background preloader

La tyrannie de la respectabilité (aka "Respectability Politics")

La tyrannie de la respectabilité (aka "Respectability Politics")
Aujourd’hui, je veux vulgariser la notion de Respectability Politics avec vous (que je vais franciser la politique de respectabilité, n’ayant rien trouvé en français comme traduction). Vous la connaissez bien. Sans connaître ce gros mot, vous connaissez bien le discours dont on parle lorsqu’on évoque cette notion. Je sais que certains, versant dans l’anti-américanisme primaire, ne croient pas au bienfait de reprendre certains concepts du discours antiraciste américain, mais partout où il y a de la suprématie blanche, ces concepts auront de la résonance (cf référence à l’article plein de ressources de Trudy plus bas, ainsi que celui de Tits and Sass pour un point de vue d’une travailleuse du sexe noire). Mon credo est simplement de les contextualiser, ce que je vais tenter de faire ici. Donc, qu’est-ce-que la politique de respectabilité? Il s’agit tout simplement des règles que toute personne non-blanche devrait suivre pour être considérée humaine, du point de vue blanc. Like this:

http://msdreydful.wordpress.com/2013/12/03/la-tyrannie-de-la-respectabilite-aka-respectability-politics/

Related:  Antiracisme - Islamophobie - NéocolonialismeAntiracismetouriaaziz

Conscience de soi raciale On doit cette expérience, datant de 1947, à Kenneth et mamie Clark. Les expérimentateurs présentent à chaque enfant quatre poupées (2 noires et 2 blanches). Chaque enfant devait répondre dans l'ordre aux questions suivantes: Donne-moi la poupée avec laquelle tu aimerais jouer, la poupée que tu préfères. L'antiracisme de gala Hier, le 2 décembre, s'est tenue une soirée de gala au théâtre du Rond-Point, avec beaucoup de Blancs parisiens qui s'engagent contre le racisme. Ils pourront dire "le 2 décembre, je me suis engagé-e contre le racisme" et on leur dira combien ils ont été courageux d'assumer leur bien pensance face aux méchants qui embêtent leur voisin Mamadou la ministre Christiane Taubira. Si tu regardes bien, cette soirée, c'est encore les gens pas victimes du racisme qui viennent te parler du racisme et te dire comment c'est mal et qu'on est tous pareils.

La dépolitisation du racisme Plus les textes s'égrènent autour du racisme subi par Taubira, plus j'ai l'impression d'une immense mascarade visant à nous déculpabiliser et à dépolitiser le racisme. Depuis que Taubira a été nommée - et cela n'a cessé de gagner en puissance avec le mariage pour tous - la salve d'injures racistes est constante. Nos politiques, qui ont sans nul doute des cabinets de communication dédiés à l'étude des réactions sur les réseaux sociaux, ne pouvaient l'ignorer. Les journaux, qui ont eux mêmes une visibilité sur les réseaux sociaux, ne pouvaient l'ignorer non plus. On feint encore ce matin même de s'étonner du langage du FN face à la victoire en football. Ségrégation ethnique et ségrégation sociale en quartiers sensibles Curieusement, malgré une littérature abondante sur la ségrégation, les études quantitatives portant sur l’ensemble du territoire français sont inexistantes [1] Toutefois, soulignons notamment les études qua ntitatives... [1] . Les difficultés d’accès aux données, bien que pesantes, paraissent insuffisantes à expliquer ce relatif désintérêt. Cette thématique, sur le versant « ethnique » de la ségrégation, est apparue tardivement en France, au début des années 1960 à la suite de la manifestation des Algériens qui mit alors en lumière leurs conditions de vie et leur concentration dans les bidonvilles aux abords des grandes villes (Tissot, 2005, p. 91). Dès 1963, Chombart de Lauwe constatait que « les ségrégations ethniques n’ont pas encore été étudiées en France […].

Art, anthropologie et « appropriations culturelles » Brigitte Derlon, directrice d'études à l'EHESS (TH) Monique Jeudy-Ballini, directrice de recherche au CNRS (TH) S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras. Jeudi de 11 h à 13 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 10 novembre 2011 au 9 février 2012. La séance du 1er décembre est annulée Limites et mérites de la tolérance A l’heure où l’appareil d’Etat, aux mains de la gauche, poursuit une politique intensive de rafles de roms et de sans-papiers, d’arrestations et d’expulsions de lycéens, de chasses aux voilées, à l’heure où des injures négrophobes et islamophobes sont proférées par une ministre socialiste, à l’heure où une campagne gouvernementale appelle à s’unir uniquement « contre la haine » et pas contre le mépris et la discrimination, à l’heure où la promesse des récépissés contre le contrôle au faciès a été jetée à la poubelle, à l’heure où le ministère de l’Intérieur conteste l’existence même des contrôles au faciès, et fait appel contre une condamnation judiciaire de contrôles discriminatoires avérés, à l’heure où Laurent Joffrin lance dans Libération une ahurissante campagne de recadrage idéologique et de rappel à l’ordre contre des collectifs comme le CCIF, Mwasi ou Stop le contrôle au faciès, un retour critique nous a paru nécessaire sur ce que nous appelons l’antiracisme d’Etat.

Lois Jim Crow, Ku Klux Klan : la face obscure de l’Amérique - Amériques Si elle est l’occasion de célébrer le 50e anniversaire de la marche vers Washington et du fameux discours de Martin Luther King prononcé le 28 août 1963, l’année 2013 marque également le 150e anniversaire de la bataille de Gettysburg (1-3 juillet 1863), considérée comme le tournant de la guerre de Sécession, cette guerre civile qui vit s’affronter l’Union des États du Nord abolitionnistes et la Confédération des États du Sud esclavagistes. Entre ces deux dates, les États-Unis ont institutionnalisé la ségrégation raciale, une période de près de cent ans durant lesquels les Noirs ont été traités comme des citoyens de deuxième classe dans la majeure partie du pays. Les lois Jim Crow, ferment de la ségrégation La plupart de ces lois sont connues sous le nom de « Lois Jim Crow », en référence au personnage fictionnel d’une chanson - ‘Jump Jim Crow’ - datant de 1828 et mettant en musique les tribulations de Jim Crow, un Noir du Sud profond. Séparés et inégaux

Ressources De nombreuses femmes noires ont contribué à l’évolution de la pensée féministe notamment par leurs écrits, leurs paroles, voici quelques lectures et vidéos qui compléteront votre propre reflexion Afroféministe et vous inspireront peut être dans la lutte contre l’hétéro-blantriarcat. bonne lecture Mwasi interviewé.e.s Racisme : définition politique Je pensais avoir suffisamment exprimé ce qu’était le racisme, tel que je le considère. Au vu de certaines questions qui m’ont été posées, et de certaines interpellations, je vois qu’il n’en est rien. Il est vrai que j’en ai donné un aperçu ici et ici, mais je pense qu’il faut essayer d’expliquer pourquoi il est pertinent de décorreler ce que j’appelle racisme et ce que le commun – étant souvent des dominants – appelle racisme. La définition du mot racisme fait toujours débat. De nombreux éléments peuvent être apportés, au cours de celui-ci (certains même intéressants), mais parler de la définition du racisme, c’est un peu comme batailler avec le mot « privilège » : une bataille du sémantique qui distrait des problématiques de l’on veut – ou non – aborder.

Chronologie du Racisme XVe siècle Au XVe siècle un gigantesque trafic se met en place entre l'Europe, l'Afrique et l'Amérique L'Île de Gorée au large de Dakar, à 3 km de rame fût découverte en 1444 par le capitaine portugais Dinis Dias, et devint rapidement le pivot de la traite négrière. Ce fut en quelque sorte un entrepôt de femmes, d'hommes et d'enfants qui montaient et descendaient la maison des esclaves. Ce sont des Africains, des noirs que l'on surnommait des "nègres" troqués en Afrique contre des produits européens souvent insignifiants. On appelle alors "négritude" la manière de penser et le désespoir soumis des gens séparés de leurs familles. Chaque humain était enduit d'huile afin de mettre en valeur les traits physiques de sa physionomie et augmenter sa valeur marchande.

Related: