background preloader

Refusez les programmes de surveillance de données comme PRISM, XKeyscore etTempora

Related:  à lire

Guide d’autodéfense numérique How to Use Mapillary Data in OpenStreetMap - The Mapillary Blog Crosswalk map features detected in Santa Monica on mapillary.com/app While many feature classes are available (43, to be exact), only a handful of these are directly correlated to OpenStreetMap tags. We offer this data through two avenues: data served from the Mapillary API and data downloaded via an organization. Both of these require creating a Mapillary user account and organization, and are typically a commercial product. In the case of OpenStreetMap, we’re currently experimenting with the data quality in select communities, with plans in the works to make it more accessible to all OpenStreetMap users. For this post, I have outlined the two ways it is possible to use Mapillary data for updating OpenStreetMap. Option 1: Through an organization Today we’ll walk through how to make use of a Mapillary dataset from Santa Monica, California. For more information on how to set up an organization, see the Mapillary help pages. Creating a shape to extract Santa Monica data Bingo! Summary

Geochicas: Helping Women Find their Place on the Map - The Mapillary Blog From over 4,000,000 collaborators in the world largest crowdsourced database, only 2–5% are women. We are talking about OpenStreetMap, also called the Wikipedia of maps. It is unfortunately not an uncommon problem, in Wikipedia the situation is also dramatic, the contributors in 2018 were 90% males, 9% women and 1% others. Why is it so important to have a diverse group of people creating data? The answer is simple, having data added by one specific group create bias in the information. Geochicas is a network for women in OpenStreetMap with over 200 participants representing more than 22 countries worldwide. At Geochicas, we believe that real-life interactions are needed now more than ever, so finding ourselves in events helps us to create greater bonds with other women. Through these initiatives the Geochicas try to link and scale whenever possible: Currently, there are many projects led by Geochicas at the local, regional and global levels. Geochicas and Mapillary CallesVioletas

UN report calls OpenStreetMap “foundational” to disaster risk reduction – Resiliency Maps GENEVA — Some 4,000 people came from Canada to Vanuatu to figure out how to save lives and rebuild communities in the wake of floods, earthquakes, landslides and the like at the recent Global Platform on Disaster Risk Reduction. The fifth edition of the “Global Assessment Report on Disaster Risk Reduction” (GAR) launched at a packed session during the biennial, invite-only event. (I was there for Resiliency Maps, more takeaways soon. For now, check out the Legos.) Here’s what the 472-page report has to say about open data and open source in a section devoted to open-source software: “One area where open data and open source cross paths is in crowdsourcing. The Humanitarian OpenStreetMap Team and The Missing Maps both made a strong showing at the five-day event — with a busy booth, a mapathon and a number of lightning talks. A case study in the report also highlighted a crowdsourced mapping project in Dar es Salaam that HOT participated in. It’s something we’ve seen with Resiliency Maps.

Educ'OSM : PagePrincipale Educ'OSM est un projet associant de nombreux partenaires associatifs, universitaires, enseignement et contributeurs OpenStreetMap autour de l'intérêt des cartes collaboratives dans les projets pédagogiques des écoles, universités et acteurs jeunesse au sens large. Notre objectif est de proposer ici des retours d'expériences, des fiches pédagogiques, des idées de travaux, d'ateliers à mener en classe, dans un centre de loisirs, etc. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus ! Et rendez-vous sur TeachOSM pour découvrir d'autres projets dans d'autres langues. Quelques exemples d'animations

Itinérance récréative en montagne Partir de chez soi à vélo et arriver en Chine un an après, parcourir la via Alpina à pieds en famille pendant l'été, traverser l'Atlas marocain en deux semaines alternant ascension par la marche et descentes en parapente, sortir de chez soi pour une flânerie dans les environs de quelques heures... autant de pratiques qui peuvent relever de l'itinérance récréative. Itinérance est un mot polysémique, qui renvoie selon les approches à une pratique spatiale, qui peut être récréative (Berthélot et Corneloup 2008), ou à une pratique intellectuelle (Greisch, 2002). Dans les deux cas, la figure du détour est au cœur de sa signification (elle donne même le titre de l'ouvrage collectif cité de Berthélot et Corneloup). Dans le premier cas (détour spatial), itinérance renvoie à un déplacement sur un itinéraire prévu à l'avance, qui peut faire l'objet de modifications selon les imprévus ou désirs, y compris de sa destination. Le détour.

Article libre : Openstreetmap crée des données libres pour le territoire- le projet dessine ta ville Je vous invite à découvrir l'article « Openstreetmap crée des données libres pour le territoire - le projet dessine ta ville » que j'ai rédigé pour le dernier numéro de la revue Espaces consacré à l'Opendata. « L'initiative Dessine ta ville vise à encourager les citoyens d'un territoire à produire ensemble des ressources numériques partagées sous licence libre. Nous nous sommes appuyés au départ sur la carte coopérative libre OpenStreetMap, une représentation du monde produite par des contributeurs volontaires. Ce projet qui a vu le jour en 2004 rassemble aujourd'hui plus de 700 000 passionnés répartis sur toute la planète. » La suite dans le fichier librement accessible : Openstreetmap crée des données libres pour le territoire - le projet dessine ta ville. Ce travail est publié sous licence Creative Commons BY-SA. Un grand merci à Hermine de Saint Albin, Claudine Chaspoul et toute l'équipe de la revue Espaces pour l'agréable collaboration.

Promouvoir et défendre le logiciel libre | April Le blog de nlehuby Organiser un mapathon ou une séance de cartographie participative en classe Bibliographie | citer cet article Dans la construction des savoirs, la logique participative (en anglais : crowdsourcing) consiste à s’appuyer non seulement sur des experts ou des scientifiques patentés, mais également sur des amateurs plus ou moins avertis qui contribuent à la production de données. Les astronomes et naturalistes amateurs en sont les exemples canoniques : les premiers participent régulièrement à des programme de recherche officiels, les seconds avisent régulièrement les muséums d’histoire naturelle de la découverte d’une espèce animale ou végétale inconnue. La cartographie n’a pas échappé à cette tendance, dont le projet OpenStreetMap (OSM) est le plus emblématique. Les contributeurs d’OSM se donnent pour mission de créer une base de données cartographiques mondiale et libre, à l’instar de Wikipédia dans le domaine du savoir encyclopédique. Wikipédia utilise d’ailleurs OSM pour ses cartes, à l’instar d’un nombre croissant de services en ligne. 1. 2. Graphique 1. 3.

Voies vertes : la Loire à vélo sur 125 kilomètres « Son travail est pertinent et peut nous faire gagner du temps » Le travail de titan mené par Loïs Moreira n’est pas passé inaperçu. Gaël Perdriau fait partie de ceux qui suivent de près les avancées de ce Stéphanois d’adoption. "J’ai souhaité recevoir Loïs Moreira car son travail est pertinent et peut nous faire gagner du temps. "Je vais présenter un plan vélo d’ici l’été" Un tel projet demande du temps. Le projet de Loïs Moreira pourrait permettre à la métropole de rattraper une partie de son retard en ce qui concerne les transports doux, comme le reconnaît Gaël Perdriau. "C’est un enjeu du territoire.

alternatives surveillance Internet by helzaaa Feb 21

Related: