background preloader

Une histoire de la mixité

Une histoire de la mixité
Quelle histoire de l’éducation dans un lieu commun des filles et des garçons, avec des programmes éducatifs équivalents ? Quels liens avec les évolutions des mœurs, des valeurs de notre société et des décisions politiques qui en découlent ? L’histoire de la mixité n’a pas encore été écrite en France. Histoire du terme Le mot même de mixité est récent. La Coéducation en France au XIXe siècle. De tous les temps les femmes et les hommes ont cohabité, se sont côtoyés dans la sphère du privé (famille) comme dans la sphère publique (rue, marché, réceptions…). Des écoles mixtes dans le primaire, de Guizot à Camille Sée Les filles ont-elles moins besoin d’instruction ? La situation évolue avec le ministère Duruy et la loi du 10 avril 1867 [3] sur l’enseignement primaire. Des utopistes pédagogiques pour la Coéducation La première moitié du XIXe siècle (jusqu’aux lois Guizot -1833- ) est marquée par une sorte de vide institutionnel pour l’instruction publique. En guise de conclusion Geneviève Pezeu

Le lien entre le sexe et les performances : un cliché tenace ? Aujourd’hui, la différence entre l’homme et la femme est une réalité indéniable. Pour autant, elle ne semble pas aussi grande qu’on l’imaginait il y a quelques années. Orientation dans l’espace, aptitudes aux langages, performances en mathématiques, émotivité, etc. La liste est longue de ces prétendues disparités entre les sexes, érigées par certains en arguments irréfutables contre l’égalité homme-femme. Ces différences ont-elles été prouvées ? L’importance du chromosome Y Fondamentalement, qu’est-ce qui différencie un organisme masculin d’un organisme féminin ? Des différences physiologiques et anatomiques Bien évidemment, les différences entre hommes et femmes ne s’arrêtent pas au stade moléculaire. Des divergences cérébrales Il existe bien des différences au sein des cerveaux masculins et féminins sur le plan biologique, et elles sont logiques. Qu’en est-il donc des prédispositions supposées des hommes à comprendre les mathématiques ?

La mixité à l'école : filles et garçons Comment promouvoir une véritable égalité des chances entre filles et garçons sans jouer les unes contre les autres ? La mixité rime-t-elle toujours avec l'égalité ? Comment trouver les termes du « vivre ensemble », d’une vie en commun et non en communautés séparées, dans les établissements scolaires ? La conférence de consensus sur la mixité à l’école, organisée en janvier 2009 par l’IUFM de l'académie de Créteil/Université de Paris 12 Val-de-Marne, s’inscrit dans le débat suscité par la polémique autour des espaces scolaires de non-mixité, et qui justifie la recherche d’un consensus.

Education: Plus de 130 millions de filles n’ont toujours pas accès à l’école dans le monde Il reste encore du chemin à parcourir pour l’égalité filles-garçons dans le monde. A l’occasion ce mercredi de la journée internationale de la fille, l’ONG One a dévoilé un classement de leur scolarisation dans le monde. Et le constat est alarmant : plus de 130 millions de filles n’ont toujours pas accès à l’école. Neuf des dix pays du monde où les filles ont le moins accès à l’éducation sont en Afrique, le premier étant le Soudan du Sud. Dans ce pays d’Afrique orientale, une fille sur quatre seulement va à l’école primaire et seuls 15,93 % des filles ont accès à l’éducation. Le Soudan du Sud est suivi par la République centrafricaine (17,75 %), le Niger (21,50 %), l’Afghanistan (23,51 %), le Tchad (27,16 %), le Mali (29,28 %) et la Guinée (30,35 %). Plus de la moitié des filles se marient avant leur 18e anniversaire L’accès des filles à l’éducation et la poursuite de leur scolarité se heurtent à de nombreux obstacles sociaux, culturels et économiques.

Les cahiers EPS - De l'égalité à la mixité Yann Pressensé Le titre du BOEN hors série n° 10 du 2 novembre 2000 apparaît très clair : " À l'école, au collège et au lycée : de la mixité à l'égalité ". Le seul fait de mettre les filles et les garçons au sein d'une même classe suffit-il à instaurer une égalité des sexes ? S. Le paradoxe : rechercher l'équité entre les filles et les garçons dans un cadre qui favorise les inégalités La conception actuelle de la notion de " performance " dans l'évaluation en EPS est à l'origine de nombreux problèmes posés par l'enseignement en mixité. Source d'inégalité : la performance est basée sur un résultat absolu et normé de façon aveugle L'évaluation de la performance est basée sur la notion de " manque ". Source d'inégalité : la performance provoque le conflit, l'élève contre les autres L'évaluation de la performance constitue une trace, qui paraît indélébile, du modèle social de référence que constitue le sport. Source d'inégalité, la performance évalue surtout les facteurs génétiques Conclusion

Dix conseils pour bien gérer la mixité garçons-filles dans la classe Mettre dans les meilleures conditions d’apprentissage tous les élèves de la classe implique de considérer qu’un élève n’est pas un être asexué, mais que dans la classe, il y a des garçons et des filles, chacun et chacun avec leur spécificité. Pour gérer efficacement la mixité dans la classe, permettant ainsi de faire réussir au maximum tous les élèves, il est important d’entrée de rappeler que tenir des statistiques sexuées des résultats et des comportements des élèves dans la classe ermet d’adapter en permanence sa pédagogie aux différences, aux écarts qui pourraient se creuser et ainsi construire une pédagogie pour tous et pour chacun et chacun. L’échec scolaire masculin précoce : une réalité Le Conseil économique social et environnemental (CESE) , ancien Conseil économique et social, la troisième assemblée de la République a publié en septembre 2011 un rapport « Les inégalités à l’école ». Gestionnaire de la cour de l’école ; subissant la cour du collège. - L’énoncé, l’ordre donné

Égalité filles-garçons à l'école : «insuffisant», selon un rapport Le Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes (HCE) estime que le gouvernement n'est pas allé assez loin en matière de lutte contre les stéréotypes. Le quinquennat Hollande n'a pas tenu ses promesses en matière d'égalité filles-garçons et de lutte contre les stéréotypes de genre à l'école. Beaucoup d'affichage, pour de maigres progrès... C'est le constat du Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes (HCE). L'instance installée depuis janvier 2013 auprès du premier ministre, rend ce 22 février son rapport (*). Il faut dire que l'épisode, très largement contre-productif, des «ABCD de l'égalité», cette expérimentation menée en 2013 et 2014 par Najat Vallaud-Belkacem alors ministre des droits des femmes, a contraint l'exécutif à revoir ses ambitions à la baisse. Quel est aujourd'hui le bilan? «L'invisibilisation des filles et des femmes dans la langue perdure» Pour le HCE, l'égalité filles-garçons a donc encore de larges progrès à faire à l'école.

Égalité filles-garçons - Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ? par Nicole Mosconi,professeure émérite de l'université Paris X,spécialiste de sciences de l'éducation,membre du Centre de recherche éducation et formation (CREF),équipe "Genre, savoir, éducation". Introduction Antoine Prost dans son Histoire de l'enseignement et de l'éducation depuis 1930, affirme, à propos de la mixité scolaire sexuée qu'il s'agit d'une des " révolutions pédagogiques " les plus profondes du siècle. C'est la traduction, dans le champ scolaire, des progrès de l'égalité entre les sexes au niveau juridique et politique qui caractérisent les sociétés démocratiques contemporaines et l'application du principe d'égalité entre les sexes affirmé dans la constitution. Égalité de principe dans le système scolaire et pratiques enseignantes inégalitaires Stéréotypes de sexe Le stéréotype, c'est une opinion toute faite, une représentation figée, caricaturale, concernant un groupe social. Les interactions Temps de latence Les attentes et jugements Double standard L'effet Pygmalion Conclusion

Classement des 10 métiers les plus mixtes La mixité des métiers est un enjeu fort pour faire progresser l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. L’emploi féminin se concentre en effet sur seulement une douzaine de familles professionnelles. La mixité est un des thèmes fort de l’année 2014 porté par les pouvoirs publics. A l’occasion de la journée internationale des femmes, le Groupe Randstad a étudié les métiers où l’équilibre entre hommes et femmes est le meilleur. A partir d’un panel de 500 métiers, Randstad a dressé un classement des métiers où cette répartition était la plus équilibrée à partir des données de délégation de ses entreprises clientes. Il en ressort que le métier le plus mixte est celui d’infographiste.

CANOPÉ Académie d'Orléans-Tours - Définition, repères historiques et textes officiels La mixité scolaire est l'instruction et l'éducation en commun des garçons et des filles, dans des classes mixtes.En France elle s'est généralisée dans les écoles publiques et privées dans les années 60.La mixité aujourd'hui devenue obligatoire dans les établissements scolaires français, découle de l'idée de fournir à tous les élèves la même éducation. Définition et rappel historique Une petite histoire de la mixité (n° disponible au CDDP) Site du sénat - La mixité menacée ? Cadre réglementaire Code de l'éducation"Les écoles, les collèges, les lycées (...) contribuent à favoriser la mixité et l'égalité entre les hommes et les femmes, notamment en matière d'orientation. Cet article 121-1 du code de l'éducation reprend l'article 5 de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École du 23 avril 2005. Filles et garçons dans le système éducatif depuis 20 ansLes parcours scolaires des filles se distinguent de ceux des garçons : analyse des disparités dans une perspective historique.

Les stéréotypes de genre - Corpus - réseau Canopé Cette séquence peut être utilisée dans le cadre des programmes de 1res S, ES et L.La notion de stéréotypes de genre peut être abordée par un débat précédé d’un questionnement sur la définition d’un stéréotype et sur l’existence de stéréotypes autour de l’identité sexuelle. Agir pour la mixité sociale et scolaire au collège : retours d'expériences et projets des territoires pilotes Les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) du « parent de référence » des collégiens constituent le point de départ de cette étude menée par la Deep (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) sur la composition sociale de la population des collégiens français. Les collèges de France présentent une très forte hétérogénéité en termes de composition sociale La ségrégation sociale entre collèges est très forte : 10 % des collèges accueillent moins de 15 % d’élèves issus de milieux défavorisés ;10 % des collèges accueillent plus de 63 % d’élèves issus de milieux défavorisés. Répartition des collèges par proportion d’élèves de milieu défavorisé, à la rentrée 2015 Note de lecture : dans le public, le pourcentage d’élèves issus de milieux défavorisés est en moyenne de 42,5 %. 10 % des collèges publics accueillent moins de 22,7 % d’élèves issus de milieux défavorisés (valeur du 1er décile) et 10 % en accueillent plus de 65,3 % (valeur du 9e décile). dernière.

La mixité femmes-hommes, un enjeu oublié pour les classes populaires Alors que le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes vient d'être adopté mardi à l'Assemblée nationale, la mixité dans les milieux populaires reste un enjeu majeur. Le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes pose bien le caractère systémique des enjeux en présence : en particulier, le partage inégal du travail parental, indissociable des inégalités dans la sphère professionnelle. Au-delà, et comme nous l’exposons dans un rapport sur les stéréotypes filles-garçons remis à Najat Vallaud-Belkacem le 15 janvier dernier, un faisceau de contraintes cumulatives vient précocement fermer l’horizon des possibles des jeunes. En effet, à l’école, en famille, dans les processus d’orientation, dans les loisirs ou dans la santé, les institutions, et les ressources que celles-ci constituent, clivent dès le plus jeune âge les destins des jeunes filles et garçons, tout particulièrement dans les classes populaires. Lire la suite sur le site de Libération

oui je suis totalement d'accord avec toi. c'est l'un des rôles principales de l'école que de permettre aux filles et aux garçons de réussir. by cecbat08 Dec 16

D'après cet article l'enfant est neutre dans l'éducation, ainsi il n'y a pas de distinctions entre élève fille et élève garçon. Cependant, si l'on mobilise nos connaissances de "fondements en histoire et sociologie de l'Education Physique", que cette discipline scolaire était différente entre filles et garçons et cela jusque dans les années 80. En effet, au début du siècle dernier les filles pratiquaient en EP des exercices de renforcement dorsal et abdominal afin de mettre au monde leurs enfants avec moins de difficulté possible. Tandis que les garçons, eux se préparaient grâce à l'EP à de s'intégrer au régiment de l'armée.
Nous voyons bien à travers ces deux exemples que déjà à cet époque on différenciait les contenus d'enseignements en fonction du genre. en ce qui me concerne, je pense que pour permettre à chaque élèves de réussir il faut prendre en compte leurs différences, et les principales différences se font en fonction du genre. by julieba08120 Dec 8

Related: