background preloader

Michel Bauwens : « le peer-to-peer est l'idéologie des travailleurs de la connaissance »

Michel Bauwens : « le peer-to-peer est l'idéologie des travailleurs de la connaissance »
Michel Bauwens, théoricien du P2P Entretien réalisé à l'occasion des Rencontres du Mont-Blanc . We Demain : Pouvez vous, pour commencer, précisez ce que vous entendez par P2P ? On observe une mutualisation des lieux de travail, avec les espaces de co-working, les hackerspaces et les makerspaces, mais aussi du travail lui-même, avec les projets open-source. Ce travail en réseau est un antidote à l’individualisme dont souffrent les sociétés capitalistes. Wikispeed, une voiture aux meilleurs standards du marché, concue en pair-à-pair L'économie collaborative ne risque-elle pas d’être récupérée par les logiques marchandes du capitalisme actuel ? C’est une forme d’économie qui reconnaît le marchand mais le resoumet au bien commun. Dans une entreprise capitaliste classique le but est de faire le nécessaire pour gagner de l’argent. Dans l’open source on est dans l’abondance, dans la rémunération on est dans la rareté.

Les Tiers-Lieux, une notion à expérimenter et co-construire Depuis l’Antiquité, les villes comme Babylone, Athènes, Alexandrie, Rome, Bagdad ou Cordoue ont créé des espaces propices à l’innovation, à destination des chercheurs, savants et ingénieurs du monde entier. Au cœur de Babylone, le temple Esagil accueillait des prêtres, médecins, astronomes et renfermait des ateliers, des laboratoires d’expérimentation pharmaceutique et des observatoires qui permettaient à l’Empire d’innover. Les Bibliothèques d’Alexandrie, de Rome, les Maisons de la Sagesse de Bagdad ou encore les Shang Pang de Pékin, fonctionnaient comme de véritables laboratoires et incarnaient déjà le souci d’un emplacement privilégié destiné au loisir de la connaissance. Les savants y trouvaient les instruments, collections, écrits de l’Antiquité grecque et latine, mais aussi des jardins zoologiques et botaniques nécessaires à leurs travaux. La création d’espaces de savoir et d’innovation se retrouve au Moyen-âge avec la construction des monastères. Palais de la Sapienza (Rome) (1)

Et si on travaillait autrement ? Faire travailler des personnes d'horizons professionnels différents dans un même endroit afin de faciliter la coopération. Tel est l'objectif des espaces de coworking, lieux d'innovations économique et sociale qui réinventent notre rapport au travail. Prenez un journaliste, un peintre, un ébéniste, un entrepreneur, un chômeur et une étudiante et placez-les dans un même local. Elle voit le Comptoir numérique comme un espace permettant « aux geeks, aux créatifs et aux artisans de travailler ensemble pour construire un monde meilleur ». Auberge espagnole C’est cette mutualisation des compétences qui a attiré Magali, consultante multi-cartes. En contrepartie d’un abonnement mensuel ou d’un ticket journalier (250 € par mois, 15 € par jour), les usagers bénéficient d’un bureau, d’un téléphone, d’un accès wifi et de salles de réunions. Généralement, c’est Delphine qui joue ce rôle qui, selon elle, est « défini par les usagers ». Un espace de rencontres Une utilité sociale Libérer le code source

Coworking Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le coworking, travail coopératif ou encore cotravail est un type d'organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé, mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l'échange et l'ouverture. Il est un des domaines de l'économie collaborative. Dans certains contextes, la notion de « coworking » peut aussi désigner : le fait de travailler de manière collaborative en couple (conjoints, parent-enfant, deux personnes ou plus de la même fratrie, etc.) dans un même bureau ou sur un même projet scientifique (c'est parfois une stratégie de carrière[1]) ;une situation réelle (ou modélisée) dans laquelle on fait (ou ferait) travailler de manière coopérative plusieurs robots conjointement[2], situation qui impose des règles parfois complexes de gestion des mouvements et des tâches, afin que les robots n'interagissent pas négativement entre eux. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Espaces de coworking en France

"Le modèle P2P et le capitalisme sont encore interdépendants" Michel Bauwens, chercheur et fondateur de la P2P Foundation revient sur la montée de l’économie en peer to peer et de son impact et de sa relation avec le système capitaliste. Selon lui, les deux modèles sont en conflit mais demeurent encore interdépendants. Interview par Émile Hooge initialement publiée sur le magazine du Centre ressources prospective du Grand Lyon. Bonjour Michel. Il y deux tendances lourdes qui font du modèle p2p une réalité tangible et durable. L’une des conséquences les plus remarquables de cela est l’apparition de nouvelles formes de biens communs : des connaissances construites collectivement et partagées (Wikipedia), des logiciels libres ou open-source mis au point par des communautés en réseaux (Linux), mais aussi des variétés de semences open source comme celles préservées par Navdanya en Inde avec l’appui d’une communauté de plus de 500 000 fermiers partenaires. Les capacités de production de biens physiques vont être de plus en plus distribuées Crédit photos:

Une évolution de la participation grâce à l'émergence des systèmes "peer to peer" Notre système actuel montre ses limites. Il va subir des changements profonds dans les années à venir, c'est inévitable. Les modèles peer to peer (P2P), plébiscités par les jeunes, modifient nos modes d'interaction sociale et permettent à chacun de participer à ces changements pour faire émerger des solutions innovantes et durables. Comme l'a montré la crise économique de 2008, notre système actuel n'est pas viable et nécessite des ajustements économiques, sociaux et environnementaux. Des mouvements comme "les Indignés" ou "Occupy" prouvent que la société civile, et en particulier la jeunesse, est prête pour prendre en main son avenir. Aujourd'hui, on assiste à l'émergence des systèmes peer to peer, qui sont une révolution dans nos modes d'interaction sociale. En permettant à chacun de s'investir dans une cause pour laquelle il se sent concerné, les modèles peer to peer apportent des réponses positives à un système qui montre ses limites. Les jeunes et les modèles peer to peer

Nos activités | Zoomacom Domiciliée au Comptoir Numérique comme structure résidente, l'activité principale de Zoomacom pendant 2 ans a consisté à animer ce "tiers lieu" porté par la société coopérative Openscop. Le Comptoir Numérique se positionne aujourd'hui comme outil de médiation numérique au service du département, de l'agglomération stéphanoise et de ses habitants. En 2013, Forte de cette expérience l'équipe de Zoomacom repart sur le terrain plus itinérante que jamais afin d'accompagner tous les publics dans leur appropriation des usages numériques. Que se soit pour s'initier, se perfectionner ou se faire accompagner dans l'intégration des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) dans ses pratiques sociales et professionnelles, l'association Zoomacom vous apporte ce que l'on appelle le "1er m2 de connaissance" que vous devez avoir pour devenir autonome dans vos pratiques et vos usages numériques. Pôle de Ressources Numériques de Saint Etienne Métropole Animations et formations multimédia

Les tiers lieux, relais de proximité pour tous les citoyens Fablabs et connectivités Nés suite au développement des médiaslabs, et notamment de celui du MIT, le Massachusetts Institute of Technology de Boston, les Fablabs se sont répandus partout dans le monde, de la Norvège à l’Afrique du Sud, de l’Inde à l’Amérique centrale et du Sud. Il y en a même un en Afghanistan. On en compte aujourd’hui environ cent-cinquante dans le monde. Certains sont très bien équipés et sophistiqués, d’autres beaucoup plus rudimentaires. Certes, dans les zones rurales des pays du Sud, ils visent à réduire la fracture numérique pour répondre à des besoins locaux élémentaires. Mais dans les pays développés ce sont les nouvelles cavernes d’innovation technonumériques. Ils s’efforcent tous d’ajouter une brique à la construction de l’« homme augmenté », cet homme doté de nouveaux pouvoirs dans tous les domaines de l’activité humaine, dont rêvent ces faiseurs d’interfaces magiques entre le monde d’ici-bas et le monde virtuel de là-haut, qui a pris ses quartiers dans les nuages informatiques.

Crée ton FabLab : jeu coopératif pour mieux comprendre les fab labs Une équipe de 3 étudiantes en licence professionnelle des métiers de l’édition à l’IUT de La Roche-sur-Yon (Noémie Mouchet, Adeline Fraissange et Mélanie Magourou) ont conçu et réalisé le jeu à imprimer Crée ton FabLab pour faire découvrir les fab labs aux jeunes de 8-15 ans, notamment dans le cadre d’ateliers d’animation. Pour ce projet innovant, le blog MEDIT moi un FabLab a été créé. Cet espace Web montre l’avancement de ce projet dans un but de partage (avec un contenu diffusé sous licence Creative Commons CC-BY-SA). Fiches et tutoriels viennent compléter ce blog. Jeu d’équipe en coopération pour créer un fab lab Le jeu Crée Ton FabLab (à partir de 8 ans, pour 2 à 8 joueurs), jeu de plateau coopératif à imprimer, est disponible depuis le 10 mars 2013 dans une version 1.0. Objectif du jeu « Les joueurs ont un objectif commun à atteindre : regrouper les éléments indispensables au bon fonctionnement d’un FabLab (matériel et réputation) et ce dans le temps imparti par le contexte.

wiki / CoworkingVisa What is it? A coworking visa allows active members of one space to use other coworking spaces around the world for free for a set number of days (3 is the default).Terms vary from space to space with regard to hours of operation, how many days are offered, reservation requirements, etc., so be sure to check the Visa terms for the space you want to visit. Tweet the space you're using (giving them a nice bit of PR as a thank you!) Coworking spaces participating in the visa program as well as their particular terms are listed below. There are more than 450 participating spaces worldwide and the list continues to grow. If your own coworking space isn't listed, ask the owner or manager to join the list (they may just not know about it or not have gotten around to it)! United States East Midwest Southeast Southwest West International Andorra Cow or King How to contact: email: visa@coworkingandorra.com, twitter: @coworkingand tel. +376 737 737 ask for Alfons or Felip Keep in mind: 3 days free, 5 days/week.

Vie de Bureau – Comment trouver un espace de co-working adapté à ses besoins ? Comment trouver un espace de co-working adapté à ses besoins ? Travailler dans un espace qui répond à nos besoins est primordial afin de mener à bien toutes nos tâches et nos projets. Les espaces de co-working présentent tous de nombreux avantages pour les indépendants, free-lance et entrepreneurs et il en existe de plus en plus dans le monde entier, surtout dans les grandes villes. Cependant, il est important de ne pas perdre de vue certains points fondamentaux avant de choisir son espace de co-working et de s’y installer. Les aspects capitaux à prendre en compte sont les suivants : L’accessibilité : il s’agit de l’accessibilité géographique, c’est à dire que l’espace ne doit pas se situer trop loin de là où vous habitez, mais il doit également être facile de pouvoir se garer à côté pour ceux qui viennent en voiture, ou alors, bien desservi par les transports en commun. Chacun à des critères particuliers et qui diffèrent des autres. Related Posts Multiburo Nantes ouvre son Spot!

Les tiers-lieux : les cafés du village global La société de l’information aime bien les néologismes car elle évolue très vite et a donc besoin de mettre des concepts sur des réalités nouvelles ou renouvelées dont est elle à l’origine. C’est le cas des « tiers-lieux » ou « espaces tiers » entre le domicile et le lieu habituel de travail notion inventée par le sociologue américain Ray Oldenburg. Le premier parla de « third place » en désignant Central Park, cet immense jardin au coeur de New York où il observait que ses contemporains venaient régulièrement travailler assis dans l’herbe, avec leur ordinateur portable. Ce concept sociologique s’impose désormais comme une réalité tangible : celle d’un continuum entre nos vies privées et professionnelles permis par une connectivité permanente et l’usage régulier des technologies numériques. Qu’est-ce qu’un tiers-lieu et qu’y fait-on ? Pendant longtemps on séparait très clairement le lieu de travail habituel, le bureau, du domicile. (Photo : Jesus Belzunce)

Pour des espaces hybrides et partagés… — The French Tech Touch Depuis longtemps, je préfère la définition d’”espace hybride et partagé” à celle de “tiers lieu” et je vais vous expliquer pourquoi. Je sais bien que l’expression “tiers lieu” est devenu la référence, suite à la publication du sociologue Ray Oldenburg d’un ouvrage appelé “ The great good place “ destiné à conforter la stratégie marketing des StarBucks Coffees et qui, par viralité, s’est répandu parmi les chercheurs ou praticiens qui gravitent à la frontière de la vie des gens, du développement para public et des nouveaux modes de travail. Je n’aime pas cette formule littéralement. Et badaboum, la nature économique et politique ayant peur du vide, ces “tiers lieux” pourraient alors être affectés à ces nouveaux territoires improbables que sont les lieux d’innovation… Et bien entendu, sans en préciser les contours, le fonctionnement et modèles économiques, sociaux, hiérarchiques… Restons cools, hein. Donc. Il nous proposent une typologie complexe et large. Partagé. Voiliii, voilaaa.

« Les Fab labs sont une incarnation physique du Web » Un Fab lab, c’est quoi ? F E : C’est un espace ouvert dans lequel on va retrouver des compétences, des connaissances, des machines et une communauté. Cela permet de développer des projets et de réaliser des prototypes physiques. Mais, à la pratique, on se rend compte qu’on est moins intéressé par la technique que par la rencontre des gens : c’est une incarnation physique de ce qu’a permis le Web. Après avoir bidouillé derrière leur écran avec les blogs, le code HTML, le traitement de l’image, les gens quittent leur écran pour aller se rencontrer. Que représentent les Fab labs en France ? F E : Il existe une vingtaine de Fab labs dans l’Hexagone. À quel public sont destinés les Fab labs ? F E : Ils sont ouverts à tous. Combien ça coûte ? F E : En général, les Fab labs affichent des prix très bas. Comment se financent ces lieux ? F E : C’est la grande question. Peut-on vraiment y fabriquer tous les objets du quotidien ou est-ce encore un peu prématuré ? F E : C’est trop tôt pour le dire.

Related: