerce du futur ? La distribution traditionnelle tentera entre autres d'associer le point de vente physique, l'e-commerce et le m-commerce. Cette question du cross-commerce a fait l'objet des rencontres de la seconde édition des salons Shop Innovation et e-shop Innovation qui se tiennent jusqu'au 4 avril à Paris. Deux jours pour partager les meilleures pratiques et exposer les dernières innovations qui perment aux enseignes de mieux appréhender la synergie des canaux de vente, et de répondre aux nouveaux usages des consommateurs. Le "phygital" commerce Pas de doute, le point de vente de demain se veut connecté. Dans cette tendance du commerce multi-canal, le téléphone mobile n'est pas en reste, et apparait comme un enjeu primordial pour le monde de la distribution, que ce soit au niveau du paiement, de la fidélisation ou de la connaissance client. Un monde d'hypersolutions est-il souhaitable ? Aller plus loin avec notre dossier thématique sur le Digital commerce

Le commerce 2.0 ou l'évaporation des frontières entre magasin physique et virtuel Maintenant que le commerce digital est omniprésent, les consommateurs attendent des marques qu'elles soient plus attentives et plus conciliantes. IBM y apporte une réponse avec Smarter Commerce, une solution intégrée qui doit permettre aux marques de passer au Commerce 2.0. IBM a créé un nouvel écosystème et une infrastructure d'e-commerce appelés Smarter Commerce. Cette initiative permet aux entreprises technologiques de développer logiciels et matériels pour les clients qui proposent les composantes de commerce traditionnel et d'e-commerce : « mobilité, sociabilité, analyses et cloud computing et magasins en briques ». Commerce 2.0 : centré sur le client et indépendant de la plateforme Smarter Commerce est optimisé pour Commerce 2.0., qui fait référence aux nouvelles façons de faire du commerce : moins dépendant de la plateforme et plus réactif vis-à-vis des clients. Donner la priorité aux chiffres et à la réactivité pour venir en aide aux marques

10 points pour améliorer son expérience client et la fidélisation Nous l’avons vu, la fidélisation est un travail quotidien pour les entreprises. Créer de l’attachement à une marque et ses produits prend du temps et nécessite d’être centré sur les attentes de ses clients en permanence. Aujourd’hui, nous allons aborder l’expérience client. Globalement, je définirais l’expérience client comme étant l’ensemble des moments (émotions, sentiments) qu’il vit dans son parcours avec une société : de la prospection à la consommation régulière des produits et services proposés. Cette expérience est basée sur un élément fondamental : ses attentes et la façon dont vous aller y répondre ou les dépasser. On comprend rapidement que plus la connaissance client est importante dans une société, plus l’expérience client a des chances d’être bonne voir excellente et sa fidélité plus forte. L’expérience client est une composante majeure de la fidélisation : la concurrence est importante, les clients sont exigeants et volatiles, au moindre écart vous risquez de les perdre.

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs D’après une étude du CREDOC [1], en 2008, le niveau du moral des Français est à un niveau extrêmement bas, à cause du contexte économique certes, mais également à cause de la perception erronée de la baisse de leur pouvoir d’achat. 2.

La vente à distance par la Redoute | Pachamarket La Redoute est l’une des entreprises spécialisées dans la vente à distance depuis très longtemps et, grâce au e-commerce, elle a récemment pris la place de n° 1, devant E-bay et Priceminister, avec douze millions de visiteurs au mois de septembre 2011. Quels sont les secrets du succès de la mythique entreprise roubaisienne ? De la vente à distance à l’e-commerce La Redoute est une entreprise créée au 19ème siècle, spécialiste de la filature de la laine. La Redoute aujourd’hui Aujourd’hui, La Redoute est donc le n° 1 de la vente par correspondance et sa gamme de produits dépasse largement le prêt-à-porter. Image: Alexandra Karamyshev – FotoliaSimilar Posts:

Le futur du retail au salon Shop Innovation 21 #shop2013 Quel est l’avenir du retail et du e-retail ? Le salon du point de vente du futur qui se déroule à Paris, Porte de Versailles, ces jours-ci (le 3 et le 4 avril) présente les nouvelles tendances de la distribution basées sur une totale fusion des points de vente online et offline. Les organisateurs de ShopInnovation 21 ouvrent cette rencontre entre professionnels en prononçant ce que pourrait être le tagline de ce rendez-vous « Traverser le pont » ou « Crossing the bridge ». L’évolution des nouvelles technologies et l’accès des consommateurs à celles-ci ont changé la mise en scène de la consommation. Après des périodes inquiétantes pour le retail et le triomphe du canal de vente digital, ils ont appris l’un de l’autre jusqu’au point de trouver des synergies entre eux. La période de défiance est révolue et un pont s’est construit entre le retail et le e-retail. Les vitrines extrêmement attrayantes de Comactive Le pop up store connecté Des sols intéractifs Des expériences co-branding

Marques et distributeurs à la conquête du cross shopper Carrefour City, Monoprix : le Drive urbain progresse à grands pas Le nombre de Drive a franchi le mois dernier le cap symbolique des 1 000 implantations en France. La progression est impressionnante : début 2011, on ne comptait que 350 Drive dans l’Hexagone. Commander en ligne et retirer ses courses dans un magasin, le concept séduit les consommateurs et gagne aujourd’hui les centres-villes. Le terme de Drive n’est d’ailleurs plus approprié : place au Walk-in. On ne vient plus récupérer ses commandes en voiture, mais à pied. C’est ce que propose notamment le nouveau magasin Carrefour City, installé dans la gare Saint-Lazare. De son côté, Monoprix expérimente le Drive dans l’un de ses magasins, à Chaville dans les Hauts-de-Seine. Plus d’infos Le Furet du Retail Click and collect, le service qui réconcilie e-commerce et magasins Les ventes en magasins influencées par internet représenteraient trois fois le montant des ventes en e-commerce. Le Furet du Retail et Le Journal du net Le Figaro Vidéo

Comment intéresser les clients dans un monde d’hyperconsommation Le marketing a été théorisé dans le courant des années 1960, mais en fait a commencé vers 1880 avec l’apparition de la production de masse de marchandises de grande qualité et une baisse des prix. On invente alors le packaging et l’individualisation du produit, au lieu de la vente en vrac. Sont également créées de grandes marques qui lancent les premières campagnes nationales de publicité. On assiste à l’émergence du consommateur moderne, qui achète le produit sans l’intermédiaire obligé d’un vendeur (vente en libre-service) et juge l’article d’après la marque. Aujourd’hui nous sommes dans un monde d’hyperconsommation et l’on voit se développer le multi-équipement des ménages. On observe la montée d’une consommation émotionnelle, expérientielle. Enfin il n’y a plus de normes ou de volontés qui s’opposent à la satisfaction des besoins. Dans toutes les sphères de la vie s’imposent les principes du libre-service et le calcul individuel des coûts et bénéfices.

Related:  Futurs de la distribution