background preloader

Gustave Flaubert

Gustave Flaubert
Auteurs français ► XIXe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Vie de Flaubert Né à Rouen, fils de chirurgien, Gustave Flaubert connaît dès l’enfance la monotonie de la vie en province et s’en inspirera lorsqu’il écrira Madame Bovary (1857) et le Dictionnaire des idées reçues (posthume, 1911). Il tente de tromper son ennui en s’adonnant très tôt à la littérature ; lecteur assidu, il compose dès le lycée ses premiers textes, la plupart à dominante sombre et mélancolique. Mémoires d’un fou, écrit en 1838 et publié en 1900, à titre posthume, est sa première tentative autobiographique. Il commence sans enthousiasme ni assiduité de classiques études de droit à Paris mais, atteint d’une maladie nerveuse aux environs de l’année 1844, il doit les interrompre prématurément. Devenu un rentier précoce, il vit dès lors retiré à Croisset, petite localité proche de Rouen où sa famille a acheté une propriété. Œuvres de Flaubert Entre romantisme et réalisme Travail de l’écrivain Œuvres de jeunesse Related:  Biographies d'auteursBiographie d'auteurs

Charles Baudelaire Auteurs français ► XIXe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Baudelaire et la modernité poétique Portrait de Charles Baudelaire par Étienne Carjat, vers 1862. Charles Baudelaire est né à Paris. Ainsi, de retour en France, Baudelaire s’éprend de Jeanne Duval en 1842, une mûlatresse dont il partagera jusqu’à la fin la vie erratique et qu’il érigera comme la « Vénus noire » de son œuvre, comme l’incarnation de la femme exotique et sensuelle. Installé sur l’île Saint-Louis, le jeune poète tire profit de l’héritage paternel que, sa majorité venue, il commence à toucher (1842), vivant profusément, à la manière des dandys, dépensant des sommes indécentes pour ses tenues excentriques ou l’acquisition de coûteuses œuvres d’art. Baudelaire, souffrant dès lors de ne pouvoir disposer librement de son bien, se met en tête de vivre de sa plume. Charles Baudelaire – Le Spleen de Paris (1929), une aquarelle d’Edith Follet (1899-1990). Mode et modernité dans l’art Bibliographie Citations choisies

Jean-Jacques Rousseau Auteurs français ► XVIIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Les années de formation Né dans la république calviniste de Genève, Jean-Jacques Rousseau perd sa mère quelques jours après sa naissance. Vers l’âge de douze ans, il commence un apprentissage de graveur mais, malheureux chez son maître, il prend la fuite au bout de quelques années et passe à pied en Savoie (1728). Rousseau est recueilli par Mme de Warens, jeune dame pieuse qui devient sa protectrice et qui le convertit au catholicisme. Les débuts dans le monde En 1742, Jean-Jacques Rousseau se rend à Paris pour y gagner sa vie comme maître de musique, copiste et secrétaire particulier. L’illumination des Vincennes La vocation littéraire de Rousseau – il le racontera par la suite – survient un jour de 1749. Grandes œuvres et polémiques J.J. En 1762, ce dernier ouvrage est condamné par le parlement de Paris. En 1770, il revient se fixer à Paris et s’engage à ne plus rien publier de son vivant. Pensée et influence Bibliographie

Les Mains libres de Paul Eluard et Man Ray, séquence de terminale L Beau comme la rencontre sur une table de dissection d’un parapluie et d’une machine à coudre. Isidore Ducasse alias le Comte de Lautréamont, Les Chants de Maldoror, 1868. Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie, J-C G, 2006 Cette étrange comparaison, reprise d’ailleurs par André Breton dans Le Manifeste du Surréalisme en 1924, illustre parfaitement un des principes fondamentaux du mouvement : effectuer des rapprochements inattendus et improbables afin de faire jaillir une « révélation », fruit de la « collision » d’objets et/ou de mots. C’est dans cette quête artistique que s’inscrit résolument le recueil Les Mains libres de Paul Éluard et Man Ray, collaboration entre un poète et un peintre publiée en 1937. Nous allons voir que cette collaboration ne constitue pas une exception dans les parcours respectifs des deux artistes. Couverture de l’édition Jeanne Bucher, Paris 1937 Paul Eluard Le groupe surréaliste. Médieuses. Man Ray

Jean Racine - Au 17ème Siècle Jean Racine par De Troy Jean Racine, fils de Jean Racine, procureur au bailliage et de Jeanne Sconin, naquit le 22 décembre 1639 à la Ferté-Milon. Sa mère, Jeanne Sconin mourut le 28 janvier 1641, soit quelques jours seulement après la naissance de sa soeur, Marie Racine. Le 4 novembre 1642, le père de Jean Racine se remaria avec Madeleine Vol, la fille de Jean Vol, notaire de Ferté-Milon, alors âgée de vingt-trois ans. Le mariage ne dura point car la mort emporta brutalement Jean Racine, le 6 février 1643, à l'âge de vingt-huit ans. En septembre 1649, Jean Racine, le grand-père tant aimé de Racine, mourut. De son côté, Jean Racine rentra au collège de Beauvais jusqu'au 1er octobre 1655. De 1655 à 1658, Jean Racine composa de nombreuses poésies regroupées dans un manuscrit " Brouillons et extraits faits presque à la sortie du collège ". En octobre 1658, Jean Racine quitta Port Royal pour le collège d'Harcourt à Paris où il prit des cours de logique et de philosophie.

Charles de Secondat de Montesquieu Auteurs français ► XVIIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Vie de Montesquieu Une carrière parlementaire Issu d’une famille d’importants parlementaires bordelais, Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, fut élevé d’abord au château de La Brède. Dans la capitale, il fréquenta les milieux savants et lettrés, mais, très attaché à sa terre et à sa région, il revint à Bordeaux, où il prit la charge de conseiller au parlement (1714). Des premiers écrits aux Lettres persanes Pourtant, parallèlement à cette charge, dès 1717, il se passionna pour les sciences, et, comme membre de l’Académie des sciences de Bordeaux, il rédigea de nombreux traités de physique, de médecine, mais également de politique et de philosophie (Dissertation sur la politique des Romains dans la religion, 1716). Voyages et observations Tous ces voyages rendirent possible une observation minutieuse de la géographie, de l’économie, des mœurs et des coutumes politiques des différents pays européens.

Les boloss des Belles Lettres grosse pression sur le père moliérissimo qui décide de dropper le flow cadencé de l'alexandrin pour se jeter dans l'arène de la prose de BG histoire que les joibours et les boloss ils captent aussi c'est quoi qu'il bave le p'tit jean-baptiste pokeur mais gaffe putain c'est le sniper du clash divin !! ça commence tu vois pas DJK mais sganarelle qui chille pépouze avec un keumi et il pose un slam sur la weed genre “trop de la balle les splifs susu même aristote ce gros boss antique il dit big up les splifs donc moi je dis c'est trop de la balle » bon là tu piges que sganny c'est plutôt une victime cérébrale et puis après il dit wallah DJK c'est un chaud de la teub il a sniffé une p’tite beurette bien bonne puis après il l'a épousée et BAM maintenant il l'a kickée comme un pitt sur le périph’ son blase c'est elvire mdrrr comme la crème fraîche et le beurre normal c'est une p'tite beurette des barres mais stop abusé putain !!!

Pierre Corneille Poète dramatique français (Rouen 1606-Paris 1684). La situation de Corneille aujourd'hui est paradoxale : un nom illustre, une tragi-comédie extrêmement célèbre (le Cid, 1637), dont quantité de répliques sont connues du grand public, un adjectif (« cornélien ») passé dans l'usage courant contrastent avec une certaine méconnaissance de pans entiers de son œuvre. Naissance 6 juin 1606 à Rouen. Famille Son père est « maître des Eaux et Forêts de la vicomté de Rouen », une modeste profession administrative qui le range dans la petite bourgeoisie. Formation Études au collège des Jésuites de Rouen, puis licence de droit. Premiers succès Succès immédiat de Mélite, première pièce et première comédie (1629-1630). Évolution de la carrière de l’auteur : – un auteur comique (1631-1645) : la Veuve, la Galerie du Palais, la Suivante, la Place royale, quatre comédies, de 1631 à 1634. – la tentation de l’abandon : échec de Pertharite (1652) et « retraite ». – le retour au théâtre : Œdipe (1659). Mort 1. 2. 2.2.

Jean de La Fontaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean de La Fontaine Jean de La Fontaine par Hyacinthe Rigaud, en 1690. Œuvres principales Jean de La Fontaine (né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, et mort le 13 avril 1695 à Paris) est un poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure ses contes licencieux. Proche de Nicolas Fouquet, Jean de La Fontaine reste à l'écart de la cour royale mais fréquente les salons comme celui de Madame de La Sablière et malgré des oppositions, il est reçu à l'Académie française en 1684. C'est en effet en s'inspirant des fabulistes de l'Antiquité gréco-latine et en particulier d'Ésope, qu'il écrit les Fables qui font sa renommée. Biographie Années de formation (1641-1658) On dispose de très peu d’informations sur les années de formation de Jean de La Fontaine. Entre temps, en 1647, son père lui organise un mariage de complaisance avec Marie Héricart, à la Ferté-Milon. Au service de Fouquet (1658-1663)

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Auteurs français ► XVIIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Biographie Né à Paris, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux passe son enfance et son adolescence à Riom, où son père remplit la fonction de directeur de la Monnaie. Élevé au collège des oratoriens de la ville, il est destiné à reprendre la charge de son père et entreprend à cet effet des études de droit à Paris à partir de 1710. Peu après son arrivée dans la capitale il devient, par l’entremise de Fontenelle, l’un des familiers du salon de Mme de Lambert et reçoit l’approbation pour sa première pièce de théâtre, le Père prudent et équitable (1712). Auteur de plusieurs romans, dont la Voiture embourbée en 1714, et d’une série d’essais publiés par le Mercure, les Lettres sur les habitants de Paris (1717), les Pensées sur la clarté du Discours (1719), il achève de prendre parti dans la seconde querelle des Anciens et des Modernes en faisant paraître à la fin de 1716 l’Iliade travestie, roman parodique et burlesque. Théâtre

Molière Auteurs français ► XVIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Les débuts De son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, Molière naquit à Paris le 15 janvier 1622. L’illustre-Théâtre Molière ne profita pourtant pas de la possibilité de promotion sociale qui lui était offerte car, dès 1643, il décida, contre l’avis de son père, de devenir comédien. L’année suivante, il prit la direction de la compagnie, sous le pseudonyme de Molière, qu’il choisit pour des raisons jamais élucidées. L’Illustre-Théâtre connut d’abord un semblant de succès : installé sur la rive gauche, dans le jeu de paume des Métayers, il ouvrit ses portes le 1er janvier 1644 et bénéficia de l’incendie qui avait dévasté la salle des comédiens du théâtre du Marais, l’une des deux troupes concurrentes avec celle de l’Hôtel de Bourgogne. Tournées en province Une fois Molière libéré, la troupe rejoignit en province celle de Dufresne avec le souci d’éviter les erreurs du passé. Succès parisiens

Victor Hugo wikipedia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Portrait de Victor Hugo par Nadar. Œuvres principales Victor Hugo Écouter, né le à Besançon et mort le à Paris, est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française. Victor Hugo occupe une place marquante dans l’histoire des lettres françaises au XIXe siècle, dans des genres et des domaines d’une remarquable variété[3],[4]. Victor Hugo a fortement contribué au renouvellement de la poésie et du théâtre. Biographie Enfance et jeunesse Maison natale de Victor Hugo à Besançon. Victor, Marie Hugo[9] est le fils du général d'Empire Joseph Léopold Sigisbert Hugo (1773‑1828), créé comte, selon la tradition familiale, par Joseph Bonaparte, roi d'Espagne et en garnison dans le Doubs au moment de la naissance de son fils, et de Sophie Trébuchet (1772‑1821), jeune femme issue de la bourgeoisie nantaise (voir maison natale de Victor Hugo). Jeune écrivain François–Victor naît en octobre 1828.

Related: