background preloader

Qu’est-ce qu’apprendre avec le numérique ?

Si les ordinateurs ont enfin pénétré dans les salles de classe, la révolution numérique commence à peine à toucher l’enseignement. Il est vrai qu’entre les innovateurs révolutionnaires et les conservateurs réfractaires, le débat sur les bienfaits du numérique sur l’apprentissage est loin de faire l’unanimité. La faute revient principalement au manque de moyens d’évaluation, mais aussi à un manque de préparation et de formation des professeurs pour l’intégration de ces outils dans leurs cours. Pour le moment, on n’observe aucune différence quantifiable entre un cours « classique » et un cours utilisant le numérique. Cela ne veut pas dire que le numérique ne possède pas la capacité d’opérer plusieurs grands changements. Cependant, on peut se demander si ces changements sont possibles sans une meilleure maîtrise de l’aspect créatif de l’informatique et notamment du code. > Peut-on mesurer les effets des TIC sur l’éducation ? > Le HTML comme 3e langue ?

http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-forums/88-qurest-ce_qurapprendre_

Related:  Processus d’apprentissage à l'ère numériquePédagogie numériqueEnseignement et numérique (1)Apprendre à l'ère du numérique

Écran, papier : vous lisez sur quoi ? Depuis 5 000 ans, l’homme a considérablement reformaté son cerveau (certains diraient « hacké »…) afin de s’adonner à une activité loin d’être naturelle : la lecture. En utilisant la partie de notre cerveau dédiée à la reconnaissance des visages et des objets, nous avons pu nous entraîner à reconnaître les mots au prix de grands efforts de concentration. Mais cette pratique a beaucoup évolué au cours des siècles. Elle fut tout d’abord réservée à une élite qui lisait à voix haute afin de déchiffrer des écritures ne comportant aucun espace entre les mots. Avec l’introduction des signes de ponctuation vers le Ve siècle, la lecture se fait plus facile et l’on voit l’arrivée de ce que les spécialistes nomment la « lecture profonde » qui consiste à ignorer son environnement pour faire résonner les mots dans sa tête.

Manuel pour animer des réseaux collaboratifs Quatre organisations (deux en France, une en Communauté française de Belgique et une en Catalogne) ont uni leurs forces et leurs talents pour animer le projet Cooptic, financé par la Commission européenne, visant à former des animateurs de réseaux collaboratifs. Une formation de 14 semaines a ainsi vu le jour, complétée par un e-book récemment achevé et librement accessible : Faire ensemble ! Manuel à l'usage des animateurs de réseaux collaboratifs. L'animation d'un réseau collaboratif à des fins de production représente en effet un véritable défi, tant la diversité des compétences, des intérêts, des modalités de travail... est grande chez les membres.

Apprendre et enseigner à l'ère numérique : entre virage pédagogique et mirage technologique Voici un texte illustré de diaporamas et d’une mini-vidéo qui synthétise la conférence que j’ai donnée à Sao Paulo (Brésil) dans le cadre du Colloque “Enseigner et Apprendre au XXIème Siècle” (6 au 8 février 2012) Un peu partout dans le monde, dans différents secteurs de la vie sociale, économique, professionnelle et à différents niveaux comme l’éducation, la formation initiale et continue, l’apprentissage informel ou l’apprentissage formel (à l’école, à l’université ou encore dans la formation continue), le numérique est omniprésent. Textes, images, sons … défilent à la vitesse d’une succession effrénée de « 0 » et de « 1 » et, de manière étonnante, le binaire permet la nuance. Dans le contexte éducatif, les universités numériques fleurissent, les réseaux se concrétisent dans des consortiums d’universités au niveau régional ou même international. Une porte d’entrée nécessaire : la cohérence pédagogique

Comment notre cerveau se débrouille-t-il avec les TICE ? Apprendre une information via le web, est-ce la même chose que de l’apprendre dans un livre ou de la bouche d’une personne ? Pas vraiment, si on en croit les différentes études menées sur les processus d’apprentissage et les nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement. Depuis l’utilisation massive de la recherche d’information par les moteurs de recherche jusqu’à la lecture sur écran, notre environnement numérique chamboule notre cerveau. Cela commence par l’écriture qui depuis des millénaires s’effectuait sur des supports physiques ; les mouvements de la main guidant le stylo participent fortement à l’apprentissage ; avec la frappe sur un clavier qui remplace peu à peu la feuille de papier et le crayon, notre mémoire perd un atout précieux. Même chose pour la lecture sur écran qui demande à nos neurones beaucoup plus d’efforts pour rester concentré. Néanmoins, le constat est loin d’être aussi négatif.

10 principes pédagogiques à prendre en compte pour concevoir des environnements d’apprentissage multimédia Supposons que vous vous retrouviez dans l’un de ces 4 cas de figures, et que vous souhaitiez soit : Concevoir une formation en ligne pour apprendre à vos collaborateurs comment utiliser un nouveau logiciel informatique,Rédiger et mettre en page des syllabi et fiches pédagogiques en sciences biomédicales pour vos étudiants,Développer un Serious Game pour promouvoir les principes d’une alimentation saine auprès d’un public adolescent,Réaliser une présentation PowerPoint sur la thématique des sciences de l’éducation dans le cadre de votre participation à une prochaine conférence. Quel est, à votre avis, le dénominateur commun des 4 propositions ci-dessus ? Je vous le donne en mille : chacun de ces exemples intègre, à des degrés divers, une approche pédagogique basée sur plusieurs médias. C’est-à-dire non seulement des mots parlés ou écrits, mais aussi des images, des photos, des diagrammes, des vidéos… Objectif : favoriser un apprentissage plus efficace et de meilleure qualité.

Comment parler d’Internet aux adolescents ? Parler aux adolescents d’Internet en tant qu’espace social pose forcément question aux professeurs documentalistes que nous sommes. Nous ne sommes pas toujours formés au développement de compétences sociales et si nous pouvons nous sentir capables de travailler sur la compréhension des outils, il est toujours plus délicat d’aborder la question des usages, notamment des usages intimes et non scolaires… et éventuellement des comportements à risques.La question peut se poser : est-ce notre rôle d’enseignant ? Est-ce dans nos missions ?Dans les faits c’est quasiment toujours en cas de problème (ou en prévention de problèmes) signalés par des élèves ou des parents qu’il nous est demandé d’intervenir. Une vision simple, facile pour la communication est de décider qu’une formation aux dangers suffit et qu’une fois cela fait, c’est réglé : les adolescents sont parés pour aller sur le Web.

Apprendre à l'ère numérique 4 virages pour l’Ecole au XXIè siècle Après avoir défini les contours d’un modèle de pédagogie ouverte et hybride, je propose aujourd’hui d’explorer les nouveaux horizons que l’ère numérique dévoile en terme d’apprentissages. Apprendre avant le numérique signifiait évoluer dans Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur. « I miss my pre-internet brain » (Mon cerveau d’avant Internet me manque) : avec cette phrase inscrite sur fond rose, l’artiste Douglas Coupland montre à quel point le web a changé notre façon de chercher des informations, de les comprendre et de les mémoriser. De toute l’histoire de l’humanité, nous n’avons jamais eu autant d’informations disponibles à la lecture qu’aujourd’hui. Pour faire face à ce raz-de-marée, notre cerveau serait en train de changer, d’évoluer et de créer une nouvelle forme de lecture adaptée au milieu numérique.

Modèle ASPID du processus d'intégration des technologies en éducation Le modèle ASPID (adoption, substitution, progrès, innovation… détérioration) a pour objectif de modéliser le processus d’adoption et d’intégration pédagogique des technologies en contexte éducatif. ASPID s’est inspiré à la fois d’enquêtes menées auprès de plus de 50 000 élèves et enseignants au cours des 10 dernières années, de même que de quelque 1500 heures d’observation de classe où sont utilisées diverses technologies : ordinateur portable, iPad, tablette tactile, tableau blanc interactif, téléphone intelligent, etc. Ces observations ont aussi été réalisées dans divers contextes d’enseignement – de la maternelle à l’université – et sur plusieurs continents. La première phase de ce modèle représente la phase d’ADOPTION, où il est normal, au début du moins, que la familiarisation à l’intégration des technologies à son enseignement prenne plus de temps. Il s’agit évidemment de la première version de ce modèle.

Veille et Analyse TICE Après près de huit mois au cours desquels les politiques, relayés par les médias et leurs usagers, ont proposé aux citoyens leur candidature, on ne peut que s’interroger sur l’effet éducatif de tout ce qui a été fait, vu, dit et montré. L’exacerbation des passions peut parfois amener à des dérapages, des glissements éthiques et autres, mais il semble que désormais, à l’instar d’autres pays, nous ayons largement dépassé des limites que le simple sens de l’autre, du bien commun bref d’un peu d’humanité sont en mesure de nous proposer chaque jour. A moins que je ne sache pas ce qu’est la politique (ce que certains ont déclaré lors de telles critiques), en tout cas, en tant qu’éducateur, je ne vois pas qu’on puisse laisser autant de faits dans le silence, l’acceptation simple, bref le déni… Le mensonge, la calomnie, l’injure, l’information fabriquée transformée modifiée etc.… autant de faits que nous avons pu observer, tous, enfants, jeunes y compris. A suivre et à débattre BD

Ecrire à la main, c'est bon pour le cerveau. Que ce soit pour envoyer un message à un proche, prendre des notes pendant une réunion ou tout simplement se souvenir d’un rendez-vous, l’écriture manuelle semble lentement disparaître au profit de la frappe sur clavier physique ou numérique. Doit-on privilégier le clavier ? Aux Etats-Unis par exemple, le débat a été tranché puisque d’ici 2015, l’apprentissage de l’écriture cursive en primaire ne sera plus obligatoire. Dans certaines écoles suédoises, les enfants de maternelle apprennent à utiliser l’écran tactile d’une tablette avant de savoir écrire des lettres sur un cahier (source : Courrier International n°1194 du 19.09.2013). Si pour le moment aucun enfant n’a jamais été confronté à un apprentissage de l’écriture exclusivement réalisé avec des outils numériques, cette concurrence entre le stylo et le clavier suscite une controverse.

Demain, l'Education Comment apprendrons-nous dans 10, 20 ou 30 ans ? Y aura t-il encore des écoles, des universités, des enseignants ? Comment nous mettrons-nous à jour ? Et d'ailleurs, comment saurons-nous qu'il est temps de nous mettre à jour ? Impossible de répondre avec certitude à toutes ces questions. Tout au plus pouvons-nous nous appuyer sur les faits objectivement vérifiables et notre connaissance des mouvements sociohistoriques passés pour tenter de préparer l'avenir.

Comment notre cerveau apprend-il ? Satanée mémoire ! Parce que vous ne savez toujours pas quel est le temps de cuisson d’un œuf à la coque, vous décidez de l’apprendre une bonne fois pour toutes en consultant Internet. Cette simple décision va provoquer dans votre cerveau un enchaînement de processus complexes… Pendant la recherche de l’information, votre cerveau carbure déjà à plein régime et active plusieurs zones distinctes de façon simultanée : le lobe occipital, situé au-dessus de la nuque, vous permet de visualiser le contour et l’orientation des lettres qui composent le mot ; il travaille de concert avec le gyrus angulaire, via le cortex occipito-temporal situé sur les côtés de la tête au-dessus de l’oreille. Grâce à ce dernier, vous pouvez associer les mots « cuissons » « œuf » ou « durée » avec les concepts qui y sont attachés. Les trois mémoires

Related: