background preloader

Théorie C K - Cours de conception innovante

Théorie C K - Cours de conception innovante
Related:  Théorie CKGestion de la conception innovante

Armand Hatchuel Courriel: hatchuel(-at)ensmp.fr Tel: 01 40 51 91 09 Professor of Mines ParisTech Civil Engineer from Ecole des Mines de Paris, 1970, Phd Mines ParisTech (Engineering and Management Science 1983) Courses and Curricula at Mines Paris Tech: Mathematical StatisticsEngineering Design and Management Curricula ( « Option Ingenierie de la Conception »): Introduction to Design ScienceElements and applications of C-K theoryMathematics and DesignInnovative design organization and strategy Other Courses given at Universities and Design Schools Books (French and English) « L’Expert et le Systeme. « Service public? « Regards sur l’Innovation » (avec F.Aggeri et D. « Les nouveaux fondements des sciences de gestion » (Collectif dirige avec A.David et » R. « L »innovation, le liberalisme et la question des limites » (avec R.Laufer) Logiques philosophiques L’harmattan Paris (2003) « »Les nouvelles raisons du Savoir », avec Th. « Les nouveaux regimes de la conception » (avec B.Weil), Vuibert et Cerisy, 2008.

La France va se doter d'un laboratoire d'innovation publique Note de veille, 6 août 2013 Le 10 avril dernier, le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) a réuni 80 spécialistes de l’innovation pour réfléchir au futur Laboratoire d’innovation publique de l’État. Le futur laboratoire, qui verra a priori le jour avant fin 2013, aura pour vocation d’évaluer les politiques publiques et à faire des propositions de réforme avec pour seul et unique but de simplifier la vie des usagers. À sa création, l’équipe de ce nouveau laboratoire, dont le nom n’est pas encore connu, serait restreinte (de l’ordre de cinq personnes) avec des profils variés : sociologues, ethnologues, designers, etc. [1] Cette initiative, inédite en France, s’inspire d’expériences étrangères (Royaume-Uni, Canada, Australie) dont la plus aboutie est celle du MindLab au Danemark [2]. Sur le même principe, en France, lors de la journée brainstorming autour du projet, l’un des groupes de travail a du se mettre dans la peau d’un demandeur d’emploi.

De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation Collection La fabrique des possibles ISBN 978-2-916571-48-5 112 pages, 12,90 € Novembre 2010 De nouvelles formes de monnaies, complémentaires de « l’argent » conventionnel, se sont développées durant ces dernières décennies. Ce sont des outils d’innovation sociale qui réduisent l’impact des crises financières et influencent la société dans laquelle nous vivons. Elles favorisent certaines activités et échanges : l’économie locale, le lien social, l’éducation, la culture, l’emploi, l’environnement, la reconnaissance dans les réseaux sociaux, etc. Aujourd’hui, ces nouvelles monnaies se multiplient (plus de 5 000 dans le monde) et touchent un nombre grandissant de personnes grâce à l’utilisation de l’internet et du téléphone. Elles ne se limitent plus à une échelle locale avec l’entrée en scène de collectivités territoriales, de grandes entreprises telles que Facebook ou Google, et même de gouvernements. Quelles sont ses grandes fonctions ? Lisez le premier chapitre Commandez l’ouvrage

Repenser la gestion : le point sur une analyse d’Arman Hatchuel A l’évolution du capitalisme, s’est bien évidemment adjointe celle des organisations et du management des firmes, soit, de la gestion. Armand Hatchuel revient donc dans ce papier sur les révolutions majeures qui ont marqué l’histoire de la gestion des firmes et s’interroge sur le modèle de gestion contemporain : quel modèle les entreprises ont-elles aujourd’hui adopté ? Pour quelles raisons ? Ce modèle est-il durable ? Contrairement à bon nombre de publications économiques, l’intérêt de l’article d’Armand Hatchuel vient de sa volonté d’analyser la gestion des firmes et leur émergence même, comme le résultat d’un procès historique. Tout d’abord, Armand Hatchuel décèle 3 révolutions majeures dans l’histoire de la gestion : Cette histoire commence avec la compagnie italienne, née à la Renaissance en Italie comme réponse à la complexification et à l’intensification des échanges marchands au Moyen Age. A quel modèle sommes nous désormais confrontés ?

Analogie, cœur de la pensée Auteur(s) : Douglas Hofstadter, Emmanuel Sander L’analogie est le mécanisme qui, sans que nous en ayons conscience, dicte le choix de nos mots et notre compréhension des situations les plus quotidiennes. Elle nous guide face à des circonstances inattendues, inspire notre imagination et est même à la source des découvertes d’Einstein. La logique est-elle le fondement de notre pensée ? Réhabilitant les pouvoirs et la richesse créatrice de l’analogie, cet ouvrage montre qu’il n’en est peut-être rien. Trente ans après Gödel, Escher, Bach (prix Pulitzer 1980), dont l’influence et le succès ont été considérables, ce nouveau livre, totalement révolutionnaire, écrit à quatre mains dans un langage non technique et illustré d’une foule d’exemples empruntés à tous les champs de la vie, propose une nouvelle théorie de la pensée. Douglas Hofstadter est professeur de sciences cognitives à l’Indiana University et directeur du Center for Research on Concepts and Cognition. Le Site

Business Model Alchemist Théorie et Méthodes de la Conception Innovante: Mines ParisTech La chaire Théorie et Méthodes de la Conception Innovante, lancée en janvier 2009 au Centre de Gestion Scientifique de MINES ParisTech, est l’aboutissement d’un programme de recherche sur l’ingénierie de la conception et l’innovation en cours depuis 1994. Ce programme, né d’une double motivation – celle de la rationalisation des activités de R&D et de la quête d’une fondation scientifique pour les sciences de conception – a donné lieu à des percées essentielles tant sur le plan théorique que sur le plan pratique. La présente chaire soutient ces avancées par des travaux de recherche fondamentales sur plusieurs axes, des collaborations industrielles et par des programmes de formations et de diffusions académiques et professionnalisants. Voir les axes de la chaire et la plaquette de présentation de la chaire pour plus d’informations.

Comment l’analogie structure-t-elle notre pensée ? - Sciences Douglas Hofstadter et Emmanuel Sander, auteurs du livre intitulé « L’analogie, cœur de la pensée » M.A. © Radio France Rare sont les essais qui marquent une génération. En 1979 aux Etats-Unis et en 1985 en France, le livre intitulé « Gödel, Escher, Bach, les brins d’une guirlande éternelle », en fait indubitablement parti. Lorsque nous tentons de le faire, nous nous retrouvons pris dans une situation comparable à la réflexion infinie de deux miroirs placés face à face. Comment le projet d’un tel livre est-il né entre Douglas Hofstadter et Emmanuel Sander ? Au moment même où l’imagerie révolutionne notre connaissance du cerveau humaine et où l’Europe lance un projet de simulation de son fonctionnement, avec le Human Brain Project dont nous avons parlé dans Science Publique le 8 février 2013, quelle place peut occuper cet réflexion sur l’analogie ? A l’époque du triomphe du numérique, ce livre réhabilite-t-il l’analogique ? Extraits de l'émission : Version intégrale :

The Client Consultant Innovating Dilemma In the UK there has been an excellent study looking specifically at the client and consulting relationships through the provision of innovation services. It was published in October 2011 entitled “Management innovation in the UK consulting industry”, by Dr. Joe O’Mahoney, a Fellow at the Advanced Institute of Management and a Lecturer at Cardiff University and commissioned with the Institute of Consulting. The aim of the report is to stimulate consultancies to be more innovative and therefore add more value to their clients. The report can be viewed here: I’m sure many points are equally applicable to innovation consulting globally as many interviewed have global practices. For some time I’ve been puzzled on where the bigger innovation consulting projects have gone and this report points to one logical reason. Some key finding emerging from the study Table taken from the Study “Management innovation in the UK consulting industry” by Dr. image credit: rcbryan.com

Axes de la chaire Axes de la chaire Axe 1 – fondements des théories de la conception et du raisonnement dans l’inconnu Cet axe explore les fondements du raisonnement dans l’inconnu et les développements de la théorie C-K D’une part, en examinant les différentes interprétations mathématiques de la théorie. Axe 2 – outils et organisation de la conception innovante Cet axe explore les formes d’organisation et de gestion compatible avec une logique de conception innovante (RID) Il consolide les méthodologies de type KCP qui s’appuient sur une grande expérience de terrain et dont les différents impacts sont aujourd’hui bien compris et évalués. Axe 3 – approches cognitives, neuropsychologiques et culturelles de la conception innovante Cet axe explore le potentiel explicatif de la théorie C-K pour l’étude psycho-cognitive du raisonnement créatif A dominante expérimentale cet axe s’appuie sur un partenariat avec le groupe de neuro-imagerie du développement de la Sorbonne Paris-Descartes.

Innovation Blog - Clayton Christensen Last month I had the opportunity to attend the annual meeting of the Academy of Management (AoM). The Academy is the global professional organization for business academics, so the annual meeting draws attendees from business schools all over the world. I’ve typically been too busy to travel to the annual meetings, but luckily for me, this year it was held in Boston, so I was able to spend a couple days attending some of the sessions. One of the sessions I was able to attend was an excellent panel on open innovation featuring Allan Afuah from Carnegie Mellon, Karim Lakhani and Michael Tushman from HBS, and Todd Zenger from Washington University of St. Louis. One of the most critical points made on the panel was that when researching and writing about open innovation, scholars (and, I would add, managers) need to be very careful with their definition of what open innovation is and how they use it. There is also a major downside to being imprecise in the definition of open innovation.

Related: