background preloader

L'alchimie

L'alchimie
ClaireKönig Enseignante Sciences Naturelles Commençons par Aristote. (384 - 322 av. J.-C.) Au IVe siècle avant Jésus-Christ, Empédocle propose : « l'Univers est formé de quatre éléments: la terre, l'eau, l'air et le feu ». Aristote Nous savons qu'Aristote fut considéré comme le plus grand philosophe et le détenteur de la vérité en Occident durant plusieurs siècles. Il aura fallu attendre plus de 2 000 ans avant de sortir de l'impérialisme de la pensée d'Aristote. En résumé, voici la conception de la matière selon Aristote : - La matière est continue et uniforme - La matière est composée de quatre éléments: terre, air, eau, feu. - Les quatre caractéristiques fondamentales sont : froid, sec, chaud, humide. - Le vide n'existe pas. Ces affirmations constituèrent les bases de l'alchimie…. Symbole alchimie L'alchimie naît, en fait, à Alexandrie vers le IXe siècle avant J.C. : en arabe, "Al-Kimiya", signifie "pierre philosophale". Fontaine mercurielle Quatrième page de l'alchimie de Flamel Paracelse

http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/dossiers/d/geologie-or-magie-alchimistes-686/page/9/

Related:  Magie et sciencesALCHIMIEpabloo34

Magie et superstitions au Moyen Âge 2/2 Résumé Une superstition est une croyance, une pratique, une gestuelle qui permet d‘affronter différentes épreuves et de se protéger. Ce qui caractérise une superstition c’est sa perdurance à travers les lieux et les époques. Selon une définition objective et donc adogmatique, une superstition vient des termes latins « superstitio » et « superstare » : ce qui reste, ce qui subsiste, c’est donc un vestige des temps anciens. ALCHIMIE ET MENSONGE D’ETAT - Cabale & alchimie Contrairement aux croyances établies le but de l’alchimie n’est pas celui de la transmutation des métaux en or. Et là tout les cœurs des thuriféraires philosophes, spiritualiste guénoniens et scientifiques entonnent sur l’air du Gloria : « La transmutation n’existe pas !». Après avoir écrasé tous les bémols ne chantez pas « Amen » car vous le regretterez ! Il n’est pas non plus celui de la recherche de la vie éternelle (ou presque) grâce à l’action d’un élixir de longue vie.

Livre du Maître Etes-vous Maître Franc-Maçon? Je le suis; l'acacia m'est connu. Déjà le Compagnon affirmait avec assurance sa qualité de Maçon; le Maître fait preuve, dans sa réponse, de non moins de confiance en lui-même. L'érotisme dans les temples L'érotisme dans la statuaire des temples en Inde Accès aux photos à la fin du texte Certains temples de l'Inde ont beaucoup gagné en célébrité grâce aux sculptures érotiques qui ornent leurs murs extérieurs. Le cas de Khajuraho, "découvert" en 1838 par des Anglais, après des siècles d'oubli, fut longtemps un objet de scandale. Fallait-il que les Indiens fussent pervertis pour affubler leurs temples de semblables scènes dont la bienséance aurait dû interdire la représentation !

Table d'émeraude Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Planche représentant une version latine de la Table d’émeraude gravée sur un rocher dans une édition de l’Amphitheatrum Sapientiae Eternae (1610) de l’alchimiste allemand Heinrich Khunrath. La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin) est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d'une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont la fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». Malgré le discrédit scientifique de l'alchimie et le développement de la chimie moderne au XVIIIe siècle, elle a continué à fasciner occultistes et ésotéristes. Historique[modifier | modifier le code]

L'EXORCISME L’exorcisme est la pratique religieuse qui a pour but de délivrer une personne ou un lieu du démon ou de l'esprit malfaisant qui le possède, de l’exorciser (du latin "exorcizare" issu du grec "exorkizein", littéralement "chasser par des conjurations"). D'usage courant dans les sociétés anciennes, l'exorcisme était basé sur la pratique de la magie. La civilisation babylonienne antique avait des prêtres spéciaux qui détruisaient une représentation en argile ou en cire d'un démon, au cours d'un rituel destiné à détruire le vrai démon. Des rites semblables existaient chez les Egyptiens et les Grecs de l’Antiquité.

Les alchimistes grecs : 1ère partie. Introduction - Deuxième partie - Troisième partie - Quatrième partie - Cinquième partie - Sixième partie I. i. — DÉDICACE Regarde ce volume comme renfermant un bonheur secret, qui que tu sois qui est l’ami des Muses. Mais si tu veux en explorer les veines chargées d’or, qui sont habilement cachées; ouvre l’œil vif de l’esprit et élève-le vers les natures divines, avec une parfaite perspicacité; parcours ainsi ce très savant écrit, et trouves-y le trésor d’une connaissance supérieure, en cherchant et explorant la nature trois fois heureuse, la seule qui domine les natures d’une manière divine, la seule qui enfante l’or brillant, celle qui fait tout; celle que seuls ont découverte par leur esprit inspiré des Muses, les amants de la gnose divine. Celui qui l’a inventée, je ne dirai pas qui il est.

L'Acacia m'est connu... Isaïe 41:19 " Je mettrai dans le désert le cèdre, l'acacia, La myrte et l'olivier; Je mettrai dans les lieux stériles le cyprès, l'orme et le buis, tous ensemble… " L’Acacia est l’archétype du symbole porteur de Savoir, particulièrement des Connaissances liées aux Grands Mystères et à l’entendement des Maîtres. Tout ceux qui se sont rendus en Terre Sainte savent combien l’Acacia y est abondant. Sa floraison au cœur de la saison des pluies assure l’éclat lumineux des collines de Galilée et les grappes de ses fleurs jaunes sont la lumière du désert du Néguev où les rares parcelles de gazon lui font rapidement place. Alliant l’eau au feu, l'Acacia est la lumière du printemps après le souffle du vent « Sharav » comme le sont les « fleurs de Marie », ces petites boules d'herbe sèches qui produisent de magnifiques fleurs blanches quand elles sont plongées dans l'eau. Et ce bois revêt une importance particulière, si particulière qu’il est mentionné 28 ( 8 + 2 = 10 ) fois dans l’Exode.

La perversion à travers les âges Les pervers font le mal pour le mal, jouissent de l’angoisse qu’ils suscitent chez autrui et défient les normes morales d’une société par leurs conduites « déviantes ». Mais est-on pervers de la même façon au Moyen Âge qu’au XXIe siècle ? Violeur d’enfants, mari manipulateur, homme politique aux mœurs légères… Désormais, pas une semaine sans que le mot « pervers » soit utilisé à tort et à travers dans les médias pour désigner à la vindicte publique des individus dont le comportement déviant scandaleux, grotesque ou abject nous donne à voir dans un miroir grimaçant ce que nous nous évertuons à cacher sans cesse : la part obscure de nous-mêmes (1). Mais où commence la véritable perversion ? L’existence du mot « pervers » est attestée en 1190 et dérive de « pervertere » : retourner, renverser, inverser, commettre des extravagances.

Paulette Duval : la pensée alchimique et le conte du Graal La thèse de Paulette Duval est que la pensée sous-jacente qui structure le conte du Graal est la pensée hermético-alchimiste. Le livre tente de dégager les points clefs de la pensée alchimiques, sa transmission de l’antiquité au moyen âge, depuis les premières traces dans le chamanisme jusqu’aux récits voilés par l’imagerie chrétienne, comme le culte de marie-madeleine. Malheureusement, certains points très contestables (le chateau du Graal retrouvé ) et d’autres traités un peut trop rapidement (la Turba Gallica comme prototype du mythe du Graal [1]) ont jetté le discrédit sur le travail de Paulette Duval.

Les « caractères » magiques au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle) ples extrêmement éloquents, pour démontrer la stupidité de ceux qui croient en une vertu divine ou naturelle des figures, caractères et autres impressions : «Hujusmodi autem significatio nihil virtutis mirifice prestare potest, vel figuris, vel aliis quibuscumque rebus, nec per hujusmodi significatio est aliqua ex rebus, vel aliquid mirificum operatur. Exempla autem operationum, que per signa videntur fieri, manifesta sunt in regibus, et subditis eorum, inter quos discurrunt litere regie cum impressione anuli, vel imaginis sue, quibus credunt et obediunt subditi, velut ex pacto obedientie, qua regibus suis tenentur, et ipsi reges, velut ex pacto quo tenentur veritati, et justitie debent absque falsitate per hujusmodi signa suam exprimere voluntatem. 153.

Institut Eléazar - Charles Détré DéTRéCharles-Henri (Téder) – Grand maître de l’Ordre martiniste (Vincennes, 27 mai 1855 - Clermont-Ferrand, 26 septembre 1918). Rédacteur en chef du National de Bruxelles (1882), il est expulsé de Belgique en raison de ses opinions trop libérales et s’installe en Hollande (1884), avant de s’établir en Angleterre, d’abord à Londres, comme rédacteur du Moniteur des consulats, puis à Nottingham. Il étudie alors l’histoire de la franc-maçonnerie et des sociétés initiatiques, et fait la connaissance de John Yarker (1833-1913), grand maître du rite de Memphis-Misraïm et de différents rites maçonniques marginaux, dont il devient l’ami. Il entre aussi en correspondance avec Gérard Encausse (Papus), est initié au martinisme et devient délégué général (1903), puis inspecteur général (1905) de l’Ordre martiniste pour l’Angleterre et les colonies anglaises, ouvre une loge martiniste, Light and Truth, et fonde (1906) la revue INRI version anglaise de la revue française L’Initiation. J.

1906 Les sociétés secrètes & leurs crimes par André Baron (Louis Dasté) Accessiblité Une question ? Espace personnel Recherche avancée Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme. Histoire des représentations érotiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les représentations érotiques sont les peintures, sculptures, photographies, œuvres musicales et littéraires qui montrent ou décrivent des scènes à caractère sexuel. On retrouve des représentations érotiques d’actes sexuels dans presque chaque civilisation, qu’elle soit antique ou moderne.

Une approche rationaliste de l'alchimie qu'il me semble de connaître pour aborder sa partie métaphysique : voie interne de transformation de l'intérieur comme de l'extérieur, de la perception de l'espace et du temps, de la vie et la mort du créé et de l'incréé ... by michel_carriere Apr 1

Related: