background preloader

Ecouter RFI

Ecouter RFI
Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Votre compte a été désactivé Vous devez vérifier votre adresse email pour finaliser votre inscription. {* #resendVerificationForm *} {* signInEmailAddress *}{* /resendVerificationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter {* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur "Créer un compte", vous confirmez que vous acceptez nos conditions générales et que vous avez lu et approuvé la politique de protection de données personnelles.{* /socialRegistrationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter Nous vous avons envoyé un email de confirmation à l'adresse suivante {* emailAddressData *}. Nous vous enverrons un lien pour créer un nouveau mot de passe {| moreInfoText |} Related:  HI: Patrimoine et mémoires

L'UNESCO demande de maintenir le gel de fouilles archéologiques à Jérusalem 22 octobre 2008 – Le directeur–général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a salué mercredi la décision du Conseil exécutif de l'Organisation de demander aux autorités israéliennes le maintien du gel des fouilles archéologiques sur le site de la rampe des Maghrébins dans la Vieille Ville de Jérusalem. « Je suis très heureux de voir l'UNESCO continuer d'offrir sur ce sujet difficile une enceinte consensuelle, de discussion et de dialogue. Je suis également très satisfait de voir que l'ensemble des parties concernées savent se retrouver et s'entendre lorsqu'il s'agit de veiller aux intérêts de la sauvegarde du patrimoine culturel de la Vieille Ville de Jérusalem, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1981 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1982 », a déclaré M. Matsuura. Enfin, la décision demande aux autorités israéliennes de limiter les « activités archéologiques à des travaux de consolidation et de stabilisation » dans cette zone.

France Musique PHONETIQUE Apprendre à prononcer le français L'Unesco et la vieille ville de Jérusalem Depuis 1967, l' (Unesco) est régulièrement saisie, principalement par les pays arabes, de "la sauvegarde du patrimoine culturel de ", qui inclut la vieille ville et donc le / Haram. Ils insistent pour demander "qu'aucune mesure et qu'aucun acte de nature à modifier le caractère religieux, culturel, historique et démographique de la ville, ou l'équilibre de l'ensemble du site, ne soient accomplis" [résolution de la dernière Conférence générale de l'UNESCO à l'automne 1999]. Cette saisine s'appuie principalement sur le fait que les Nations unies considèrent Jérusalem-Est comme une "ville occupée". La démarche de ses promoteurs est basée principalement sur la sur la protection des biens culturels en cas de conflits armés (Unesco, 1954) et sur la (Unesco, 1972): Jérusalem est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1981 et sur la Liste des sites en péril depuis 1982. Les autorités israéliennes rejettent tous ces griefs.

Clip Class' - Learn French with videos! pronunciation : (sounds of the French language) (speech set) exercises : (with videos and audios) (play exercices) (different levels) (vocabulary house, body...) (learning with songs) (online course) music/videos : (videos of the French channel France 5) (letters and videos) communication with a partner : (language exchange with penpals) (work/exchange with a native partner) More >> Ville de croyances : La perspective palestinienne « Pratiquement tous les récits sur la Palestine, qu’ils soient religieux ou profane, juif, chrétien ou musulman, palestinien ou israélien, tournent autour de la ville de Jérusalem » (Rashid Khalidi, érudit palestinien). Dans l’édition précédente de Vision, nous nous sommes penchés sur l’épineuse question du futur de Jérusalem d’un point de vue juif/israélien. En parlant du futur au Moyen-Orient, il faut inévitablement évoquer l’histoire de conquêtes et reconquêtes, particulièrement au sujet de Jérusalem. Pour comprendre la position palestinienne, il faut prendre en considération toutes les convictions au sein des traditions musulmanes et chrétiennes de la vie arabe/palestinienne. Dans la deuxième partie de cette série, nous nous concentrerons essentiellement sur la perspective musulmane concernant Jérusalem. Le caractère central de Jérusalem dans la tradition arabe musulmane naît très tôt dans le développement de l’islam. Identification à la ville La création d’une ville musulmane

Le plaisir d’apprendre - Le site de ressources FLE du CAVILAM - Alliance française Ville de croyances : Première partie C'est la fameuse question de Jérusalem : de quelle manière les problèmes qui divisent la ville de paix vont pouvoir être résolus au vu des positions apparemment opposées et obstinées de deux peuples qui considèrent cette ville non seulement comme leur patrie mais aussi comme leur capitale ? Jérusalem est le cœur moderne de l'immense arc culturel et géographique du Moyen-Orient. Elle est aussi au centre d'un conflit vieux de plus d'un siècle entre les Arabes et les sionistes, et elle se trouve aujourd'hui apparemment dans une impasse. Les deux partis s'identifient fortement avec l'ancienne cité et ce pour des raisons historiques, sociales et politiques. À l'impasse actuelle concernant l'avenir de la ville, il faut ajouter que Jérusalem est la patrie de trois grandes religions - le judaïsme, le christianisme et l'islam - ce qui fournit toutes les passions contraires que la ferveur religieuse peut déclencher. Jérusalem - entière et sainte Droits historiques Le mur des controverses Haut de page

Le mont du Temple ou le Haram : aux sources des passions Dans un angle de la vieille ville de Jérusalem, 4’000 ans d’Histoire ont accumulé sur un minuscule périmètre une charge religieuse, symbolique et mythique sans égale au monde. Par , directeur du ”Courrier de l'Unesco”. S'il y a au moins un point sur lequel Israéliens et Palestiniens s'accordent, c'est que la pierre d'achoppement de leurs dernières négociations de Camp David a été le futur statut de , et avant tout celui d'un minuscule périmètre, puisqu'il s'étend sur moins de 15 hectares. Mais existe-t-il un autre lieu au monde sanctifié par plusieurs religions, et aussi sacré, sacralisé et sublimé? Ce quasi-rectangle d'environ 300 mètres sur un peu moins de 500 mètres, taillé dans le rocher au nord et bâti à l'est et à l'ouest pour compenser la pente naturelle du terrain, forme le coin sud-est de la vieille ville de Jérusalem, dont il occupe le cinquième environ. On en possède des descriptions écrites assez précises. Exils. Où se trouvait exactement ce ? [ .

Palestine 1967 - L'Esplanade des Mosquées- Mont du Temple . La "Coupole du Rocher",image du bas ,au centre ( 1) . Caractérisé par son dôme doré,c'est l'emblême même de l'Esplanade des Mosquées . Ce splendide monument construit selon le plan octogonal des basiliques byzantines , vénère la roche qui affleure et à partir de laquelle s'opéra l'ascension de Mahomet pour y recevoir de Dieu les "commandements" . Ce lieu est hautement chargé de mémoire ; c'est ici ,que la tradition juive fixa le sacrifice d'Abraham et également, que se dressait vraisemblablement l'autel des sacrifices du Temple juif. Ce Dôme du Rocher qui n'est pas vraiment une mosquée mais plutôt un monument commémoratif, est un chef d'oeuvre de l'art islamique de l'époque omeyyade, un des plus fabuleux monuments du monde musulman. A l'intérieur, sur les tambours de la coupole, des inscriptions en arabe glorifient Dieu et son prophète Mahomet , mais aussi "Jésus fils de Marie". Le "Dôme de la Chaîne",image du bas, à l'est (2) La "Mosquée Al-Aqsa",image du bas, à l'extrémité sud (3) .

Une ville sainte : Jérusalem » Institut Jacques Cartier Ville trois fois sainte, ville disputée par les trois expressions du monothéisme, Jérusalem est au centre des représentations fantasmées du religieux, au centre de maintes tensions géopolitiques. Cette note de synthèse a pour but de rappeler comment et pourquoi chaque monothéisme la considère comme centrale à sa foi, à son « histoire sainte ». I- Les grandes périodes de son histoire Le jubilé de 1996 fêté en Israël pour les trois mille ans de l’histoire de Jérusalem ignore ainsi la ville cananéenne pré davidique mise en évidence par les fouilles récentes. Les premières habitations du IIIe millénaire sont celles d’un modeste village non fortifié abandonné par la suite pendant presque mille ans. Les premières mentions du nom de Jérusalem datent de la première moitié du second millénaire (âge du bronze moyen) dans des textes égyptiens, c’est alors une forteresse parmi d’autres. 1- La Jérusalem juive : dix siècles ; de David (1000 av. 2- La Jérusalem romaine et byzantine : sept siècles. 1. 2.

Jérusalem, ville sacrée dans la tradition islamique (partie 1/2) La ville de Jérusalem se trouve placée actuellement au centre d’âpres débats qu’il est inutile d’évoquer ici au présent, tant ils surgissent pour ainsi dire quotidiennement dans notre actualité - au point de devenir ordinaire, malgré leur étrangeté fondamentale. L’enjeu du débat autour du statut politique de cette cité n’est bien sûr pas simplement territorial et géographique, mais pour une large part également symbolique. C’est cette dernière dimension dont je vais tenter de rappeler les données dans l’espace religieux et culturel musulman classique. On entend couramment dire que Jérusalem est une ville sacrée en Islam. Elle seule contient les sanctuaires du grand pèlerinage vénérés par tous les Musulmans. Toutefois, ce classement par trop simple rend mal compte du rang très particulier de la ville palestinienne. I. Les origines que l’historiographie religieuse se plaît à situer dans al-Quds sont de deux ordres. La Mecque assumait désormais toutes les prérogatives de la ville sainte.

Comment Jérusalem est-elle devenue aussi sacrée pour les Musulmans? Par le Dr. Moti Kedar, Université Bar-Ilan. Par le Dr. Moti Kedar, Université Bar-Ilan. Muhammad, le Prophète, n'a guère innové quand il a fondé l'Islam. C'est ainsi que, selon l'Islam, Abraham fut le premier Musulman, tandis que Jésus et Saint Jean (les fils de Myriam, la soeur de Moïse et d'Aaron) étaient prophètes et gardiens du deuxième ciel. Maintes légendes bibliques (asatir al-awwalin), familières aux Arabes païens avant qu'apparaisse l'Islam, subirent une conversion islamique ; le Coran autant que le Hadith (tradition orale islamique) en est rempli. La pratique de l'islamisation a été appliquée à des lieux tout autant qu'à des personnes : la Mecque et la pierre sacrée - la Ka'bah - étaient des lieux saints des Arabes païens d'avant l'Islam. Jérusalem a subi le même processus. Son abandon de Jérusalem explique le fait que cette ville n'est pas mentionnée une seule fois dans le Coran. L'Islam a redécouvert Jérusalem cinquante ans après la mort de Muhammad. [2] Publié en 1966 par Oxford University Press. © Moti Kedar et CJE

De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine 1Aujourd’hui le patrimoine, devenu synonyme de lien social, est partout, de la mobilisation des corps politiques à l’institution culturelle. L’impératif de conservation de l’héritage, matériel et désormais immatériel, prend chaque jour un caractère plus général et plus contraignant, incarné par des dispositifs législatifs et réglementaires qui ne cessent d’étendre leur domaine d’application. Parallèlement, le tourisme, dans l’importance des enjeux économiques qu’il mobilise, fait de l’interprétation du patrimoine, voire de sa simulation, un instrument souvent décisif du développement local. Enfin, la réalité de destructions (iconoclasmes religieux ou idéologiques, dégâts collatéraux de conflits ou « domicides » concertés), que l’on avait eu sans doute tendance à sous-estimer ou à tenir pour abolies, et qui mobilisent les media, nourrit le sentiment d’urgence qui a toujours accompagné la conscience patrimoniale.

Related: