background preloader

Quel avenir pour les boutiques 3.0 ? - TRIBUNE

Quel avenir pour les boutiques 3.0 ? - TRIBUNE
Aux Etats-Unis, 45,9% des consommateurs en ligne se rendent dans des magasins physiques pour comparer des produits avant de les acheter sur le Web (étude ClickIQ). Confrontés à un « smart » consommateur équipé d’une armada d’applications leur permettant de comparer les prix, les magasins sont réduits à de simples showrooms, au profit des leaders de la vente en ligne Amazon ou eBay. Une menace que les détaillants prennent très au sérieux. Best Buy, en pleine chute des ventes, a remplacé les codes barres de ses produits par des codes barres personnalisés pour éviter que les produits puissent être scannés et comparés en ligne. Mais cette nouvelle tendance n’est pas une chronique du déclin inéluctable des distributeurs traditionnels : elle est symptomatique d’une profonde mutation. O2O : online-to-offline, ou comment mettre le digital au service de la vente en magasin. Les enseignes américaines de la grande distribution contre-attaquent, avec en tête les géants Macy’s, Walmart ou Sears. Related:  comportement du consommateur

Bien comprendre le SoLoMo | Promo Autour De Moi (PADMI) C’est dans l’air du temps, on en parle de plus en plus. SoLoMo par ci, SoLoMo par là. Mais au final, qu’est-ce que c’est ? Le SoLoMo, nous l’avions déjà abordé dans cet article. Il s’agit de l’acronyme de Social Local Mobile, qui mélange le surf sur mobile, la géolocalisation et des interactions avec son réseau social. On peut alors se demander qu’est-ce qu’un SoLoMo Shopper ? A en voir les tendances du marché, les usages des consommateurs ont évolués et considérablement changés. L’interaction est essentielle et permet bien évidemment de fédérer une communauté autour de la marque, ou d’un quartier. En conclusion, le SoLoMo est devenu le maitre mot d’une campagne de communication réussie sur le web 3.0 … il faut donc lier l’approche virtuelle (site internet, applications,…) avec une offre de proximité (aller chercher son bien ou service directement chez le commerçant).

Le nouvel esprit de la consommation - Eric Fouquier Revue des marques : numéro 75 - juillet 2011 L'ère du matérialisme et du consumérisme est close. Une nouvelle ère s'ouvre qui hésite entre l'hyperconsommation citoyenne et le décrochage total. Avec, entre ces deux extrêmes, d'autres choix. Eric Fouquier Eric Fouquier Lors d'une allocution publique, en mars 2011, le gouverneur de Tokyo, M. On peut résister à l'invasion d'une armée mais pas à celle d'une idée dont le temps est venu - Victor Hugo Japon : retour à la sobriété Le Japon a connu de 1970 à 1990, plus fortement que tout autre, le productivisme et son corollaire, le consumérisme, tous deux à forte intensité. Aux années de bulle a succédé la lost décade, actualisée dernièrement et avec raison en lost two decades et bientôt peut-être en lost three decades. Qu'est-ce que le luxe pour vous ? Le phénomène n'est pas passé inaperçu. Ailleurs : extention du post-matérialisme En dix ans une nouvelle mentalité de consommation a donc émergé et n'est plus contestée. Histoire d'une idée Scénario 4.

SourceMap, le wiki qui simplifie la conception des produits Vous êtes vous déjà interrogés sur la provenance des choses ? Sur les origines des ingrédients de votre barre chocolatée ? Sur la provenance des composants utilisés dans la fabrication de votre téléphone ? Car si le sujet est en vogue, les scandales liés au travail des enfants ou les conditions de production douteuses incitent à la transparence. Pour y voir plus clair, j'ai eu l'occasion de m'entretenir cette semaine avec Leonardo Bonanni, fondateur de SourceMap, une base de données collaborative développée au Média Lab du MIT (Boston, Etats-Unis) qui vous permet de visualiser sur une carte du monde l’ensemble des pays concernés par la production d’un bien. Géolocaliser l'origine des biens Prenons une pâte à tartiner bien connue par exemple. Si je prends maintenant une paire de baskets d'une autre marque bien connue, j'arrive à visualiser les lieux où sont manufacturés les produits, ceux où ils sont distribués, et ceux où ils sont imaginés. La naissance d'une industrie de niche

10 points pour améliorer son expérience client et la fidélisation Nous l’avons vu, la fidélisation est un travail quotidien pour les entreprises. Créer de l’attachement à une marque et ses produits prend du temps et nécessite d’être centré sur les attentes de ses clients en permanence. Aujourd’hui, nous allons aborder l’expérience client. Globalement, je définirais l’expérience client comme étant l’ensemble des moments (émotions, sentiments) qu’il vit dans son parcours avec une société : de la prospection à la consommation régulière des produits et services proposés. Cette expérience est basée sur un élément fondamental : ses attentes et la façon dont vous aller y répondre ou les dépasser. On comprend rapidement que plus la connaissance client est importante dans une société, plus l’expérience client a des chances d’être bonne voir excellente et sa fidélité plus forte. L’expérience client est une composante majeure de la fidélisation : la concurrence est importante, les clients sont exigeants et volatiles, au moindre écart vous risquez de les perdre.

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs D’après une étude du CREDOC [1], en 2008, le niveau du moral des Français est à un niveau extrêmement bas, à cause du contexte économique certes, mais également à cause de la perception erronée de la baisse de leur pouvoir d’achat. 2.

Is Whole Foods A Viable Model For The Future Of Capitalism? Stacked against the expediency of most American commerce, Whole Foods is a stand-out: It rewards its employees reasonably, emphasizes their autonomy and creativity, pays its execs at non-plutocratic multiples, sets standards for animal welfare, gives a leg-up to artisan producers, has strong environmental commitments, uses 100% renewable power. And so forth. It is also profitable. Last year, Whole Foods had sales of $11.7 billion, and income of $744 million. Is it a model for the future of capitalism? John Mackey, who founded the supermarket in the late '70s, thinks so. "Businesspeople have allowed the ethical basis of free-enterprise capitalism to be hijacked intellectually by economists and critics who have foisted on it a narrow, self-serving, and inaccurate identity devoid of inherent ethical justification," the authors say. The thing is, a lot of what Mackey and Sisodia say is quite old hat, by now. But more seriously, there’s a question of how practical the blueprint is.

Comment intéresser les clients dans un monde d’hyperconsommation Le marketing a été théorisé dans le courant des années 1960, mais en fait a commencé vers 1880 avec l’apparition de la production de masse de marchandises de grande qualité et une baisse des prix. On invente alors le packaging et l’individualisation du produit, au lieu de la vente en vrac. Sont également créées de grandes marques qui lancent les premières campagnes nationales de publicité. On assiste à l’émergence du consommateur moderne, qui achète le produit sans l’intermédiaire obligé d’un vendeur (vente en libre-service) et juge l’article d’après la marque. Aujourd’hui nous sommes dans un monde d’hyperconsommation et l’on voit se développer le multi-équipement des ménages. On observe la montée d’une consommation émotionnelle, expérientielle. Enfin il n’y a plus de normes ou de volontés qui s’opposent à la satisfaction des besoins. Dans toutes les sphères de la vie s’imposent les principes du libre-service et le calcul individuel des coûts et bénéfices.

Comment la crise a durablement bouleversé nos habitudes de consommation Durabilité, proximité et responsabilité, telles pourraient être les valeurs-clés de la consommation dans les années à venir. Et les consommateurs de demain seront un peu plus âgés, plus connectés et plus rationnels d'après les conclusions d'analystes réunis fin novembre par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). En somme, nous irions vers une accentuation des tendances apparues depuis 2008. Voici une explication chronologique de ce phénomène. 1960-2008, ou "l'existentialisme du panier à courses" Sur la période allant des années 1960 à 2008, la consommation de cessait de croître à mesure que les revenus augmentaient. 2008, le difficile réveil En 2008, coup de tonnerre sur la planète consommation. Elles vont de pair avec la prise de conscience écologique et se traduisent par un regain de l'intérêt pour les produits locaux, le "made in France". 2009-2017, proximité, système D

Rue des Terroirs Les légumes de Terroirs d'Avenir Avis aux Parisiens friands de saveurs vraies : ruez-vous rue du Nil, où Terroirs d’Avenir a ouvert trois boutiques hautes en goûts et en couleurs. Mes amis bloggeurs/euses en ont déjà parlé, mon confrère JP Géné les a dûment célébrés dans sa chronique hebdo, et j’avais anticipé leur inauguration d’un mois ou deux dans un papier sur les épiceries en ville. Je les ai rencontrés la première fois lors d’un marché éphémère au 104, où ils proposaient des coucous de Rennes juteux, des vrais choux de Pontoise, des navets de Pardailhan croquants et sucrés, des lentilles blondes de Saint-Flour… Ils étaient timides et souriants, les mains pleines de terre, prêts à vous faire goûter tout leur étal. Alexandre Drouard et Samuel Nahon sur la rue du Nil C’est pourtant là le pari d’Alexandre (fils d’Alain Drouard, historien de la gastronomie et de l’alimentation) et de son associé Samuel. Certes on pouvait leur reprocher, jusqu’ici, une forme d’élitisme. Les prix?

SoLoMo : Nouvelle arme de fidélisation massive ? || Brand-Shopper || Post store SoLoMo, acronyme apparu fin 2011 pour définir la convergence entre réseaux sociaux, géolocalisation et nouveaux usages du mobile a été présenté comme l’une des grandes tendances pour l’année 2012. Qu’en est-il aujourd’hui ? Ce concept est-il un simple levier de communication évènementielle ou a-t-il le potentiel pour devenir une un outil durable de marketing relationnel ? Retour sur quelques dispositifs emblématiques … Orange a expérimenté la communication SoLoMo en organisant cet été son premier concours de « check-in » sur Foursquare. Un dispositif SoLoMo complet : relais de l’opération sur les réseaux sociaux, choix de Foursquare (réseau social pionnier de la géolocalisation) et déploiement mobile sur Smartphone. Variante de ce dispositif : Coca-Cola organise une opération évènementielle fondée sur un jeu exploitant l’application Foursquare. The Coke Machine Fairy from Will Miles on Vimeo. Enfin le célèbre VADiste La Redoute se lance dans le SoLoMo avec un dispositif de social gaming.

Vers une consommation sur mesure Le dernier observatoire des tendances émergeantes d'Ipsos, Trend Observer 2010-2011 (*), dresse un constat intéressant sur l'évolution des modes de consommation des Français depuis la crise économique. Mieux consommer, c'est moins consommer, uniquement en fonction de ses besoins. Les Français semblent être entré dans l'ère de la consommation ajustée. En effet, 71% d'entre eux se sentent coupables à l'idée de gaspiller des produits achetés. Trouver le bon équilibre semble être la clé du problème. À savoir ajuster le prix, les produits et l'espace aux besoins. Ensuite, ajuster les produits à cette tendance de la personnalisation. Enfin, ajuster l'espace grâce à la géolocalisation et aux téléphones intelligents. Dans cette course à l'optimisation, Rémy Oudghiri, directeur du département corporate & tendances Ipsos public Affairs, met en garde contre «le risque de disparition du flou et de l'imprévu».

Agriculture online: le mobile au coeur de la productivité (2/3) La 50ème édition du salon de l’agriculture a ouvert ses portes le samedi 23 février. Durant deux semaines, près de 700 000 visiteurs se presseront dans les allées du salon pour y faire le tour des exposants. Loin du cliché de l’homme coupé de la civilisation, les agriculteurs sont aujourd’hui ultra connectés… Réseaux sociaux, applications mobiles, objets techno… FrenchWeb fait le point sur la place du numérique dans l’agriculture. Les producteurs n’ont pas le temps de rester derrière leur ordinateur pour consulter le prix des grains, les prévisions météo, leurs courriels ou encore le registre de champs. C’est ce qu’explique Peter Gredig, producteur de grandes cultures dans le sud-ouest de l’Ontario et cofondateur d’AgNition, une société spécialisée dans le développement d’applications mobiles pour l’agriculture: «Comme dans n’importe quel secteur d’affaires, le temps est la ressource la plus limitée.

13 exemples de marketing sensoriel réussi et raté Dans le prolongement de l’article d’hier sur le brand content, je vous propose aujourd’hui un article sur le marketing sensoriel avec 13 exemples différents. Marketing sensoriel quésaco? Qu’est ce que le marketing sensoriel ou expérientiel ? Il s’agit d’une nouvelle approche du marketing qui engage le consommateur dans une démarche positive, permettant d’établir un lien durable avec la marque au travers d’une expérience sensorielle unique. Quelques chiffres peuvent illustrer l’effet des émotions sur le comportement des consommateurs: Source : Jack Morton, Survey 2006 Cette pratique du marketing est majoritairement utilisée pour le BtoC, dans les flagships et magasins éphémères afin de créer une valeur ajoutée. Quels sont les avantages du marketing expérientiel? Marketing sensoriel BtoC Abercrombie & Fitch est un symbole de la pratique du marketing expérientiel, la marque de prêt-à-porter utilise 4 sens afin de créer une expérience de consommation qui reflète son image de marque.

La société de consommation. « Questions Economiques mythe, illusion, réalité. En 2009, durant la récession, la dépense de consommation des ménages résiste. Elle continue de progresser, à un rythme toutefois modeste (+0,6%). La consommation peut se définir comme « l’action de consommer »1. En effet, la consommation constitue depuis longtemps la colonne vertébrale de nos sociétés. Après 1945, apparaît de nouveaux rapports aux choses et au temps, à soi et aux autres. La société de consommation basée sur les supermarchés et la publicité, sur l’automobile et la télévision s’est transformée depuis 20 ans en une société d’hyperconsommation. La consommation est un phénomène mondial, c’est le nouvel analyseur des stratifications sociales. Quelles sont les répercutions, dans la société, de tous ces changements sur l’organisation, le fonctionnement et le rôle des institutions sociales? La société de consommation s’est progressivement transformée en une société d’hyperconsommation (I). I- Consommation, place prépondérante dans la société moderne.

Related: