background preloader

Spoutnik-Ogik: Enseignants, vous ne tiendrez pas longtemps dans une optique de transmission de connaissances !

Spoutnik-Ogik: Enseignants, vous ne tiendrez pas longtemps dans une optique de transmission de connaissances !
Je viens d'assister à une conférence organisée pour des collèges de l'agglomération elbeuvienne (du pôle de proximité elbeuvien de la CREA, techniquement parlant pour un prof d'HG...). Je craignais un discours lénifiant sur le socle commun, sa mise en oeuvre, sa validation, mais je n'ai pas été du tout déçu du voyage (qui a consisté à traverser la Seine). Le développement de Dominique Raulin a éclairé, structuré et conforté ma "pensée" et mes (débuts de) pratiques concernant le travail par compétences. Parmi les idées qui m'ont particulièrement plu, celle de distinguer très clairement l'évaluation du socle (le livret personnel de compétences) du travail par compétences, celle d'affirmer que la transmission des savoirs n'est plus au coeur de notre métier, ou encore celle de porter un regard nécessairement nouveau sur les élèves (et on ne parle pas seulement de la bienveillance des professeurs envers les élèves ou de leur souci de les faire réussir). Bonne lecture ! St-Pierre-lès-Elbeuf,

http://spoutnikogik.blogspot.com/2010/11/enseignants-vous-ne-tiendrez-pas.html

Related:  Approche par compétencespédagogie-education

Spoutnik-Ogik: A quoi cela sert d'étudier une pièce de Molière aujourd'hui ? De la mise en oeuvre du socle commun Vendredi après-midi, le collège a fait une pause "structurante" avec la venue de Dominique Raulin, didacticien des Mathématiques, qui a contribué à la mise en oeuvre de nombreux programmes scolaires, et qui dirige actuellement le CRDP d'Orléans. Au programme, la mise en oeuvre du socle commun et les changements pédagogiques qu'il introduit. Cette intervention fait suite à une première conférence de Dominique Raulin dont j'avais rendu compte dans un billet long et commenté sur ce même espace : "Enseignants, vous ne tiendrez pas longtemps dans une optique de transmission de connaissances". J'ai de nouveau choisi de reprendre une phrase en aparté de l'auteur pour titre de ce billet, non pas tant qu'elle résumerait sa pensée - car c'est une question que lui a posée un élève - mais pour sa part de provocation qui nous interpelle sur le sens des apprentissages scolaires. Le socle commun

J'enseigne moins, ils apprennent mieux ... I teach less, they learn better Des lecteurs de ce Blog m’ont demandé de présenter un dispositif concret où je mets en action les cinq facettes de mon modèle d’apprentissage ou encore l’intégration des compétences dans l’enseignement … Voici une présentation de l’un de mes cours, un dispositif hybride dans lequel je mets en pratique ces idées (une version antérieure de cette présentation a été publiée dans notre journal « Résonances » de janvier 2011). Je l’ai écrite sous la forme d’une interview … que je me fais à moi-même … une opération de réflexivité ! La rédaction : Marcel Lebrun, on vous connaît comme conseiller « technopédagogique » à l’IPM, moins comme enseignant. Même si on peut le deviner, qu’enseignez-vous au juste ? Marcel Lebrun : Et bien oui, outre mon travail à l’IPM, je donne des cours de technologies pour la formation, l’enseignement et l’apprentissage, des cours finalement assez éloignés de la préoccupation instrumentaliste. R : Et vos publics ?

La route est longue... J'ai passé ma journée à me justifier... Mercredi 9 heures : "Madame, pourquoi on fait pas un cours normal ???" me demande Juliette. Bon la dernière fois avec Thomas j'avais compris : les copains de la classe qui font un exposé qui remplace le cours du prof, ça déstabilise. Mais là ??? A part les tables en carré, il s'agissait juste d'une préparation en groupe d'une heure, correction-cours pris en note. Collège : Persévérance dans l’erreur Pierre Frackowiak "On ne pourra rien changer si l’on ne traite pas le problème des programmes... La persistance du choix multiséculaire des disciplines scolaires cloisonnées, sédimentées par niveaux, sans rapport facilement perceptible avec les savoirs sociaux et avec les compétences nécessaires pour vivre aujourd’hui et demain, explose aujourd’hui et ne résistera pas longtemps encore". Pierre Frackowiak revient sur la crise du collège et prévoit "la catastrophe annoncée". Tout le monde semble s’intéresser enfin au collège : le HCE, l’institut Montaigne, le PS, l’UMP, les syndicats d’enseignants, le cercle A. Savary, les journalistes spécialisés, les sites et les blogs, etc.

Les livrets avec Bulleval - Un petit bout de la classe de Lerak Cette année, je voulais que la "corvée" des livrets n'en soit plus une et j'ai trouvé un outil idéal pour cela! Mieux que les autres ? Je ne saurais vous dire car je n'ai pas comparé mais il me convient très bien! Mon fonctionnement Je remets les livrets trois fois dans l'année : janvier - mi avril - fin juin/début juillet Pour le livret n°1, je reçois les parents, cela nous permet de faire connaissance et de leur présenter le fonctionnement du livret.

Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées. On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours.

François Muller : Le socle commun ou la métaphore de la forêt D’abord un conte en guise de promenade automnale . « La lisière d’une belle forêt allait être ouverte à des visiteurs. Il fallait compter une quinzaine de jours normalement ou en gros pour la traverser. Mais pouvait-on laisser s’aventurer des personnes dans son univers, inconnu pour elles, même s’il s’agissait d’une forêt européenne, sans les munir de quelques informations et d’un savoir-faire idoine ? Et sans se prémunir contre des risques éventuels de poursuites juridiques en cas d’accident dans leur traversée. Des experts élaborèrent donc,a près de nobles disputes et de mutuelles concessions, un Programme de formation.

Où j'en suis ? L'évaluation par compétences Je lance ici une série de cartes mentales interactives (avec des hyperliens en l'occurrence) qui me permettent, comme le titre l'indique (où j'en suis ?), de faire le point entre les ressources dont je dispose sur un sujet et un premier traitement et cheminement intellectuel, via le classement et la hiérarchisation. Ce type d'exercices présente pour moi un double-avantage : mobiliser l'information concernant un sujet, un peu comme je le fais sur diigo ou pearltreespréparer un exercice argumentaire, le classement opéré dans la carte n'étant pas neutre, servant un discours Pour parcourir la carte en plein-écran : N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires ! Qui sait ? Ils m'inciteront peut-être à revoir ma vision de la question.

Rey · Les compétences clés dans l’enseignement obligatoire en Europe : fantasmes et réalités pédagogiques Puisque j’avais décidé d’aller au congrès ”AREF 2013″, organisé à Montpellier par les associations francophones en sciences de l’éducation, j’avais proposé une communication sur les compétences. C’est surtout une série de réflexions issues de la confrontation des travaux que je lis depuis plusieurs années, essentiellement de nature théorique, avec les observations que j’ai pu faire en France et enEurope (dans le cadre du réseau européen KeyCoNet). Les lecteurs intéressés par les questions de compétences se reporteront avec profit aux dossiers que j’ai réalisés sur l’approche par compétences ainsi que l’évaluation des compétences, et ceux qui sont familiers avec l’anglais au résumé de la revue de littérature européenne à laquelle j’ai participé. Résumé

Centre de Recherche Interdisciplinaire - Education X.0 Enseignants, chefs d'établissement, directeurs, formateurs, inspecteurs, partenaires de l'Ecole... sont accueillis pour les journées de l'innovation les 28 et 29 mars 2012 à l'UNESCO. NEW! Vidéo Knowtex Les Journées de l'innovation avec François Taddei Introduit par Garry Kasparov et François Taddei , le cycle de conférences voit se succéder des chercheurs de rang international et des responsables de haut niveau du secteur éducatif, de la jeunesse et du monde économique parmi lesquels Edgar Morin, Marie-Jeanne Philippe, Romuald Normand et Martin Hirsch. Conférences et focus sont accessibles à tous, à distance, via l'internet et Twitter.

Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Conséquences du collège unique Il y a un an, François Dubet et Christophe Paris écrivaient une tribune libre dans le Monde du 16.09.09 : Il faut avoir le courage de réinventer le collège unique Du collège unique au collège du socle ? Imaginons le collège de demain, c'était le thème du colloque organisé mercredi 21 janvier par le SE-UNSA en partenariat avec le CRAP et le Café pédagogique. Une journée dense et riche où les arguments en faveur d'un collège du socle commun ont émergé, à l'heure où sa mise en oeuvre chaotique interpelle et interroge les enseignants. Voici mes premières notes, reprenant les propos de Roger-François Gauthier, consultant à l’UNESCO et professeur associé à l’université Paris V.

Vers un développement des compétences Les formations ne peuvent plus se limiter à demander aux apprenants d’accumuler des savoirs, elles doivent aussi leur demander d’exploiter ces savoirs pour développer des compétences. En s’appuyant sur la définition de compétence de Le Boterf, on peut définir quelques pistes pour faire évoluer nos formations … Et si la pédagogie ouverte était un élément de réponse pertinent à ces questions ? Cela fait quelques temps que je tombe sur des affirmations du type "The world only cares, and will only pay for, what you can do with what you know" (Thomas Friedman dans le NY Times) et je pense que c’est très vrai (et peut-être même de plus en plus vrai). Soit ! Mais quel impact cela peut-il avoir sur nos formations ? Cela implique un changement de paradigme de l’enseignement : passer de la transmission de savoirs à un développement de compétences.

Related: