background preloader

Jeux et jouets – Antiquité grecque et romaine

Jeux et jouets – Antiquité grecque et romaine
Ce parcours permet de découvrir les jeux auxquels se livraient les enfants comme les adultes en Grèce et à Rome dans l’Antiquité, en cheminant au travers de l’ensemble des collections du département des antiquités grecques, étrusques et romaines avec une prédilection cependant pour les œuvres en argile illustrant au plus près les activités de la vie quotidienne; L’importance des jeux et divertissements dans la vie des Grecs et des Romains de l’Antiquité se lit d’une part au travers de l’abondance des monuments figurés les mettant en scène, et d’autre part grâce aux nombreux témoignages des auteurs antiques dont les écrits sont parfois notre seule source pour connaître et comprendre certains jouets ou jeux (en particulier pour les jouets en matériau périssable ayant rarement été conservés dans le monde gréco-romain pour des raisons climatiques). Désigné par le terme de skolè ou loisir en grec et par celui de ludus ou amusement en latin, le jeu est toujours associé à l’enseignement.

http://www.louvre.fr/routes/jeux-et-jouets

Related:  jeux antiquesEPI Latin

jouets Lesjeux à Rome A Rome, les enfants comme les adultes jouaient beaucoup à des jeux de hasard ou de simulacre. Les enfants mettaient en jeu des noix et les adultes misaient parfois beaucoup d' argent bien que cela soit interdit. 1 Jeux de hasard: Les jeux de hasard tels que les jeux de dés, les jeux de table, la marelle, le jeu du ricochet étaient très appréciés par les enfants ainsi que le jeu de toupie qui est déjà représenté sur des vases du cinquième siècle avant J.C.

Les citoyens à Rome à la fin de la République Ont le droit de cité (civitas, jus civitatis) tous les hommes libres (patriciens et plébéiens) nés d'un père et d'une mère libre (Gaius) ; à partir de 49 av. JC. tous les hommes libres habitant l'Italie sont citoyens (ce droit sera étendu à de nombreuses cités sous l'Empire, (Tacite) à tous les habitants de l'Empire en 212). Leurs droits.

La Toge Et Le Glaive: Les Jouets De L'Antiquité Romaine. Ce n'est pas un scoop : Noël approche. Si vous êtes comme moi, vous êtes lancés depuis déjà quelques temps dans une course effrénée aux cadeaux, et vous écumez fiévreusement les boutiques et sites marchands, à la recherche du présent qui, à coup, sûr, fera plaisir à Tata Gertrude. Le défi est nettement moins compliqué à relever au moment de gâter vos neveux, vos petits cousins ou vos enfants : les magasins débordent de jouets de toute sorte, et vous avez à votre disposition une bonne dizaine de catalogues diligemment déposés dans votre boîte aux lettres - et parfois gracieusement annotés par vos chérubins afin de vous faciliter la tâche. C'est cette déferlante de poupées, peluches, jeux vidéos, de société, legos, robots, etc. qui m'a poussée à m'interroger sur les jouets dans l'antiquité romaine.

L'ALIMENTATION ET LA CUISINEDANS L'ANTIQUITÉ Introduction "Le boire, le manger nous donnent à tous des plaisirs tout pareils, car ce n'est pas le faste de la table qui fait cesser la faim. Ainsi parle Antiphane". (Athénée, Deipnosophistes, I, 5f) " De nos jours encore, les amants des lettres trouvent aux banquets où assistèrent ensemble Socrate et ses amis même intérêt, même plaisir que les convives de ce temps-là. La Toge Et Le Glaive: L'Ecole Dans l'Antiquité Romaine. Loin de moi l'idée de vous plomber le moral, mais voilà : nous sommes déjà en Septembre, et c'est déjà la rentrée. J'ai donc une pensée émue pour tout ceux qui reprennent le travail, et plus encore pour les élèves et étudiants qui lisent ces lignes. Courage, les gars : il faut tenir jusqu'aux prochaines vacances ! En attendant, quel meilleur moment pour traiter de la question de l'éducation dans la Rome antique ?! Juste histoire d'être raccord avec le sujet, et peut-être de remonter le moral de ces jeunes gens, qui ne sont finalement pas si mal lotis.

Les vêtements sous la Rome antique Les vêtements sous la Rome antique Les vêtements sous la Rome antique étaient très différents de nos vêtements aujourd'hui. Les Romains ne portaient pas des pulls, des chemises ou des pantalons, mais plutôt des toges et des tuniques. La tunique était un rectangle qui était épinglé autour des épaules et cousu sur les bords pour former une sorte de tube. Il était le vêtement de base des hommes et des femmes et était porté sous la toge.

BIENVENUE CHEZ LES ROMAINS Remise des récompenses... Nous avons testé deux solutions : La première, remettre une récompense en rapport avec les poste visé... exemple : une voiture de course pour les gladiateurs, de quoi écrire pour les scribes, de la pâte à modeler pour les sculpteurs... Apicius ou la cuisine romaine Petite histoire de la cuisine Pour s'informer sur la cuisine romaine, il n’y a hélas que peu de sources qui nous sont parvenues puisque nous n’avons conservé qu’un ouvrage complet de cuisine romaine, le "De re coquinaria" (ouvrage encore disponible en librairie) d’Apicius, le plus célèbre cuisiner romain, si l’on excepte quelques recettes transmises par Caton comme des bouillies et des petits pains au fromage, qui ressemblent plus à des croquants salés. Né en 25 avant J.C., Marcus Gavius Apicius a vécu sous le règne de l'Empereur Tibère et était son cuisinier officiel.

Etre enfant à Rome 1La société romaine, comme la plupart des civilisations anciennes, est organisée en classes d’âge, qui sont au cœur du fonctionnement de la cité et qui conduisent le jeune Romain à parcourir un certain nombre d’étapes avant de pouvoir exercer son métier de citoyen. Cette répartition en classes d’âge, au lieu de faire de la vie humaine, inscrite dans le temps, un flux continu, la fait apparaître comme une succession d’états bien distincts, dont les rites assurent les transitions (Néraudau 1979 : 139). A l’enfance (pueritia) succède l’âge adulte (juventus), puis la vieillesse (senectus) ; trois âges auxquels sont associées, dans la tradition littéraire, des qualités particulières : à la « sauvagerie » (ferocitas) des jeunes gens, au « sérieux » (gravitas) des plus anciens, à la « maturité » (maturitas) des vieillards, s’oppose la « faiblesse » (infirmitas) des enfants (Cicéron, De Senectute 33). 4Commence alors la phase de nourrissage désignée en latin par le verbe alere 6.

Related: