background preloader

Permaculture Urbaine

Permaculture Urbaine
Dans cet article nous traitons d’autonomie en ville qui est une des composante de la permaculture urbaine ou agriculture urbaine. Nous aurions pu choisir de traiter le sujet à l’échelle de la ville entière, qui peut aussi tendre vers l’autonomie, mais ces changements nécessitent des implications politiques ou de groupements de citoyens. Nous avons donc choisi de parler de ce qu’il est possible de faire à l’échelle du foyer, de l’individu, ou de la petite communauté d’individus, ce qui permet un passage à l’action rapide et efficace. Retrouvez le dessinateur Stéphane Bouzon sur Autonome en ville pour quoi faire ? Parce que vous y vivez ! Les avantages de la ville en faveur de l’autonomie : microclimats présents (protection des vents, du gel, masse thermique…)peu de pollution via les pesticides (les abeilles se portent mieux, parait-il, en ville qu’à la campagne ! La clé de la réussite ? Comme d’habitude une bonne planification ! 1. 2. Vous êtes sur du béton ? 3. Related:  Agro-écologie, permaculture

Dragonfly : la ferme urbaine bio et autosuffisante L’actu : pour répondre au besoin d’autosuffisance alimentaire et énergétique des villes modernes, l’architecte belge Vincent Callebaut a conçu un prototype de ferme urbaine biologique. La tour Dragonfly ambitionne de réduire l’empreinte écologique des consommateurs urbains en faisant d’eux des agriculteurs bio. Le contexte - Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la population urbaine va passer de 3,1 milliards d’habitants en 2009 à 5,5 milliards d’ici à 2025. - Jardins ouvriers à Paris, "community gardens" new-yorkais, mini-potagers en plein cœur de Moscou… L’agriculture gagne du terrain en ville. Le projet Constatant l’engouement des citadins du monde entier pour un mode de vie éco-responsable et une consommation "durable", Vincent Callebaut a conçu un "appartement potager rapatriant la campagne dans nos villes densifiées". Pour contextualiser son projet, l’architecte belge a situé sa tour bionique en plein New York. Découvrez en images le projet Dragonfly.

Ça y est ! J’ai compris ce qu’est la permaculture ! Thoiras (Gard), reportage Le hameau de Rouveyrac se niche sur les pentes abruptes d’une vallée cévenole. Sous les châtaigniers, Tom, Simon et Charlotte ont installé une vieille gazinière, un canapé en cuir défoncé et un tableau en bois bricolé. Des livres s’éparpillent sur la table. Nous sommes une douzaine, venus nous initier à la permaculture. Nombreux sont ceux qui ont déjà entendu le mot, très en vogue dans les milieux alters, mais peu savent le définir. Idée reçue n°1 : C’est la même chose que l’agroécologie « La permaculture, c’est une démarche, une philosophie, explique Tom. Les trois piliers de la permaculture, sur le site Mais attention, elle ne se résume pas à l’agroécologie. « Aujourd’hui, on cherche à créer une culture durable, permanente, en prenant en compte tous les domaines de la vie humaine », explique Simon. La fleur illustre la dimension globale et évolutive de la permaculture. Idée reçue n°2 : C’est une mode récente Pour aller plus loin :

La Permaculture | Université Populaire de Permaculture « une science et un art qui visent à aménager des écosystèmes humains éthiques, durables et robustes qui s’intègreront harmonieusement avec la nature » (S.Read) C’est donc une approche globale de conception des systèmes qui permet : d’appréhender un système dans sa globalité (approche holistique),d’observer comment les parties d’un système sont reliées,de réparer des systèmes défaillants en appliquant des principes issus de systèmes durables fonctionnels,d’observer et d’apprendre des systèmes naturels en fonctionnement,d’organiser et de planifier l’intégration de l’être humain dans les écosystèmes sans les abîmer, en intégrant une éthique qui anticipe les carences en matière de connaissance et de compréhension des milieux,donc de concevoir, planifier et réaliser des écosystèmes humains durables, écologiquement soutenables, socialement équitables, économiquement viables. C’est un outil de conception systémique et holistique, la Permaculture repose sur 3 bases éthiques fondamentales :

Related: