background preloader

Noêsis - Centre d'Accueil et de Recherche consacré aux Expériences de Mort Imminente (EMI-NDE) et autres expériences liées à un état de conscience modifié (ECM)

Noêsis - Centre d'Accueil et de Recherche consacré aux Expériences de Mort Imminente (EMI-NDE) et autres expériences liées à un état de conscience modifié (ECM)

http://www.issnoe.ch/

Related:  cecilelcselscneurosciencesLivres \ sites \ video \ acteurs

LE MERIDIEN DE LA VESICULE BILIERE Si le foie est responsable de la création, la vésicule biliaire est responsable de la réalisation. Le méridien de la Vésicule biliaire commence à l’angle externe de l’œil (point 1), monte et redescend en arrière de l’oreille, atteint l’arrière de l’épaule, recule et rejoint le point 4 pour finalement entrer dans le creux sus-claviculaire (point 5).Une branche part de la région rétro-auriculaire, entre dans l’oreille (6), puis réapparaît devant celle-ci et aboutit à la région située en arrière de l’angle externe de l’œil, en passant par le point 7 et 8. Une autre branche part de la région externe de l’œil (9), descend vers le point 10, et passe dans la région sous orbitaire (11). Puis elle redescend par le point 12 au cou et entre dans le creux sus-claviculaire (13) où elle conflue avec la branche précédente. la paroi latérale du thorax, passe par l’hypocondre (24), passe par le point25. Puis elle redescend et gagne l’articulation de la Hanche.

Notre cerveau est programmé pour s'améliorer dans les rapports humains Atlantico : Il est souvent reproché à notre société, moderne, de se construire sur des considérations purement matérialistes : réussite professionnelle, possession, apparenceetc. aux dépens du lien social. Parallèlement, l’anthropologiste Robin Dunbar a démontré que la taille du cerveau d’un être vivant est proportionnelle à celle de son groupe social (voir ici). Cela signifie-t-il que l’homme – dont la boîte crânienne est la plus grosse du monde vivant, proportionnellement au reste du corps – est intrinsèquement fait pour interagir avec ses pairs ?

Réincarnation et biologie - Baglis TV Ian Stevenson est professeur de Psychiatrie, titulaire de la chaire Carlson et directeur de Département des Etudes de la Personnalité au Centre des Sciences de la Santé à l'Université de Virginie. Il s'est spécialisé dans l'étude de cas d'enfants qui disent se souvenir d'une vie antérieure. Il a compilé 2600 cas connus. La méthode est simple, il a comparé les informations précises fournies par l'enfant avec les éléments historiques de la personne dont il serait une réincarnation : identité, famille, lieu de résidence, circonstances de la mort, etc.

Pourquoi est-il important de décoder le langage non verbal ? L’expression « non verbal » demande à être définie précisément.Dire qu’est non verbal ce que ne sont pas les mots revient à fabriquer une définition si floue qu’elle ne peut pas être opérationnelle. Le non verbal peut, sans difficultés, être regroupé en cinq grandes catégories de base : le périverbal,le para verbal,l’infraverbal,le supra verbal,le préverbal (1) L'identification de ces catégories permet de comprendre en outre, pourquoi plutôt que penser une science du non-verbal unique, il semble plus efficace scientifiquement de penser la réalité non verbale au croisement de disciplines diverses. Coma profond : une activité cérébrale inconnue détectée par des chercheurs Des chercheurs canadiens ont découvert l'existence d'un nouveau type d'ondes cérébrales, les ondes Nu, chez un patient en coma profond. Le cerveau n'en a pas fini de délivrer ses secrets. Lors d'un coma profond, lorsque plus aucune activité du cerveau n'est détectée sur l'encéphalogramme (EEG), les médecins parlent de mort cérébrale. Toutefois, des chercheurs viennent de découvrir un nouvel état de conscience, situé entre la mort cérébrale et la "ligne continue" de l'EEG.

La vie : un saut quantique ? Comment est apparue la vie sur notre planète ? Comment, à partir du chaos originel, quelque chose a-t-il pu se reproduire et lancer la longue marche de l'évolution ? Jusqu'ici, on a surtout cherché la réponse auprès des chimistes et des biologistes. Le sens de l'existence -L'auteur- Jean Staune : une personnalité du monde scientifique qui contribue au « réenchantement » du monde Né à Bordeaux en 1963, Jean Staune se distingue par un parcours interdisciplinaire ponctué de diplômes en mathématique, informatique, paléontologie, sciences politiques, économie et gestion. Sa passion pour les sciences le conduit à fonder en 1995 l’Université interdisciplinaire de Paris, dont le conseil scientifique est composé des sommités internationales et de plusieurs prix Nobel. Un homme de conviction Homme de conviction, doté d’une incroyable énergie, Jean Staune développe des projets internationaux qui l’ont amené à collaborer avec de prestigieuses universités anglo-saxonnes, mais aussi en Roumanie, avec le programme Science et Religion, et en Chine (où il a été l’un des premiers à intervenir sur ce même thème en tant que professeur invité à l’Université de Shandong).

Psychothérapie La souffrance psychique résulterait de la condition d'être humain qui serait confronté à un conflit complexe entre des interdits parentaux intériorisés (surmoi), des idéaux (idéal du moi) et les pulsions (ça). Avec l'adulte comme avec l'enfant, la neutralité bienveillante, ou réserve empathique du psychanalyste, l'accueil inconditionnel de ce que le patient amène en paroles, ou quelquefois en actes, la discrétion du thérapeute comparé à ce qui se passe en séance sont essentiels. Elle crée les conditions d'une parole libre. Le psychothérapeute ne peut par conséquent pas rapporter sa parole à un autre même si, bien bien entendu, le patient peut parler de sa psychothérapie à qui bon lui semble. L'attention flottante et la neutralité bienveillante que l'analyste est censé observer, lui permettent de produire une facilitation à la parole et une interprétation de celle-ci, sans jugement de valeur.

Des scientifiques ont identifié l'origine de l'imagination dans le cerveau humain Des scientifiques de l'université de Dartmouth ont réalisé des IRM sur des cerveaux de volontaires durant un exercice mental. Ils ont ainsi réussi à créer une carte cérébrale des régions impliquées lorsque ces sujets étaient en plein processus imaginatif visuel. C'est une question qui taraude scientifiques et philosophes depuis des siècles : qu'est-ce qui rend le cerveau humain différent de celui des animaux ? Comment expliquer le mécanisme de l'imagination ? Et comment expliquer que l'homme puisse créer des œuvres d'art, inventer des outils ou des théories scientifiques ? Selon des chercheurs de l'université de Dartmouth, la réponse se trouverait dans "l'espace de travail" du cerveau, un réseau de plusieurs régions connectées entre elles.

L'être Humain : un émetteur-récepteur qui s'ignore L'être Humain : un émetteur-récepteur qui s'ignore Ce titre étrange pour certains résume à lui seul les conclusions d'une série d'articles et de dossiers qui se centrent sur un sujet commun. L'être humain se reconnaît moralement et scientifiquement plusieurs sens et moyens de transmissions naturels et évolutifs, tels par exemple le langage ou l'écriture associés aux toucher et à la vision nécessaires pour leur réalisation. Nos sens naturels, de l’ouïe à l'odorat en passant par la vision, le goût et le toucher reconnus et "soignés" scientifiquement sont à l'évidence complétés par d'autres sens, moins connus et étudiés pour la plupart et donc encore moins évaluable et "soignables". Parmi le plus connu et mieux apprécié par la science récente se trouve le sens de l'équilibre, qui pose malgré tout toujours certains problèmes médicaux, donc scientifiques.

Greffe d'organe et mémoire cellulaire En outre, la récente intégration du concept d’énergie dans la théorie des systèmes (appelée théorie des systèmes d’énergie dynamiques) permet logiquement de conclure que tous les systèmes dynamiques stockent des informations et de l’énergie à divers degrés5-7. Le mécanisme de mémoire systémique constitue une explication plausible de l’évolution des propriétés systémiques émergentes (nouvelles) par le biais de rétroactions récurrentes (c’est-à-dire les circulations non linéaires d’informations et d’énergie reflétant les interactions constantes des composants dans un réseau dynamique complexe). Il existe des boucles de rétroaction récurrentes dans tous les systèmes atomiques moléculaires et cellulaires. Par conséquent, on devrait trouver dans ces systèmes des preuves de mémoire systémique atomique, moléculaire et cellulaire.

Related: