background preloader

Le transhumanisme, un état contre-nature I : Les origines du transhumanisme, une humanité décevante

Related:  L'omme augmenté

Ce que nous prépare la Science : Resterons-nous encore des humains ? « La Science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d'être des hommes » Jean Rostand (biologiste) Il est d'usage de dire et d'écrire que la science à terme, a vocation pour tout expliquer et que rien n'arrête le progrès catalysé justement par une science conquérante dont on dit qu'elle s'oppose à la religion en ce sens que les miracles sortent de plus en plus des laboratoires poussant ainsi les religions dans leurs derniers retranchements surtout quand elles font preuve de concordisme qui est la grande erreur à ne pas faire. S'il est vrai par exemple que la science nous a délivré des superstitions, qu'elle a permis à l'homme des loisirs du fait de la mécanisation du monde grâce aux inventions scientifiques et à la mécanisation du monde, il n'en demeure pas moins, que la science, d'une façon inexorable, s'attaque d'une façon frontale à l'homme. Voitures autonomes, ordinateurs... ce qu'Asimov avait prédit pour 2014 Les inventions actuelles : rien n'arrête l'imagination 1. 4.

Transhumanisme 2045 - l'Homme sera immortel Voilà, c’est dit, dans trente ans, l’Homme sera numériquement immortel. Reste juste à savoir à quoi cela servira, les risques que cela engendrera et surtout, à qui cela s’adressera… Télécharger la totalité de son esprit vers un ordinateur, ce sera possible d’ici 2045 d’après Ray Kurzweil, Google Engineering Director. C'est du moins ce qu'il a annoncé en juin dernier lors du Global Furures 2045 International Congress à New York. Durant ce congrès, il a été indiqué que l’Humanité connaitrait dans les années à venir, une croissance technologique totalement nouvelle et largement supérieure à celle que l’on connait aujourd’hui (c’est dire !) Déjà accroc aux réseaux sociaux et passant plus de temps derrière des écrans en tous genres, puis ayant recours à des techniques de médecine technologique (ex l’implant cochléaire qui peut rendre l’ouie à des patients sourds), l’Homme a rendu indispensable les nouvelles technologies à sa vie. Sources :

Transhumanisme : un futur entre nos mains Dernière étape de notre voyage dans l’univers transhumaniste. Pour finir en beauté, je vous propose de découvrir deux scénarios : celui où, grâce aux technologies émergentes et aux améliorations, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes ; et celui où, au contraire, tout virera au cauchemar. Entre les deux se trouve, peut-être, la solution... Immortels et heureux Quel futur imaginer ? D’abord, l’immortalité serait garantie, ou plutôt “l’allongement considérable de la durée de vie”, jusqu’à 200 ans, voire plus. Cerise sur le gâteau : en nous injectant peut être une “hormone du bonheur”, nous deviendrons des “transhumains bouddhas”, sages et heureux, jamais dépressifs, atteignant le “bonheur permanent”. Et c’est sans parler de notre intelligence qui sera décuplée, de même que nos sens, ou notre force. La fin de la “loterie génétique” Grâce au séquençage ADN, nous pourrons aussi reprogrammer nos gènes pour corriger nos défauts et accroître nos performances. L’oligarchie transhumaniste

“La liberté d’utiliser ou de repousser la technologie est inexistante aujourd’hui”, Alain Damasio, écrivain de SF - Idées L'homme va-t-il un jour fusionner avec la machine ? Pas besoin d'attendre le futur pour réaliser que les nouvelles technologies provoquent de profondes mutations sur nos corps. Entretien au long cours (et en chair et en os) avec Alain Damasio. Le premier patient doté d'un cœur entièrement artificiel n’aura donc pas vécu assez longtemps pour raconter cette expérience. Mais malgré cet échec relatif, c’est une nouvelle preuve de la manière dont les nouvelles technologies peuvent impacter le corps humain. On sait désormais remplacer des membres amputés par des prothèses performantes. Ecrivain de science-fiction (il a notamment publié deux romans, La Zone du dehors et La Horde du contrevent), Alain Damasio est intarissable dès qu'on le lance sur ces questions. “Les transhumanistes voudraient obtenir de la technologie des capacités que nous n’avons pas actuellement.” Que peut-on attendre de cette révolution du corps, notamment promue par le mouvement transhumaniste ? Ce cocon est-il visible ?

TRACKS Spécial Transhumanisme | TRACKS | Culture #Psychovinyle #Trackshare #Replay Jacques Testart : « Demain, il n’y aura plus de limite au tri génétique » Basta ! : Dans votre ouvrage, vous dénoncez le recours immodéré à la fécondation in vitro (FIV). Pourquoi une telle inflation de l’utilisation de cette technique ? Jacques Testart [1] : Une grande partie de ces FIV est justifiée : de plus en plus de gens ont du mal à faire des bébés tout seuls. On médicalise de plus en plus la procréation, mais les actions sur les questions environnementales susceptibles de provoquer ces problèmes se fait attendre. On commence quand même à reconnaître les liens entre l’environnement et la santé. Vous vous opposez depuis trente ans au diagnostic pré-implantatoire (DPI), qui permet d’identifier certaines caractéristiques de l’embryon avant sa transplantation dans l’utérus. L’eugénisme est une « pulsion » historique pour améliorer la qualité des enfants de l’espèce humaine. On ne peut plus nier son potentiel eugénique avec l’élimination d’embryons porteurs de handicaps aussi légers que le strabisme, en Angleterre. Il y a un risque sécuritaire évident.

Google et les transhumanistes Ray Kurzweil, le "pape" du transhumanisme, a été embauché par Google comme ingénieur en chef pour faire du moteur de recherche la première intelligence artificielle de l'histoire. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Laurent Alexandre (Chirurgien urologue, Président de DNAVision) Le transhumanisme est encore quasi inconnu en France. Dans ce contexte, les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l'humain. L'homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une "version béta", c'est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Aujourd'hui, Google est devenu l'un des principaux architectes de la révolution NBIC et soutient activement le transhumanisme, notamment en parrainant la Singularity University qui forme les spécialistes des NBIC. Google s'intéresse également au séquençage ADN au travers de sa filiale 23andMe, dirigée par la femme de Sergei Brin, le cofondateur de Google.

Transhumanisme : pour quoi faire ? Texte paru dans le numéro 418 de la revue Silence Le projet transhumaniste est vieux comme le monde humain : depuis toujours les hommes ont rêvé de géants, de sorciers, de héros invincibles ou immortels. Ce qui est nouveau c’est que l’accélération récente des capacités techniques apporte de l’eau au moulin transhumaniste dans la plupart des domaines, rendant crédibles des délires jusqu’ici à peine pensables. Et ce mouvement profite de deux phénomènes inédits : d’une part la mort de Dieu qui crée un vide à occuper par d’autres puissances issues de l’homme, d’autre part les catastrophes environnementales qui obligent à réagir au nom de la survie. Les réponses transhumanistes à ces défis dessinent, de façon encore très imprécise, un monde où l’homme (certains ? la plupart ? Augmenter les capacités humaines Il est impossible d’analyser ou seulement d’énumérer tous les projets lancés par les théoriciens du transhumanisme. Toute personne qui dispose d’un smartphone est déjà un homme augmenté.

Related: