background preloader

BROCHURE_TMS_2009-2.pdf

BROCHURE_TMS_2009-2.pdf
Related:  assiaait

Troubles Musculo-Squelettiques : quelles solutions pour lutter contre ce fléau ? » Jeudi 9 septembre 2010 La société Wincor Nixdorf organise les 21 et 22 septembre prochains à Vélizy la nouvelle édition du RETAIL & BANKING SYMPOSIUM, rendez-vous incontournable des professionnels de la banque et de la distribution. A cette occasion, Ariane Conseil anime, le 22 septembre à 14h30, la conférence « Troubles Musculo-Squelettiques : quelles solutions pour lutter contre ce fléau ? ». En France, les TMS constituent 75% des maladies professionnelles reconnues. Engager une démarche TMS : quels freins ? - La difficulté d’intégrer les questions de santé dans les enjeux de l’entreprise Les décideurs hésitent parfois à s’engager, par peur d’avoir à faire face à une inflation de demandesdéconnectées du souci de la performance économique de l’entreprise. - La focalisation sur les facteurs biomécaniques Parfois les acteurs, qu’il s’agisse du management ou des opérateurs, n’ont pas conscience de pouvoir agir sur la prévention des TMS. - La mobilisation de tous les acteurs Retour

De quoi parle-t-on ? - Les TMS en bref Les TMS : c’est quoi ? Les Troubles Musculo-Squelettiques recouvrent un large éventail de pathologies touchant les tissus mous à la périphérie des articulations. Ils résultent d’un déséquilibre entre les capacités fonctionnelles des personnes et les sollicitations qui apparaissent dans un contexte de travail notamment sans possibilité de récupération suffisante. Ces affections se manifestent par des douleurs et gênes dans les mouvements pouvant entraîner un handicap sérieux dans la vie professionnelle et la vie privée. Ces pathologies sont reconnues comme maladies professionnelles dans le cadre de tableaux annexés au code de Sécurité Sociale. Quels sont les facteurs de risques ? Les connaissances scientifiques sur les facteurs de risque et sur le rôle déterminant du travail dans le développement des TMS sont aujourd’hui bien établies et partagées par tous les préventeurs. Pour approfondir :

Formation et information La formation et l’information sont une obligation de l’employeur en matière de prévention des risques professionnels. Elles concernent tous les salariés, y compris les nouveaux embauchés, les intérimaires, les sous-traitants, ceux qui viennent de changer de poste, ceux qui interviennent de façon occasionnelle dans les activités d’entretien ou de maintenance. Elles ont pour corollaire le devoir du salarié de suivre ces formations et de respecter les consignes qui lui sont transmises. En matière de prévention des risques professionnels, l’employeur est obligé d’informer ses salariés. Renforcer les compétences par des formations Au-delà de ce devoir d’information, l’employeur a l’obligation d’assurer la formation à la sécurité des salariés, à l’embauche ou à l’occasion de toute modification du poste de travail. Cette formation à la sécurité a pour objectif de les instruire notamment des mesures de prévention à respecter dans l’entreprise ainsi que de la conduite à tenir en cas d’accident.

Formation à la prévention des TMS L’activité professionnelle est susceptible à terme d’induire des conséquences sur la santé : mal de dos, douleurs articulaires, maladies. Afin de d’agir dans une dynamique de prévention des pathologies liées au travail et de les inscrire dans une approche de développement durable il est nécessaire de comprendre les mécanismes déclencheurs et d’élaborer des plans de suivi et de prévention des TMS sur le long terme, c’est l’objectif de cette formation. Le programme de la formation 1 Définir ce que recouvre la notion de troubles musculo-squelettiques Les impacts physiques du travail répétitif. La notion d’intensité du travail. 2 Éduquer aux principes et gestes pour prévenir le mal de dos et les TMS Les gestes et postures fondamentaux pour éviter le mal de dos et les TMS. 3 Repérer ce qui peut relever des maladies professionnelles dans son environnement Les principales causes de maladies professionnelles dans l’entreprise. A qui s'adresse la formation : Pour qui Prérequis Niveau Fondamentaux

La prévention des risques professionnels dans les fonderies Les opérateurs de fonderie élaborent, à partir de métaux, des pièces volumineuses ou non, en alliages ferreux ou d’étain, bronze, laiton ou autres métaux non ferreux (cuivre, plomb, aluminium…) par coulée dans des moules, pour des fabrications unitaires ou en séries, artisanales ou mécanisées. De nombreux agents chimiques dangereux (silice cristalline, formaldéhyde, Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, fumées des alliages métalliques liquides, Fibres Céramiques Réfractaires…) sont utilisés ou émis lors des différents procédés de moulage en sable et noyaux qui utilisent également des résines dont la dégradation thermique pendant la coulée génèrent des substances toxiques : les affections respiratoires sont des maladies professionnelles préoccupantes pour les fondeurs, avec la possibilité d’apparition de cancers. Les principaux risques dans les fonderies Les fondeurs peuvent exercer leurs activités dans des fonderies intégrées ou non mettant en œuvre différents types de matériaux :

Troubles musculo-squelettiques (TMS) De quoi parle-t-on ? Les TMS représentent un grave problème de santé au travail partout dans le monde et touchent plusieurs millions de travailleurs en Europe. Au-delà de la souffrance humaine, ils sont à l’origine de déficits fonctionnels gênant l’activité professionnelle. Actualités Le Directeur Général du Travail, Jean-Denis Combrexelle, a présenté mardi 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de sensibilisation et de prévention sur les troubles-musculo squelettiques (TMS). Cette quatrième phase de communication du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, réalisée en collaboration avec les partenaires préventeurs (Assurance maladie- Risques professionnels, ANACT, OPPBTP, INRS, MSA, ministère chargé de l’agriculture) s’adresse plus particulièrement aux employeurs et aux cadres dirigeants. Campagne TMS 2011 : quatrième phase

De quoi parle-t-on ? - Les chiffres-Clés et Statistiques Les Chiffres-Clés 2008 Les Troubles Musculo-Squelettiques sont la première cause de maladie professionnelle reconnue et leur nombre ne cesse de s’accroitre. Elles représentent 95% des MP (avec ou sans arrêt de travail) reconnues pour les salariés agricoles et 80% pour les actifs du régime général. 36926 nouveaux TMS indemnisés pour les actifs du régime général et 3255 pour les salariés agricoles 8,4 millions de journées de travail perdues pour les actifs du régime général 787 millions d’euros de frais couverts par les cotisations des entreprises pour les actifs du régime général et environ 60 millions d’euros pour les actifs agricoles Pour les actifs du régime général, le coût des TMS représentent environ 40% du coût total des MP (avec ou sans arrêt de travail). Pour les actifs du régime agricole (RA), le coût des TMS représentent 89% du coût total des MP (avec ou sans arrêt de travail). Pour les actifs du régime général : Pour les salariés agricoles : Les Statistiques Pour approfondir :

Prévenir pour quoi faire ? (/accueil/pages-contact/FormulaireEnvoyerLien.html?currentUrl=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Faccueil%2Fdemarche%2Fprevenir.html¤tTitle=Pr%C3%A9venir%20pour%20quoi%20faire%20%3F) ( (/accueil/pages-contact/Choixformulaire.html? Faire de la prévention au travail c’est préserver la santé et la sécurité des salariés dans l’entreprise. Chaque année, les accidents du travail et les maladies professionnelles se traduisent par la perte de 45 millions de journées de travail. Principales causes des accidents du travail avec arrêt en 2012 Évolution du nombre de maladies professionnelles depuis 2008, globalement et pour les tableaux relatifs aux TMS (n° 57) et aux affections liées à l'amiante (n° 30 et 30 bis) Une obligation légale L’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des salariés de son entreprise. Des bénéfices humains et sociétaux Un comportement gagnant/gagnant Mis en ligne le 07 août 2014

Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Dernière mise à jour le 13 mars 2014 Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail. Composé notamment d’une délégation du personnel, le CHSCT dispose d’un certain nombre de moyens pour mener à bien sa mission (information, recours à un expert…) et les représentants du personnel, d’un crédit d’heures et d’une protection contre le licenciement. Ces moyens sont renforcés dans les entreprises à haut risque industriel. En l’absence de CHSCT, ce sont les délégués du personnel qui exercent les attributions normalement dévolues au comité. A savoir Le fait de porter atteinte ou de tenter de porter atteinte soit à la constitution, soit à la libre désignation des membres, soit au fonctionnement régulier du CHSCT, est puni d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 3 750 euros. Sommaire Fiche détaillée

La prévention des risques professionnels Dernière mise à jour le 26 février 2013 Synthèse Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d’une altération de leur santé qui peut se traduire par une maladie ou un accident. Il appartient à l’employeur de supprimer ou de réduire ces risques afin d’assurer la sécurité des salariés et de protéger leur santé physique et mentale. Pour ce faire, il doit prendre les mesures appropriées et les mettre en œuvre conformément aux principes généraux de prévention énumérés par le Code du travail. A savoir L’employeur est tenu de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de prévenir les agissements de harcèlement moral et les faits de harcèlement sexuel. Sommaire Fiche détaillée Mesures et principes généraux de prévention : de quoi s’agit-il ? Les mesures de prévention Elles impliquent : La responsabilité pénale et/ou civile de l’employeur est engagée en cas de manquements à ses obligations en matière d’hygiène et de sécurité.

Campagne actuelle - De vraies bonnes méthodes pour prévenir les TMS ? Découvrez les dans la fiche qui suit. Une fiche pratique qui décline une approche concrète pour lutter contre les TMS dans votre entreprise : conseils, exemples d’entreprises, contacts… Découvrez de vraies bonnes méthodes. Le Directeur Général du Travail, Jean-Denis Combrexelle, a présenté mardi 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de sensibilisation et de prévention sur les troubles-musculo squelettiques (TMS). Les TMS sont la première cause de maladie professionnelle en France et représentent un enjeu humain et économique considérable pour les entreprises. Cette quatrième phase de communication du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, réalisée en collaboration avec les partenaires préventeurs (Assurance maladie- Risques professionnels, ANACT, OPPBTP, INRS, MSA, ministère chargé de l’agriculture) s’adresse plus particulièrement aux employeurs et aux cadres dirigeants.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) Les facteurs favorisant les TMS sont multiples. Outre les activités professionnelles et extra-professionnelles, les facteurs individuels jouent également un rôle. Les facteurs biomécaniques Il s’agit des mouvements de force, des postures extrêmes, telles que les gestes effectués les bras au-dessus des épaules, les mouvements de torsion du poignet, du tronc troncPartie du corps située entre la tête et les membres inférieurs., la flexion et l'extension du coude, la répétition fréquente du même geste, mais également le travail statique, les vibrations et chocs mécaniques, le froid... Les contraintes psychosociales Ces facteurs reposent sur la façon dont le travail est perçu par les salariés comme l’insatisfaction d’un travail monotone, la tension engendrée par les délais à respecter, le manque de reconnaissance professionnelle, les relations sociales dégradées, l'absence de soutien du supérieur hiérarchique et des collègues ou l’insécurité de l’emploi. Les contraintes organisationnelles

Évaluation des risques et document unique L’évaluation des risques constitue une étape cruciale de la démarche de prévention. Elle en est le point de départ. L’identification, l’analyse et le classement des risques permettent de définir les actions de prévention les plus appropriées, couvrant les dimensions techniques, humaines et organisationnelles. L’évaluation des risques doit être renouvelée régulièrement. Évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités est l’un des principes généraux de prévention présents dans le Code du travail. Identifier les dangers, analyser les risques L’évaluation des risques professionnels consiste tout d’abord à identifier les dangers et analyser les risques : Identifier les dangers, c’est connaître tous les facteurs susceptibles de causer un dommage à la santé des salariés. L’évaluation porte sur la conception des lieux (aménagement, réaménagement), sur les installations et les équipements de travail, sur les substances et préparations chimiques et sur les situations de travail.

EST_Formation_des_Salaries_Entreprise_A4.pdf

Related: