background preloader

Qu'est ce que l'éducation populaire ? - CEMEA Pays de la Loire

Qu'est ce que l'éducation populaire ? - CEMEA Pays de la Loire
Cette intervention se construit à la fois par rapport à une expérience de quelques années, aux différentes rencontres durant ces années, mais s’est aussi appuyée sur les différents positionnements du CRAJEP Pays de la Loire, du CNAJEP et quelques ouvrages (« L’éducation populaire réinterrogée » de JEAN Bourrieau ; « Éducation populaire et puissance d’agir » de Christian Maurel ; « Pour une culture de la participation » de Pierre Mahey ; « L’animation dans tous ses états (ou presque) » de Jean Claude Gillet ; « Du temps à ménager » de Robert Penin ...) Parfois on évoque la difficulté à définir l’éducation populaire. Il convient d’identifier que la difficulté n’est pas tant conceptuelle que liée à la diversité des actions et des modes d’actions. Mais effectivement, il convient dans un premier temps de travailler sur les représentations, et en particulier les fausses représentations autour de l’éducation populaire. L’éducation populaire ce n’est pas ou ce n’est pas que... 1. 2. 3. 4. 1. 2. Related:  clacladu34victoriavico

I love educ pop La collection Passerelle et ses débats - Coredem Avec la collection Passerelle, la Coredem investit des sujets qui font débat. Ce sont des militant-e-s d’associations, syndicats, organisations internationales, mais aussi des chercheurs ou des juristes, qui se rassemblent autour de cette publication collective et ses espaces de débats associés ; les Mercredis de la Coredem. Objectifs de la collection Passerelle : traiter des sujets d’actualité qui font débat, à travers des analyses et des réflexions issues du travail de terrain et de recherche ; apporter un décryptage sur ces sujets afin d’alimenter la critique sociale, les échanges d’idées et la diffusion d’alternatives ; appuyer les acteurs du changement dans leurs projets éditoriaux, en mutualisant des contenus et en donnant une visibilité à leurs productions, tout en garantissant leur indépendance. Les autres numéros de la collection sont également disponibles en ligne. A diffuser sans modération !

L'évolution du cadre et des missions des métiers de l'animation (fiches.L'évolution du cadre et des missions des métiers de l'animation.WebHome) - XWiki Le champ professionnel de l’animation a fortement évolué depuis sa naissance dans l’après- guerre au sein des mouvements sociaux militants. Il s’est transformé tant dans ses contenus que dans ses formes de gouvernance, ce qui a nécessité un ajustement régulier de ses règles et pratiques. Jean-Pierre Augustin et Jean-Claude Gillet définissent deux périodes de développement de l’animation : la période de l’émergence des institutions d’éducation populaire, puis celle du renforcement du rôle de l’État et des collectivités territoriales. Les relations entre les structures d’animation et les pouvoirs publics, influent à la fois sur le sens et la portée du service d’animation mais aussi sur la nature des emplois développés. Construite autour des valeurs de l’éducation populaire, l’animation recouvre aujourd’hui un très vaste champ, assez peu homogène : on y trouve des professionnels qui interviennent dans les secteurs culturel, socioculturel, socioéconomique, socioéducatif, social et sportif.

Éducation populaire L'éducation populaire (en Belgique, éducation permanente) est un courant de pensée qui cherche principalement à promouvoir, en dehors des structures traditionnelles d'enseignement et des systèmes éducatifs institutionnels, une éducation visant l'amélioration du système social. Depuis le XVIIIe siècle occidental, ce courant d'idées traverse de nombreux et divers mouvements qui militent plus largement pour le développement individuel des personnes et le développement social communautaire (dans un quartier, une ville ou un groupe d'appartenance, religion, origine géographique, lieu d'habitation, etc.) afin de permettre à chacun de s'épanouir et de trouver une place dans la société. Il s’agit, plus largement, de faciliter l’accès aux savoirs, à la culture, afin de développer la conscientisation, l’émancipation et l’exercice de la citoyenneté, "en recourant aux pédagogies actives pour rendre chacun acteur de ses apprentissages, qu’il partage avec d’autres"[1]. Ces mouvements de fond sont :

Politiques publiques de jeunesse en Europe - Persée N° 42 AGORA DÉBATS/ JEUNESSE 5 sur dix pays, bien qu’incomplet et de production inégale. Dans le même esprit, signalons aussi la publication de la revue Forum 21, publiée conjointement par l’IJAB (Allemagne), la NYA2 (Angleterre) et l’INJEP (France), qui s’attache, depuis 2003, «à présenter les événements qui interviennent en matière de politique européenne de la jeunesse » . Les sources disponibles sont récentes, disparates, partielles, souvent descriptives, rarement mises en oeuvre par des universitaires ou des instituts de recherche, elles relèvent souvent d’initiatives institutionnelles, voire gouvernementales, ce qui conduit les auteurs à déboucher sur des propositions ou recommandations pour «une politique européenne des jeunes » ou pour favoriser «la citoyenneté européenne de la jeunesse » . 3 Agora débats/ jeunesse, no 39, 1er trimestre 2005.

L’éducation populaire en question(s) Et si notre société avait besoin plus que jamais de réels éducatifs ambitieux en direction de toute la population ? En essayant de se départir du sens commun propre à tout groupe constitué, la question mérite d’être sincèrement posée. En effet, la fulgurance des changements sociaux et économiques, des révolutions à l’oeuvre dans les sciences et les technologies modifie profondément la structure même des sociétés sans que cela ne fasse vraiment l’objet de débats démocratiques visibles. Pourtant les chercheurs l’affirment : les champs de connaissances scientifiques sont bouleversés, transformés tous les trois ans. Les débats électoraux et civiques n’y font pourtant pas allusion. Cependant, comme nous le montre l’histoire de l’éducation populaire (lire la contribution de Jean-Paul Martin), il semble bien qu’il y ait conjonction des révolutions scientifiques et techniques et des évolutions démocratiques.

Passer le BAFA en trois étapes Le BAFA ne se décroche pas du jour au lendemain. Les aspirants animateurs doivent suivre deux sessions de formation, séparées par un stage pratique. Au programme : ni tableau noir, ni cours magistraux, mais un travail en petits groupes alternant mises en situation et auto-évaluation. "Je suis quelqu'un de simple, j'ai le contact facile, des idées, un petit grain de folie. Étape 1 : la formation générale Clément a passé sa "base", la formation générale qui constitue la première étape du BAFA, en 2008. Si la théorie est indispensable pour évoquer la connaissance de l'enfant ou la réglementation, la pédagogie se veut active. "La théorie nous est enseignée de façon ludique, sous forme de jeux de rôle ou d'ateliers de groupe, et enrichie par le récit des expériences des formateurs. Étape 2 : le stage pratique Car la suite passe par un stage pratique, la mise en œuvre de tout ce qui a été vu auparavant. Clément avait choisi un centre de loisirs dans un village proche de son domicile.

Qu'est-ce que l'éducation populaire ? Il n’existe pas de définition instituée de ce qu’est l’éducation populaire, et c’est sans doute très bien comme cela. L’éducation populaire, c’est avant tout l’ambition de ne pas séparer l’action et l’analyse, de ne pas séparer celleux qui font, celleux qui réfléchissent, et celleux qui décident. C’est en cela que l’éducation populaire est directement liée aux pratiques d’autogestion (de nos activités, de nos luttes, de l’économie). L’éducation populaire, ce n’est pas éduquer le peuple. L’éducation populaire, ce n’est pas vulgariser des savoirs, fussent-ils émancipateurs. Par émancipation, on désigne un processus jamais terminé qui se décline conjointement dans deux directions : L’objectif de l’émancipation est de sortir collectivement de la place qui nous a été assignée par les rapports sociaux. L’éducation populaire, ce n’est pas une activité d’un après-midi, mais une démarche à long-terme. La posture d’éducation populaire est une posture d’accompagnement. Les articles suivants

Bridge School (California) Nonprofit organization The Bridge School is a non-profit organization in Hillsborough, California for children with severe speech and physical impairments. It aims to allow the children to achieve full participation in their communities through Augmentative and Alternative Communication (AAC) and Assistive Technologies (AT). The school was founded by Pegi Young, Jim Forderer and Dr. Education for individuals with complex speech and physical needs is the main purpose of the organization and both school and pre-school programs are run. In 2001 the Board of Directors established a Research program to examine their educational practices and understand the impact and effect they have on their students. A transitional program was developed to aid the transition of students from the Bridge School back to their home schooling districts. This program provides opportunities for teenagers and young people who use AAC and AT to gather, share ideas and raise awareness of AAC/AT users. Coordinates:

Related: