background preloader

Coiffures ROMAINES

Coiffures ROMAINES
De plus 600 avant J-C à l’an 500. Les textes et explications sont incomplets car ils sont la suite ou le complément de la première partie du manuel Histoires de coiffures. - Au dire d’Ovide (je ne peux suivre la mode, chaque jour introduit un style nouveau, une mode nouvelle) . - (Suivant le règne de tel ou tel empereur la coiffure est à une mode différente) . - Pour les femmes du peuple la coiffure de tous les jours est simple, le plus souvent la coiffure est naturelle, les cheveux coiffés en arrière sont légèrement bouffants souvent séparé en deux masses par une raie médiane et réunis dans la nuque en un chignon, ou en tresses descendantes le long de la nuque ou encore elles les entourent légèrement autour du visage. - A la mort d’un proche certaines femmes se coupaient les cheveux, souiller sa chevelure de cendre ou de poussière c’était le signe de grand deuil. - Certaines femmes avaient les cheveux très long qui descendaient jusqu’au bas des reins. - Au l siècle. Related:  Coiffures et DIYhistoire de la mode

Coiffures GRECQUES 1100 av JC 350 ap JC, soit plus de 1450 ans 1) L’époque grecque était caractérisée par l’amour du beau, de l’élégance pure, simple, elle était soucieuse d’harmonie et fervente de symbole. 2) Le visage et la chevelure symbolisait la beauté de la femme et le corps celle de l’homme. 3) La femme devait séduire, le miroir était l’outil indispensable, ainsi que le rasoir et la pince a épilé. 4) Ce qui était le plus marquant pour les coiffures grecques c’était de voir qu’elles avaient presque toutes dans la chevelure un ornement, des rubans, un voile, un diadème, etc. 5) La forme des coiffures a souvent variées en 1450 ans, il y eu beaucoup de changement, elles se diversifièrent en formes, en frisures, en ondulations. 6) Un assez grand pourcentage de chevelures étaient coiffées vaguées sur l’arrière, certaines avec un volume autour de la tête, d’autre avec un volume sur le sommet de la tête, d’autre avec une bordure visage plus ou moins bouclée ou avec des vagues en bordure du visage.

Le silphium, plante merveilleuse mais disparue | L’Antiquité à la BnF Du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, les antiquaires, férus de philologie et de numismatique, dissertent autour d’une plante merveilleuse mais disparue. Merveilleuse car il s’agissait d’une panacée quasi-universelle dont l’efficacité touchait « à quantité de branches de la médecine : odontologie, ophtalmologie, pneumologie, affections des articulations, des viscères, du système circulatoire, sexualité ». Disparue surtout, la plante est à présent considérée comme une des premières espèces végétales éteintes par l’homme. Quelques mois avant l’ouverture de l’exposition Terre ! La plante est connue par les textes antiques, en particulier celui de Théophraste (Recherches sur les plantes 6, 3, 1-7), ainsi que par des représentations sur des monnaies et des terres cuites de Cyrène. « Ce vase à figures noires, peint par un céramiste laconien vers 560 avant J. D’après les différentes descriptions antiques, il est possible de se faire une idée relativement précise de la plante. V.

L'évolution de la mode à partir des années 1960. L’image de la femme des années 50, aux formes très dessinées par le corset, s’éfface dans les années 1960 au profit d’une silhouette plus plate, plus géométrique. Leurs garde-robes sont plus libres que jamais. Jamais une époque n’aura autant matérialisée les changements socioculturels au sein des tendances vestimentaires. C’est à Londres au début des années 1960 que la « mini skirt », en français mini-jupe, fait son apparition, à l’initiative de Mary Quant. A l’opposition d’une mode qui ne distinguait pas les mères de leurs filles, la mode des années 1960 encouragent les audaces. Le culot est sans aucun doute ce qui définit le mieux la mode 1970. Le tout nouveau mouvement disco qui arrive des États-Unis au début des années 1970 s’empare aussi du « pattes d’eph’ ». La mode 1970 voit naître le mouvement punk en 1976 avec en tête de file les anglais de The Sex Pistols et les américains des Ramones. Les années 1980 signent l’ère du « fric et de la frime ».

Les Romaines et la coiffure. La semaine dernière, je suis allée chez le coiffeur et je me suis fait couper les cheveux. Et là, vous êtes certainement en train de vous demander : "Quel est le rapport avec l'antiquité romaine ?!!" Euh, y en pas ! Ovide écrit sous le règne d'Auguste, qui prônait l'austérité et n'avait pas une réputation de bout-en-train. "On ne dénombrera pas plus les glands d'un chêne touffu (...) que je ne puis fixer le nombre de styles de coiffure. chaque jour crée un arrangement nouveau." D'où l'on peut déduire que, chez les Romaines, on fait ce qu'on veut avec ses cheveux ! "Une seule boucle détonnait dans la tour de ses cheveux, une seule boucle, mal fixée par une épingle peu sûre : ce crime, Lalagè l’a châtié avec le miroir qui le lui avait fait voir Et Plecusa (N.B. : l'ornatrix) est tombée, immolée à cette cruelle coiffure !" On en revient à Julie, la fille d'Auguste, frappant son ornatrix parce qu'elle lui avait tiré les cheveux... Photos : Mary Harrsch.

La toge et les codes vestimentaires à Rome – Actuelle Antiquité Pendant une semaine, Actuel Moyen Âge voyage dans le temps et vous offre une… Actuelle Antiquité ! Aujourd’hui, la question du du port de la toge à Rome… Le vêtement est lié au statut social à Rome. Dans la mémoire collective, la toge est effectivement le vêtement par excellence du citoyen, voire un symbole de la romanité. Un vêtement masculin ? Les toges ne furent pas toujours un symbole civique. Puis le port de la toge s’est progressivement restreint aux seuls citoyens, jusqu’à en faire l’emblème de l’appartenance à un groupe social défini : celui de la civitas romana, la communauté des citoyens romains. Ironie du sort, seules les femmes se prostituant continuèrent de la porter. Un dress code très précis La toge changea également d’aspect pour être constituée d’une seule pièce d’épaisseur différente selon les saisons, avec un côté droit et un autre arrondi. Choisissez votre toge ! Les enfants et le port de la toge Le débat sur la toge dans l’espace public Cyrielle Landrea Bibliographie : C.

Mallette pédagogique TISSAGE - ARKÉO FABRIK Quelques images de la mallette tissage réalisée en Avril dernier pour le site gallo-romain de GISACUM sur la commune du Vieil-Évreux dans l'Eure. La mallette comprenait 2 petits métiers à tisser verticaux à une barre de lice, 2 kits complets pour l’initiation au tissage aux plaquettes (voir article ci dessous pour plus de détails sur le tissage aux plaquettes) ainsi que des échantillons de plantes pour les teintures végétales et de fibres brutes. Métiers à tisser verticaux à une barre de lice Détails d'un métier à tisser avec navette et couteau de tisserand Tissage aux plaquettes Échantillons de plantes tinctoriales et de laines teintées Échantillons de fibres végétales Les fibres textiles peuvent être d’origine animale ou végétale. Saponaire (saponaria officinalis) Le monde végétal offre également une multitude de plantes dont les fibres peuvent être utilisées pour le tissage. Lin (linum unisativum) Chanvre textile (cannabis sativa) Rouissage d'écorces de tilleul Filage de la laine au Togo

Des coiffures de femmes romaines reconstituées à partir de momies d'Egypte Une équipe de chercheurs canadiens ont récemment publié (dans RSNA RadioGraphics)la reconstitution en 3D de coiffures de deux femmes de l'empire romain , à partir de momies de l'Egypte romaine découvertes au XIX ème siècle sur le site d'Hawara (Fayoum) et de Thèbes antique (Louxor actuelle) . C'est également dans la nécropole du Fayoum qu'ont été découverts au XIX ème siècle , peints sur les cercueils, les célèbres portraits qui donne une image réaliste la population du site entre le Ier et le IV ème siècle de notre ère (plus de 1000 portraits établis du vivant des personnes) . Portrait d'une femme romaine du Fayoum - II ème sicèle apres JC Cette fois, il s'agit de reconstitution scientifiques de visages et de coiffures antiques qui ont été réalisées à partir des techniques issues de la police scientifique , techniques dont le réalisme des reconstitutions est saisaissant. Une jeune femme romaine du II ème siècle après JC Sarcophage de la jeune momie - source Nicolas Morin- McGill University

Costumes et vêtements sous le Directoire : signes politiques ou effets de mode ? 1 L.-L. Boilly (1761-1845), Point de convention, 1797, détail. 2 J.-L. David, Henriette de Verninac, 1799, Louvre © RMN/J. Schormans. 3 J. 1Du Directoire et de ses artistes, on ne peut oublier les voiles de mousseline nacrée des « merveilleuses1 », le « schall » de la sœur de Delacroix2, la soie nacarat du manteau des Directeurs3, la percale blanche du bonnet de Madame Angot4. 5 E. et J. de Goncourt, Histoire de la société française pendant le Directoire, Paris, Bibliothèque C (...) 6 Comme les incontournables ouvrages de F. 2Depuis qu’au milieu du xixe siècle les Goncourt avaient eu l’ambition de « peindre la France, les mœurs, les âmes, la physionomie nationale, la couleur des choses, la vie et l’humanité de 1789 à 1800 »5, il s’est peu écrit sur le quotidien du Directoire, les vêtements du peuple, les couleurs préférées des bourgeois, les symboles politiques portables, sinon portés, par le commun des citoyens entre octobre 1795 et novembre 1799. 14 Par exemple dans M. 16 J. 21 M.

Comment se coiffer à la romaine? VIDEOS – January 24, 2013Posted in: Videos One of the key traits of personal beauty for Roman women was their hair, and during this period they made considerable efforts to have a well-made hairstyle. Janet Stephens, an amateur archaeologist and hairdresser, has been able to recreate one these hairstyles – that of the Roman Vestal Virgins, who were priestesses of Vesta, goddess of the hearth. At a poster session in early this month at the annual meeting of the Archeological Institute of American, Stephens showed how she recreated the hairstyle of the Roman Vestal Virgins on a modern head. It has taken her several years of research to reconstruct this lost technique. Stephens has previously written the article “Ancient Roman Hairdressing: On (hair) pins and needles” in Journal of Roman Archaelogy, Vol. 21 (2008).

David habille la Révolution Contexte historique Régénérer la nation jusque dans ses codes vestimentaires En floréal de l’an II (avril/mai 1794), le gouvernement de la France est sous la dictature révolutionnaire du parti Montagnard de la Convention qui, dirigeant le Comité de Salut public, poursuit un programme de régénération politique et morale de la nation républicaine pour contrer les dangers internes et externes qui ébranlent la Révolution. Le comité de l’Instruction publique de la Convention invite alors les poètes « à célébrer les principaux événements de la Révolution française », » les citoyens qui cultivent les lettres à transmettre à la postérité les faits les plus remarquables et les grandes époques de la régénération des Français », les architectes à élaborer une nouvelle architecture rurale et une architecture monumentale civile et nationale « qui convient à une république ». Analyse des images Égalité par et dans le costume Interprétation Costume politique et politique du costume Bibliographie

Fabriquer ses Caligae To make authentic caligae one must first find an authentic cutting pattern. Above is illustrated the best that I've so far located, taken from the book, "Stepping Through Time", the cutting pattern for the so-called Valkenburg/Castleford caliga and a pattern that I made for the Mainz variant. Click on the following link for an example of the Mainz variant: Mainz. More illustrations of caligae from Mainz may be seen in "Roman Military Equipment", by Bishop and Coulston. I've recently acquired a couple more caligae references. [Update 6/27/09)] I have revised my Mainz caliga pattern, reducing the number of toe straps to three on the big toe side and four on the opposite side. Roman footwear is also notable for the use of nails to attach the soles. In the cutting pattern I high-lighted certain parts in color. ConstructionFirst print out the pattern. If your particularly anal you could do both sides. I no longer recommend simply glueing the out-sole. We're almost done. My latest Caligae 1.

Les perruques du Roi Soleil – Rochefort en Histoire Sans couper les cheveux en quatre, aujourd’hui on vous parle des différentes « coupes » de Louis XIV A l’avènement de Louis XIV, ces messieurs portent les cheveux au naturel, long et légèrement ondulés. Toutefois il existe déjà des postiches, appelés coins qui permettent d’étoffer les chevelures trop grêles. Les messieurs l’ornent parfois de cadenettes. En mai 1658, Louis XIV est atteint du typhus à Calais. Tout d’abord on parle de perruques dites « à fenêtres » c’est-à-dire pourvu d’ouverture permettant de mélanger ses cheveux aux postiches. Vers 1680 avec l’avènement du costume classique, les perruques s’allongent et s’élèvent jusqu’à 10 centimètres au-dessus du crâne. Cette coiffure joua des tours au grand Roi puisque vers 1690, sa perruque prit feu en raison d’une chandelle trop basse ou d’une chevelure trop haute… Si vous voulez connaitre les évolutions capillaires du XVIIIe, c’est ici: WordPress:

Companion: Forensic Hairdressing Human hair has not changed from antiquity to modern times: it is physically and biologically the same. What has changed are the socially conditioned cultural norms guiding the choices we impose upon on our hair, and the technologies developed to assist the expression of those choices. These changes pose significant challenges to the student of ancient hairdressing. In the realm of cultural norms, it is customary in the United States of America that women wear their hair shorter than its full, maximal length — especially as they get older. As for technology, modern hairdressing is the creature of scientific innovation: by harnessing electricity, chemistry and metallurgy modern women can, at whim, alter fundamental characteristics of their hair to a level where reality and artifice are indistinguishable. At all times and in all cultures, the perceived success or failure of a hairstyle will hinge upon the biological hair of individuals.

« L’habit » au XVIIIe siècle. – Rochefort en Histoire Aujourd’hui quelques notions pour faire un costume masculin dans le ton de l’Hermione. Nous ne prétendons pas donner un cours exact, mais quelques bases afin de comprendre ce costume que par métonymie on appelle généralement « l’habit« . Suivant l’héritage de Louis XIV, il se compose: d’une culotted’une chemised’une veste (qui en 1780 est devenu un gilet)d’un justaucorps (qui s’appelle « habit » en 1780) Quelque soit la catégorie sociale, les bases du costume reste le même, sauf pour le marin qui lui porte un pantalon à pont. Toutefois les différences sociales sont marquées par la qualité du tissu, les couleurs (vives pour les nobles et les gens aisés, sombre pour le tiers-état), la richesse des décorations et des boutons. Sous le règne Louis XVI, cet habit se caractérise par sa richesse, mais aussi par son tour-de-col, haut et rigide_parfois doublé de carton (aussi ancien que l’imprimerie) _ qui s’agrafe à la nuque. Pauline BORD WordPress: J'aime chargement… Sur le même thème

Related: