background preloader

De l'activité langagière dans la classe aux gestes professionnels de l'enseignant: convergences et confrontations - 5

De l'activité langagière dans la classe aux gestes professionnels de l'enseignant: convergences et confrontations - 5

http://tfe.revues.org/1013

Related:  Travail et formation en éducationauto formationDécrochage scolaire

Le travail multi-prescrit des enseignants en milieu scolaire : analyse de l’activité d’une professeure d’école stagiaire 1Le but de cette étude est de progresser dans la compréhension de la cognition de l’enseignant en situation de travail, dans une double perspective : le développement des travailleurs de l’enseignement ainsi que l’amélioration de la formation (et, au final, de l’enseignement en milieu scolaire). Or, sur ce sujet, le principal biais consiste à envisager l’acte d’enseigner comme la mise en œuvre de principes, savoirs et savoir-faire opérationnels (modes opératoires) et à penser l’apprentissage du métier d’enseignant comme l’accumulation de ces savoirs et savoir-faire (Durand et coll., 2006). Cette conception prévaut par exemple dans les référentiels de compétences officiels (voir par exemple le Référentiel de compétences du professeur d’école stagiaire de novembre 1994 ou l’arrêté de décembre 2006, intitulé : Cahier des charges de la formation des maîtres en IUFM).

Etude psychosociale d’une séquence d’enseignement de la lecture au cours préparatoire 1Comment peut-on définir la professionnalité ? La professionnalité repose sur l’avènement de compétences spécifiques en ce qu’elles se rapportent à l’automatisation progressive d’activités particulières répétées. Définir un professionnel c’est donc caractériser son ou ses activités. Or l’activité enseignante se définit souvent, et même prioritairement pour le didacticien, par le savoir et ses enjeux qui constituent le cœur même de la raison de mise en place de l’activité d’enseignement : on enseigne pour que les élèves apprennent « quelque chose » en classe… sinon à quoi bon ? Une intervention précoce face aux premiers signes du décrochage scolaire au collège - Éducation prioritaire Un groupe de prévention contre le décrochage scolaire (GPDS) est mis en place dans les établissements. Il doit intervenir le plus précocement possible lorsque les signes de décrochage se manifestent chez un élève. Sans méconnaître et minimiser les autres causes externes au système éducatif, le décrochage scolaire est un phénomène qui traduit un échec de l’école et dont les conséquences économiques et sociales sont très lourdes. Les effets pour celui qui en est victime sont particulièrement destructeurs (manque de confiance et mésestime de soi, stigmatisation et marginalisation, etc.). Le processus commence très tôt.

Élèves en difficulté et métacognition : qu'en disent les neurosciences ? On observe que les élèves en difficulté ont du mal à produire une réflexion métacognitive. La métacognition serait-elle trop difficile pour cette clientèle ? Peut-être que ce n’est pas pour eux ? Ecrire au tableau entre pratique langagière et geste professionnel 1Le rôle de l’activité langagière dans le travail n’est plus à démontrer. Les travaux du réseau langage et travail (Borzeix et Fraenkel, 2001) ont montré à quel point les activités langagières orales et écrites sont constitutives de l’activité professionnelle et comment l’étude des premières contribuait, par effet de retour, à mieux connaître la seconde. 1 Hormis bien sûr les nombreux travaux sur les écrits de formation (mémoires professionnels, journau(...) 2 Bertrand Daunay, Rouba Hassan, Brigitte Lepez et Martine Morisse 3 Cette recherche s’est poursuivie jusqu’en 2007 grâce au concours de l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais a(...) 2En ce qui concerne le travail enseignant qui suscite depuis peu un intérêt théorique en didactique (Jorro, 2002, 2006 ; Bucheton et Dezutter, 2008), pour mieux le définir et cerner ses « gestes professionnels » spécifiques, les travaux ont rarement porté sur la production écrite des enseignants, pourtant, pléthorique1. 7 Cf.

Les pratiques d’échanges informels des enseignants avec leurs collègues de travail au sein de l’école primaire 1Les échanges entre les enseignants peuvent être décrits à partir de différents termes plus ou moins interchangeables – collaboration, concertation, coopération, coordination, collégialité, travail d’équipe, etc (Marcel, Dupriez, Périsset Bagnoud et Tardif, 2007). Les pratiques collectives des enseignants peuvent varier en allant d’un simple échange d’informations à la conception et à la mise en œuvre d’une activité professionnelle commune (Barrère, 2002b). De même, les objets des échanges peuvent être nombreux et variés : les élèves, le travail d’enseignement, les disciplines d’enseignement, le projet d’école, les relations avec les parents et autres partenaires éducatifs, etc. (Lefeuvre, 2007). Ce qui nous intéresse ici porte sur les échanges informels entre les enseignants et leurs collègues de travail (collègues enseignants et non-enseignants) au sein de l’établissement.

Anne Armand : Changer l'Ecole pour réduire le décrochage ? Invitée le 5 février au matin par l'Assemblée nationale, le soir par l'OZP, l'inspectrice générale Anne Armand a défendu son rapport sur la prévention du décrochage. Si pour elle, la lutte contre le décrochage passe par des changements dans les pratiques pédagogiques, elle semble en même temps relativiser l'impact des instructions officielles. C'est que la question du décrochage est maintenant prise dans deux machines puissantes. Celle de la modernisation de l'action publique (MAP) à laquelle participent les auteurs du rapport. Et les régions à qui la loi sur la formation professionnelle va confier le raccrochage.

Etes-vous un bon prof ? Série 1 : l'enseignant et ses cadres Nous vous parlions la semaine dernière du lancement d’une série d’auto tests pour vous aider à évaluer votre pratique. Nous vous laissons découvrir avec François Muller la première des cinq facettes : l’enseignant et ses cadres. « Etes-vous un bon prof ? » : cette question, vous vous l’êtes posée plusieurs fois, comme l’a fait n’importe quel professionnel, pour s’ajuster au contexte changeant, à de nouveaux publics d’élèves, pour réguler l’intensité de son propre travail, pour tenir la comparaison avec d’autres collègues, ou pour postuler à un nouveau poste. C’est un exercice d’explicitation que l’on se doit à soi-même, qui met en rapport les compétences effectives et le sentiment subjectif de sa propre compétence.

Une co-construction de la réussite. Le cas des expériences de formation en groupe de futurs enseignants 1Dans l’esprit de la nécessaire collaboration entre professionnels et pédagogues pour optimiser la réussite scolaire des élèves, les syllabus des facultés de formation à l’enseignement font de plus en plus place à l’acquisition d’habiletés collaboratives et coopératives. Ces habiletés sont d’ailleurs couramment perçues comme essentielles à l’employabilité des futurs enseignants (Glathorn, 1987; Hassanien, 2007; Hétu & Lavoie, 1999). Comprendre la façon dont ils font l’expérience du travail de groupe est un indicateur du chemin à parcourir pour approfondir la socialisation professionnelle fondamentale à la profession enseignante (Hétu & Lavoie, 1999).

Related: