background preloader

La bataille d'Alésia

La bataille d'Alésia

http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/les-gaulois/videos/article/la-bataille-dalesia.html

Related:  Rome, du mythe à l'HistoireBazar temporaire 2Bazar temporaire 4

Qui étaient vraiment les Gaulois ? Des barbares chevelus et mal dégrossis ? Cette fausse image, colportée dès le début de la conquête de la Gaule par Rome, a été relayée pendant des millénaires. Redécouvrez les Gaulois, un peuple bien plus raffiné qu'on ne le pensait. (Article paru dans le Journal du CNRS de juillet-août 2010) Tite-Live - Histoire romaine - Livre IV [4,1] Les tribuns de la plèbe proposent les mariages mixtes et l'élection de consuls plébéiens (445) (1) Les consuls Marcus Génucius et Gaius Curiatius remplacèrent les précédents. Cette année, le repos public fut troublé au-dedans et au-dehors. Dès les premiers jours, Gaius Canuléius, tribun du peuple, proposa une loi relative aux mariages entre patriciens et plébéiens, (2) laquelle devait, selon les patriciens, souiller la pureté de leur sang et confondre les droits de toutes les races.

Rogatio Terentilia ( Trad. française ) 9. (1) La république se trouvait ainsi rendue à son premier état ; aussi les succès militaires ramenèrent-ils bientôt les troubles intérieurs. (2) Gaius Térentilius Harsa, cette année tribun du peuple, persuadé, en l'absence des consuls, que le champ était ouvert aux entreprises du tribunat, déclame plusieurs jours contre l'orgueil des patriciens, et attaque surtout l'autorité consulaire comme excessive, comme intolérable dans un état libre. (3) "Le nom en était moins odieux, le pouvoir, plus révoltant peut-être que celui des rois. (4) Ce sont deux maîtres au lieu d'un, avec une puissance sans contrôle et sans bornes. Indépendants et déréglés eux-mêmes, ils font peser sur le peuple toute la crainte des lois et des supplices. (5) Pour mettre un terme à cette licence, il va proposer la nomination de cinq citoyens, chargés de définir par une loi l'autorité consulaire.

PLEBES ou PLEBS entrée dans le site - index des institutions Étymologie PLEBES ou PLEBS. PLEBEII. Le port antique de Rome revit grâce au virtuel Des chercheurs ont déblayé virtuellement le plus grand port antique de Méditerranée, aujourd’hui complètement ensablé, et ont remis en mouvement l’eau qui s’y trouvait. Un travail qui a permis de répondre à une question qui taraudait les archéologues depuis longtemps. Le port antique de Rome, le Portus, fut le plus grand port du monde méditerranéen antique. Il y a deux millénaires, son bassin s’étalait à perte de vue sur le delta du Tibre. Mais voilà : au fil des siècles, il a été progressivement comblé et recouvert par les sédiments charriés par la mer et le Tibre. Puis la ville moderne de Fiumicino et l’aéroport international Leonardo-da-Vinci sont venus s’implanter sur ses vestiges, rendant ainsi à jamais impossible les fouilles archéologiques…

Institutions romaines : matrimonium, connubium, nuptiae MATRIMONIUM. On appelle le mariage romain Justae Nuptiae, Justum Matrimonium, Legitimum Matrimonium, quand il est conforme au Jus Civile ou à la loi romaine. Un mariage était Cum conventione uxoris in manum viri, ou sans cette conventio. Dans les deux cas il doit y avoir connubium entre les parties et consentement : l’homme doit également être pubes, et la femme viri potens. Institutions romaines : le Sénat Origine du sénat et nombre de sénateurs Dans toutes les républiques de l'antiquité le gouvernement se divise entre un sénat et une assemblée populaire. Quand il y a un roi à la tête de l’Etat, comme à Sparte, le roi possède un peu plus que l’exécutif. Dans l'antiquité, on considère toujours un sénat comme une assemblée des anciens : c’est en fait la signification du senatus romain comme de la gerousia spartiate. Ses membres sont élus parmi les nobles de la nation.

les institutions romaines : les patriciens entrée dans le site - index des institutions Ce mot dérive de pater, qui dans les premiers temps signifie toujours un patricien et dans les temps postérieurs de la république se rencontre souvent chez les auteurs romains dans le sens de sénateur. Les patricii signifie donc ceux qui font partie des patres "rex patres eos (senatores) voluit nominari, patriciosque eorum liberos". Cicéron et Denys font l’erreur de supposer que les patricii sont seulement la descendance des patres dans le sens de sénateurs et qu’ils leur sont nécessairement liés par le sang. Patres et patricii sont à l'origine des mots identiques. Les mots patres et patricii ont exactement la même signification et certains anciens croient que l'on donne le nom de patres à cette classe particulière de la population romaine du fait qu'ils sont pères des familles ; d'autres disent qu’on les a appelé ainsi pour leur âge ; ou parce qu'ils distribuent la terre aux citoyens plus pauvres, comme les pères le font avec leurs enfants.

Cicéron : de republica : livre II  Liber Secundus I. Ut omnes igitur vidit incensos cupiditate audiendi, ingressus est sic loqui Scipio: Catonis hoc senis est, quem, ut scitis, unice dilexi maximeque sum admiratus cuique vel patris utriusque iudicio vel etiam meo studio me totum ab adulescentia dedidi; cuius me numquam satiare potuit oratio; tantus erat in homine usus rei publicae, quam et domi et militiae cum optime, tum etiam diutissime gesserat, et modus in dicendo et gravitate mixtus lepos et summum vel discendi studium vel docendi et orationi vita admodum congruens. II. Hoc cum omnes adprobavissent, Quod habemus, inquit, institutae rei publicae tam clarum ac tam omnibus notum exordium quam huius urbis condendae principium profectum a Romulo?

Tite-Live : Ab urbe condita 3-72 LIVRE PREMIER SOMMAIRE. - Descente d'Énée en Italie; ses exploits.— Règne d'Ascagne à Albe, et des Silvius ses successeurs. — La fille de Numitor, surprise par Mars, devient mère de Romulus et de Remus. — Meurtre d'Amulius. — Fondation de Rome. — Établissement du sénat. — Guerre contre les Sabins.— Consécration de dépouilles opimes à Jupiter-Feretrien. — Division du peuple en curies. — Défaite des Fidenates et des Véiens. — Apothéose de Romulus. — Numa Pompilius institue les cérémonies religieuses; élève un temple à Janus; fait la paix avec tous les peuples voisins, et ferme, le premier, les portes de ce temple. A la faveur des entretiens nocturnes qu'il feint d'avoir avec la nymphe Égérie, il inspire à ce peuple farouche des sentiments religieux. — Tullus Hostilius porte la guette chez les Albains. — Combat des Horaces et des Curiaces. — Horace absous. — Supplice de Vettius Suffetius. — Ruine d'Albe; incorporation de ses habitants dans Rome. 759-788 partim NOTES SUR LE LIVRE I

La séparation des pouvoirs  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Élaborée par Locke (1632-1704) et Montesquieu (1689-1755), la théorie de la séparation des pouvoirs vise à séparer les différentes fonctions de l’État, afin de limiter l’arbitraire et d’empêcher les abus liés à l’exercice de missions souveraines. Si cette théorie est souvent invoquée dans les régimes démocratiques, elle a été plus ou moins rigoureusement mise en pratique. Les Institutions romaines sous la République (M. Tillard) L'organisation censitaire : La cité romaine, comme l'Italie toute entière, est un tout cohérent et fortement structuré : c'est une société qui tend à s'organiser en classes et ordres bien structurés et juridiquement reconnus. Mais c'est aussi une société profondément inégalitaire. Les centuries : Le census est fondamental : opération quinquennale depuis 443 av.

VIDEO. Voici comment on se battait (vraiment) au Moyen-âge FAUX. Oubliez Aragorn le dernier héritier du trône du Gondor qui fait valser les membres et les têtes d'un bataillon d'orques caparaçonnés dans le Seigneur des Anneaux. Oubliez les puissants coups d'estoc qui empalent de part en part des ennemis protégés par un plastron de métal. Oubliez enfin ces légendes urbaines selon lesquelles un chevalier désarçonné, écrasé qu'il était par le poids de son armure ne pouvait pas se relever tout seul. Daniel Jaquet, Maître assistant suppléant de l'Unité d'Histoire médiévale à l'Université de Genève en Suisse, pourfend tous ces clichés dans la vidéo ci-dessous, diffusée durant une exposition sur le thème de l'épée au musée National du Moyen Âge à Paris en 2011. "Cette vidéo a été tournée dans le cadre de mon travail de doctorat" a expliqué Daniel Jaquet à Sciences et Avenir.

Related: