background preloader

Une histoire de la mixité

Une histoire de la mixité
Quelle histoire de l’éducation dans un lieu commun des filles et des garçons, avec des programmes éducatifs équivalents ? Quels liens avec les évolutions des mœurs, des valeurs de notre société et des décisions politiques qui en découlent ? L’histoire de la mixité n’a pas encore été écrite en France. Histoire du terme Le mot même de mixité est récent. La Coéducation en France au XIXe siècle. De tous les temps les femmes et les hommes ont cohabité, se sont côtoyés dans la sphère du privé (famille) comme dans la sphère publique (rue, marché, réceptions…). Des écoles mixtes dans le primaire, de Guizot à Camille Sée Les filles ont-elles moins besoin d’instruction ? La situation évolue avec le ministère Duruy et la loi du 10 avril 1867 [3] sur l’enseignement primaire. Des utopistes pédagogiques pour la Coéducation La première moitié du XIXe siècle (jusqu’aux lois Guizot -1833- ) est marquée par une sorte de vide institutionnel pour l’instruction publique. En guise de conclusion Geneviève Pezeu

Le lien entre le sexe et les performances : un cliché tenace ? Aujourd’hui, la différence entre l’homme et la femme est une réalité indéniable. Pour autant, elle ne semble pas aussi grande qu’on l’imaginait il y a quelques années. Orientation dans l’espace, aptitudes aux langages, performances en mathématiques, émotivité, etc. La liste est longue de ces prétendues disparités entre les sexes, érigées par certains en arguments irréfutables contre l’égalité homme-femme. Ces différences ont-elles été prouvées ? L’importance du chromosome Y Fondamentalement, qu’est-ce qui différencie un organisme masculin d’un organisme féminin ? Des différences physiologiques et anatomiques Bien évidemment, les différences entre hommes et femmes ne s’arrêtent pas au stade moléculaire. Des divergences cérébrales Il existe bien des différences au sein des cerveaux masculins et féminins sur le plan biologique, et elles sont logiques. Qu’en est-il donc des prédispositions supposées des hommes à comprendre les mathématiques ?

Les représentations sur le Genre (fille/garçon) Résumé de l'exposé Nous avons décidé de travailler sur la catégorisation des filles et des garçons au travers de quatre catégories : celle de sens commun, la catégorie scientifique, la catégorie administrative et enfin la catégorie médiatique. Notre population d'étude concerne les enfants (filles et garçons) de la naissance à la préadolescence (vers 10 ans). Pour réaliser ce travail, nous sommes parties du constat que notre population évolue principalement dans le milieu familiale et scolaire. [] Le genre de l'enfant se construit dès que les parents apprennent le sexe de l'enfant (que ce soit quelques semaines avant la naissance ou à la naissance). [] Les médias véhiculent des représentations du sens commun et parfois utilisent le concept de genre. Sommaire de l'exposé Introduction I. II. III. IV. ConclusionSourcesNotes de bas de pages Extraits de l'exposé [...] [...] [...] [...] À propos de l'auteur Pauline N.Recherche d'emploiSociologie Les représentations sur le Genre (fille/garçon) Niveau

Les cahiers EPS - De l'égalité à la mixité Yann Pressensé Le titre du BOEN hors série n° 10 du 2 novembre 2000 apparaît très clair : " À l'école, au collège et au lycée : de la mixité à l'égalité ". Le seul fait de mettre les filles et les garçons au sein d'une même classe suffit-il à instaurer une égalité des sexes ? S. Le paradoxe : rechercher l'équité entre les filles et les garçons dans un cadre qui favorise les inégalités La conception actuelle de la notion de " performance " dans l'évaluation en EPS est à l'origine de nombreux problèmes posés par l'enseignement en mixité. Source d'inégalité : la performance est basée sur un résultat absolu et normé de façon aveugle L'évaluation de la performance est basée sur la notion de " manque ". Source d'inégalité : la performance provoque le conflit, l'élève contre les autres L'évaluation de la performance constitue une trace, qui paraît indélébile, du modèle social de référence que constitue le sport. Source d'inégalité, la performance évalue surtout les facteurs génétiques Conclusion

Laval. Une conférence sur l'égalité filles / garçons le 16 décembre Les jouets et les jeux influencent-ils l’égalité entre les filles et les garçons ? C’est la question à laquelle répondra une sociologue, Mona Zegai, samedi 16 décembre 2017, à partir de 16 h, dans la chapelle du lycée Ambroise-Paré, à Laval. Les jouets et les jeux influencent-ils l’égalité entre les filles et garçons ? C’est à cette question que répondra Mona Zegai samedi après-midi dans la chapelle du lycée Ambroise-Paré. Les travaux de cette chercheuse et enseignante en sociologie et en sciences économiques et sociales à l’Université de Versailles - Saint-Quentin « portent sur la socialisation sexuée par le biais des jouets pour enfants, qui est l'objet de ma thèse de doctorat ». Élaboration de propositions en faveur de l'égalité Sa conférence introduira un atelier - débat sur la question du rôle des jouets et des jeux dans l’égalité filles / garçons. Le Tour de France de l'Égalité fait halte à Laval Ce type d’atelier est organisé dans tous les départements. Pratique.

Égalité filles-garçons - Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ? par Nicole Mosconi,professeure émérite de l'université Paris X,spécialiste de sciences de l'éducation,membre du Centre de recherche éducation et formation (CREF),équipe "Genre, savoir, éducation". Introduction Antoine Prost dans son Histoire de l'enseignement et de l'éducation depuis 1930, affirme, à propos de la mixité scolaire sexuée qu'il s'agit d'une des " révolutions pédagogiques " les plus profondes du siècle. C'est la traduction, dans le champ scolaire, des progrès de l'égalité entre les sexes au niveau juridique et politique qui caractérisent les sociétés démocratiques contemporaines et l'application du principe d'égalité entre les sexes affirmé dans la constitution. Égalité de principe dans le système scolaire et pratiques enseignantes inégalitaires Stéréotypes de sexe Le stéréotype, c'est une opinion toute faite, une représentation figée, caricaturale, concernant un groupe social. Les interactions Temps de latence Les attentes et jugements Double standard L'effet Pygmalion Conclusion

Note de synthèse [Filles et garçons à l'école, approches sociologiques et psycho-sociales] VI. 1. Les interactions maître/élèves et les comportements dans la classe L'observation des interactions effectives en classe montre que les maîtres recourent très fréquemment aux oppositions entre garçons et filles, comme technique de « management » de la classe, mobilisant ainsi ce qui est supposé typique des uns et des autres, et rappelant constamment aux élèves combien ils sont avant tout des garçons ou des filles (Delamont, 1990). Les mots utilisés pour s'adresser aux enfants, notamment à la maternelle, sont également fortement sexués, de même que les remarques concernant l'apparence physique qui de fait sont réservées aux filles, leur suggérant ainsi qu'il s'agit, pour elles, de quelque chose d'essentiel (Browne et France, 1983). Les maîtres réagissent également de manière différentes aux comportements d'agressivité ou d'agitation, jugés déplorables mais naturels quand il s'agit de garçons, condamnables quand il s'agit de filles (Clarricoates, 1980 ; Mosconi, 1989).

Les stéréotypes de genre - Corpus - réseau Canopé Cette séquence peut être utilisée dans le cadre des programmes de 1res S, ES et L.La notion de stéréotypes de genre peut être abordée par un débat précédé d’un questionnement sur la définition d’un stéréotype et sur l’existence de stéréotypes autour de l’identité sexuelle. "Egalité filles-garçons dès le plus jeune âge. Un enjeu des politiques Petite enfance" // Centre Hubertine Auclert 3e Rencontre thématique du réseau "Territoire Franciliens pour l'égalité !'" sur le thème "Egalité filles-garçons dès le plus jeune âge. Un enjeu des politiques Petite enfance" Les rencontres thématiques du réseau « Territoires franciliens pour l’égalité ! » offrent un cadre d’échanges aux élu-e-s et aux personnes en charge de l’égalité femmes-hommes au sein des services des collectivités locales pour rencontrer leurs homologues, se renforcer, échanger et mutualiser. Les rôles sociaux des femmes et des hommes sont prescrits dès la naissance et même avant. ATTENTION : Rencontre réservée aux agent-e-s ou élu-e-s des Collectivités territoriales : Inscription impérative : cliquez ici Plus d’informations : Amandine Berton-Schmitt Horaires et lieu : Centre Hubertine Auclert, 7, impasse milord 75018, le lundi 12 mai de 14h30 à 17h30. 14h15 Accueil 15hEchanges avec les participant-e-s 15h15Comment intégrer l’égalité filles-garçons dans les politiques locales Petite enfance ? 15h30 Pause

DOSSIER : « Filles et Garçons en EPS !? » Sauvons les filles ! En effet, si on regarde l’écart de notes entre les filles et les garçons aux différentes évaluations (bacs, bep, cap) le constat est évident ! Comment s’inscrire alors dans la droite ligne de Jean louis Auduc et de « Sauvons les garçons » ? L’EPS fait réussir les garçons au détriment des filles ! Le dossier qui suit tente modestement de faire le point sur la situation des filles en EPS, et d’apporter différents outils d’analyses pour essayer de faire évoluer les pratiques et la situation actuelle. Enfin, plusieurs propositions sont faites… Constat : Résultats des filles et des garçons en EPS ! Filles et garçons au bac : Le rapport de la commission nationale d’évaluation C’est que pour tous les examens l’écart entre les sexes est de 1 point de moyenne au détriment des filles. Le rapport Réflexions Ce qui amène C.

Filles et garçons à l'école, approches sociologiques et psycho-sociales HARTLEY D. (1980). — Sex Differences in the Infant School : Definitions and « Theories », British Journal of Sociology of Education, vol. 1, n° 1, pp. 93-105. HAYE (de la) A.-M. (1986). — Mixité de la fratrie et valorisation différentielle des sexes, Enfance, n°1, pp. 75-90. HOFFMAN L. (1974). — The Effects of Maternal Employment on the Child : a Review of the Research, Developmental Psychology, n° 10, pp. 204-208. HOFFMAN L. HOFFMAN L. (1986). — Les changements dans les rôles familiaux, la socialisation et les différences entre les sexes in HURTIG M.C., PICHEVIN M. HORNER M. HURRELMANN K. (1992). — Young Women : More Sensitive and More Self-Critical than Young Men, European Education, vol. 24, n° 3, pp. 31-48. HURTIG M. HURTIG M. HURTIG M. HURTIG M. HURTIG M. HURTIG M. HURTIG M. HUSEN T., NEVILLE POSTWAITE T. HUSTON A. (1983). — Sex-typing in Handbook of Child Psychology, MUSSEN P.H. HYDE J. HYDE J. HYDE J. INSEE/Secrétariat aux Droits des Femmes (1991). — Les femmes, Contours et caractères.

Filles et garçons en EPS : différents et ensemble ? 1 En 1967, j’écrivais bien innocemment : « Au nom de quoi sépare-t-on les petits garçons des petites (...) 1L’éducation physique et sportive est donnée en exemple dans bien des propos sur la mixité scolaire. Mais en exemple de quoi ? 2 La revue Contre pied du groupe EPS et société a publié en 2004 un numéro sur « La mixité en questi (...) 2Les différences de rapport spontané à la culture sportive se manifestent d’emblée si on laisse par exemple des élèves de 4e s’installer dans un gymnase où des ballons sont disponibles : la plupart des garçons s’en emparent et jouent, alors que beaucoup de filles attendent, assises, les consignes de l’enseignant-e. 3Si les différences corporelles sont « visibles », la sexuation des références culturelles de l’EPS l’est également : par leur histoire comme par la sociologie de leurs pratiquants actuels et leur image médiatique, la plupart des activités sportives se perçoivent en territoire masculin.

Jouets garçons / filles : Comment en est-on arrivé à ces stéréotypes? EDUCATION - Un rayon rempli de rose et de pastels pour les cadeaux destinés aux filles, un autre où règne un camaïeu de bleus, des rouges et du noir pour les jouets à offrir aux garçons. La distinction peut sembler exagérée mais elle est pourtant bien réelle dans les magasins en ces fêtes de fin d'année. Critiquées par les associations féministes, ces pratiques ont même attiré l'attention du Sénat. Ce jeudi 18 décembre, sa délégation aux droits des femmes présidée par Chantal Jouanno (UDI) a publié un rapport listant dix recommandations dans le but de lutter contre ces stéréotypes dans le monde du jouet. La situation s'est-elle particulièrement dégradée ces dernières années pour que le Sénat décide de se pencher sur la question ou n'est-ce qu'un changement récent des mentalités qui a mené l'institution à se saisir du dossier? Le HuffPost a rassemblé quelques éléments de réponse sur ce sujet qui fait de plus en plus polémique. Phénomène récent Manne finacière Évolution des mentalités

oui je suis totalement d'accord avec toi. c'est l'un des rôles principales de l'école que de permettre aux filles et aux garçons de réussir. by cecbat08 Dec 16

D'après cet article l'enfant est neutre dans l'éducation, ainsi il n'y a pas de distinctions entre élève fille et élève garçon. Cependant, si l'on mobilise nos connaissances de "fondements en histoire et sociologie de l'Education Physique", que cette discipline scolaire était différente entre filles et garçons et cela jusque dans les années 80. En effet, au début du siècle dernier les filles pratiquaient en EP des exercices de renforcement dorsal et abdominal afin de mettre au monde leurs enfants avec moins de difficulté possible. Tandis que les garçons, eux se préparaient grâce à l'EP à de s'intégrer au régiment de l'armée.
Nous voyons bien à travers ces deux exemples que déjà à cet époque on différenciait les contenus d'enseignements en fonction du genre. en ce qui me concerne, je pense que pour permettre à chaque élèves de réussir il faut prendre en compte leurs différences, et les principales différences se font en fonction du genre. by julieba08120 Dec 8

Related: