background preloader

Agriculteurs et jardiniers seront-ils bientôt obligés de cultiver dans la clandestinité ?

Agriculteurs et jardiniers seront-ils bientôt obligés de cultiver dans la clandestinité ?
Les paysans qui ressèment leur récolte seront-ils considérés comme des trafiquants ? Oui, ont répondu les sénateurs en adoptant le 20 novembre à l’unanimité un projet de loi élargissant aux plantes le délit de contrefaçon. S’émanciper des droits de propriété détenus par les grandes firmes semencières sera désormais un délit. La loi prévoit aussi de nouveaux moyens de répression contre paysans et jardiniers clandestins. Pour les promoteurs de la loi, il s’agit simplement de « protéger les entreprises ». Semer sa propre récolte. L’État au service des entreprises privées Cette loi vient renforcer un arsenal juridique qui protège les entreprises commercialisant des semences. « La nouveauté, c’est que ce projet de loi demande à l’administration d’aider l’entreprise à lutter contre les contrefaçons et de transmettre toutes les informations dont elle dispose », poursuit Guy Kastler. Des douaniers infiltrés en zone rurale ? Généralisation des OGM ? Paroles, paroles, paroles...

http://www.bastamag.net/Agriculteurs-et-jardiniers-seront

Related:  graines, espèces anciennesBREVETS SEMENCES INDUSTRI AGRO ALIM.Semences, des graines importantesLE FDGcollusions puissance publique/ gd. entreprises/ partenaires soc.

Les semences de variétés traditionnelles ne peuvent plus être commercialisées La Cour de Justice de l’Union Européenne a confirmé le 12 juillet 2012 l'interdiction de commercialiser les semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel européen. Ecolo propose une réforme de la réglementation, qualifiée d'"absurde". Des associations comme Kokopelli ou Semailles se retrouvent dans l’illégalité: elles préservent et distribuent ces semences. Pourtant, il suffirait d'inclure ces variétés anciennes au catalogue officiel pour les commercialiser en toute légalité. Seulement voilà, elles se trouvent dans le domaine public et après 20 ans, si personne ne les a réinscrit au catalogue, elles en sortent. Il faut pour cela payer assez cher, explique Catherine Andrianne de Semailles.

Semences : pourquoi les écologistes ont voté la loi sur les contrefaçons Le vote des écologistes en faveur d’une loi qui prévoit de nouveaux moyens de répression contre les contrefaçons a suscité beaucoup de réactions. Car en l’état, la production à la ferme par un agriculteur de ses semences constitue une contrefaçon. Basta ! a souhaité revenir sur les raisons de ce vote dans un entretien avec Hélène Lipietz, sénatrice écologiste. « Nous ne pouvions rien faire dans une loi de procédure pour modifier une loi de fond », explique-t-elle. Le Parti de Gauche suspend sa participation au PGE Le Congrès du PGE a pris ce matin ses deux dernières décisions. Il a désigné Alexis Tsipras comme candidat à la présidence de la Commission européenne. C’est une belle et grande nouvelle. C’est le choix de la résistance sans concession aux politiques d’austérité, de l’indépendance par rapport à la social-démocratie et au vieux système politique pourri.

Crises Bretonnes…bégaiements de l’histoire ou processus européen mondialisé? - environnement géopolitique Adieu veaux, vaches, cochons et écotaxe ! Jean de La Fontaine écrivait déjà en son temps : « Notre laitière ainsi troussée Comptait déjà dans sa pensée Tout le prix de son lait, en employait l'argent, Achetait un cent d'œufs, faisait triple couvée ; La chose allait à bien par son soin diligent. Ouvrage “Les Semences de Kokopelli” Cette 13 ème édition contient toujours 848 pages et 1300 photos mais elle est totalement restructurée par rapport aux trois précédentes. Cette édition 2014 inclut 300 nouvelles photos, 70 nouvelles pages d'articles et 60 nouvelles pages de variétés potagères dont une collection d'une vingtaine de tomates bleues, de très nombreuses laitues, des courges... L’ouvrage est en grand format, en quadrichromie et avec une couverture cartonnée.

Les paysans africains rejettent les lois sur les semences de l'industrie et l'offensive menée sur les semences paysannes et la souveraineté alimentaire (Harare, 14 Novembre 2013) Lors de la réunion africaine sur les semences qui a eu lieu à Harare au Zimbabwe, les 12 et 14 novembre dernier, les discussions ont porté sur la menace croissante que les investissements externes représentent pour l’agriculture africaine. Il s’agit des compagnies semencières internationales et de leurs efforts continus pour exploiter la terre et les ressources africaines pour alimenter les autres parties du globe. Les participants de cette réunion ont exprimé leur grande inquiétude devant cette pression de l’agriculture industrielle en Afrique par les corporations internationales et leurs partenaires avec des initiatives telles que l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), la nouvelle Alliance pour la Sécurité alimentaire et la nutrition du G8.

L’Europe interdit la biopiraterie mais ne sanctionnera pas les multinationales spoliatrices Les brevets déposés sur les végétaux font l’objet d’une compétition acharnée entre les multinationales. « Un médicament sur deux vient d’une plante », rappelle le chercheur Pierre Johnson [1]. « Cherchez l’erreur : 90 % du patrimoine biologique mondial se trouve dans les pays dits "en voie de développement", quand 97 % des brevets sont détenus par les pays industrialisés », alertait Catherine Grèze, eurodéputée EELV, en septembre 2012 dans les colonnes de Basta !. Face à cette « colonisation des savoirs », le Parlement européen vient d’adopter le 11 mars un nouveau règlement pour lutter contre la « biopiraterie », c’est-à-dire l’appropriation d’une ressource génétique (ou d’un savoir lié à une ressource) par une entreprise ou un laboratoire sans accord ni rémunération du pays ou de la communauté locale qui les détient.

Démission de Jacques Rigaudiat du PG Comme je m'astreins à éclairer les débats, les enjeux et les pratiques politiques, je fais donc écho une fois de plus à une démission du Parti de gauche. Il s'agit de la démission aujourd'hui de Jacques Rigaudiat, qui avait publié en mai 2011 un texte prémonitoire interpellant le PG sur son orientation "néo-gauchiste" (voir le fichier attaché). Je vous conseille de lire ce texte (fichier attaché), même si cela prend un certain temps. Car bien des appréciations portées se sont révélées justes. A l'heure des bilans, un tel texte offre un éclairage intéressant, susceptible d'aider à prendre finement conscience des difficultés de la période politique.

Collectivités locales : nous sommes les meilleurs ! - Le blog de anatole de mururoa Sept collectivités locales en Grande-Bretagne pour gérer un million d'habitants. En France, 503. Une bagatelle soulignée par le dernier rapport de la Cour des comptes. Autre donnée : 240.000 personnes doublonneraient dans leur emploi avec ce fameux triptyque - national, régional, local - que nous ont concocté nos valeureux énarques. En mettant un peu d'ordre dans ce fourbi administratif, ce sont donc près de dix-huit milliards d'euros qui pourraient être épargnés à la collectivité publique. Le domaine de la Thomassine, formidable réserve de la biodiversité - Page 2 sur 2 Afin de valoriser son patrimoine et de favoriser la biodiversité, le domaine de la Thomassine s’est lancé dans un projet pour les agriculteurs en circuits courts. Comment cela fonctionne-t-il ? Le domaine souhaite favoriser la mise en place de vergers de variétés anciennes chez les agriculteurs, réalisant la vente en circuits courts ou souhaitant créer un verger familial. L’accent sera particulièrement mis sur la pomme, la figue, la prune Perdrigon, le bigarreau Pélissier ou encore la griotte de Provence. L’agriculteur, de son côté, s’engage à mettre en culture et à maintenir, en état de production, les arbres fruitiers pour une période minimale de 8 ans, à contribuer à la fourniture d’éléments de connaissance (date de récolte, maturité) ainsi qu’à fournir des greffons de variété mise à disposition. Il s’occupera également de promouvoir la mise en marché des variétés anciennes auprès du public et attribuera la marque « vergers paysans » à l’agriculteur après agrément de son verger.

Un trésor menacé, le domaine public des semences Il existe une dimension du domaine public dont je n’avais pas encore clairement pris conscience avant de lire cet excellent article de Shabnam Anvar, consacré à la question des "semences libres". J’avais déjà écrit un billet, il y a quelques temps, à propos d’un projet visant à créer une licence Open Source sous laquelle placer des graines, afin de les rendre réutilisables à la manière des logiciels libres. Seed Freedom. Commons Fest.

UE - Le Parlement européen rejette en bloc le règlement semences 650 voix contre 15 : c’est le résultat du vote du 11 mars du Parlement européen, au sujet du « règlement semences » proposé par la Commission européenne [1]. Pour les uns, joli camouflet adressé à une Commission en fin de mandat, pour les autres, craintes des parlementaires d’aborder un dossier trop politique à deux mois des élections européennes. Un vote qui peut provoquer le retrait pur et simple de cette proposition ou son simple amendement par le Conseil et son retour en seconde lecture au nouveau Parlement. Prudent, le commissaire européen chargé de la Santé, Tonio Borg, a juste annoncé qu’il allait examiner quelle suite donner au rejet du texte par le Parlement [2]...

Textes de références du Mouvement : texte 1 Notre orientation politique Trois documents constituent des «textes de références» du Mouvement, qui lui permettront d’inspirer ses actions et prises de position sur les grandes questions, pour la période transitoire qui s’ouvre après les Assises des 23 et 24 novembre 2013. Ils sont le résultat d’une discussion menée depuis mai-juin 2013, travaillés et validés lors des réunions nationales et réunions du Comité de Liaison entre les composantes et les militants qui ont participé au processus «Trait d’Union/Tous Ensemble». Il reste des questions qui sont laissées en chantier, et des débats qui restent ouverts, et qui feront l’objet d’un travail d’élaboration qui sera poursuivi au-delà des Assises. 1.1) Une crise, des crises : menaces sur la civilisation humaine La montée en puissance des périls qui menacent la société monde se manifeste par les multiples crises économiques, sociales, écologiques, démocratiques, étroitement imbriquées.

L'affaire Peugeot - Clap36 - Collectif pour le cinéma indépendant Au printemps 2012, Peugeot se retire de son premier marché à l'international : l’Iran. Cette amputation coïncide avec l’annonce par le constructeur automobile de la fermetures de sites industriels et de milliers de licenciements en France et en Europe.Qui a décidé d’abandonner un marché de 800 millions d’euros par an tout en envoyant à la casse 8000 salariés ? Un film documentaire de Francesco Condemi Sortie française le 22 mai 2013

Related:  l'europe des "Lobby"