background preloader

Qui détient la dette de la France, un secret bancaire ? - Economie

Qui détient la dette de la France, un secret bancaire ? - Economie
Qui détient la dette de la France ? Cette question, chaque contribuable français est en droit de se la poser. Ses impôts ne servent-ils pas à payer en partie les intérêts de la dette ? Or, si l’on dispose des quelques informations générales, savoir en détail qui détient les créances françaises et pour quel montant relève du secret extrêmement bien gardé. L’opacité est totale et couverte par la loi. 1 317 milliards d’euros. « Le savoir permettrait de mesurer les conséquences potentielles d’un défaut de paiement, même partiel. 42,5 milliards d’euros d’intérêts versés à des inconnus ? Pour se financer, l’État émet des titres financiers que des investisseurs achètent. La dette, un secret d’État ? Les enquêtes réalisées par l’Agence France Trésor auprès de ses vingt banques partenaires permettent d’en savoir un peu plus sur les gros acheteurs : principalement des banques centrales, des fonds souverains, des assureurs, des banques commerciales et des fonds de pension. Opacité généralisée Related:  corruption des hommes politiquesCrise de la Dette (Comprendre)Dette

La fabrique du consentement Mais n’allons pas trop vite... nous sommes en 1917, et Bernays fort de cette première expérience est à mi-chemin entre le journalisme, l’impresario, le conseiller en communication (bien que cette dernière appellation n’existe pas encore)...tout va se précipiter avec la constitution de l’"U.S. Committee on Public Information", plus communément appellé la "commission Creel" à laquelle notre ami Edward Bernays va contribuer de manière très active. Qu’est-ce que cette commission ? Une image suffit pour la rappeler à votre mémoire : "I want you for us army". De nombreux concepts aujourd’hui connus et banalisés seront testés : distribution massive de communiqués, appel à l’émotion dans des campagnes ciblées de publicité, recours au cinéma, recrutement ciblé de leaders d’opinion locaux, mise sur pied de groupes bidon (par exemple des groupes de citoyens) et ainsi de suite. Pourquoi les relations publiques ? Entre les guerres Berneys va littéralement inventer des concepts

Qui dirige le monde -- Pourquoi il est urgent que vous sachiez Autres articles Par Carolyn Baker Une critique de La vraie histoire du groupe Bilderberg, de Daniel Estulin Il est difficile de rééduquer les gens élevés dans le nationalisme à l'idée de renoncer à une part de leur souveraineté contre un organisme supranational. -- Prince Bernhard, fondateur du groupe Bilderberg. Comme question de pure forme, quelqu'un peut-il m'expliquer s'il vous plaît comment ce fait-il que des libéraux progressistes comme John Edwards et Hillary Clinton, de même que des âmes charitables humanitaires avec de multiples projets sociaux en cours comme les Rockefeller et chaque Maison Royale d'Europe, peuvent-ils assister continuellement aux réunions des Bilderberg sachant apparemment que l'objectif final de cet infâme groupe de voyous est un empire fasciste mondial ? ​​​​Selon Estulin, ce monde est si pervers et malveillant qu'« il a laissé une marque indélébile sur mon âme ». (16) Comment non ? ​​​​Et qu'arrive-t-il quand « un consacré » devient trop autonomes ?

Les fonds de pensions accaparent les terres agricoles dans le monde. Les acquisitions de terres agricoles à grande échelle provoquent conflits et controverses dans le monde entier. Un nombre croissant d’études montrent que ces projets sont mauvais pour les communautés et qu’ils encouragent une forme d’agriculture qui n’est absolument pas adaptée à un monde secoué par de graves crises alimentaires et environnementales. [1] Et pourtant, les fonds continuent à déferler sur les terres agricoles à l’étranger, comme attirés par un aimant. Une situation qui s’explique par les rendements qu’on peut attendre de ces investissements. Et parmi ceux qui recherchent les bénéfices dans la terre agricole, certains des principaux acteurs sont des fonds de pension, qui investissent des milliards de dollars dans ce secteur. Les fonds de pension brassent aujourd’hui 23 000 milliards de dollars US d’actifs, dont 100 milliards sont apparemment investis dans les produits de base. La taille et le poids des pensions Tableau 1 : Les 20 plus grands fonds de pension du monde (2010)

Idée reçue sur la loi du 3 janvier 1973 Nous partageons aujourd'hui une production personnelle élaborée par Magali Pernin et moi (Lior) consacrée à la loi du 3 janvier 1973, qu'on connait sous le nom de "loi Pompidou-Giscard" ou encore "loi Rothschild". Nous avons appris à connaitre cette loi grâce au travail incessant d'André-Jacques Holbecq, Philippe Derruder et Etienne Chouard. Suite à la tribune d'Alain Beitone sur le site LeMonde.fr, nous avions pu avoir accès à un document dans lequel il évoquait ses doutes sur ce qu'on pense souvent de cette loi. Les pistes évoquées nous ont permis, après des heures de lecture et d'analyse des débats, de montrer que la loi de 1973 en soi n'apporte rien de nouveau sur le plan de l'emprunt sans intérêt, même si elle introduit des nouveautés indéniables dans les missions et les outils de l'institut d'émission. La loi du 3 janvier 1973 (1) a décidément mauvaise réputation. Désormais, rares sont les personnalités politiques à défendre cette loi. article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973

David Graeber : « La façon la plus simple de désobéir à la finance, c'est de refuser de payer les dettes Basta ! : A quel moment dans l’histoire le crédit est-il apparu ? Qu’est-ce qu’une dette ? David Graeber [1] : La dette est une promesse, qui a été pervertie par les mathématiques et la violence. On nous a raconté une histoire : « Il était une fois des gens qui utilisaient le troc. En quoi quantifier une dette est-elle un problème ? Quantifiable, la dette devient froide, impersonnelle et surtout transférable : l’identité du créancier n’a pas vraiment d’importance. Au contraire, le « remboursement de la dette » est devenu un dogme moral... La dette a été transformée en une question d’arithmétique impersonnelle, en l’essence même de l’obligation morale. Devenue dogme moral, la dette justifie les dominations les plus terribles. Vous citez l’exemple de la mafia... Parler de dette devient un moyen pour décrire des relations inégales. La monnaie, qui permet de quantifier précisément la valeur d’une dette, apparaît d’ailleurs dans les situations de violence potentielle. Absolument. A lire :

De Tunisie à Haïti : des dictateurs trop peu inquiétés par Sophie PERCHELLET,Damien MILLET Dictateurs, Corrupteurs, corrompus....ce ne sont que des qualitificatifs bien appréciés et tolérés dans les pays pauvres. Je partage avec vous des commentaires sur une "fausse accusation" de malversation d un ancien dirigeant et ses reactions. Latortue fait la part des choses sur les 44 millions 31 juillet 2006, par AlterPresse Publie dans Le Nouvelliste du 25 Juillet 2006 : Cher Nouvelliste, 1. Commentaire : Jusqu’á preuves du contraire on doit assumer que c’est correct et que vous avez fait ce que est droit et juste. 2. Commentaires : Vous avez été Premier Ministre du pays de 2004-2006, je vois dans les arretés, lois et decrets lois pendant cette periode , votre signature et celle de l áncien President Me Bonniface Alexandre entr’autres. L important vous avez remis á l’Etat Haitien ses biens. 3. Commentaire : Vous avez raison, il faut faire une investigation a fond sur ce point. D’ailleurs le montant serait defini en Gdes. Commentaire :

Thomas Enders Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Enders. Thomas Enders Tom Enders en 2012. Thomas "Tom" Enders, né le 21 décembre 1958 à Bruchertseifen, est un homme d'affaires allemand. Parcours[modifier | modifier le code] Formation[modifier | modifier le code] De 1978 à 1983, il étudie les sciences économiques, les sciences politiques et l’histoire à l’université de Bonn et à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Carrière[modifier | modifier le code] Fils d'un berger, Thomas Enders est officier de réserve dans la Bundeswehr et occupe divers postes de conseiller ou d'officier d'état-major. Il rejoint DASA en 1991, où il occupe différentes fonctions au département marketing ou auprès de la direction générale, jusqu'à devenir responsable de la division Defence & Security Systems et membre du Comité exécutif d'EADS (société issue de la fusion entre DASA, Aérospatiale-Matra et CASA). Autres mandats[modifier | modifier le code]

Crise systémique globale - Premier semestre 2012 : Décimation des banques occidentales Comme anticipé par LEAP/E2020, le second semestre 2011 voit le monde continuer sa descente infernale dans la dislocation géopolitique globale caractérisée par la convergence des crises monétaire, financière, économique, sociale, politique et stratégique. Après une année 2010 et un début 2011 qui aura vu le mythe d'une reprise et d'une sortie de crise voler en éclat, c'est désormais l'incertitude qui domine les processus de décision des Etats comme des entreprises et des individus, générant inévitablement une inquiétude croissante pour les années à venir. Le contexte s'y prête particulièrement : explosions sociales, paralysie et/ou instabilité politique, retour de la récession mondiale, peur sur les banques, guerre monétaire, disparition de plus d'une dizaine de milliers de milliards USD d'actifs-fantômes en trois mois, chômage durable et en hausse généralisé, ... Premier semestre 2012 : Décimation des banques occidentales La décimation des effectifs des banques Notes : (17) Voir GEAB N°57

Dette publique mondiale, la question à 51 mille milliards de dollars Ce matin 13 septembre 2013, le compteur du site The Economist indiquait 51 535 447 085 641 dollars US. Il s’agit de la dette publique mondiale réévaluée en temps réel. Bien entendu, il ne cesse de monter de façon effrayante. Pour 2002, il indique 19 934 273 958 536 $, l’augmentation a donc été de 158,5 % en 11 ans ! Pour la même période (septembre 2002/2013), voici la dette publique par habitant de quelques pays, en dollars américains : Plus prosaïquement, la population mondiale serait à ce jour d’environ 7 162 119 000 d’habitants.Chaque habitant de la planète, même l’enfant malnutri du Darfour, serait donc endetté en moyenne, rien qu’au titre de la « dette publique », à hauteur de 7 196 dollars US. Nous le savons, la plupart des banques sont en état de faillite virtuelle. Alors, comment tout cela est-il possible ? Mais le temps passe, et comme le temps c’est de l’argent… Au fait, le compteur en est maintenant à 51 536 165 660 904 dollars US… Mais qui peut bien nous « endetter » autant ?

La spirale infernale de la dette de l'Unédic et l'austérité menacent le droit aux indemnités chômage Les chômeurs coûtent cher, trop cher. Voilà l’idée savamment distillée ces dernières années. Ainsi, Pôle Emploi renforce les contrôles, que se soit pour lutter contre la fraude ou s’assurer que les demandeurs d’emploi cherchent un nouveau travail avec assiduité (lire ici). Mais pourquoi une telle surveillance ? Pourquoi la question des obligations des chômeurs est-elle devenue si aiguë ? À cause de la dette, qui partage la racine étymologique du verbe « devoir ». Pourtant, même si l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi complique l’équation (2,9 millions de chômeurs ont été indemnisés en mars), ils sont loin d’en être responsables. Vingt années d’excédents Pour répondre à ce droit fondamental, l’Unédic (Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) est créée en 1958. Ainsi gérés, les comptes de l’Unédic sont d’abord restés excédentaires ou à l’équilibre. Comment résorber une dette de 21,3 milliards ? La situation a bien changé.

Sarkozyland, les affaires du moment III/V : Les détournements de fonds des contrats d'armements Le titre de Mediapart ne fait pas dans la dentelle : Affaire Takieddine : 82,6 millions d'euros détournés par les balladuriens. Vous avouerez que cette information n'a pas fait la une des journaux et n'a pas encore déclenché de plainte en diffamation, pourtant ce n'est ni du conditionnel ni de l'interrogatif mais bien du passif affirmatif. C'est donc dans un long article que Mediapart révèle que le clan de Balladur aurait mis en coupe réglée la France au travers, non d'un contrat d'armement, mais pas moins de quatre, et ce au travers de Takieddine et autres intermédiaires imposés. Ces informations ne découlent pas seulement de déclarations mais de recherches poussées de la justice française. Selon Mediapart les deux ministres Léotard et Sarkozy sont impliqués. Cette enquête qui par tous azimuts est effectuée par les juges Van Ruymbeke et Le Loire. Les quatre marchés visés par les investigations judiciaires sont : Le RPR et l'UMP sont deux fabriques d'escrocs semble-t-il.

Ces milliardaires qui spéculent sur l’avenir de la planète En photo : Action du « Sauvons les riches » anglo-saxon (Billionaires for Bush) / source Ils sont 50. Cinquante milliardaires à être pointés du doigt pour leur responsabilité individuelle dans la dégradation du climat. Ils tirent leurs richesses d’activités très polluantes, et n’hésitent pas à dépenser des millions pour influencer gouvernements et opinions. Leur volumineux rapport, Outing The Oligarchy [1], a pour objectif « d’attirer l’attention du public sur les individus ultrariches qui profitent le plus – et sont les plus responsables – de l’aggravation de la crise climatique ». L’homme qui valait 63,3 milliards Ces 50 milliardaires sont états-uniens, russes, indiens ou mexicains. Prenez le Mexicain Carlos Slim, l’homme le plus riche du monde (63,3 milliards de dollars), qui a pleinement profité de la privatisation de la compagnie publique des télécoms, Telmex. Les nouvelles oligarchies émergentes De Goldman Sachs à ArcelorMittal Des millions pour les climatosceptiques Source: Bastamag

Related: