background preloader

Psychanalyse du changement climatique: comment faire le deuil de la planète que nous connaissons

Psychanalyse du changement climatique: comment faire le deuil de la planète que nous connaissons
Plusieurs raisons expliquent nos difficultés à admettre qu’un changement climatique est en cours et que l’humanité en subira les conséquences. L’intérêt du livre que vient de publier le philosophe australien Clive Hamilton, Requiem pour l’espèce humaine, réside dans son analyse psychologique et même psychanalytique de notre façon de réagir face à un phénomène qui n’est pas immédiatement perceptible et dont les effets se produisent à la fois à long terme et de façon très variables selon les régions du monde. Prendre conscience d’un changement profond de notre planète sur plusieurs décennies, voire sur plusieurs siècles, ne fait pas, à l’évidence, partie des aptitudes naturelles de notre cerveau. Pas plus que notre capacité à concevoir la mort, celle de nos proches comme la nôtre. Clive Hamilton établit justement un parallèle avec le blocage psychologique qui nous touche dans de telles situations. 1. Pas de doute, nous y sommes... 2. 3. 4. Nous n’y sommes pas encore. 5. Michel Alberganti

http://www.slate.fr/story/80479/psychanalyse-changement-climatique-faire-deuil-planete

Related:  GAÏAmvez

Comment la Terre change sous nos yeux La planète change, et nous en sommes fortement responsables. Si certaines évolutions sont naturelles (comme par exemple les éruptions volcaniques), l'activité humaine, du fait de l'urbanisation galopante, de l'industrialisation polluante ou de la déforestation massive, accélère grandement le changement climatique, n'en déplaisent aux climatosceptiques. C'est ce que montre la NASA américaine dans des séries d'images satellite, World of Change, qui documente comment les terres, les océans, l'atmosphère et le soleil de notre planète évoluent année après année. Un projet tant captivant qu'édifiant.

La protection des berges par des matériaux végétaux La protection des berges par des matériaux végétaux Document réalisé avec le concours de Pascal Leroy, technicien de rivière de l'association CIPREES. Objectifs: réduction de l'érosion des berges Paysans et jardiniers seront-ils bientôt obligés de cultiver dans la clandestinité ? Les paysans qui ressèment leur récolte seront-ils considérés comme des trafiquants ? Oui, ont répondu les sénateurs en adoptant le 20 novembre à l’unanimité un projet de loi élargissant aux plantes le délit de contrefaçon. S’émanciper des droits de propriété détenus par les grandes firmes semencières sera désormais un délit. La loi prévoit aussi de nouveaux moyens de répression contre paysans et jardiniers clandestins. Pour les promoteurs de la loi, il s’agit simplement de « protéger les entreprises ». Semer sa propre récolte.

Phytosociologie, ou : comment les plantes s'associent en bandes organisées Qu'est-ce que la phytosociologie (en bref) [Biblio] La phytosociologie (du grec φυτό, en graphie latine "phyton" : plante, végétal), est une science qui étudie les relations sociales entre les végétaux, c'est à dire la manière dont les plantes se rassemblent en groupes ou bien au contraire s'excluent. C'est donc la science qui étudie la végétation : comment se forme-t-elle, comment évolue-t-elle, quels sont les facteurs qui l'influencent ? L'activité des phytosociologues réside avant tout dans la description des groupements végétaux. Ces descriptions permettent de définir des types de végétation et donc par la suite de les reconnaître et de les identifier sur le terrain. Les études phytosociologiques sont primordiales pour décrire et comprendre le fonctionnement des écosystèmes.

Les Chinois à l'assaut des forêts de l'Aude Le bois issu des grandes forêts de l'Aude et des P.-O. intéresse de plus en plus les acheteurs chinois. Un sujet "brûlant". Ce jour-là, au-delà de Salvezines, on ne passe plus. La neige empêche d'atteindre les hauteurs des confins de l'Aude, vers Gincla et la forêt de Boucheville, celle-là même dont on dit dans la vallée qu'elle a été "plumée par les Chinois". Au Congo, la France finance le plus grand barrage du monde - à l'impact écologique gigantesque En 2013, le Congo et l’Afrique du Sud ont signé à Paris un accord pour construire au Congo le plus grand complexe hydraulique du monde. Avec l’aide de l’Agence française de développement, de la Banque européenne d’investissement et de la Banque mondiale. EDF et GDF Suez sont en charge de l’ingénierie. Une catastrophe écologique et sociale, avertissent des écologistes.

Le bois illégal circule en Europe Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur le bois (3 mars 2013), les autorités ont confisqué du bois illégal venant de République Démocratique du Congo (RDC). Deux cargaisons, arrivées en Allemagne après une halte au port d’Anvers, ont ainsi été saisies. Greenpeace, qui avait alerté les autorités, attend maintenant que d’autres pays européens suivent l’exemple allemand. Impact de la déforestation - Erosion du Sol La perte d'arbres, qui ancrent le sol avec leur racines, cause une érosion répandue à travers les tropiques. Seules une minorités de zones ont de bons sols, qui après déboisement sont rapidement emportés par les pluies. Ainsi les récoltes déclinent et les gens doivent payer pour importer des engrais ou déboiser davantage de forêt. Le Costa Rica perd environ 860 millions de tonnes d'importante couche arable chaque année, tandis que la Grande Ile Rouge, Madagascar, perd tant de sol avec l'érosion (400 tonnes/ha) que ses rivières coulent rouge sang, tâchant l'Océan Idien qui l'entoure. Les Astronautes ont trouvé qu'on dirait que Madagascar se vide de son sang, une bonne description pour un pays ayant une importante dégradation environnementale et une économie agricole de plus en plus déclinante qui dépend de ses sols. Après que les pluies soient tombées sur les terres déboisées, l'écoulement emporte ke sol dans les criques et rivières.

Le poumon vert de la planète, c'est quoi ? L’expression poumon vert de la planète désigne à l’origine les grandes forêts de la Terre, en particulier la jungle amazonienne, qui produisent le dioxygène de l’air et fixent le CO2 atmosphérique grâce à la photosynthèse. En fait, ce sont les océans, avec leur phytoplancton photosynthétique, qui méritent le mieux le titre de poumon vert, puisque la biomasse de ces micro-organismes est la première productrice d’O2 et le premier puits biologique à dioxyde de carbone atmosphérique. Cette notion de poumon vert vise à mettre en valeur le rôle des grands systèmes végétaux, que ce soient les forêts ou le phytoplancton, dans la production de l’oxygène et l’épuration de l’air, essentiels aux organismes qui respirent. Il faut toutefois remarquer que ce terme est trompeur, puisque contrairement aux poumons qui absorbent l’oxygène et rejettent du CO2, le poumon vert de la planète fait l’inverse : rejeter de l’O2 et absorber du CO2.

Réintégrer la biodiversité au coeur des enjeux et des décisions La biodiversité, une dimension essentielle du vivant La "biodiversité" est un mot nouveau qui a été créé pour alerter sur la crise du vivant et notamment la disparition des espèces. Elle peut généralement être entendue comme l'ensemble des gênes, des espèces et des écosystèmes. Il s'agit du tissu vivant de la planète et donc de la multiplicité des interactions entre organismes dans un milieu en changement. Elle joue un rôle prépondérant pour la survie des êtres humains qui en retirent de l’eau potable, des matières premières, des aliments … Cela a bien été explicité par la notion de services écologiques en liaison directe avec le fonctionnement des écosystèmes. Le vivant et ses interrelations sont une ressource indispensable à notre survie : l’être humain fait à la fois partie du vivant et en dépend.

Related: