background preloader

Are MOOCs Really A Failure?

Are MOOCs Really A Failure?
Related:  MOOCS

Un collectif anti-MOOC, fausse alerte de Noël! Arrêtez tout. Rebouchez le champagne, jetez les bûches et remettez les saumons à la mer, il y a urgence. La fameuse "trêve des confiseurs" doit prendre fin immédiatement car une grave crise menace le monde. Ils attaquent bille en tête avec le taux d’échec: les auteurs se gargarisent naturellement des 90% de taux d’échec aux MOOC. Unification: Les auteurs craignent une unification des cours avec disparition de la diversité, ceux-ci étant contrôlés par quelques grandes universités. Liberté pédagogique: Les auteurs expliquent qu’avec un cours video, les MOOC imposeront un savoir standardisé et répétitif supprimant la liberté pédagogique. Mais bien entendu, nos syndicalistes du 26 décembre se fichent de tout cela. Une telle initiative est particulièrement indécente au moment-même où la France se retrouve en fin de classement en matière de performance scolaire avec le fameux classement PISA et les multiples rapports de l’OCDE. Like this: J'aime chargement…

Les MOOC, déjà has-been ? L'enthousiasme pour les cours en ligne ouverts et massifs retombe. En cause, le faible taux de réussite. De nouveaux concepts -payants, plus courts- font leur apparition. "J'ai suivi un MOOC au printemps dernier et je me suis ennuyé ferme. C'était tellement soporifique que je n'ai pu aller jusqu'au bout." Dans le bus, sur un smartphone, chacun a accès aux cours, souvent gratuits. Des formats plus courts Mais quelle différence alors entre Coursmos et Youtube, qui regorge également de vidéos d'apprentissage en tout genre ? Les cours sont répartis en thématiques, de l'art à la cuisine en passant par l'informatique. "Le plus important, c'est d'instiller du savoir dans un court laps de temps pour capter l'attention de ceux qui en ont peu" Alors que la plupart des MOOC permettent de suivre gratuitement les cours mis à disposition, le site Mindsy, lancé en août 2013, propose une sélection de 5 000 cours (pour l'instant) pour un abonnement de 29 dollars. Désillusion vis-à-vis des MOOC

Find Thousands of FREE Online Courses: OpenCourseWare Open CourseWare (OCW) are FREE online materials of entire courses (syllabus, presentations, assignments, and assessments) published by select universities. MERLOT (www.merlot.org) provides easy access to almost 5000 Free Online Courses. Simply click on a major topic heading and you can browse through the MERLOT collection of Free Online Courses. Instititutions Providing Open CourseWare (OCW) We’ve organized a list of US and UK universities that provide easy access to their courses. Massive Open Online Courses (MOOC's) A MOOC is a type of FREE online course aimed at large-scale participation and open access via the web. Coursera- Classes offered on Coursera are designed to help you master the material.

White House science council recommends U.S., accreditors support MOOCs President Obama’s Council of Advisors on Science and Technology has a message for the federal government and regional accreditors: Go easy on the MOOCs. In a report released on Wednesday, the council of engineers and scientists recommends the federal government not interfere with vendors and providers experimenting with massive open online courses and other forms of distance education. That message extends further to accreditors, which are encouraged to waive some of the standards required of institutions seeking approval for traditional programs. “It would also be premature to impose standards and regulations that might impair the power of competitive market forces to motivate innovation,” the report reads. As a third recommendation, the council suggests establishing grant programs to spur research into online education and the effectiveness of MOOCs. The accreditation issue is a delicate one, and many faculty critics have questioned why MOOCs are not subject to more oversight.

MOOCs ? Vous avez dit MOOCs ? Comment ça, MOOCs ? MOOCs ? Vous avez dit MOOCs ? Comment ça, MOOCs ? Le savoir, nous sommes bien placés dans les métiers de l’infodoc pour en être conscient, est la base de tout, aujourd’hui. Comme le dit la Présidente de Harvard, c’est « la monnaie du XXIe siècle », monnaie qui sera de plus en plus disponible avec la montée en puissance des MOOCS. « Avant », en France, pour se former à distance, nous avions le CNED, le fameux Centre national d’enseignement à distance , qui a ponctué les soirées de nombre d’entre nous, obligés que nous étions de muscler nos savoirs pour préparer, ou repasser tel ou tel diplôme. Malgré ses 400 tonnes de papier (2011) et ses 1600 enseignants, le CNED a engagé sa mue numérique, sans pour autant que cela stoppe l’hémorragie des inscrits à ses enseignements. Ce monstre, qui a le pouvoir de faire sauter de multiples barrières dans la diffusion de savoirs (langue, coûts, diversité, etc.) porte un drôle de nom, MOOC, pour Massive open online courses.

Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi ? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres. 1. Introduction à l’infonuagique Quiconque a déjà travaillé avec la vidéo sait à quel point ce média est « lourd » côté informatique. Le fait de déposer un fichier (dans ce cas-ci, un fichier vidéo) sur un service en ligne pour y avoir accès de partout s’appelle l’infonuagique, ou l’informatique en nuage. Il existe d’autres applications de l’infonuagique. 2. Pour la création de capsules vidéo originales, il y a différentes façons de procéder. La méthode « enregistreur d’écran » 3. Sophia

5 Myths About Open Online Courses at Scale Everyone I know in higher education seems to have a set of strong opinions about open online education at scale. What have we actually learned from participating in this movement? What are the biggest myths about open online courses at scale? Myth #1 - The People Involved in Open Online Education At Scale Are Trying To Replace Residential Education: Everyone at my institution who is involved in creating and teaching our open online courses is doing so because they truly believe in our model of an intimate residential liberal arts education. We need to discover what can only happen when faculty and students come together in time and space in a learning community. If your institution decides to experiment with open online education at scale then it will be forced to really think about what can only happen on campus and in the classroom. Myth #2 - Participating in Open Online Education At Scale Will Be Very Expensive for Your College: The way any organization works is through cost sharing.

Clinton: Moocs may be key to a more efficient US system | News Former president says online courses could drive down costs The way higher education is delivered in the US needs to undergo a “dramatic change”, which could be driven by the accreditation of massive open online courses, according to the nation’s former president Bill Clinton. At public colleges and universities, the cost of tuition has been rising above the rate of inflation for more than a decade, and although the federal government has increased its funding for students in a bid to reduce levels of student debt, this has been negated by a drop in average family incomes. “A lot of people will have student debt that goes beyond the federal student loan programme. “You’re going to see a dramatic change because we simply can’t continue to have the cost of university education go up at twice the rate of inflation every decade when wages are flat and aid programmes are not keeping up.” chris.parr@tsleducation.com Click to rate 0 out of 5 stars

Les professeur(e)s rejettent les MOOC News - Pays: Etats-Unis d’Amerique - Thème: Enseignement supérieur Les professeur(e)s de l’Université d’Etat de San José en Californie refusent d’utiliser un cours de philosophie conçu par l’Université de Harvard et développé par la plate-forme edX, l’un des principaux fournisseurs de Cours en ligne ouverts et massifs (Massive On-Line Open Course - MOOC), dont le but consiste à remplacer les cours de la faculté par des formations en ligne moins coûteuses. Profs push back on MOOCs image by Ilonka Tallina Les MOOC sont des cours en ligne gratuits ou peu coûteux enseignés à un grand nombre d’étudiant(e)s et ne nécessitant qu’une participation minimale des professeur(e)s. Parallèlement à cela, les syndicats représentant le personnel universitaire aux Etats-Unis lancent un avertissement face à la menace qui pèse sur la propriété intellectuelle de leurs affilié(e)s. Previous 1 Next

Incertitudes autour des MOOC | Miscellanées numériques MOOC ! MOOC ! MOOC ! Ou Plutôt CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massifs) Tout le monde a ce mot à la bouche. La ministre Fioraso l’a clairement dit le 2 octobre lors de la présentation du projet France Université Numérique. "Le développement des cours en ligne (Massive Open Online Course) dans les dix prochaines années redéfinira la carte universitaire internationale. De là est né le projet FUN. 12 millions d’euro vont être débloqués pour le développement de formations numériques innovantes. D’abord, et c’est ce qui a préoccupé certains des participants à la dernière matinée e-learning du 13 décembre, la propriété du cours développé en MOOC n’est pas claire. Un autre problème concerne le suivi du MOOC. La question des moyens humains a dispositions des CLOM reste centrale. La part de non-dit sur les MOOC concerne essentiellement l’enjeu économique. Les MOOC posent dans les établissements plus de questions qu’ils ne proposent de réponses. <2> Idem. J'aime : J'aime chargement…

Why MOOCs are Failing the People They're Supposed to Help - The New Yorker On July 23rd, 1969, Geoffrey Crowther addressed the inaugural meeting of the Open University, a British institution that had just been created to provide an alternative to traditional higher education. Courses would be conducted by mail and live radio. The basic mission, Crowther declared, was a simple one: to be open to people from all walks of life. “The first, and most urgent task before us is to cater for the many thousands of people, fully capable of a higher education, who, for one reason or another, do not get it, or do not get as much of it as they can turn to advantage, or as they discover, sometimes too late, that they need,” he told his audience. “Men and women drop out through failures in the system,” he continued, “through disadvantages of their environment, through mistakes of their own judgment, through sheer bad luck. These are our primary material.” MOOCs started with a bang of optimism. On the other hand, there are the numbers that gave Thrun pause.

The Professors Behind the MOOC Hype - Technology Dave Chidley for The Chronicle Paul Gries, of the U. of Toronto, has taught MOOCs on computer science. By Steve Kolowich What is it like to teach 10,000 or more students at once, and does it really work? The largest-ever survey of professors who have taught MOOCs, or massive open online courses, shows that the process is time-consuming, but, according to the instructors, often successful. The survey, conducted by The Chronicle, attempted to reach every professor who has taught a MOOC. Hype around these new free online courses has grown louder and louder since a few professors at Stanford University drew hundreds of thousands of students to online computer-science courses in 2011. Princeton University's Robert Sedgewick is one of them. Like many professors at top-ranked institutions, Mr. His online course drew 80,000 students when it opened last summer, but Sedgewick was not daunted. It paid off. Therefore the positive response may come as a surprise to some observers. Why They MOOC Mr.

12/05 > BE Allemagne 638 > MOOCs - Conférence sur les chances et les risques des cours en ligne Politique technologiqueMOOCs - Conférence sur les chances et les risques des cours en ligne Le 27 novembre 2013 s'est tenue à Berlin une conférence sur l'offre de formation numérique sous le format "MOOCs - Massive Open Online Course" [1], organisée par le think tank CHE (Center for Higher Education) et la fédération des donateurs pour la science allemande (Stifterverband) [2]. Ces cours en ligne (ouverts à tous), apparus en 2008, ont été largement mis en avant à partir de 2012 à travers des initiatives fortes menées dans différentes universités, principalement européennes et américaines. La conférence, se concentrant sur le cas allemand, a également fait intervenir des personnalités de l'étranger. Au cours de cet événement ont été recensés les chances, risques et conséquences du modèle émergent des MOOCs pour l'enseignement supérieur en Allemagne. Des chances offertes par les MOOCs... M.

Related: