background preloader

Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique

Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique
La maladie de Parkinson est encore très méconnue. Elle est pourtant la deuxième maladie neurodégénérative en incidence, derrière la maladie d'Alzheimer. Elle reste aujourd'hui incurable. Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique - 2 Photos À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson Nom de code : PD01A. Rappelons que cette maladie neurodégénérative se caractérise par la destruction progressive des cellules nerveuses de régions spécifiques du cerveau, comme le locus niger, entraînant chez le patient des difficultés dans l’exécution de ses mouvements, notamment du fait de forts tremblements. En effet, les traitements actuels se tournent quasi exclusivement vers des médicaments à base de DOPA afin de rétablir le système dopaminergique qui se trouve perturbé. L'acteur canadien Michael J. PD01A agirait quant à lui bien plus en amont de la neurodégénérescence, s’attaquant à cette protéine qui est supposée jouer un rôle central dans la maladie de Parkinson. Related:  Actualité articles - Maladie de Parkinson

Maladie de Parkinson : les chercheurs sur de nouvelles pistes La maladie de Parkinson est très complexe et diffuse, puisqu'elle touche aux sphères motrice, cognitive, psychique mais aussi au fonctionnement végétatif (digestion, respiration, sommeil...). Elle se manifeste en général entre 45 et 70 ans et son incidence est plus grande dans les pays développés, avec une espérance de vie plus longue. © Jefferson siow Wedding Photography, Flickr, cc by nc nd 2.0 Maladie de Parkinson : les chercheurs sur de nouvelles pistes - 3 Photos À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson Après Alzheimer, la maladie de Parkinson est la deuxième affection neurodégénérative pour l’incidence mondiale. Alors on teste de nombreux traitements, on explore un maximum de pistes, on fait muter des mouches drosophiles pour qu’elles déclarent les symptômes… Tout cela finira bien par mener les scientifiques sur la bonne voie, tôt ou tard. Anticiper pour mieux traiter la maladie de Parkinson Appelons-les plutôt les maladies de Parkinson De la DOPA… La pharmacopée du futur

Maladie de Parkinson Environ 150 000 personnes souffrent de la maladie de Parkinson en France, et 14 000 nouveaux cas se déclarent chaque année. La majorité des personnes atteintes ont plus de 60 ans. Cependant, 1 malade sur 5 a moins de 50 ans et des formes très rares de la maladie existent chez les moins de 45 ans. Ce dossier aborde le mécanisme de la maladie de Parkinson, ses symptômes, son diagnostic, les traitements utilisés ainsi que l’accompagnement proposé aux malades. Qu'est-ce que la maladie de Parkinson ? Mécanisme de la maladie La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative chronique, c’est-à-dire qu’elle provoque la disparition progressive et irréversible de neurones. Dans la maladie de Parkinson, ce sont les neurones dopaminergiques qui sont touchés. La disparition progressive des neurones dopaminergiques au cours de la maladie entraîne une baisse de la production de dopamine. Symptômes de la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se caractérise par trois symptômes principaux :

Parkinson : 15 patients traités par thérapie génique Des chercheurs français ont obtenus des résultats intéressants sur 12 malades traités en France et 3 au Royaume-uni. Quinze malades atteints d'une forme avancée de la maladie de Parkinson ont été traités en France et ailleurs en Europe par une thérapie génique, grâce aux recherches menées par l'équipe de Stéphane Palfi, professeur en neurochirurgie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil et chercheur CEA/Inserm. Les résultats préliminaires de ce traitement ont été présentés lundi à Paris, lors du 20e congrès européen de thérapie génique et cellulaire qui vient de se terminer. Même si l'ensemble des données de ces essais thérapeutiques ne pourront être dévoilées totalement que dans trois mois environ, par leur publication dans une revue scientifique de référence, les premiers éléments divulgués lundi dans les grandes lignes, mais pas dans les détails, ouvrent de nouvelles perspectives pour l'avenir. La maladie de Parkinson concerne plus de 100.000 personnes en France.

Guérir la maladie de Parkinson avec une pilule et un téléphone Et si une simple pilule permettait de guérir les maladies d'Alzheimer et Parkinson? The Independent révèle que des scientifiques auraient trouvé un médicament permettant de guérir les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer. Des scientifiques américains de l'université de Northwestern à Chicago ont créé deux médicaments appelés MW151 et MW189. Ils permettent de stopper la production excédentaire de cytokines pro-inflammatoires. Ces molécules endommagent les synapses (les connexions dans le cerveau), jusqu’à ce que les neurones meurent les uns après les autres, développant ainsi des maladies neurodégénératives. Des souris génétiquement modifiées ayant le gène de la maladie d’Alzheimer ont pris du MW151 trois fois par semaine à partir de l’âge de six mois, un stade comparable à celui des prémices de la maladie chez l’homme. L’élément clé est que ce médicament est à prendre sous forme de pilule, et non pas de vaccin, ce qui est plus pratique. publicité

Groupe Parkinson 29 Michael J. Fox atteint de Parkinson dans une série L’acteur canado-américain aux cinq Emmy Awards a commencé le tournage d’une nouvelle série TV. Selon le Huffington Post Québec, « Michael J. Fox interprétera le rôle d'un journaliste de télévision qui quitte son emploi en raison de la maladie de Parkinson, mais qui revient travailler après qu'une percée médicale lui a permis de contrôler plusieurs de ses symptômes. » Cette série qui sera diffusée sur NBC, certainement à partir de septembre 2013, se rapproche sur certains points de la vie de l’acteur. Même si sa fondation ne lui a pas encore fourni un traitement, elle aapporté à Michael J.

Parkinson : un composé du safran bloque la maladie in vitro Par Janlou Chaput, Futura-Sciences La curcumine, que l’on retrouve dans le curcuma, ou safran des Indes, pourrait empêcher l’ agglutination de l’alpha-synucléine, une des premières étapes de la maladie de Parkinson . Alors doit-on prescrire un régime alimentaire plus épicé aux patients ? À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson Dans le calendrier international, le 12 avril coïncide avec la Journée mondiale de la maladie de Parkinson . Cette molécule , en s’agglutinant, a déjà été directement incriminée dans les premières étapes de la maladie de Parkinson . Parmi ses composés, une molécule appelée curcumine, déjà connue pour ses propriétés antioxydantes. On ne connaît pas encore très bien la fonction de l'alpha-synucléine (représentée ici dans une forme tridimensionnelle) chez un individu sain. La curcumine remet en forme l’alpha-synucléine Alors, faut-il manger épicé pour en finir avec la maladie de Parkinson ? Ce sujet vous a intéressé ?

Parkinson, Maladie de Parkinson - e E-santé Maladies Maladies neurologiques Maladie de Parkinson L'article le plus consulté 58 avis Consultations (33539) Témoignages (0) Et si c'était la maladie de Parkinson ? Ne vous méprenez pas, les tremblements ne représentent pas l'unique symptôme caractérisant la maladie de Parkinson. 26 articles dans le magazine Maladie de Parkinson Note moyenne des articles : 328 avis Mieux connaître Prévention Dépistage Traitement Vie avec la maladie Tous les articles Maladie de Parkinson Maladie de Parkinson : en savoir plus Introduction Causes Conseils pratiques Quand consulter ? Que se passe-t-il lors de l'examen ? Quel est le traitement ? VOTRE COMMUNAUTÉ Maladie de Parkinson Accédez au forum Maladie de ... Participez aux discussions les plus actives + actives + consultées + récentes Mort et Parkinson?? bonjour a tous ,mon père aussi et malade de cette putain de maladie ,il c'est dégradé a vitesses ... Par Danyra 27/12/2012 - 22h44 réponses 2625 consultations question sur la maladie de Parkinson Par admin 05/07/2006 - 10h31

Parkinson : la piste des pesticides toujours suivie de près La maladie de Parkinson recouvre un grand nombre de tableaux cliniques. Si différentes causes environnementales ont été jugées partiellement responsables, comme les pesticides ou certains métaux lourds, les symptômes varient en fonction de l'origine du trouble. Cela rend les investigations plus complexes encore. © Jean-Marie Huet, Flickr, cc by nc sa 2.0 Parkinson : la piste des pesticides toujours suivie de près - 2 Photos À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson Les études épidémiologiques le montrent : les agriculteurs, et les populations rurales en général, sont plus exposés au risque de développer la maladie de Parkinson. Parmi les cibles dans le collimateur : les produits pesticides. L’alpha-synucléine a-t-elle des complices ? Cette maladie neurodégénérative est l’une des plus célèbres car l’une des plus courantes. Dans la quasi-totalité des cas, une grande partie des neurones dopaminergiques du locus niger ont déjà disparu lorsque la maladie de Parkinson est diagnostiquée.

Contre la maladie de Parkinson, l’espoir viendra-t-il d’un édulcorant ? Par Janlou Chaput, Futura-Sciences Curieuse nouvelle pour cette Journée mondiale de la maladie de Parkinson : le mannitol, entrant dans la composition de chewing-gums sans sucre ou de certaines confiseries, pourrait devenir un traitement. Du moins, des mouches (un bon modèle pour cette pathologie ) présentant de sévères troubles moteurs ont retrouvé grâce à lui une locomotion presque normale. À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson En cette Journée mondiale de la maladie de Parkinson, vendredi 12 avril, il est opportun de rappeler que cette neurodégénérescence, la deuxième plus fréquente dans le monde, reste incurable. Comme la plupart des molécules testées se montrent inefficaces pour arrêter la progression de la maladie, les chercheurs en explorent de nouvelles, en espérant trouver la perle rare. Une molécule presque biblique Le mannitol est une molécule originellement retrouvée dans le frêne à fleurs ( Fraxinus ornus ), surnommé aussi frêne à manne.

Parcours de soins de la maladie de Parkinson lactualiteparkinson Philippe Rémy: La recherche sur la maladie de Parkinson en France: un modèle de dynamisme PARKINSON - La journée mondiale contre la maladie de Parkinson est, comme tout anniversaire, l'occasion de regarder le passé, l'avenir... et d'ajuster nos objectifs. Première constatation: les malades atteints d'une maladie de Parkinson attendent de notre société une reconnaissance accrue de leur souffrance et de l'impact de la maladie sur leur entourage. Ils souhaitent un meilleur accès aux soins de qualité, c'est-à-dire aux centres experts et aux traitements les plus performants. Ils attendent des médicaments plus sûrs, ayant donc un bénéfice certain pour un risque réduit. Et ils croient en l'avenir, donc à la recherche. Que répondre à ces requêtes tout à fait justifiées? Les soins: des nouveaux financements.... mais un vrai plan? La mise en œuvre d'un "plan Parkinson", comme il y en a eu pour le cancer ou la maladie d'Alzheimer, dépend de nos institutions politiques. Et en améliorant la formation de ces professionnels pour prendre en charge spécifiquement les parkinsoniens.

Maladie de Parkinson Dossier réalisé en collaboration avec les professeurs Jean-Christophe Corvol, directeur du Centre d'investigation clinique de l’Institut de la moelle et du cerveau, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) et Stéphane Hunot, directeur de recherche CNRS/Inserm à l’Institut de la moelle et du cerveau – Février 2015 La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France, après la maladie d'Alzheimer. Elle constitue en outre une cause majeure de handicap chez le sujet âgé. Rarissime avant 45 ans, la maladie de Parkinson touche des sujets plus âgés, avec un pic autour de 70 ans : 1 % des plus de 65 ans sont concernés. Dégénérescence des neurones à dopamine © Inserm, D. Culture primaire de neurones du mésencéphale, où l’on observe un neurone dopaminergique, en marron au milieu de cellules neuronales et gliales, en bleu. Une maladie sporadique Il existe une susceptibilité génétique à la maladie de Parkinson, mais elle est relativement faible.

Related: