background preloader

Dossier : mieux communiquer

Dossier : mieux communiquer
Dis-moi comment et avec qui tu communiques…Communication: la dictature de l’obligationTous manipulés, tous manipulateurs! Communication: les sous-entendus garants de la relation Combien de fois nous arrive-t-il d’avoir l’impression de parler à un mur, de pisser dans un violon? Sans doute parce que nos façons de nous exprimer sont parsemées de bévues et boulettes qui freinent la compréhension mutuelle… Les ratés de la communicationLes interprétations abusivesLes généralisations abusivesLes non demandes et petites manipulations Ratés de la communication: compliments & quand-mêmisations Les ratés de la communication: le verbiageCommunication: l’exagération catastrophiste Les pièges de la lecture de pensée Autopsie d’une incompréhension sémantique Les dessous de la médisance Non violente, c’est à dire dénuée de jeux de pouvoir, assertive pour s’affirmer sans infirmer, claire pour se faire comprendre. Mieux communiquer: les demandes assertives 10 trucs pour engager la conversation Voir aussi: Related:  Mieux communiquer, sans tensionsPhyshologie sociale

Article : trucs pour le bien-être relationnel Sylvaine Pascual – Publié dans Compétences relationnelles Je tiens cette expression Ô combien imagée, et dont les déploiement possibles me font irrésistiblement penser à une sémantique toute Frédéric-Dardienne, de Sandrine, croisée lors d’un Twitpéro à La Défense. Sandrine est directrice de La source humaine, recruteuse sourcière qui, selon ses propres termes, “défriche le sol québécois depuis plus de 15 ans pour y faire jaillir sa ressource la plus précieuse : les gens. Et je vous propose de la garder bien en tête quant à nos relations. Mettre en place un système de protection pour se préserver nos rondeurs délicates d’éventuelles relations pourries ne peut en garantir l’absence totale, mais c’est un bon moyen: De minimiser leur fréquence et leur ampleurDe repérer celles qui ne demandent qu’à dégénérer avant qu’il ne soit trop tard (et donc d’agir)De diminuer ses propres chances d’être à l’origine d’un fiasco relationnel majeur qui risque de laisser des traces. Alors, cher lecteur, PTF!

Article : principes de la communication non violente L'expérience des relations humaines me fournit avec le temps des raisons de penser que l'aisance de cohabiter, de se comprendre, de s'apprécier mutuellement pourrait être augmentée à l'aide d'une communication claire, à la fois présente et détachée. Ce constat survient après plusieurs années de refoulement intérieur, à la maison, à l'école, au travail, où j'avais l'impression que l'on attendait de moi des choses que je n'avais pas envie d'offrir, d'être. Parallèlement, je trouvais que les autres ne répondaient pas à mes attentes, que je n'étais pas très habile à décrire. Aussi, je n'osais pas. La lecture de plusieurs ouvrages sur la communication m'a inspiré à prendre l'initiative d'une communication consciente, où l'on invite chacun des deux partis à clarifier ses attentes et ses limites. Dans ce sens, il existe des méthodes pratiques relativement accessibles au grand public. Voici donc les étapes : 1) Mon enfant arrive à la maison de l'école.

Site : outils pratiques pour se détendre La relaxation progressive de jacobson Le training autogène de Shultz Le training autogène de R Abrezol La relaxation est un des outils incontournables de lasophrologie car qu’elle permet d’atteindre un état de conscience modifié, appelé communément « au bord du sommeil » et qui favorise la communication avec notre cerveau émotionnel (cerveau limbique). Une pratique constante de la relaxation ou de laméditation installe un mécanisme protecteur contre les automatismes et schémas de pensée anxiogènes. Détendre le corps c’est détendre l’esprit. L’inspiration de l’artiste, le deuxième souffle, le souffle de la vie, le souffle coupé, etc. Au premier plan, bien évidement, l’apport en oxygène. Pour autant, pensons-nous souvent à sa fonction de régulateur émotionnel ? Un cerveau mal oxygéné stresse plus vite. Nos sociétés actuelles nous maintiennent dans le déni total des leviers de notre bien-être, de notre auto-prise en charge et nous laissent croire aux providentiels moyens externes.

Body-Flow: Freedom from Fear-Reactivity: Amazon.fr: Scott Sonnon: Livres anglais et étrangers Dossier : apprendre à dire non Chaque jour, nous avons mille et une occasions de nous définir. Et, que les questions soient anodines ou graves, c’est toujours notre façon d’y répondre qui importe : « Vais-je aller plus loin avec ce nouvel amour ? », « Partirai-je en week-end avec ma mère ? », « Dois-je accepter cette orientation dans mon travail ? Article : sortir du triangle infernal « Les victimes d'hier sont les bourreaux de demain. » Victor Schoelcher (Homme politique antillais) Parmi les jeux de pouvoir les plus présents en entreprise, le plus courant est le triangle dramatique. Le triangle dramatique mis en exergue en 1968 par le Dr. Stephen Karpman (psychologue américain spécialisé en analyse transactionnelle) est un mode de fonctionnement relationnel préjudiciable pour chaque personne impliquée et pour l’entourage. La plupart d’entre nous tombons encore régulièrement dans le panneau, par manque de vigilance, tant dans notre vie professionnelle que personnelle. A chaque fois, on en sort épuisé et meurtri. L’objet de cet article est d’analyser la problématique du triangle dramatique dans le contexte de l’entreprise et notamment de répondre à trois questions-clés : Comment le détecter ? Qu’est-ce que le triangle dramatique ? Le triangle dramatique illustre schématiquement un jeu de pouvoir impliquant trois rôles différents mais intimement liés : Comment l’éviter ?

Article : dire non c'est reposant Vous êtes une bonne pâte. Vous ne savez pas dire non. Et, du coup, vous vous laissez un peu marcher sur les pieds. Ouille. Pourquoi est-ce si difficile de dire non ? 1. 2. 3. Comment faire pour dire non tout naturellement Utiliser le « Je ». Exercices pratiques : 1. Et vous, vous faites comment ?

Amy J.C. Cuddy - Faculty Amy J. C. Cuddy is Associate Professor and Hellman Faculty Fellow in the Negotiation, Organizations & Markets Unit at Harvard Business School. She holds a PhD in Psychology from Princeton University and BA in Social Psychology from the University of Colorado. Professor Cuddy studies the origins and outcomes of how we perceive and are influenced by other people, investigating the roles of variables such as stereotypes, emotions, nonverbal behaviors, and hormones.Her stereotyping research focuses on social categories (e.g., Asian Americans, elderly people, Latinos, working mothers) – how they are judged by others and by their own members (i.e., stereotyping), and how these judgments set the tone and content of social interactions (i.e., prejudice and discrimination). Cuddy’s research with Dana Carney (UC-Berkeley) focuses on how nonverbal expressions of power (i.e., expansive, open, space-occupying postures) affect people’s feelings, behaviors, and hormone levels.

Article : savoir dire non « Pour dire oui, il faut savoir dire non » disait François Mitterrand. Et en cela, il avait bien raison. J’irai même un peu plus loin en disant que savoir dire non, c’est apprendre à se dire oui à soi-même. Refuser la contrainte, le poids des responsabilités qui nous incombent est parfois une nécessité pour pouvoir s’épanouir. Après tout, nous ne sommes pas responsables de toutes les implications se développant dans notre environnement. Seulement voilà, il faut bien l’avouer, savoir dire non représente un challenge psychologique : c’est une négation de notre volonté d’aider, de donner ou de comprendre l’autre. Ce conflit interne est souvent destructeur et source de mal-être, donnant naissance à des sentiments comme la culpabilité ou le remords. Mais dire toujours oui, c’est aussi affaiblir sa légitimité au sein de sa sphère personnelle. Ces points noirs mis en avant, il est alors évident qu’il nous faut apprendre à dire non : aux tentations, aux excès, aux manipulations. 1. 2. Pourquoi ? 3.

Article : déjouer les pièges de la communication Au sein d’un groupe ou de relations inter-personnelles, une communication floue peut générer des dysfonctionnements et des problèmes relationnels. Apprenez à maîtriser sur le bout des doigts les questions simples qui dissipent les malentendus, aidez vos interlocuteurs à préciser leur propos et remotivez toute la troupe ! Cliquez sur l'image pour l'agrandir Mémorisez ce schéma et découvrez en détail dans les pages suivantes les flous de communication les plus courants et quelles questions poser pour les dissiper. Le modèle de précision : les questions qui améliorent la communication. Vous échangez à plusieurs sur un projet commun et, c’est bien normal, tout le monde n’est pas du même avis. Découvrez les 5 types de questions du modèle de précision.

Dossier : principes généraux de la communication interpersonnelle Accueil » Ressources et Outils » infoRH » Un milieu de travail convivial » Communications interpersonnelles Communications interpersonnelles Quand vient le temps d'interagir avec un collègue de travail - que ce soit à une réunion du personnel, dans le cadre de directives pour l'accomplissement d'une tâche, à l'occasion d'une séance de remue-méninges ou lors d'une évaluation du rendement, etc. -, la communication joue un rôle crucial et peut faire en sorte que l'interaction soit utile ou au contraire source de frustration. Une «piètre communication» est très souvent invoquée parmi les problèmes rencontrés au travail, mais qu'est-ce au juste qu'une «bonne communication»? Communiquer de manière efficace - en d'autres mots, être bien compris et bien comprendre les autres - est un ensemble d'habiletés que l'on peut apprendre et pratiquer. Conceptions erronées qu'on retrouve fréquemment au sujet de la communication Si je le dis, l'autre personne comprendra. Plus on communique, mieux c'est.

Comment avoir une idée ? publié le 28 octobre 2012 par Olivier Jadzinski en catégorie Conseils, Entreprendre 1inShare Que faut-il pour avoir une idée ? comment les idées viennent-elles ? Une fois n’est pas coutume, voici une video en français qui va traiter de ce sujet. A chacun son idée donc …

Related: