background preloader

Le climat et la couche d'ozone

Le climat et la couche d'ozone
Related:  Changement climatique, réchauffement : danger

Réchauffement climatique : nouveau rapport alarmant du GIEC Le deuxième volet du nouveau rapport du groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat assombrit encore un peu plus les perspectives de la planète au XXIe siècle. Sécheresses, inondations, maladies, migrations, pénuries alimentaires, risques de conflit, etc. : le deuxième volet du cinquième rapport du groupe intergouvernemental d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (GIEC), publié lundi 31 mars, recense les impacts déjà observables du changement climatique. Selon ce texte du GIEC, résultat d'un immense travail de lecture et de compilation de douze mille publications scientifiques, le changement climatique a eu ces dernières décennies des impacts « sur tous les continents et dans les océans », essentiellement sur les systèmes naturels. Dans de nombreuses régions, le changement dans les régimes de précipitations et la fonte des neiges et des glaciers ont modifié les systèmes hydrauliques, « affectant les ressources en eau en quantité et en qualité ».

Conséquences de la fonte des glaces - CLIMAT, Une enquête aux pôles - CNRS - sagascience : Pourquoi se rendre aux pôles pour y étudier le climat ? Comment les recherches s’y organisent-elles ? Quels sont les domaines scientifiques concernés ? Autant de questions auxquelles cette animation donne des éléments de réponse, de façon vivante et ludique, à travers de nombreux films, photos, interviews et textes. Voir l'animation Augmentation du niveau des océans Au cours des deux derniers millions d’années, le niveau de la mer a varié de façon périodique au gré des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires. Au cours du 20e siècle une nette augmentation de ce niveau est clairement détectée. Fonte des glaces terrestres La banquise, qui est de l’eau de mer gelée, flotte sur la mer. Contrairement à la fonte de la banquise, la fonte des glaces d'eau douce, c’est-à-dire des calottes glaciaires et des glaciers, contribue à la montée du niveau de la mer. Modification des courants océaniques De nouvelles routes maritimes au pôle Nord Le développement du tourisme

La couche d'ozone menacée par du tétrachlorométhane de source inconnue Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique s'ouvre et se ferme au gré des saisons (avril 2006 à gauche et septembre 2006 à droite). Dans cette région, la quasi-totalité de l’ozone entre 15 et 20 km d'altitude se trouve détruite chaque année au printemps. L’épaisseur totale d’ozone est alors diminuée de moitié. La couche d'ozone menacée par du tétrachlorométhane de source inconnue - 1 Photo « On ne devrait absolument pas voir ça ! Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Normalement, en raison de l’application du protocole de Montréal, les émissions de CCl4 ont été nulles entre 2007 et 2012. Pendant environ une décennie, on ne savait pas vraiment s’il fallait revoir la chimie des réactions de destruction naturelle du CCl4 ou s’il fallait invoquer des sources inconnues. Il leur a fallu se rendre à l’évidence. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Réchauffement climatique et dégel du permafrost : la plus grave menace de l'humanité Illustration de fissures dans le permafrost, un sol gelé pendant plus de deux ans consécutifs (Wikimedia Commons/Brocken Inaglory) L’effet de serre a déjà élevé la température de la Terre de presque un degré et nous en voyons les conséquences. Aujourd’hui, les glaces d’Arctique, du Groenland et d’Antarctique fondent vite. Le WWF rapporte que la moitié d’espèces d’animaux vertébrés a déjà disparu. La spécialiste climat de la Banque mondiale déclarait récemment que moins d’aliments ont pu être cultivés sur la Terre en 2013, et qu’il y en aura de moins en moins ces prochaines décennies. Les accords internationaux pourraient mener à une réduction d’émissions de gaz à effet de serre qui limiterait le réchauffement à deux degrés. Le permafrost est une bombe à retardement Le permafrost, terres gelées du grand Nord, est parfois appelé une bombe à retardement. Dans le permafrost sont congelés des restes de plantes et d’animaux anciens, y compris des dépouilles de mammouth.

Le puits de carbone de l'Amazonie est menacé par le réchauffement Les nuages « popcorn » que l'on voit ici au-dessus de la forêt amazonienne le 19 août 2009 se forment pendant la saison sèche. Ils apparaissent probablement à partir de la vapeur d'eau libérée par les plantes. © Nasa's Earth Observatory Le puits de carbone de l'Amazonie est menacé par le réchauffement - 2 Photos La conquête de l’espace est parfois présentée comme une quête de l’inutile engloutissant des fortunes. Les chercheurs ont utilisé les données collectées par deux satellites, Terra et Aqua. L’indice Normalized Difference Vegetation Index (NDVI) sert à mesurer l’importance de la couverture végétale. Pour y répondre, il a fallu développer une nouvelle méthode pour évaluer de façon fine et solide les variations de cette couverture végétale malgré la couverture nuageuse qui recouvre de 50 à 70 % de la surface de l’Amazonie pendant la saison sèche et qui est bien évidemment plus importante pendant la saison des pluies. Sur le même sujet

CNRS/sagascience - Biodiversité et climat : des conclusions sans appel Aujourd'hui, notre planète entre dans une nouvelle ère. Elle se réchauffe et le doute ne semble plus permis : les activités humaines en sont en grande partie responsables. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), qui a reçu en 2007 le Prix Nobel de la paix pour ses travaux, est formel. Impact du changement climatique sur la biodiversité Pour bien comprendre les enjeux, penchons-nous d'abord sur les relations étroites qui peuvent exister entre la biodiversité et le changement climatique. les changements de concentration en CO2 de l'atmosphère, les modifications des températures et celles des précipitations, touchent le métabolisme et le développement des animaux, la croissance, la respiration, la composition des tissus végétaux et les mécanismes de photosynthèse (croissance des plantes grâce à l'énergie du soleil et l'absorption de CO2). Le Giec a évalué les effets des changements climatiques en analysant 2500 publications scientifiques.

Le réchauffement climatique aggraverait la pauvreté (Banque mondiale) "Sans une action forte et rapide, le réchauffement [...] et ses conséquences pourraient considérablement aggraver la pauvreté dans de nombreuses régions du globe." Ce cri d'alarme est issu d'un rapport de la Banque mondiale (BM) publié dimanche 23 novembre. L'institution prévoit un scénario catastrophe dans lequel la communauté internationale n'atteindrait pas son objectif de limiter la hausse du thermomètre mondial de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, contre +0,8°C actuellement. Dans l'hypothèse d'une hausse de 4°C, les événements climatiques "extrêmes" pourraient devenir la "nouvelle norme", affirme l'institution, qui sonne particulièrement l'alarme sur trois régions du globe (Amérique latine, Moyen-Orient et Europe orientale). "Les conséquences pour le développement seraient graves avec un recul des ressources aquatiques, une montée des eaux, un déclin des récoltes et la vie de millions de personnes mises en danger", explique l'institution.

La planète a atteint ses limites Climat, biodiversité, déforestation, cycle des nutriments : l’humanité a franchi les seuils de risque, selon une équipe de chercheurs internationaux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Réchauffement climatique, érosion de la biodiversité, perte de nutriments agricoles… jusqu’à quel point l’humanité peut-elle modifier son environnement sans risquer d’importants désagréments ? C’est en cherchant à répondre à cette question qu’une équipe de chercheurs internationaux a forgé, en 2009 dans Nature, la notion de « limite planétaire ». Leurs travaux, qui font date, identifiaient les seuils limite à ne pas franchir pour éviter que « le système Terre ne bascule dans un état très différent [de l’actuel], probablement bien moins favorable au développement des sociétés humaines ». Vendredi 16 janvier, dans la revue Science, la même équipe publie une mise à jour de cette étude et identifie quatre limites déjà franchies ou en cours de dépassement. Changement climatique Flux de phosphore

Related: