background preloader

Travailler chez Google, un job pas si fun

Travailler chez Google, un job pas si fun
De jolies couleurs vives, des baby-foot, des hamacs et un toboggan pour se rendre à la cantine, où la nourriture est gratuite. Les bureaux de Google sont souvent comparés à un paradis pour ses employés. Le géant du web serait même "le meilleur employeur du monde" selon Fortune (en anglais). "On est payé pour s'amuser !" s'extasie un employé du bureau parisien dans une vidéo de promotion qui respire la joie de vivre. Pourtant, cet enthousiasme contraste avec les récits d'anciens salariés de Google sur le réseau social Quora, repris par Business Insider (en anglais). Des employés surqualifiés La publicité faite autour des conditions de travail offertes aux employés de Google, notamment le niveau de salaire, a permis au groupe d'attirer les meilleurs candidats. Une ambiance de travail pas si amicale Chez Google, où le niveau des managers est décrit comme "médiocre", les ingénieurs, eux, seraient arrogants, d'après d'anciens employés. Des conditions de travail pas si parfaites

Google : les salariés bousculent le mythe Le géant de l'informatique, pourtant auréolé d'une réputation d'entreprise modèle, est loin d'être un Éden pour ses salariés. Entre querelles d'ego et faiblesses managériales, leurs témoignages chamboulent les idées reçues. Florilège. Fréquemment, Google est attaqué de l'extérieur. • «Arrogance et sexisme» «Beaucoup de gens qui travaillent chez Google ont le sentiment d'avoir tous les droits parce qu'ils sont issus de l'élite», témoigne une ancienne directrice des ressources humaines. • Une sélection drastique… mais des tâches mesquines «Ce qu'il y a de pire dans cette boîte, c'est le décalage entre l'exigence du recrutement et la simplicité d'un grand nombre de missions», écrit Vlad Patryshev, resté trois ans et demi à Mountain View. • Impossible de changer seul la donne «J'ai travaillé trois ans pour Google. • Des cadres intermédiaires «pas à la hauteur» Au vu des commentaires, aucun doute ne subsiste quant aux aptitudes techniques des cadres. • La vie en «G» • Un campus pas si sympa

La vie n'est pas toujours rose chez Google Vue de l’extérieur Google est un employeur parfait mais vue de l’intérieur la situation semble être différente. Selon des employés (ou ex-employés) de Google la vie au sein de l’entreprise n’est pas toujours le reflet des images montrées par Google et faisant de la firme de Mountain View un employeur modèle. Par exemple Google sélectionne les employés et engage la crème des candidats. Un ex-salarié explique pourquoi il a quitté Google après 3 ans. Une autre ex-employé de la firme affirme également que «Chacun croit qu’il est meilleur que son voisin. En plus de ces points, les locaux spacieux comme montré dans les vidéos de promotions de l’entreprise ne sont pas disponible partout. A titre personnel et même après avoir lu ces commentaires sur Google en tant qu’employeur je suis certain que c’est un employeur des plus intéressants surtout pour les personnes motivées. Source: BusinessInsider

Pour motiver ses salariés, Google mise sur l'interaction et l'autonomisation Chez la firme de Mountain View, motiver ses collaborateurs passe par deux choses : la possibilité de prendre du temps pour travailler sur un projet personnel, et la gratification des personnes qui aident leurs pairs. Pour favoriser l'engagement de ses salariés, Google a décidé de leur laisser plus de temps libre, tout en les incitant à communiquer entre eux. Les managers de la firme de Mountain View sont partis du principe suivant: au cours de la réalisation de leur travail, ingénieurs comme développeurs acquièrent de nombreuses compétences, qu'ils peuvent souhaiter mettre en œuvre dans un cadre plus personnel. C'est pourquoi ils ont lancé en 2006 une initiative permettant aux employés de diviser leur temps de travail en deux parties. Utiliser les interactions entre employés comme assurance d'un travail effectif Ce dernier pouvant être pris afin de mettre au point de nouveaux concepts, qui peuvent au final être récupérés par l'entreprise, sur le principe du don réciproque.

Une révolution du management : le modèle Google - Les bonnes feuilles Les psychologues qui s'intéressent au comportement des salariés distinguent les motivations externes ou extrinsèques (on fait des efforts pour obtenir une meilleure rémunération, une récompense…) et les motivations internes ou intrinsèques (c'est la satisfaction d'avoir accompli correctement sa tâche, d'avoir réussi un exploit particulier qui amène à faire des efforts…). Google ne néglige pas plus que d'autres les motivations externes, il n'hésite pas à verser des salaires élevés comme en témoignent les voitures de luxe qui encombrent son parking, mais il fait une large confiance à la motivation intrinsèque. Ce faisant, il suit des exemples célèbres, dont celui de Bill Gates qui disait au début de sa carrière : "Aucun grand programmeur ne peut s'asseoir à sa table et se dire : "Je vais me faire du fric" ou "Je vais en vendre des centaines de milliers". Tout simplement parce que ce genre de réflexion ne vous aide pas à résoudre les problèmes."

Google aurait mis fin aux 20% de temps de travail consacré aux projets personnels des employés Depuis de nombreuses années, les employés de Google ont théoriquement le droit d'utiliser 20% de leur temps de travail afin de le consacrer à des projets différents de ceux sur lesquels ils oeuvrent habituellement. Grâce à cette astuce très appréciée, Mountain View aurait vu éclore quelques services tels que Gmail, Google Talk, Google Actualités ou encore le rouleau compresseur AdSense, dédié à la publicité en ligne. Mais ce formidable incubateur d'idées serait mort et enterré, si l'on en croit nos confrères du site Quartz, citant un ancien employé de la firme de Larry Page. Sans que cela soit officiel, ces fameux 20%, un temps considéré comme essentiels à l'innovation, auraient été anéanti le plus discrètement possible. Concrètement, Google aurait d'abord mis en place un système d'approbation des projets annexes par le management avant de fortement déconseiller son utilisation.

Chez Google, vélos et cafés sur le toit pour inciter les salariés à l'audace A l'âge du Googleplex, le principe maison chez Google reste que le plaisir est mère de l'efficacité. Les fondateurs, quarantenaires, veulent traduire en programme architectural l'identité managériale du groupe. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Claudine Mulard (Los Angeles, correspondance) Lors de la présentation, jeudi 18avril, des résultats de Google pour le premier trimestre (un chiffre d'affaires de 14 milliards de dollars, soit 10,7milliards d'euros, en hausse de 31%), Larry Page, le directeur général du géant américain, a défini les grands axes de stratégie: "C'est super-important de se concentrer sur l'avenir. La technologie exige non pas des petits progrès mais des changements révolutionnaires." Pour les dirigeants de la société, qui emploie 38700personnes, le "changement" passe, entre autres, par un projet: bâtir une extension du Googleplex de Moutain View, le siège social californien du groupe, susceptible de révolutionner l'architecture de bureaux.

Google prend soin de ses salari?s, m?me apr?s leur mort Des coupes de cheveux gratuites aux toilettes les plus high-tech du monde, les employés de Google bénéficient déjà de nombreux avantages. Forbes révèle que ça ne s’arrête pas là. Même après leur mort, un traitement spécial leur est réservé. «cela pourrait avoir l’air ridicule (…) mais on a annoncé la mise en place d’un capital décès à Google». Si un salarié de Google meurt alors qu’il est encore employé par l’entreprise, son conjoint recevra un chèque équivalent à 50% de son salaire tous les mois pendant dix ans. Toutes les actions du salarié seront aussi immédiatement mises au nom du conjoint restant et ses enfants recevront 1.000$ par mois jusqu’à l’âge de 19 ans (ou 23 s’ils sont étudiants). Forbes explique que ce n’est pas la bonne action de Google qui est surprenante, les avantages accordés à leurs employés font partie de la politique de l’entreprise depuis longtemps. Cette politique d’accorder des avantages personnels aux salariés aurait été mise en place dès le premier jour.

Related: