background preloader

En images : un père photographie l'univers de son fils autiste

En images : un père photographie l'univers de son fils autiste
Timothy Archibald est un photographe de 46 ans basé à San Francisco et père du petit Eli. A l’âge de 5 ans, peu après sa rentrée en maternelle, l’enfant est diagnostiqué autiste. Pour tenter de “maîtriser la situation“, Timothy entame alors un projet photographique autour de son fils lorsqu’ils sont seuls. Le travail aura pour nom Echolilia Series. (Crédit photo : Timothy Archibald) A travers ce projet, le photographe réussit à établir un dialogue inédit avec Eli. Dans une interview accordée à un site spécialisé sur l’autisme, le photographe explique : Comme la plupart des enfants, il est difficile de demander à Eli de faire quelque chose qu’il n’a pas envie de faire. Si pour Timothy Archibald, le but de ce projet est un moyen de tisser des liens avec son fils et de médiatiser son handicap, les réactions suscitées par ces photos ont été mitigées : Certains m’ont accusé d’utiliser mon enfant comme une “bête de foire” ou de vendre mon histoire pour gagner de l’argent. Son message ?

http://www.konbini.com/fr/culture/echolilia-series-autiste-timothy-archibald/

Related:  AutismeTroubles du spectre autistiquePhoto

Théorie empathisation-systémisation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie empathisation-systématisation (ES), développée par Simon Baron-Cohen et collègues, cherche à classer les personnes en fonction de leurs compétences dans deux registres : l'empathie et la systématisation. Ce modèle mesure ces compétences en utilisant les Quotients d'empathie (QE) et de systématisation (QS), et vise à expliquer les difficultés de communication et de sociabilité dans les troubles du spectre autistique par des déficits et des retards dans l'empathie combinés avec une faculté de systématisation intacte ou supérieure à la moyenne[1],[2]. Lien de la théorie avec la triade autistique[modifier | modifier le code] Les troubles du spectre autistique sont caractérisés par

Invisibles à l'extrémité du spectre - Ruth Baker Je reproduis ci-dessous une traduction qui nous a été proposée de l'article - très intéressant :INVISIBLE AT THE END OF THE SPECTRUM: SHADOWS, RESIDUES, ‘BAP’, AND THE FEMALE ASPERGERS EXPERIENCE.Il a été écrit par Ava Ruth Baker, de Nouvelle Zélande, docteure en santé mentale et qui s'occupe aussi officiellement des diagnostics. Cette femme est elle même aspie. Je n'ai pas trouvé la date de parution. Démarche diagnostique de l'autisme En France, le diagnostic de Trouble du Spectre Autistique (y compris le Syndrome d'Asperger), ne peut se faire que par certains professionnels habilités : Il est possible de passer par certains psychologues ou neuropsychologues spécialisés dans l'autisme. Je précise « spécialisés dans l'autisme » car si vous vous referez à des professionnels n'ayant pas une connaissance fine de ce qu'est l'autisme dans toutes ses formes, il est possible que le diagnostic soit erroné.

Échelles d'évaluation pour le diagnostic de l'autisme Lors du bilan diagnostic, l'équipe médicale peut utiliser différentes échelles et tests, afin de statuer sur le « degré » d'autisme de l'enfant, mais aussi de ses émergences, points forts et difficultés. Voici les plus couramment utilisées : L'ADI (Autism Diagnostic Interview) est la méthode la plus utilisée en recherche pour établir ou confirmer un diagnostic d'autisme. Il s'agit d'un entretien semi-structuré qui permet de recueillir des informations sur la symptomatologie actuelle, mais aussi sur la période cruciale des quatre/cinq ans durant laquelle les signes de l'autisme sont les plus marqués. Cet entretien est utilisé auprès du parent (ou du substitut) considéré comme meilleur témoin sur le développement de l'enfant étudié. Il couvre des périodes du développement allant des premières années de vie jusqu'à l'âge adulte.

Dans les archives photo de la police scientifique de Los Angeles Au Paris Photo Los Angeles, des archives inédites de la police de Los Angeles ont été présentées lors d’une exposition. À la frontière d’Hollywood et de la réalité criminelle de la cité des anges, des années 20 aux années 60. Dans le cadre de Paris Photo Los Angeles qui se tiendra du 25 au 27 avril prochain, une exposition incroyable s’est installée au cœur des studios de la Paramount. Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie & la violence C’est d’actualité ces jours-ci puisque les journaux reparlent du cas Adam Lanza, l’auteur de la tuerie de Newtown aux Etats-Unis Le geste fou & incompréhensible de ce jeune homme, présenté comme aspie par les médias (l’est-il seulement ???), jette fortement l’opprobre sur le syndrome d’Asperger dans l’inconscient collectif. On mélange tout : tueur en série, schizophrène, aspie, asocial, psychotique, névrosé… alors qu’il est déjà si difficile d’avoir des articles avec une présentation juste du seul SA.

Le travail de la photojournaliste Camille Lepage, disparue en République centrafricaine Camille Lepage, photojournaliste précoce, a été retrouvée morte en République centrafricaine, alors qu’elle faisait son travail. Konbini revient sur son parcours pour lui rendre hommage. Camille Lepage, le 6 octobre 2013 au stade Bonga Bonga de Bangui (Crédits image : Sylvain Chrkaoui/AP)

Autisme : les neurones miroirs hors de cause Les neurones miroirs forment un ensemble de cellules nerveuses qui s’activent non seulement lorsque nous effectuons un geste, mais aussi lorsque nous voyons quelqu’un exécuter ce même geste. Ils seraient impliqués dans l’empathie, la faculté de cerner et de ressentir les émotions d’autrui. Les autistes n’ayant pas cette aptitude, les neurobiologistes ont longtemps supposé que leurs neurones miroirs ne fonctionnaient pas correctement. Ilan Dinstein et ses collègues du Centre de neurosciences de l’Université de New York viennent de réfuter cette hypothèse. Plusieurs études de neuro-imagerie ont montré que les neurones miroirs des autistes ont des réponses beaucoup plus faibles que celles de sujets normaux lorsqu’ils observent puis imitent certains mouvements. Cependant, ces études ne s’intéressent pas à la façon dont ces groupes de neurones s’activent en fonction des différents mouvements reproduits.

Playboy : des portraits intenses d'anciennes bunnies Dans les années 60, l’entreprise de charme menée d’une main de maître par Hugh Hefner connaissait son âge d’or. En plus de son magazine Playboy, l’homme crée des clubs et peuple son univers de plaisirs masculins avec des jeunes filles dénudées, baptisées les “bunnies”. Mais ces créatures de rêve, qui, à l’époque avaient tout juste 20 ans, en ont aujourd’hui entre 60 et 70 ans. Autisme Tel que mentionné au tout début de l’aventure de ce blogue, je ne suis pas un spécialiste en adaptation scolaire et pour cette raison, il est possible que mes réflexions personnelles ne soient pas toujours justes et/ou pertinentes. L’outil se veut encore pour moi un moyen de réfléchir et de documenter mes actions. Comme mes préoccupations partent directement des milieux dans lesquels je suis appelé à intervenir en tant qu’animateur du service local du RÉCIT des Samares, je tente d’explorer diverses facettes du secteur des élèves à risques, ayant un trouble d’apprentissage ou un handicap physique. Depuis quelques semaines je réfléchis avec d’autres collègues, pour certaines que je n’ai jamais rencontré ou vu…vive le réseau des RÉCIT!!!) sur l’apport du TBI en classe pour les clientèles citées en titre.

Différence surdoué/asperger - Témoignages d'Aspergers Le texte ci-dessous décrit les caractéristiques des surdoués, trouvé sur le site Nous sommes assez nombreux à remarquer que les descriptions de surdoués et d'aspergers sont très proches. Je vais tenter ici de marquer ce qui me semble similaire et ce qui me semble différent. Mes commentaires sont entre parenthèses et en italique. Des enfants d'une favela de Rio photographient leur rapport au foot Encadrés par Christophe Simon, responsable de la photo AFP au Brésil, 18 enfants de la favela Cidade de Deus à Rio de Janeiro, appareils photo en main, nous livrent leur vision du sport national brésilien, le foot, et une partie de leur quotidien. “Dans les favelas du Brésil, les gamins jouent au foot tout le temps, partout. Avec des ballons râpés.

Un élève autiste dans la classe : ce qu'il faut savoir sur l'écriture des autistes Aujourd'hui, de plus en plus d'enfants avec un handicap sont scolarisés dans des classes normales. Si cette tendance est bien sur une très bonne chose, cela ne va pas nécessairement sans difficultés, pour l'enfant comme pour l'enseignant. Ainsi, les enfants autistes scolarisés dans des classes normales rencontrent des difficultés avec l'écriture. Une étude, publiée dans le journal médical de l'American Academy of Neurology, nous éclaire sur ce qu'il faut savoir des autistes et de l'écriture et nous permet d'envisager l'apprentissage de l'écriture cursive spécifiquement pour les autistes L'autisme et l'écriture : ce qu'il faut en retenir L'étude de Neurology porte sur 28 enfants âgés de 8 à 13 ans dont la moitié souffrait de troubles autistiques.

Dans une forêt belge, un mystérieux cimetière de voitures fantômes Surnommé le “cimetière de voitures de Châtillon”, ce dépotoir de carcasses issues de la Seconde Guerre mondiale était situé dans une forêt près de Saint-Léger en Wallonie. Laissé à la merci de l’environnement pendant près de 70 ans, comme le dit la légende, cet endroit est devenu un lieu mystérieux. Comme si le scénario de The Walking Dead devenait réalité. On pourrait croire à une scène apocalyptique, où la nature aurait repris le dessus sur ces centaines de voitures abandonnées. Si ces images, réunies par le site Amusing Planet en 2012, continuent d’être relayées sur Internet, c’est bien pour leur aspect mystérieux. Comment autant de voitures ont-elles pu rester là si longtemps ?

Related: