background preloader

Comment le low-cost aérien s'est embourgeoisé

Comment le low-cost aérien s'est embourgeoisé
Zéro service gratuit, des avions équipés d'une seule classe économique bourrée de sièges, des aéroports à "pétaouchnok", vente directe sans intermédiaires…, le modèle "no-frills" (sans fioritures) du low-cost a-t-il vécu dans le transport aérien ? Est-il en train de rendre les armes face à ceux qui, comme Easyjet ou Vueling en Europe, Jetblue ou Virgin America aux Etats-Unis, l'ont "perverti" en y intégrant, de manière pragmatique, des pratiques des compagnies traditionnelles? Il y a des chances, du moins en Europe et aux Etats-Unis, deux marchés où le "low-cost " traditionnel arrive à maturité. "Voie médiane" Les bénéfices record d'Easyjet au moment même où ceux de Ryanair sont revus à la baisse ont sanctionné la victoire des modèles hybrides. "On constate bien que le modèle évolue aujourd'hui vers une sorte de voie médiane entre les compagnies classiques et les compagnies low-cost originelles", explique un dirigeant d'une compagnie aérienne européenne. La révolution Ryanair

Compagnies aériennes, Compagnies low cost | Vie pratique Pour concurrencer la voiture et rivaliser avec les compagnies aériennes low cost, la SNCF a lancé Ouigo, une nouvelle offre à prix réduits. [...] Pour mettre fin à cette érosion, la société doit contrer l'offensive des compagnies aériennes low cost et offrir une alternative plus économique aux habitués des voyages en voiture. [...] Et repenser entièrement son activité, sur le modèle des compagnies aériennes low cost (voir le n° 1084 du Particulier). [...] Toutes les compagnies aériennes pratiquent le yield management. Cette technique marketing consiste à faire grimper les prix au fur et à mesure du remplissage de l'avion, les dernières places disponibles se vendant beaucoup plus cher que les premières. [...] Toutes les compagnies low cost le permettent. Air France vient de lancer une offensive de grande ampleur contre les compagnies aériennes low cost. [...] Marseille, Montpellier, Lyon, La Rochelle et Bordeaux. Là, les choses sont plus simples. « Page précédente Page suivante »

Le low cost européen en pleine mutation Le modèle économique "low Cost" a vu le jour, en 1971, aux États-Unis, avec la création de Southwest Airlines, riche idée discutée sur le coin d’un bar de San Antonio entre un entrepreneur texan, Rollin King et son avocat, Herb Kelleher, qui en deviendra le président. Une compagnie avec des billets deux fois moins chers que les transporteurs traditionnels, sans repas à bord mais avec des cacahuètes, avec plus de sièges, sans plate-forme de correspondance, et avec des rotations extrêmement rapides. Ce qui coûte dans une compagnie, c’est lorsque les avions sont au sol. Aujourd’hui, Southwest est devenue un géant mondial, elle transporte 100 millions de passagers par an aux États-Unis, elle n’a jamais perdu d’argent et a surtout révolutionné notre façon de voyager en avion. Southwest Airlines © RADIO FRANCE Mais ce n’est pas sans doute pas la plus dangereuse, pour Air France, Lufthansa ou British Airways. Le "low cost" Européen Transavia © Air France Air France n'a plus le choix

Aéroport de Rennes : si tu vas à Porto...! La compagnie Ryanair a annoncé mercredi 19 février son arrivée à l'aéroport de Rennes. Dès cet été, elle ouvrira une ligne vers Porto, au Portugal. Celle-ci fonctionnera les mardis et samedis. Par Emilie Colin Publié le 19/02/2014 | 17:34, mis à jour le 20/02/2014 | 10:34 © Su-May La ville de Porto, au Portugal Le développement de l'aéroport de Rennes semble passer par le sud.Ryanair vient d'annoncer la mise en service d'une ligne Rennes-Porto. D'autres destinations ensoleillées Début juin à fin septembre, les passagers pourront également s'envoler vers Palma de Majorque, les mardis et samedis. L'île de Beauté n'est pas en reste : Figari et Bastia sont déjà desservies et Ajaccio le sera dès le mois de juin, avec une ligne hebdomadaire. Le choix de ses destinations s'avère payant : 481.000 passagers sont passés par l'aéroport de Rennes en 2013.

La révolution low cost : Low cost : Dossier pratique de voyage La petite histoire Le phénomène des vols à bas coûts est une formule importée des États-Unis. C'est en 1991 que la compagnie irlandaise Ryanair, s'inspirant de la politique développée par l'américaine Southwest Airlines à partir des années 1970, se restructure pour se concentrer sur des lignes qu'elle exploite à coût et à prix réduits. Sur sa liaison phare Dublin-Londres, elle devient vite un sérieux concurrent de British Airways. D'autres compagnies prennent rapidement le relais, mais le phénomène explose réellement en Europe à partir de 1997, avec la déréglementation totale des transports aériens décrétée par la Commission européenne. Le paysage aérien européen bouleversé Désormais, le paysage aérien du Vieux Continent a changé. Signe de ce succès hexagonal : easyJet, désormais 2e compagnie en France, s'attaque à Air France. Air France a créé en 2007 sa propre low cost, Transavia.com, qui dessert les principales destinations « loisirs » du bassin méditerranéen.

Dans l'aérien, la réussite d'un modèle - Les nouvelles frontières du « low cost » Cela fait quinze ans que l'on annonce l'échec des compagnies aériennes « low cost ». Et pourtant, leur succès ne s'est jamais démenti. Basé sur un unique critère, l'économie des coûts, le modèle semble se généraliser. Un billet d'avion pour le prix d'une chemise achetée dans une boutique milanaise, d'un déjeuner d'affaires à Cracovie ou d'une bonne bouteille rapportée de Porto. Leur entreprise ne dépensera que le strict nécessaire. Chasser les coûts Le fonctionnement inventé par Southwest Airlines, reproduit plus tard par easyJet, Vueling ou Ryanair en Europe, consiste donc en premier lieu à faire la chasse aux coûts. Vitrines nationales bénéficiant d'un prestige lié à leur secteur d'activité, les transporteurs traditionnels ont longtemps échappé à la libre concurrence qui régit en principe un marché économique. Les « low cost » ont su profiter de l'opportunité. Les « low cost » impriment leur style. Un succès mondial... et quelques échecs Le modèle a conquis l'ensemble de la planète.

L’avenir est-il low cost ? - Leaders League Le low cost attaque, les compagnies régulières répliquent. Tous s’accrochent pour séduire un nombre croissant de passagers qui promet au secteur un avenir radieux. Plus de deux cents milliards d’euros, c’est le chiffre d’affaires global engrangé en 2013 par les six premiers acteurs du transport aérien mondial. Bousculées par l’émergence du low cost, les compagnies régulières parviennent encore à tenir le haut du pavé. « Le prix est l’une des attentes principales » Pour un jour prétendre aux 10,5 % de croissance générés par Easyjet en 2013, les compagnies traditionnelles ont bien saisi l’urgence à se positionner sur le segment. Réservoirs de croissance « Le prix est l’une des attentes principales des passagers quelle que soit leur typologie : touristes, VFR (visiting friends and relatives), ou affaires. * Compagnies aériennes historiques.

Etude : le développement du modèle low-cost long courrier XL, l'exemple réussi de la low cost long courrier Depuis les années 2000, le modèle low-cost des lignes court- et moyen-courriers s’est fortement développé dans le monde. Ainsi, Ryanair est aujourd’hui la première compagnie aérienne mondiale en termes de passagers transportés sur des liaisons internationales (81,7 millions de passagers en 2014, rapport annuel Ryanair 2014 (1)). Et si ce modèle est un succès, la pérennité d’un modèle équivalent pour le long-courrier reste en débat dans l’industrie aérienne. En 1977, la compagnie Laker Airways lance la première ligne low-cost Londres-New-York qui devra être arrêtée en 1980. Depuis, le modèle a été repris et semble se développer en Asie et alors que le modèle court- et moyen-courrier a déjà bouleversé le marché aérien en Europe, le développement de son pendant long-courrier pose la question de l’avenir des grandes compagnies européennes. Un modèle qui s’est développé en Asie… • Une maximisation des rotations des avions.

Les compagnies low-cost vont-elles concurrencer les grandes REPÈRES La première compagnie considérée comme une référence pour le modèle low-cost est la compagnie Southwest Airlines créée au Texas en 1971. Aujourd’hui, Southwest a une flotte de 500 B-737 et a franchi le cap des 100 millions de passagers par an, ce qui en fait la première compagnie du monde en nombre de passagers, mais pas en passagers-kilomètres transportés ni en chiffre d’affaires. L'essor des compagnies low-cost en Europe est récent. La pionnière, Ryanair, a été créée en 1985, mais elle s'est d'abord cherchée et n'a véritablement adopté son modèle actuel de développement et pris son essor qu'à partir du milieu des années quatre-vingt-dix. L'autre pionnière européenne est la britannique Easyjet créée en 1995. En Europe, on compte plus d’une trentaine de compagnies low-cost significatives En Europe, on compte aujourd'hui plus d'une trentaine de compagnies low-cost considérées comme significatives, bien que certaines soient fragiles. Abaisser les coûts Choisir des niches

ETUDE DE CAS / RYANAIR | SupplychainDZ 1. Stratégie de Ryanair Présentation de la Société Ryanair a commencé en l’an 1985, avec seulement 57 membres du personnel et avec des avions à 15 places turbopropulseurs du sud de l’est de l’Irlande pour Londres-Gatwick qui transportait 5000 passagers sur un itinéraire (Harrison, 2002). En 1986, inspiré de l’histoire de David et Goliath de l’entreprise s’attaque aux gros joueurs (concurrents) pour prendre une part du marché et cassé ainsi Aer Lingus ou British Airways, qui sont des cartels avec des tarifs hauts sur la liaison Dublin-Londres. Le personnel est passé de simples 57-120 membres du personnel et le plan réalisé pour environ 82.000 passagers sur les deux itinéraire. Cependant, en dépit de l’augmentation des passagers, la compagnie n’est pas si bon dans la gestion des coûts , l’entreprise a perdue son argent. En 2000, ils ont annoncé le lancement de 10 nouvelles routes européennes pour l’été 2000, après de longues délibérations. Facteurs de réussite Stratégie générique de Porter

Les Low Cost Sur un marché où les services proposés par les différents acteurs sont sensiblement semblables, les low-cost ont choisit de frapper fort et de mener une stratégie de domination par les coûts. Cette stratégie, comme son nom l'indique, oriente de façon prioritaire tous les efforts de l'entreprise vers un objectif considéré comme primordiale : la minimisation de ses coûts complets. Pour garder cet avantage concurrentiel, elle devra donc contrôler les coûts directs de fabrication mais aussi les coûts de conception, de marketing, de distribution ainsi que les coûts administratifs et financiers. Ces économies sur les coûts sont alors répercutées sur les prix. C'est par une stratégie de domination qui permet à l'entreprise, sans augmenter ses marges, de proposer des prix. Elle est donc contrainte de réaliser beaucoup de ventes pour accroître son activité. Beaucoup de coûts de fonctionnement sont aussi diminués par l'utilisation des nouvelles technologies de communication : L'internet.

La stratégie Ryanair - le blog ryanair.easyjet par : Nicolas - aurélien Ryanair fut créé en 1985 par des membres de la famille Ryan, à l'origine Ryanair était une compagnie tout à fait classique. Elle assurait la correspondance entre Waterford au sud de l'Irlande et London Gatwick. En 1986, c'est la ligne entre Londres et Dublin qui entre en service. Afin de réaliser des économies sur les prix d'entretien et d'exploitation des avions, la flotte de Ryanair est uniquement composée de Boeing 737. 843 millions en 2003 et les bénéfices nets sont passés de 48 millions d'euros à 239 millions dans la même période. Stratégies et positionnement de Ryanair Sur le marché des vols « low cost » en Europe, Ryanair se présente en tant que leader incontesté. Concernant son positionnement e-commerce, Ryanair s'est imposée comme la première compagnie low cost en Europe. Le positionnement de Ryanair s’organise essentiellement sur la cible, la politique de distribution, et le prix. (Michael O' Leary) Référencement de Ryanair

Aérien : le poids toujours croissant des compagnies low cost en Europe Le trafic passager de Ryanair et d’easyJet progresse deux fois plus vite que celui de l’ensemble des compagnies classiques. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil L’essor des compagnies aériennes low cost au détriment des compagnies « historiques » ne se dément pas en Europe. Comme une baignoire qui se vide, les passagers des compagnies européennes classiques privilégient toujours un peu plus les transporteurs à bas coûts. Bilan de l’année 2014. Un rapport de un à deux pour la croissance Si l’on regarde la croissance du trafic passager l’an dernier, la palme revient à un représentant des compagnies traditionnelles : IAG, maison mère de Bristish Airways totalise 15 % de passagers en plus, soit 77,3 millions au total. Lire aussi Ryanair et easyJet : des compagnies low cost championnes d’Europe des bénéfices Un podium inchangé Elle conserve ainsi son rang de numéro un européenne. Air France-KLM conserve de justesse sa troisième place. Air France bousculé en Europe et en Asie

Les aéroports de Rennes et de Dinard ont vu leur fréquentation s'envoler en 2015 27/01/2016 – 04H00 Rennes (Breizh-info.com) – En plein débat sur la nécessité de construire, ou pas, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, des aéroports Bretons comme celui de Rennes ou de Dinard montrent de vrais signes de réussite et de développement. Voilà qui pourrait renforcer l’argument de ceux qui veulent privilégier le développement des petits aéroports bretons disséminés sur tout le territoire plutôt que d’un gros aéroport à NDDL. Après avoir battu en juillet, puis en août, le record mensuel de fréquentation, le trafic de l’aéroport de Rennes a enregistré un nouveau plus haut historique en 2015 avec 538 877 passagers transportés et une hausse de 7,5% par rapport à l’année précédente. L’aéroport de Dinard progresse de 13,8% Bonne nouvelle également du côté de l’aéroport de Dinard : en 2015, l’aéroport de Dinard a accueilli 129 767 passagers, ce qui représente une hausse de 13,8% de son activité.

Related: