background preloader

Revenu de base : "On sacrifie notre bonheur sur l'autel de l'emploi"

Revenu de base : "On sacrifie notre bonheur sur l'autel de l'emploi"

Pourquoi le socialisme ? Est-il convenable qu’un homme qui n’est pas versé dans les questions économiques et sociales exprime des opinions au sujet du socialisme ? Pour de multiples raisons je crois que oui. Considérons d’abord la question au point de vue de la connaissance scientifique. Il pourrait paraître qu’il n’y ait pas de différences méthodologiques essentielles entre l’astronomie, par exemple, et l’économie : les savants dans les deux domaines essaient de découvrir les lois généralement acceptables d’un groupe déterminé de phénomènes, afin de rendre intelligibles, d’une manière aussi claire que possible, les relations réciproques existant entre eux. Mais la tradition historique date pour ainsi dire d’hier ; nulle part nous n’avons dépassé ce que Thorstein Veblen appelait « la phase de rapine » du développement humain. En second lieu, le socialisme est orienté vers un but éthico-social. Je suis sûr que, il y a un siècle, personne n’aurait si légèrement fait une affirmation de ce genre.

Simple, juste et efficace : le revenu de base pour tous | Chez Karima Delli, écolo joyeuse Oui, c’est la crise, en France comme en Europe. Les derniers chiffres disponibles nous disent que plus de 26 millions de personnes sont en recherche d’emploi, soit 10,9 % des actifs européens. Les jeunes sont encore plus touchés avec un taux de chômage moyen de 24 %, qui atteint même 55 % en Espagne et en Grèce ! Ce sont des niveaux jamais vus depuis très longtemps. Parmi les européens qui ont encore un emploi, 30 millions vivent sous le seuil de pauvreté. L’épuisement de la croissance et la concentration des profits dans les mains de quelques-uns impose un changement de paradigme. … C’est simple. En passant d’une foule d’aides sociales conditionnelles, à une aide universelle, finis les maux de tête, aux oubliettes la bureaucratie et les effets de seuil qui dépriment les « classes moyennes » ! Les diverses aides sociales pécuniaires sont fondées, aujourd’hui, sur la mutualisation des revenus du travail. … C’est juste. … C’est efficace. … C’est émancipateur.

Le revenu de base : promesse d'un avenir meilleur Les adeptes d’un changement radical de modèle économique – intégrant notamment un salaire plancher généralisé – avancent souvent que cette revendication est la conséquence logique de la crise de l’emploi. Pourtant, leur hypothèse de départ est erronée puisque les économies développées du 21e siècle ne connaissent nullement pareille crise. Il n’en reste pas moins vrai que la nature même du travail rémunéré est en évolution permanente, du fait des mutations récentes que sont l’innovation technologique galopante, la mondialisation et les changements sociétaux, comme la proportion toujours croissante de femmes exerçant une activité professionnelle. Le marché du travail s’est adapté à cette nouvelle donne et, en 2013, il est fort différent d’il y a 10, 20 ou 50 ans. On peut d’ailleurs s’attendre à ce qu’il continue d’évoluer dans un avenir proche. Aujourd’hui, des métiers, des entreprises, voire même des pans entiers de l’industrie ont disparu. www.theeuropean.de/werner-eichhorst

Le revenu de base inconditionel et universel peut contribuer à diminuer le chômage Partout le chômage explose. Le record absolu du nombre de demandeurs d'emplois en France est sous le point de tomber. En Europe il côtoie les 12 % et atteint des sommets en Espagne ( 26.8 % ) et en Grèce (27 %). Si nous ne voulons pas que la prophétie cynique (1 ), qui effleura dans le cerveau des membres de la fondation Gorbatchev, se réalise, alors il faudra bien, pour partager le travail rémunéré et diminuer le nombre de demandeurs d'emplois, faire en sorte qu'un revenu complémentaire d'existence assure la sécurité financière que tout citoyen est en droit d'attendre et pour que chacun puisse aussi partager le travail qualifié. L'allocation d'un revenu de base financé par une redistribution de la richesse accumulée ( qui n'a jamais cessé d'augmenter ) et d'une partie des revenus, (2) permettrait dans un premier temps d'assurer un revenu plancher à ceux qui n'ont rien et sont à la recherche d'un emploi rémunéré. 1. 1.1. 1.2. 2. La question du travail pénible sera aussi relativisée.

Related: