background preloader

Extrait_animer_une_communaute_de_pratique.pdf (Objet application/pdf)

Extrait_animer_une_communaute_de_pratique.pdf (Objet application/pdf)
Related:  Animer une communauté (en ligne)Communication de marque

Les 3 niveaux de génération d'engagement du Community Manager Cette semaine, je vais m’intéresser aux différents niveaux d’engagement dont dispose le Community Manager pour structurer ses actions garder un contact permanent avec ses fans/followers. Lors de votre communication sur les médias sociaux, vous serez amené à rechercher l’engagement des membres de votre communauté, afin d’échanger avec eux sous différentes formes. L’implication de l’internaute ne sera pas la même si vous lui demandez de répondre à une question, ou si vous l’incitez à participer à un jeu-concours vidéo. Tout le long de cet article, je vais donc m’intéresser aux 3 niveaux de génération d’engagement, par pallier croissant d’implication (en temps & argent) de l’internaute. 1) L’engagement par la publication de contenus Dans un premier temps, nous allons voir les différentes méthodes dont dispose le Community Manager pour générer de l’engagement auprès de l’internaute, depuis une publication sur une page Fan, un compte Twitter ou encore une page G+. Sur Facebook Exemple : Xbox FR

Le manifeste du collaborateur en réseau social L’article de Michael Fauscette , consultant américain en systèmes d’information sur le site smart data collective propose un exercice stimulant de définition des conditions d’épanouissement professionnel des salariés à l’heure où les réseaux sociaux occupent une place « intime » dans l’existence de nos contemporains. Il se livre à la rédaction du Social employee Manifesto , sous formes de listes, affirmant la nécessité de concevoir de nouvelles organisations du travail pour des collaborateurs hyper-connectés et socialement responsables. Ceci ayant nécessairement une visée pour améliorer la productivité des entreprises et en faire un avantage stratégique vis à vis de la concurrence. Nous avons besoin d’un nouveau paradigme pour faire avancer les choses et intégrer dans les organisations un nouveau type d’employé qui a beaucoup de mal à travailler dans un système hiérarchique, allant du haut vers le bas ; et dans un environnement hautement contrôlé. Il liste les affirmations suivantes :

Le management de communautés, un nouveau métier mais aussi de nouvelles compétences pour tout manager Le manager, l’employé, le candidat, le client sont désormais tous sollicités, d’une façon ou d’une autre, pour participer à des forums, des communautés et autres groupes de toutes sortes, pour une multitude de finalités elles mêmes pas toujours affirmées ni claires (Être un « fan » sur Facebook, simple exemple, a d’innombrables sens possibles). Face à cela chacun est parfois un peu perdu, et en particulier les managers et les RH. On parle de « managers de communautés » en espérant que le mot clarifiera la situation. « Communautés », de quoi parle-t-on ? Ces lieux sont plus ou moins nouveaux, plus ou moins spontanés, plus ou moins virtuels, plus ou moins influents, plus ou moins utiles. La figure ci dessous en illustre les contours : L’axe vertical sépare l’entreprise de son monde extérieur. L’autre axe sépare le monde de l’entrée libre (en bas) de celui de l’entrée en montrant patte blanche, c’est à dire de celui où on a été invité, ou accepté, et où de fait on est « entre soi ».

Communautés de pratique : un partage des connaissances idéal La compétitivité d'une enteprise dépend directement de la qualité des connaissances auxquelles ses employés ont accès : être mieux informé que la concurrence est un objectif majeur pour chaque firme. Ce qui explique le succès des outils de partage des connaissances - ou KM. Pour Etienne Wenger cependant - l'un des gourous du collaboratif -, les managers ont une idée bien trop restrictive du partage des connaissances, qui se cantonne souvent à des bibliothèques statiques, des répertoires de documents écrits. Pourtant, "ce sont les savoirs dynamiques qui font la différence - explique posément E.Wenger dans une article de Systems Thinker. Un mystérieux lieu d'échange Ces acteurs échangent leurs savoirs - sans même que l'entreprise en soit consciente - au sein de "communautés de pratique". Mais quels sont donc ces lieux importants qui se constituent sans que la hiérarchie n'en sache rien ? Autant de raison de leur offrir de bonnes conditions d'épanouissement.

» Comment construire une communauté : 10 conseils utiles  RU3 :: « Comment construire et animer une communauté en ligne ? » Telle est la question qui m’est posée de façon récurrente depuis bientôt six mois par la plupart des entreprises pour lesquelles j’interviens. Voici un résumé des conseils que je tente de leur transmettre lorsqu’elles m’en donne l’occasion. 1. Photo Creative Commons Luc Legay Comment mobiliser les membres et futurs membres sans un objectif clairement affiché et partagé par tous ? L’adoption de votre objectif sera d’autant plus contagieux que vous arriverez à le transformer en cri de ralliement. Exemple : les objectifs affichés de Flickr, Twitter, Facebook, Meetup, Wikipédia… 2. Photo Creative Commons Peter Shanks Quels avantages concrets un membre obtiendra-t-il en adhérant à votre communauté ? Parfois, afficher sa propre présence aux côtés d’autres membres, plus prestigieux ou simplement reconnus, suffit à motiver une adhésion. 3. Photo Creative Commons : CottonIJoe Exemple : Obiwi, publiez vos passions. 4. Photo : Foursquare 5. 6.

Schéma Un groupe de travail de la Fondation Internet Nouvelle Génération Page principale - S'identifier Ce groupe a terminé ses travaux - Il s'agit d'un site d'archive Schéma Quelques synthèses des différents aspects qui influencent le développement ou non de l'intelligence collective dans un groupe Les différents points proposés ne peuvent prétendre à présenter de façon exhaustive toutes les facettes de l'Intelligence Collective et de la Coopération. Premier schéma : Comment développer des aspects collectifs ? Nouveau schéma du 15 novembre 2006Lien vers la version du schéma du 5 septembre 2006Lien vers la première version du schéma du 27 mai 2006 Deuxième schéma : Pourquoi développer l'intelligence Collective ? Influence des effets collectifs sur les membres, le groupe et l'environnement (ce schéma sera développé par la suite) #cooperation28 Articles à propos de "Schéma" : Trier par : Date, Titre 20/11/06 - Atelier Formation à l'évaluation réseaux Le groupe Actions du groupe Recherche

Le Travail Collaboratif en Ligne selon MAIN CONSULTANTS Sur un blog qui prétend parler du travail collaboratif, il n'est sans doute pas inutile de parler un peu du... travail. C'est même absolument indispensable pour bien cerner le véritable propos de ce que l'on nomme communément le "travail collaboratif". Je vais bien sûr commencer par le traditionnel rappel étymologique sur le travail-souffrance ! On pourra toujours discuter sur la signification des étymologies. Il est courant d'associer étroitement le terme travail, dans son sens ordinaire et moderne, à l'expérience de la contrainte et de la domination. Toutes proportions gardées, le travail au 21e siècle, pour nombre de salariés, n'est pas si loin des notions de contraintes (règles institutionnelles du monde du travail), de domination (rapports interpersonnels, rapports hiérarchiques), de douleur et de souffrance (tantôt physique, tantôt psychologique). Revenons à la notion de travail.

Comment engager sa communauté par le story-telling personnifié ? Cette semaine, je vais m’intéresser aux marques ayant fait le choix d’inventer une histoire autour de leur marque, produit ou service. Au-delà de promouvoir leur catalogue de produits/services, les marques vont inventer des faits, relations et personas pour se mettre à la même hauteur que les fans. L’objectif de la démarche est donner la possibilité aux fans de s’identifier avec la personne « aux commandes » de la page fan, compte Twitter et autres pour favoriser l’engagement et donner l’impression d’une relation avec une personne réelle. C’est pour cela que je vais analyser plus précisément l’exemple de la marque Cacharel pour son produit « Amor Amor ». 1) Présentation du persona Dans un premier temps, pour nouer une relation de confiance et pérenne avec les internautes, il est important de présenter la personne supposée être aux commandes de la communication de la marque. Dans le cas de Cacharel, celle-ci se nomme Emma comme nous le voyons ci-dessous : 2) Entretien du persona Conclusion

CoP: Best Practices by Etienne Wenger [Published in the "Systems Thinker," June 1998] You are a claims processor working for a large insurance company. You are good at what you do, but although you know where your paycheck comes from, the corporation mainly remains an abstraction for you. The group you actually work for is a relatively small community of people who share your working conditions. It is with this group that you learn the intricacies of your job, explore the meaning of your work, construct an image of the company, and develop a sense of yourself as a worker. You are an engineer working on two projects within your business unit. You are a CEO and, of course, you are responsible for the company as a whole. We now recognize knowledge as a key source of competitive advantage in the business world, but we still have little understanding of how to create and leverage it in practice. We frequently say that people are an organization's most important resource. Defining Communities of Practice Dr.

Related:  Autres