background preloader

Travail minuté, fouille des ouvriers : les coulisses d'Amazon

Travail minuté, fouille des ouvriers : les coulisses d'Amazon

Conditions de travail chez Amazon : "Une caricature", dénonce Romain Voog INVITÉ RTL - Romain Voog, le président d'Amazon France, a réagi aux critiques sur les conditions de travail dans son entreprise. Selon lui, le groupe américain veille au bien-être de ses employés. Le leader de la vente de livres sur internet, Amazon, est au cœur de nombreuses critiques depuis plusieurs semaines. "Il s'agit d'une caricature de la réalité", a réagi Romain Voog au micro de RTL, vendredi 17 janvier. Amazon évoque le lien entre bonheur des employés et productivité "Bien entendu, dans une entreprise de logistique il y a une partie du travail un petit peu physique", a-t-il concédé. Et selon Romain Voog, le groupe américain "travaille tous les jours avec ses employés pour améliorer les conditions de travail", rappelant que cela permet "aussi d'améliorer leur productivité".

Bangladesh : au cœur des conditions de travail déplorables des ouvriers du jean Les jeans pliés dans votre garde-robe ont une chance sur trois de venir d'ici. Dacca, au Bangladesh, constitue le principal atelier de production de la planète. Mais pour qu'ils soient tendance, ces pantalons ou chemises doivent avoir l'air usé, délavé. C'est le travail de milliers d'ouvriers qui blanchissent, griffent, poncent le jean. Seul moyen de vérifier les méthodes utilisées, nous nous faisons passer pour des acheteurs et filmons ici en caméra cachée. Dans cette usine, les équipements sont vétustes, les ouvriers aspergent le jean de produits chimiques, du permanganate de potassium, sans aucune protection. Le JT

Un nouveau témoignage pointe du doigt les conditions de travail difficiles chez Amazon Décidément, les conditions de travail chez le géant Amazon n'en finissent plus de faire parler d'elles. Cette fois, c'est au travers d'un témoignage publié chez nos confrères du quotidien Libération que nous plongeons, une fois de plus, dans ce qui s'apparenterait à un véritable enfer. Amélie (un pseudonyme), intérimaire embauchée quelques semaines sur la plateforme de Montélimar y raconte en long, en large, et en travers son activité de « pickeuse », c'est-à-dire d'employée chargée d'aller chercher les produits commandés par les clients. Une fois de plus, le témoignage dénonce les cadences infernales, le peu de temps accordé pour s'alimenter et les rappels à l'ordre permanents dès que quelque chose n'est pas fait dans les règles d'efficacité dictées par Amazon.

Chutes de plain-pied. Ce qu’il faut retenir Glissades, trébuchements, faux pas, pertes d’équilibre… Les chutes de « plain-pied » sont des accidents du travail encore trop souvent perçus comme étant inévitables et de caractère bénin. Contrairement à ces idées reçues, elles sont pourtant une des principales causes d’accidents dans l’environnement professionnel. Elles peuvent avoir des conséquences graves, parfois même fatales, pour les salariés victimes. Pour lutter efficacement contre les chutes de plain-pied, il est donc nécessaire de transformer leur représentation au sein de l’entreprise, et de proposer une démarche de prévention adaptée. Ceci suppose de prendre en compte les spécificités des chutes de plain-pied. Ainsi, la démarche de prévention ne peut pas être orientée par la simple identification d’une source de danger connue : elle doit intégrer une analyse globale des situations de travail. Pour en savoir plus

Chez Amazon, des conditions de travail dignes de Zola home_theme © © France Info - Radio France Des employés sous-payés obligés de parcourir jusqu'à 22 kilomètres par jour pour transporter les produits à expédier d'un bout de l'entrepôt à l'autre, d'autres qui risquent leur place pour une journée d'arrêt maladie, des horaires de travail infernaux... L'enquête du Sunday Times au coeur du système Amazon est édifiante. Si vous avez commandé une console de jeux pour Noël, sachez que chez Amazon UK, les employés en emballent 140 par heure. A l'approche de Noël, on travaille 7 jours sur 7 et même la nuit dans l'un des quatre entrepôts britanniques du géant du shopping online. "Marre d'être des esclaves" : des salariés du…

Le calvaire des employés des entrepôts Amazon "Qu'est-ce c'est que ce travail?, soupire Adam Littler. Ce jeune homme de 23 ans s'est fait embaucher en tant que "picker" dans l'entrepôt Amazon de Swansea au Royaume-Uni. Et pour la BBC, il a filmé en caméra cachée son quotidien. On le savait, les conditions de travail chez Amazon ont déjà fait l'objet de critiques, que ce soit Au Royaume-Uni ou en France. >> Lire: Le phénomène Anti-Amazon prend de l'ampleur en Europe. Mais là, le reportage permet aux téléspectateurs de se plonger dans le calvaire des petites mains du géant de la vente sur internet, qui subissent une pression accrue lors des fêtes de fin d'année. Adam Littler, en tant que "picker", parcours les immenses allées de l'entrepôt pour récupérer les articles commandés sur Internet et préparer les commandes. Le bruit incessant de l'objet le rend dingue au bout de quelques semaines. Jusqu'à 18 kilomètres dans la journée Les cadences sont infernales.

[Les conditions de travail chez Google], vidéo [Les conditions de travail chez Google], vidéo Economie et société Vie économique - Archives vidéos Economie et société Vie économique Google en quelques chiffres La page des articles Par Anthony le Google en quelques chiffres, c'est : Les employés de Google (chiffres de 2008) : plus de 20 000 employés ; 1 200 employés millionnaires grâce aux stock-options dont 500 en dizaines de millions et 80 en centaines de millions. Résultats financiers de Google (au troisième trimestre 2008) : près de 15 milliards de dollars de trésorerie ; environ 150 Mds$ de capitalisation boursière ; au plus haut, la valeur de l'action GOOGLE a été multipliée par huit en trois ans. La publicité et Google (chiffres de 2006) : Google est le numéro un de la publicité en ligne ; la publicité représente 97 % du chiffre d'affaires de Google ; Google gère 400 000 annonceurs dans AdWords ; 55 000 affiliés à AdSense en Europe ; les plus gros clients AdWords dans le monde sont eBay (180 millions d'euros), Amazon (162 millions d'euros), Expedia (90 millions d'euros) et Lastminute (avec 9 millions d'euros). Les bâtiments de Google, ce sont : Ces articles vous plairont sûrement :

Google: les salariés bousculent le mythe Le géant de l'informatique, pourtant auréolé d'une réputation d'entreprise modèle, est loin d'être un Eden pour ses salariés. Entre querelles d'égos et faiblesses managériales, leurs témoignages chamboulent les idées reçues. Florilège. Fréquemment, Google est attaqué de l'extérieur. • «Arrogance et sexisme» «Beaucoup de gens qui travaillent chez Google ont le sentiment d'avoir tous les droits parce qu'ils sont issus de l'élite», témoigne une ancienne directrice des ressources humaines. Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr Copyright © 2013 A lire aussi

Amazon est la meilleure grande entreprise au monde Le ministre de la Culture a trouvé son ennemi : Amazon, qui mettrait les libraires à genoux. Ca me permet de parler d'Amazon qui est de mon point de vue la meilleure grande entreprise au monde, et ce de loin. Pourquoi ? Le fondateur d'Amazon a orienté son entreprise depuis le début autour de trois valeurs-clés : l'orientation complète vers le client ; le long-terme ; et ce qu'il appelle l'exploration, c'est-à-dire l'innovation et l'expérimentation. Amazon est aujourd'hui loin d'être simplement le leader de l'e-commerce, même si c'est très important. Mais Amazon ne fait plus que du e-commerce. Dans tous ces cas, Amazon est parti d'abord des besoins du consommateurs, et a ensuite décidé de construire des services innovants, et n'a pas peur d'investir énormément pour construire sur le long terme. Tout cela va à l'encontre de la mentalité française. La mentalité française, enfin et surtout, est hostile à l'ambition.

Related: