background preloader

Des réserves considérables

Des réserves considérables
Des besoins énergétiques croissants L’accroissement de la population et le dynamisme des économies des pays émergents engendrent des demandes énergétiques croissantes à l’échelle mondiale. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les besoins en énergie devraient augmenter de 40 à 50 % d’ici 2030. À cette même période, le gaz devrait représenter environ 25 % du bouquet énergétique mondial, contre 21 % en 2010. Les gisements de gaz conventionnels proches des lieux de consommation ont été exploités en premier. par l’importation de gaz conventionnel produit loin des lieux de consommation et acheminé par gazoduc ou par bateau,par des gaz non conventionnels, comme les gaz de schiste. Gaz de schiste et production d’électricité Le gaz de schiste comme tout gaz naturel génère, lors de sa combustion, 50 % de CO2 de moins que le charbon. Les gaz de schiste, des ressources abondantes… Les gaz de schiste constituent un immense potentiel. ... pouvant contribuer à l’indépendance énergétique Related:  Les avantages du gaz de schistesp.marie.soupier

Pourquoi s’évertue-t-on à ne pas exploiter la piste des gaz de Schiste ? Atlantico : Dans le cadre de la conférence environnementale, François Hollande a fermé la porte à l'exploitation des gaz de schiste. Le président de la République a donc donné raison aux écologistes. Pourquoi la France refuse-t-elle d'exploiter le gaz de schiste ? Pire, même d'engager la phase d'expérimentation ? Philippe Chalmin : Ce choix est représentatif du blocage français caractéristique, que le gouvernement soit de droite ou de gauche. Dans ce domaine, François Hollande ne fait que marcher dans les traces de la loi du 3 juillet 2011, dite loi Jacob. Ce choix politique est-il un moyen de ne pas déclencher une crise avec les écologistes ? C’est tout à fait probable, d’autant plus qu’on avait cru sentir une certaine flexibilité de certains personnes du gouvernement en ce qui concerne le gaz de schiste. Aujourd’hui, François Hollande a refermé presque définitivement (ou du moins pour un bon moment) ce dossier. A priori ce risque reste tout de même évitable.

Gaz de schiste, assez de lobbyisme ! LE MONDE | • Mis à jour le | Par Corinne Lepage, eurodéputée, Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, présidente de CAP21 Il serait temps que le débat devienne sérieux lorsque l'on aborde l'aspect économique et financier du gaz de schiste. Les tombereaux d'injures que déverse le géochimiste Claude Allègre ne font que caricaturer une argumentation absurde : l'exploitation du gaz de schiste relancerait la croissance française. Le lobby pétrolier et gazier inonde les médias de ce nouveau mythe : si on exploitait le gaz de schiste comme les Américains, la croissance reviendrait. Deuxièmement, la France n'est pas les Etats-Unis. Rappelons que le patron d'Exxon reconnaissait lui-même en juin manger sa chemise au prix auquel est vendu le BTU, soit 2 dollars (1,57 euro), alors que le prix de revient actuel aux Etats-Unis est de l'ordre de 7 dollars. Ensuite, parce que la valeur est celle de la matière première.

Gaz de schiste : un engouement mondial, mais beaucoup de doutes Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Va-t-on vers un âge d'or du gaz de schiste ? La question est ouverte, alors que le boom des hydrocarbures non conventionnels en Amérique du Nord bouscule la donne énergétique planétaire en affaiblissant la domination des producteurs traditionnels, comme le Moyen-Orient ou la Russie. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit ainsi que d'ici à 2035, le gaz non conventionnel (dont le gaz de schiste) fournira près de 30 % de la production gazière mondiale, contre 16 % en 2011. Voir notre visuel interactif : Gaz et pétrole de schiste, des positions diverses S'il pourrait permettre d'accéder au Graal de l'indépendance énergétique – tout en créant des milliers d'emplois – le gaz de schiste est vertement critiqué pour ses conséquences néfastes pour l'environnement. Amérique du Nord Lancée il y a plusieurs décennies, l'exploitation des gaz de schiste a explosé aux Etats-Unis au milieu des années 2000. La hausse va-t-elle se poursuivre ?

Les Etats-Unis, nouvel exportateur de gaz, bouleversent l’échiquier mondial de l’énergie » Article » OWNI, Digital Journalism Redevenu exportateur grâce aux gaz de schiste, les Etats-Unis viennent marcher sur les plates bandes de la Russie et conquiert le marché de l'énergie grâce à leur expertise technologique. Dans le ventre du lourd tanker Maersk Meridian, les barils de gaz naturel liquéfié (GNL) portent une étiquette peu banale : made in USA ! Ce 19 novembre le port d’hydrocarbure tout neuf de l’île de Grain, construit à l’Est de Londres sur les fonds de GDF, BP ou encore E.ON, reçoit le premier chargement de gaz naturel américain depuis des dizaines d’années. Marcher sur les pipelines de Gazprom Grâce aux gaz de schiste extraits de couches de roches profondes, les Etats-Unis ont reconquis leur indépendance énergétique et exportent désormais leur production : cette nouvelle ressource représente 15% de leur production total de gaz. En produisant 620 milliards de mètres cubes en 2009, le pays a même dépassé le leader mondial : la Russie. Le géant russe du gaz obligé de pactiser avec Shell

Gaz de schistes : quelle rentabilité ? - Asteur Amérique Cet article fait suite à un article récent publié par Mathieu Auzanneau sur son blogue dans lequel il revient sur la question de la rentabilité des puits de gaz mise en doute par toute une série de courriel publiés par le New York Times. Son article « Bulles de gaz de schiste aux États-unis » explique que les perspectives de rentabilité et donc la rentabilité de l’exploitation des gaz de schistes américains est largement surestimée et que tout ceci ne serait qu’une bulle financière spéculative, une sorte de chaine de Ponzi gigantesque. En parcourant les documents du BAPE, la question de la rentabilité des gaz de schites est souvent évoquée, soit clairement, soit en filigrane. Au Québec, la connaissance des sous-sols est encore assez lacunaire comme l’explique Pierre-André Bourque, professeur de géologie à l’Université Laval et très favorable à l’exploitation des gaz de schistes. « Il y a un certain nombre de freins à l’exploration pétrolière et gazière au Québec.

La France est-elle au gaz de schiste «ce que le Qatar est au pétrole»? François Hollande a relancé le débat sur le gaz de schiste mardi en rappelant la loi de juillet 2011 qui n?interdit «que» la technique de la fracturation hydraulique mais pas l?exploration et l? ? Deux cas de figure distincts en France. ? «Ces mises en équivalence sont fausses ! ? Mais d? ? On sait aujourd? ? Deuxième cas de figure : le pétrole de schiste, présent en France dans le sous-sol du Bassin Parisien, à une profondeur moindre (2.500 mètres) que le gaz dans le Sud Ouest (4000 à 6000 mètres). ? Ces données (dont les résultats des campagnes sismiques retravaillées avec les moyens de traitement actuels) ont permis à l?

Le gaz de schiste : géologie, exploitation, avantages et inconvénients Pierre Thomas Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon Olivier Dequincey ENS Lyon / DGESCO Résumé Éléments pour découvrir et se forger un avis sur les gaz de schiste. Cet article est la re-publication de l'article initialement publié le 18 février 2011. Depuis quelques mois, la France entière, et plus particulièrement le Sud-Est parle des gaz de schiste. Que sont ces gaz de schiste, quelle est leur géologie, quels avantages et inconvénients auraient leur exploitation ? Une deuxième partie, forcément plus subjective, essaiera d'analyser les avantages et inconvénients qu'entraîne (et entraînerait) l'exploitation de ce gaz. Définition du terme gaz de schiste Qu'est ce qu'un gaz de schiste ? Dans l'expression « gaz de schiste », le terme "schiste" est donc par définition un terme qu'il est souvent conseillé d'éviter. Qu'est ce que le gaz « conventionnel » ? Avant de parler du gaz de schiste, parlons un peu du gaz classique, dit conventionnel. le gaz de charbon ( coal bed methane en anglais.

Gaz de schiste : une "opportunité importante", selon Total - Economie Le gaz de schiste sera-t-il l'énergie de demain ? Selon le quotidien Les Echos, Total est en tout cas à la recherche de partenaires pour explorer le sud-est de la France à la recherche de ce gaz. Le quotidien cite un document interne que le groupe pétrolier a envoyé aux compagnies susceptibles d'être intéressées et où il précise avoir identifié un site "à haut potentiel". Total juge cette opportunité dans le gaz de schiste "importante et très significative", ajoute le quotidien. Le groupe vient de publier une "offre d'entrée" sur son permis d'exploration de Montélimar (Drôme) et a déposé une nouvelle demande de permis au nord du site actuel, poursuit le journal économique.

Les gaz de schistes: pas une menace, mais une opportunité pour l'environnement 1 - Utilisation des Shale Gases: un fort potentiel de réduction des pollutions liées aux hydrocarbures classiques Le Gaz Naturel est principalement utilisé comme source de chauffage, source de production électrique, et source de chaleur industrielle ou domestique. L'intérêt de cet hydrocarbure est que sa combustion génère moins de pollutions indésirables que la combustion de fioul, et, surtout, de charbon. Or, si la France fait un peu figure d'exception en ce domaine, du fait de la prépondérance de l'électricité nucléaire, dans le monde entier, notamment aux USA, au Canada et plus encore en Chine, la principale perspective ouverte aux Shale Gas est une cannibalisation des parts de marché du charbon, en priorité, et des fiouls liquides ensuite. Reste "la" question du CO2. 2 - Extraction des gaz de schistes : point sur les arguments en présence Mais naturellement, le point focal de ralliement des anti-gaz concerne les questions liées à son extraction. (1 & 2 ) pollution des aquifères :

Related: