background preloader

L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire

L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire
Dans la chaîne alimentaire, l'homme ne se situe pas au sommet, comme il pourrait le penser, mais au même niveau que... les anchois et les cochons. Bien loin, donc, d'un super prédateur. C'est la conclusion d'une étude originale, visant à mesurer l'impact de la consommation humaine sur les écosystèmes, publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences lundi 2 décembre. Pour arriver à ce résultat déroutant, l'équipe conjointe de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et d'Agrocampus-Ouest a utilisé un outil classique en écologie, mais qui n'avait jamais été appliqué à l'homme auparavant : le niveau trophique, qui permet de positionner les différentes espèces dans la chaîne alimentaire. A la base de cette échelle, et donc tout en bas de la chaîne alimentaire, la valeur 1 correspond aux plantes et au plancton. Car manger un carnivore n'a pas le même impact que manger un végétal.

Avons-nous vraiment envie de devenir la Silicon Valley C’est un petit pays que vous visitez en voiture. D’abord un long boulevard à trois voies, bordé de grands arbres – pins, palmiers, eucalyptus - qui cachent les maisons s’éparpillant à distance les unes des autres. De magnifiques maisons (les styles à la mode en ce moment : Château de la Loire et villa méditerranéenne), des maisons qui valent des millions, que leurs propriétaires dissimulent derrière des murs de briques et de petites forêts. Votre guide vous dit : "Ici, ce sont les Champs Elysées". Vous passez devant une école. Il suffit de tourner, d’emprunter la rue marchande de la ville, de passer la voie ferrée pour arriver dans un quartier semi-industriel où il n’y a plus aucun arbre. Maitres et serviteurs. Ce petit pays, ce n’est pas la Grèce, ni le Portugal. Pourquoi ? Xavier de la Porte Retrouvez chaque jour de la semaine la chronique de Xavier de la Porte (@xporte) dans les Matins de France Culture dans la rubrique Ce qui nous arrive à 8h45. Signaler ce contenu comme inapproprié

How Much Nature Do We Have to Use? | Guest Blog Credit: Wikimedia Commons/Notnarayan It’s so easy to slip into debt, but so hard to dig oneself out. Just ask the typical wage earner—even business and national leaders. People who know better still wait for that next paycheck, assumed pay raise or small miracle to help them catch up. As any accountant will tell you, accumulating debt is not a sound financial management policy. If you want to grow your savings and avoid going into financial debt, you need to spend your money no faster than you earn it. Similarly, if you want to ensure that you are not overusing ecological assets—which provide the ecological services on which all human activities, including the economy, depend—you need to know how productive these assets are, and the rate at which you use them. Biocapacity can be compared with the rate at which you are using these ecological services—your “Ecological Footprint.” To avoid sinking further into ecological debt, we need to rein in our ecological overspending.

BONUS : ressources ==> Les chefs européens des droites europhobes Les anti-FN Royaume-Uni : Nigel Farage (UK Independence Party) "Bad boy" de la politique britannique, cet amateur de bitter, jamais avare d'un bon mot, promet au pays d'en finir avec l'Europe. Libertaire et anti-élite, ce presque quinquagénaire, fils de courtier, aime se moquer d' Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen et son charisme de "chiffon mouillé". Longtemps considéré comme un clown en politique, il a acquis, à la faveur de la crise, une influence notable. Au point que le premier ministre, David Cameron, qui assimilait l'UKIP à "une bande de cinglés", promet aujourd'hui un référendum sur l'adhésion de son pays à l'Europe.

The Balance of Nature and Human Impact.Klaus Rohde, editor. The Balance of Nature and Human Impact. Klaus Rohde, editor.Cambridge, UK: Cambridge University Press, 2013.426 pp. ISBN 97811070109614 (hardcover), $99 Aldina M. + Author Affiliations Human impact on the natural environment has reached unprecedented levels. This book summarizes ecological responses to global environmental change; it is relevant to interested readers of different backgrounds trying to understand why scientists are worried about current environmental change. The book starts with Kevin Gaston’s foreword and an analogy between stability concepts needed for sea kayaking and instability … Hierarchy of Beings L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire Dans la chaîne alimentaire, l'homme ne se situe pas au sommet, comme il pourrait le penser, mais au même niveau que... les anchois et les cochons. Bien loin, donc, d'un super prédateur. C'est la conclusion d'une étude originale, visant à mesurer l'impact de la consommation humaine sur les écosystèmes, publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences lundi 2 décembre. Pour arriver à ce résultat déroutant, l'équipe conjointe de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et d'Agrocampus-Ouest a utilisé un outil classique en écologie, mais qui n'avait jamais été appliqué à l'homme auparavant : le niveau trophique, qui permet de positionner les différentes espèces dans la chaîne alimentaire. A la base de cette échelle, et donc tout en bas de la chaîne alimentaire, la valeur 1 correspond aux plantes et au plancton. Car manger un carnivore n'a pas le même impact que manger un végétal.

You haven’t so much lost a planet, as gained five dwarves… | Guest Blog …or maybe a few hundred. Photo: A. V. Flox One of my favorite shirts honors the brave souls of the former planet Pluto, those billion voices which shouted out in agony and were suddenly silent as the International Astronomical Union’s space station destroyed– wait, no. What dwarf planets are Let’s start with the reason Pluto got demoted in the first place. So let’s take a look at what they are, where they are, and what’s going on with them. Eight of our nine dwarf planets and candidates, to scale, with their moons and our best guess of their colors. First of all, there’s an official definition of a dwarf planet that makes it possible to actually argue about which is which. More generally, planets can clear debris out of their path in several ways. So that tells us what a dwarf planet is, and that definition is mostly useful so that we have clear categories we can talk about. A Grand Tour of the Dwarves So where do these dwarf planets live? The outer Solar System, Jupiter and beyond.

Les animaux: êtres sensibles, sujets de droit LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Catherine Vincent Que dit la science de l'aptitude des bêtes à ressentir la douleur ? Comment ces connaissances sont-elles prises en compte dans les textes de loi ? "Dans ce domaine, les recherches françaises sont essentiellement menées par l'Institut national de recherche agronomique (INRA), dans le but de réduire la douleur dans les techniques d'élevage ou d'abattage, précise Thierry Auffret Van der Kemp, directeur de la LFDA. Chez l'homme comme chez l'animal, la douleur remplit une fonction d'alerte : elle signale à celui qui la ressent la présence d'une menace sur son intégrité physique, et lui permet de déclencher des mécanismes de défense ou d'adaptation. A tout seigneur, tout honneur, c'est sur les mammifères - et sur l'homme en premier lieu - que les savoirs ont d'abord progressé. Variables physiologiques Mais chez les autres ? Et pourtant ! Décapodes Autre famille longtemps sous-estimée : les crustacés décapodes. Boîte de Pandore

Pour lutter contre la pollution de l’air… Pékin détruit 500 barbecues Dans la guerre que mène la Chine contre la pollution de l'air massive, surnommée l'"Airpocalypse", Pékin commence par la plus petite des batailles. Au terme d'une campagne de trois mois, les autorités de la capitale ont détruit 500 barbecues en plein air, pour réduire les taux de particules fines PM2,5 - celles dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres et qui sont les plus dangereuses dans la mesure où elles peuvent entrer profondément dans les poumons. Une décision qui n'a pas manqué de susciter la critique et l'ironie parmi les habitants, qui estiment que le gouvernement devrait se focaliser sur les principales sources de pollution : les centrales électriques fonctionnant majoritairement au charbon, l'industrie et la circulation automobile. Le gouvernement fait en effet face à une vive résistance des tentaculaires sociétés d'Etat et des intérêts locaux, comme je l'expliquais dans une précédente note de blog. Audrey Garric

Plastisphere microbes go to sea on flotsam fragments - environment - 02 July 2013 (Image: Erik Zettler/Sea Education Association) We dump huge amounts of plastic waste into the ocean every year, much of it ending up as microplastic – fragments less than 5 millimetres across. Famously, much of it has gathered in the Great Pacific Garbage Patch, and it may harm animals that inadvertently swallow it. Now, it appears that microplastic is hosting life as well as hurting it, creating a new niche in the vast oceans. Linda Amaral-Zettler of the Marine Biological Laboratory in Woods Hole, Massachusetts, and colleagues collected microplastic from the north Atlantic and examined it with scanning electron microscopy and gene-sequencing techniques. Some of the bacteria could break down hydrocarbons (the building blocks of plastics), and the plastic fragments were often pitted. On the flipside, one of the samples was dominated by Vibrio bacteria – the genus that causes cholera. Microbes are not the only organisms to adopt the plastic lifestyle. More From New Scientist Recommended by

Les vaches n'ont pas de sentiments: l'auto-persuasion qui nous permet de manger de la viande Pourquoi un caniche aurait-il plus de sentiments qu’un agneau? Votre chat est-il plus intelligent qu’un veau? Des questions auxquelles des psychologues australiens ont indirectement soumis des étudiants via des tests sur leur perception des pensées des animaux. Selon les résultats de cette étude, publiés dans le Personality and Social Psychology Bulletin, l’homme s’auto-persuade de l’absence de pensée chez les animaux qu’il retrouve dans son assiette. Sans ça, impossible de dévorer un adorable petit agneau ou une vache au regard touchant. Pas de sentiments pour la boucherie Trois tests ont été menés par les psychologues. Le deuxième test a démontré que les mangeurs de viande avaient tendance à nier la souffrance animale lorsqu’on leur rappelle le lien entre la viande et la mort des animaux. 66 carnivores ont observé deux photos: une vache et un mouton dans une prairie. Le «paradoxe de la viande» Audrey Chauvet

Le koala menacé d'extinction à cause du réchauffement Ce marsupial pourrait disparaître si rien n'était fait "en urgence" pour planter à la fois des arbres qui le protègent de la canicule durant le jour et des eucalyptus, dont il se nourrit la nuit, selon une étude. Le koala, une des icônes australiennes, est menacé de disparition par le réchauffement climatique, selon une étude de l'université de Sydney qui met en garde : son extinction pourrait se précipiter si rien n'était fait "en urgence" pour planter à la fois des arbres au feuillage fourni qui le protègent de la canicule durant le jour et des eucalyptus, dont il se nourrit la nuit. Pendant trois ans, Mathew Crowther, de l'université de Sydney, a suivi 40 koalas par satellite afin d'étudier leur habitat et leur alimentation. Il a ainsi montré comment l'animal se réfugie la journée dans de grands arbres, dont le feuillage le protège du soleil et des feux de brousse. >> Regarder la carte interactive sur les impacts du réchauffement climatique

Related: