background preloader

Les tests de mémoire dans la maladie d'Alzheimer

Les tests de mémoire dans la maladie d'Alzheimer
Avril 2014 Les tests d'évaluation cognitive, plus communément appelés , tests de mémoire, sont indispensables pour repérer et diagnostiquer la maladie d'Alzheimer Ces tests permettent d'évaluer différentes fonctions cognitives parmi lesquelles la mémoire, le langage, les praxies, et l'attention. Le Mini-Mental State Examination(MMS) ou Test de Folstein Ce test de référence est pratiqué lorsqu'on suspecte une démence ou pour permettre de suivre l'évolution de la maladie. Ce test recommandé par la HAS, explore l'orientation temporo-spatiale, l'apprentissage, la mémoire, l'attention, le calcul, le raisonnement, le langage et les praxies constructives Il dure 15 minutes environ. Orientation dans le temps Quelques questions sont posées afin d'apprécier le fonctionnement de la mémoire. Orientation dans l'espace Endroit où nous nous trouvons Quel est le nom de l'hôpital où nous sommes ? Apprentissage 3 mots à faire répéter au patient qui doit essayer de les retenir. Attention et calcul Les résultats Related:  La Mémoire

Psychomotricité : Les concepts fondamentaux - Eléments théoriques Première année Sections « Le temps est un enfant qui joue au tric-trac » Mots clés Temporalisation, expérience, mouvement, corps, langage, perception, mémoire 7.1 Introduction L’expérience du temps constitue un des problèmes majeurs de la réflexion contemporaine car la conception que l’on peut projeter du temps se montre indissociable de son expérience concrète. Si nous nous demandons en quelles expériences nous construisons concrètement l’épreuve du temps et comment celui-ci se fixe dans notre mémoire, nous sommes conviés à nous interroger sur la corporéité du temps et sur le praxis de la parole. 7.2 Matérialité et non-matérialité de la mémoire Il y a bien longtemps, dans certaines provinces françaises, on avait coutume, après le partage d’un héritage, de conduire les enfants devant les nouvelles bornes installées entre les champs, et de les gifler pour fixer à jamais cet emplacement dans leur souvenir. L’éprouvé corporel rendait alors compte de certaines valeurs essentielles... 7.3 Conscience et mémoire

Comment le stress peut affecter la mémoire Publicité Le cortex préfrontal, situé juste au-dessus des yeux, est nécessaire pour les processus d’ordre supérieur du cerveau, y compris la planification et la mémoire à court terme. On sait que le stress empêche la fonction préfrontale cognitive, un concept appuyé par toute personne ayant eu une journée difficile au travail. Article écrit le 0000-00-00 par auteurSource: source Accéder à la source En savoir plus “Protein Kinase C Overactivity Impairs Prefrontal Cortical Regulation of Working Memory,” par S.G.

Les 7 clés de la mémoire Comment retenir ? Comment mémoriser son cours en vue des examens ? Comment retenir des listes de chiffres ou de noms ? Au-delà des techniques mnémotechniques – que j’aborderai dans d’autres billets – il y a quelques principes à pratiquer d’urgence pour favoriser une bonne mémoire. Comment entretenir sa mémoire ? En parallèle à la méthode en 5 étapes pour étudier, que je décris dans d’autres articles, il y a quelques principes généraux que vous devez respecter si vous voulez développer et entretenir votre mémoire. (Cliquez dessus pour l’agrandir ou ici pour la télécharger depuis Biggerplate). 1. Eh oui : comme dans la phase « projet » de notre étude efficace en 5 étapes, vous devez d’abord vous motiver. Pourquoi étudier cette matière ? Les motivations pour apprendre sont personnelles. Souvent, on a plusieurs motivations à faire quelque chose. 2. Pour créer ces liens, la meilleure méthode est de poser des questions. 3. 4. Chacun découvre le monde selon des sens privilégiés. 5. 6. 7.

L'alcool, c'est bon pour la mémoire Une nouvelle étude du Centre Waggoner de Recherche pour l'Alcool et l'Addiction affirme que l'alcool aiderait le cerveau à mieux se souvenir. Selon le neurobiologiste Hitoshi Morikawa, il n'est pas inexact de dire que la consommation d'ethanol est mauvaise pour l'apprentissage et la mémoire, mais on parle alors uniquement de la mémoire consciente. En effet, l'alcool diminue la capacité à retenir certaines informations. "Mais notre subconscient apprend et se souvient aussi et, en réalité, l'alcool augmente notre capacité à apprendre."La mémoire subconsciente est un peu une mémoire de secours. Ainsi, un buveur serait moins addict à la sensation de l'alcool qu'à "la constellation de signaux environnementaux, comportementaux et physiologiques" renforcés par celui-ci. Hitoshi Morikawa espère qu'en détaillant ainsi les mécanismes de l'addiction, les neurobiologistes sauront y trouver de meilleurs remèdes. Via Physorg Par Virginie BeernaertFollow @belladonne

La mémoire - le « disque dur » de l’identité La mémoire permet de stocker les informations, les sensations perçues par l’organisme, soit provisoirement (mémoire immédiate) soit à long terme pour conserver des souvenirs et des connaissances acquises. Plusieurs régions du cerveau interviennent dans ce processus, grâce aux transmissions entre les neurones (cellules nerveuses) qui les constituent. À court terme La mémoire instantanée (sensorielle) ne dure que quelques fractions de seconde et concerne toutes les informations perçues par nos sens (visuelles, auditives, cutanées…). La mémoire de travail (immédiate) stocke des informations limitées en nombre (pas plus de 7 ou 8 éléments), et à court terme (quelques secondes). À long terme La consolidation des informations permet de les stocker durablement, de constituer des souvenirs, des apprentissages réutilisables très longtemps après. Les différents systèmes • La mémoire déclarative (explicite). Le rôle des neurones Les souvenirs sont stockés dans les millions de neurones du cerveau.

MÉMOIRE: Les nouveaux neurones chassent les vieux souvenirs MÉMOIRE: Les nouveaux neurones chassent les vieux souvenirs Actualité publiée hier Science Depuis longtemps les scientifiques se demandent si la naissance de nouveaux neurones est à l’origine de l’«amnésie infantile ». Cette étude canadienne montre que la neurogenèse pourrait réorganiser les connexions cérébrales, effaçant nos vieux souvenirs pendant le processus. Ces travaux, présentés dans la revue Science contribuent à expliquer pourquoi il est si difficile de se rappeler des souvenirs de la petite enfance. Le processus est continu, expliquent ces chercheurs de l'Hospital for Sick Children de Toronto avec leurs collègues de l'Université de Toronto et de l’Université Health Fujita (Japon) et sans cesse, tout au long de la vie, de nouveaux neurones sont intégrés dans l'hippocampe du cerveau. Le processus de neurogenèse a clairement été décrit dans l'hippocampe des rongeurs comme des humains depuis plus de 20 ans et cert... Lire l'ensemble de l'article

CHU Nancy - CHU Nancy Détails Catégorie : Mémoire Les patients sont orientés vers les consultations mémoire par leur médecin traitant ou par un spécialiste suite à une plainte qu’ils expriment eux-mêmes ou bien par leur entourage. « Le fait que le patient n’ait pas conscience de ses troubles est inquiétant en soi, remarque le Pr Athanase Bénétos, responsable du CM2R et chef du service Gériatrie du CHU de Nancy. Cela peut signifier que la pathologie est déjà à un stade avancé ou bien que le patient est dans un déni total. Lors de la première rencontre qui dure environ 1 heure, un examen clinique est réalisé par un médecin neurologue et/ou un gériatre spécialiste. L’objectif du CM2R est de faire le bilan le plus complet possible dans les meilleurs délais : même sans urgence médicale, il faut limiter le stress et les inquiétudes du patient et de son entourage. Juin 2013

MÉMOIRE: Ils créent puis effacent des souvenirs de peur MÉMOIRE: Ils créent puis effacent des souvenirs de peur Actualité publiée hier Nature D‘autres s’y sont essayés, à implanter des souvenirs factices et même à créer de nouveaux souvenirs dans le cerveau de souris. Ces expériences viennent ainsi confirmer une théorie de longue date sur le mode de production de la mémoire et de stockage des souvenirs dans le cerveau. Cette grande plasticité des neurones de l'hippocampe appelée potentialisation à long terme (LTP) et cosidérée par les neuroscientifiques comme la base physique de la mémoire, a ensuite été identifiée dans de nombreuses régions du cortex. Depuis, différentes expériences sur l’animal ont montré qu’il était possible de développer ces connexions et de renforcer les synapses -donc développer la mémoire- ou de bloquer ce processus de LTP par thérapie médicamenteuse ou thérapie génique-et donc d’altérer la mémoire-. Source: Nature 02 June 2014 doi:10.1038/nature.2014.15330 Flashes of light show how memories are made Lire aussi: Neuro

Relations entre les systèmes neurochimiquement définis et la mémoire: problèmes posés par la démence de type Alzheimer.

Related: