background preloader

La banque c est quoi v12

La banque c est quoi v12
Ancrage principal Seconde générale et technologique, programme des Principes Fondamentaux de l'Économie et de la Gestion. Thème 1 - Les acteurs de l'économie > À quoi sert une banque ? À partir d'exemples tirés de la vie quotidienne, on identifiera le rôle des banques auprès des entreprises et des ménages. Ancrages secondaires • Cycle terminal de la série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion, programme d'économie. • Seconde générale et technologique, programme de Sciences Économiques et Sociales. Related:  PFEGMONNAIE - BANQUE

Entreprise Danone, présentation Danone Danone en Bref en vidéo Nous sommes une entreprise agroalimentaire mondiale tournée vers une alimentation santé, bien-être & plaisir. Nous sommes spécialisés dans les produits laitiers frais, la nutrition médicale, l'eau et la nutrition infantile. Nous sommes présent dans plus de 140 pays et réalisons plus de 21 milliards d'euros de chiffres d'affaires dont 60% hors Europe. Nous sommes nés en Europe mais déjà plus de la moitié de nos ventes se font dans les pays dits émergents. Nous sommes le pionnier et le leader des produits laitiers frais (11,1 MDS €), le numéro 2 mondial de la nutrition infantile (4,4 MDS €), le numéro 3 mondial des eaux (4,2 MDS €) et le n°1 européen de la nutrition médicale (1,4 MDS €). Une entreprise portée par près de 100 000 hommes & femmes. Une entreprise connectée à 900 millions de consommateurs. A tous les moments de leur vie, Danone est là… Comment Danone s'adapte ? Danone s'engage pour une croissance durable.

Bercy : des comptables qui ne savent pas compter, la preuve en 4 exemples Ministère de l'Économie et des finances à Bercy, Paris (GELEBART/20 MINUTES/SIPA) Le pouvoir de Bercy est de notoriété publique : le grand jeu de ces hauts fonctionnaires est de savoir combien de temps il leur faudra pour mettre au pas le ministre de l’Économie et des finances... Concernant l’actuel, Pierre Moscovici, le jeu n’aura pas duré très longtemps. Il a rapidement compris qu’il ne fallait pas se compliquer la vie. Les fonctionnaires de Bercy ont le pouvoir . 1- Les 3% : une marotte sans fondement, stupide et anti-sociale Qu’il faille gérer avec soin l’usage de nos impôts, éviter des dépenses clientélistes ou simplement inutiles, aucune personne sensée ne le conteste. Qu’il faille réduire les dépenses publiques dans la période actuelle pour viser un objectif de 3% de déficit public, c’est en plus stupide. Rappelons que la Cour des Comptes anticipe un déficit de 4% du PIB pour 2013 (après un déficit de 5,3% en 2012). 2- Infrastructures, climat social et compétitivité 1. 2. 3.

Comment ouvrir une pizzeria ? Vous aimeriez changer d’activité, et pourquoi pas ouvrir une pizzeria ? En tout cas, cela peut se révéler un excellent choix puisque la pizza est véritablement un marché porteur et très attractif, et que la France est le second consommateur au monde de pizza, juste derrière les Etats-Unis. Mais une fois que votre décision est prise, comment s’y prendre pour ouvrir votre pizzeria ? Quelles sont les bonnes questions à se poser, les démarches à faire et les différents éléments à prendre en compte ? C’est ce que nous allons voir maintenant. Se poser les bonnes questions : Si la pizza est un marché porteur en France, cela ne vous empêche pas de devoir vous poser les bonnes questions pour être sur de vous, de votre motivation, de vos objectifs et donc, de votre choix de carrière. Tenir une pizzeria, c’est-à-dire travailler dans la restauration implique de devoir travailler aux heures durant lesquelles vos clients sont eux en train de manger, est-ce en accord avec vos envies ?

Comment fonctionne la création 
monétaire > Qu’est-ce que la monnaie ? C’est un instrument de paiement reconnu par les Etats, les ménages et les entreprises. Pendant des millénaires, on s’est contenté d’utiliser des matériaux précieux pour régler ses achats (pièces d’or ou d’argent, sel et même coquillages). Mais à partir du milieu du XVIIe siècle, les orfèvres londoniens, à qui les riches marchands confiaient leur or, ont commencé à émettre des certificats de dépôt. Et leurs possesseurs se sont rendu compte qu’il était beaucoup plus facile de payer et de se faire payer avec ces bouts de papier (en qui tout le monde avait confiance) qu’avec des pièces métalliques. La monnaie fiduciaire était née.Aujourd’hui les choses ont bien changé : 90% des échanges se font par de simples jeux d’écritures (chèque) ou par des mouvements électroniques (carte bancaire, virements). > Qui crée la monnaie ? > Comment font-elles ? Elles accordent des crédits à leurs clients, voilà tout ! Au pays du Père Noël, cela marcherait sûrement. Marie Charrel

Les interlocuteurs de Renault Salariés, fournisseurs, clients, réseaux de distribution, associations…sont autant d’interlocuteurs avec lesquels nous sommes en contacts dans tous les pays du monde. Parce que les attentes de ces parties-prenante sont diverses, nous organisons un dialogue ouvert et constructif le plus large possible. Pour améliorer la satisfaction de nos clients nous avons mis en place des instances de dialogue avec eux. De la phase amont ou nous consultons nos clients avec des études prospectives, à la phase aval avec le traitement des réclamations ou les campagnes de rappel par exemple. 700 personnes sont quotidiennement à l’écoute de nos clients dans le monde. Nous avons la volonté de créer à tous les niveaux un dialogue riche et transparent avec les salariés et leurs représentants. > Téléchargez l'accord cadre mondial La contribution des fournisseurs représente 57 % du prix de revient des véhicules. Nous tissons des liens étroits avec des institutions de forme, de taille et d’objets très divers.

« La baisse de l’euro, c’est surtout une hausse du dollar » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Antoine Reverchon L’euro a poursuivi sa baisse face au dollar, vendredi 16 janvier. Vers 23 heures (heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1566 dollar, contre 1,1623 dollar jeudi à la même heure. Faut-il se réjouir de cette baisse continue de l’euro, ou faut-il en redouter les conséquences ? La baisse de l’euro est-elle un phénomène durable ? Par rapport à son point haut en mai 2014, l’euro a baissé d’un peu plus de 16 % par rapport au dollar, et de près de 5 % en « taux de change effectif réel », c’est-à-dire le taux de change moyen de l’ensemble des monnaies des principaux pays (en l’occurrence 61) dont la zone euro est partenaire, mais pondéré par le poids de chacun d’eux dans son commerce extérieur. Mais cette chute devrait se poursuivre sur la longue durée, car elle reflète deux phénomènes. Lire aussi : Les marchés ont les yeux rivés sur la BCE Les effets positifs sont indiscutables. Rien de tel en zone euro.

Les parties prenantes en e-réputation En management de l'e-réputation, les “parties prenantes” sont toutes les entités qui ont un enjeu, une prétention ou un intérêt dans l'entreprise (individus, communautés, professionnels, groupes sociaux ou organisations) ou dans sa relation avec l'entreprise (ONG, Syndicats). On parle ainsi de parties prenantes externes, internes et intermédiaires. La gestion de l'e-réputation devra, dans la mesure du possible prendre en compte l'ensemble de ces parties prenantes et ses messages sur les médias web. Ainsi, l'audit d'e-réputation d'une marque comme Apple devra prendre en comptes les parties prenantes clients (fan/sceptiques), dirigeants, ONG, fournisseurs, organismes réglementaires, journalistes et concurrents sur l'ensemble des médias web (Facebook, Twitter, Forums, Blogs, Avis Produits, sites de boycott/pétitions, Pinterest, Instagram, YouTube…). Une réduction à un échantillon de ces médias et parties prenantes est courant mais, comme il entrainera un prisme, il devra être précisé.

Chronologie : La crise en Europe (2008 - 2013) Situation économique de l'Europe en 2008 Taux de croissance de l’UE à 27 sur l’année : 0,3% (zone euro : 0,4%)Dette publique : 62,3% du PIB (zone euro : 69,9%)Déficit public : 2,4% du PIB (zone euro : 2%)Chômage : 7,1 % (zone euro : 7,6%) Juillet La Banque centrale européenne (BCE) augmente son taux directeur (le taux d’intérêt payé par les banques à la BCE pour se refinancer) de 4 à 4,25%. Septembre L’économie irlandaise est la première à entrer en récession et son PIB recule de 3,5%, le déficit public atteint 7,2% du PIB, explosant la norme des 3% imposée par le traité de Maastricht.15 septembre : La banque d’investissement multinationale Lehman Brothers fait faillite et n’est pas sauvée par les États-Unis. Octobre Décembre Situation économique de l'Europe en 2009 Taux de croissance de l’UE à 27 sur l’année : -4,3% (zone euro : -4,4%)Dette publique : 80% du PIB (zone euro : 74,4%)Déficit public : 6,3% du PIB (zone euro : 6,8%)Chômage : 9% (zone euro : 9,6%) Début 2009 Janvier Février Mars Mai Mai

Parties prenantes de l'entreprise, acteurs internes et externes Dans le cadre de l'analyse de l'environnement de l'entreprise, il ne faut pas oublier les "stakeholders", terme cher à nos amis anglo-saxons, qui signifie "parties prenantes de l'entreprise". La société est de fait plongée dans un système où elle doit rendre des comptes non seulement à ses actionnaires, mais aussi à l'ensemble des autres acteurs qui gravitent autour d'elle et qui possèdent un intérêt dans son fonctionnement et ses résultats. Elle est sous influence de cet environnement hétérogène. Il est de coutume de distinguer 2 profils : les acteurs internes d'un côté, qui sont les dirigeants et les salariés, les syndicats ; de l'autre les acteurs externes : les clients, les fournisseurs bien sûr, mais aussi les actionnaires, les créanciers et autres institutionnels. En regardant de plus près les motivations de ce petit monde, on comprend très vite que leurs intérêts divergent. A lire sur internet Articles Votre entreprise et ses parties prenantes capitalsocial.fr

Le circuit économique Sélectionné pour la Nuit du film scientifique, samedi 8 juin à Paris Suivez le circuit, parfois inattendu, de l’argent dépensé par Mademoiselle Rose pour l’achat d’une boîte de petits pois dans un supermarché ! De Mademoiselle Rose à Monsieur Gino, en passant par la société Orditop ; de l’entreprise à l’État en passant par les salariés, la banque, l’actionnaire, etc : un circuit apparemment complexe expliqué de manière simple et humoristique. Source : Banque de France - Cité de l’Économie et de la Monnaie, en partenariat avec Universcience (ce film a été présenté en 2013 à l’exposition « L’’économie : krach, boom, mue ? Objectif : Comprendre le principe du circuit économique. Public : 10+ (et plus particulièrement à partir du collège) Durée : 4’50’’

Related: