background preloader

Grossophobie, same shit, different day

Grossophobie, same shit, different day
Je me réveille, en retard. Je monte sur mon scooter. A chaque fois, une pensée pour cette image utilisée contre moi quand j’ai eu le malheur de demander à mes proches un coup de pouce financier pour l’acheter, cette femme en obésité monstrueuse sur un scooter médical, je n’arrive pas à l’oublier, est ce donc cette image que je renvoie aux autres ? Au premier feu, un mec en moto me parle, je dois soulever mon casque pour l’entendre m’insulter « tu feras mieux de prendre tes pieds », il se marre avant de démarrer. J’arrive au boulot, passage à la cafétéria, tous les jours le même allongé, « tu devrais passer à l’aspartame, c’est quand même meilleur pour ce que tu as’, merci collègue, j’avais failli oublier mon obésité, merci pour tes conseils, je garde mon demi sucre, merci. Boulot, pause, je prends l’ascenseur, deux hommes sont déjà là, conversation légère, « oh tu sais moi les thons c’est surtout les grosses, une mince, même moche, ca peut passer ». Je prends un bain. Related:  Culte de la minceurcroquelune

Grossophobie : Je suis une imbaisable, et je ne suis plus désolée Il y a quelques semaines, ma copine Anais est sortie faire un peu de shopping en centre ville. C'était une superbe journée, il faisait beau, les enfants riaient, les oiseaux chantaient, et les promeneurs nourrissaient généreusement les pigeons nécessiteux. Tout allait magnifiquement bien, jusqu'au coup fatal : le magasin de posters. Ha, la malheureuse! Elle s'est introduite dans cette boutique du démon sans se méfier le moins du monde, avant de se diriger avec insouciance vers... le rayon humour. *bruitage anxiogène* C'est à ce moment là que ses yeux se sont posés sur ceci : POUET POUET! Ainsi fût entachée la belle journée d'Anaïs, qui une fois rentrée chez elle, fit partager sa "trouvaille" à ses copines de l'internet, dont je suis. Depuis, j'ai un peu repensé à la chose. J'aurais encore d'autres exemples à raconter, mais je vais me centrer sur ceux là, car ils ont en commun une donnée sur laquelle je voudrais me centrer : tous les trois sont des souvenirs qui datent d'avant mes dix ans.

'Fat shaming' actually increases risk of becoming or staying obese, new study says Making overweight or obese people feel bad about their bodies doesn’t do anything to motivate them to lose weight – actually, a new study finds it does just the opposite. People who felt discriminated against because of their weight were more likely to either become or stay obese, finds a new report published this week in the journal PLoS ONE. “Weight discrimination, in addition to being hurtful and demeaning, has real consequences for the individual’s physical health,” says study author Angelina Sutin, a psychologist and assistant professor at the Florida State University College of Medicine in Tallahassee, Fla. It’s a funny cultural paradox: Most American adults – around 70 percent -- are overweight, and more than a third are obese. In a real-life example, just last month, evolutionary psychologist Geoffrey Miller tweeted, “Dear obese PhD applicants: if you didn’t have the willpower to stop eating carbs, you won’t have the willpower to do a dissertation #truth.”

Je ne suis pas sûre que l’on soit toutes des guenons | équimauves Principe du coup de clavier ICI Réaction postée à chaud le dimanche 17 novembre à 21h18 sur facebook et adaptée ici. On peut se réjouir de voir une solidarité croissante envers Mme la Ministre et Garde des Sceaux Taubira (France) suite aux insultes racistes bestialisantes et bananières (sans ignorer que certains soutiens sont louches, qu’il a fallu que cela touche une personnalité publique influente pour qu’on en parle enfin largement, et qu’il y a de nombreuses critiques quant à certaines de ses positions/non-positions), malgré le silence assourdissant de beaucoup. (Je suis pas contente donc ça risque de ne pas toujours être très lisible, compréhensible ou pédagogique. Voici ici un exemple typique de conversation qu’on peut lire sur la toile. (Note: les termes "sexxisme" et "sexxiste" sont utilisés pour exclure les trans ("XX")) On minimise le caractère raciste sans vraiment le nier dans un premier temps. Pourquoi le racisme n’est plus tellement un souci quand il frappe des hommes ?

Non, tu ne fais pas ta grosse. | L'Écho des Sorcières Fin de soirée avec des copines. Ce soir c’était repas crêpes à la maison. On a bien mangé, bien bu, bien rigolé. Enfin… Moi c’est l’idée que j’ai en tête. Une de mes amies préfère résumer par « on a fait nos grosses ». Ah bon ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ça veut dire « faire son/sa gros.se ? Peut-être avez-vous déjà utilisé cette expression, peut-être l’utilisez vous régulièrement. Alors, pourquoi est-ce problématique ? Parce que ça induit, encore et toujours, que si on est gros.se c’est qu’on a trop mangé ou mal mangé. Du coup, on reste basé.e sur l’idée qu’au fond nous sommes responsables de notre poids, de notre apparence et que nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes. C’est aussi complètement faux, parce qu’en réalité une grande partie des personnes en surpoids ont, au contraire, de très bonnes connaissances en ce qui concerne la nutrition (pression de la société oblige). C’est problématique parce que ça équivaut à mettre une barrière entre « moi mince » et « toi gros ».

De le "T'as pas maigri toi?" Du blabla avant le sujet : J'ai mon obsession pour Hannibal qui est reparti comme en 40 depuis le début de la saison 2. Du coup, je mets des vestons, des chemises d'hommes, je lis des fanfictions où il y a beaucoup de sexe entre hommes, et je regrette que mon psy soit chauve sur le dessus (et qu'il n'ai pas d'accent)(en même temps, vu qu'il ne dit que "hum hum", je suis pas sure que ça serait la mega excitation sexuelle non plus avec l'accent lituanien). (On va pas perdre les bonnes habitudes hein) (Kikou Civitas et la Manif Pour Tous qui trainent encore ici) Sujet du jour De le "T'as pas maigri toi?" En ce moment, ma vie, c'est pas franchement la super joie dans ton coeur. Ah ouais, merde, ça aussi. Ces derniers temps, j'ai eu deux extrêmement mauvais moment : Very Bad Moment 1 et Very Bad Moment 2 Étant quelqu'un d'absolument raisonné et raisonnable, j'ai donc ajouté trois séances de piscines de 2,5km à chaque semaine alors que je n'avais pas fait de sport depuis la dernière guerre. Non. De.

Fatiguée du fatshaming Je suis fatiguée. Epuisée. Je ressens une profonde lassitude. Oui bon, ok, tout ça, ça veut dire la même chose. Je le sais. Mais l’accumulation est là pour montrer l’ampleur de mon ras-le-bol. Il a suffit d’une demi-heure. « Il suffit d’avoir la volonté » Je vais vous dire un truc, cette histoire de volonté, c’est le plus énorme bullshit que je connaisse. Donc premier régime à 16 ans. Alors quand on me balance que je manque de volonté, que si je suis grosse, c’est de ma faute, que je vais avoir plein de maladies horribles (je les attends toujours), que je vais probablement aller en enfer pour tout ça et que franchement, toute ma graisse là ça fait désordre et c’est dégueulasse (je fais partie des admins de cette page Facebook et il faut voir les commentaires qu’on peut se prendre parfois). Alors à tout ceux qui se permettent de me juger sur mon apparence.

Belle toute nue | Entente Féminine Un billet écrit pendant une période forte difficile pour moi – n’oubliez pas de lire la suite plus nuancée après… Existe aussi en anglais Récemment, une jeune femme de 21 ans est venue me consulter par rapport à ses règles. Un entretien typique a suivi, rien de très marquant, jusqu’aux dix dernières minutes quand le vrai motif de sa visite a émergé. Entre sanglots, cette belle femme en fleur, m’a parlé de sa crainte devant une relation intime, de sa peur d’être jugée et rejetée. De mon côté, la tachycardie, l’impression que mon sang bouillonnait, que ma tension avait explosé mais j’ai fait mon mieux pour maintenir un minimum de professionnalisme et pour ne pas hurler ‘ÇA VA PAS, NON??!!!’ Ce ne serait pas la première femme de se retrouver devant un homme inculte. Ah, mais voilà une partie du problème… notre cher ami l’internet, celui qui te permet de lire ces mots, de retrouver les copains d’avant et de regarder ta maison du ciel, il est aussi un pourvoyeur de pornographie pernicieuse.

Hyperphagie : la grande oubliée des TCA, et la porte ouverte à la grossophobie galopante | Coups de Gueule de Lau Si vous n’avez pas eu de troubles du comportement alimentaire, et que vous ne vous êtes pas un minimum informé.es sur le sujet, il y a fort à parier que la lecture de mon titre vous fasse dire un truc genre « hyperpha… quoi ? » Pas de panique, je vais vous expliquer ce que c’est que ce truc là. Mais d’abord… Quand on dit « trouble du comportement alimentaire », la plupart des gens pensent illico « anorexie ». Dans les représentations des gens – de la plupart des gens en tous cas – une personne qui souffre de troubles du comportement alimentaires : est très maigre; ne mange pas ou très peu; éventuellement se fait vomir. L’hyperphagie (ou hyperphagie boulimique), très peu de gens en parlent. Pourtant, l’hyperphagie, c’est une vieille pote à moi, on se connait bien elle et moi, on a cohabité pendant une bonne 15aine d’années, pour le meilleur et pour le pire. L’hyperphagie, c’est cette chose qui me vaut d’être aujourd’hui « obèse morbide » (dixit les médecins. Est-ce que ça m’a aidé ?

Let's Talk About Thin Privilege I am five-foot-four, 125 pounds. My measurements are 36-28-38. I wear size medium shirts, size seven jeans, and (in case you were wondering) size eight shoes. I have never walked into a clothing store unable to find items in my size. I have never been asked to pay more for a seat on an airplane. I have never had someone dismiss me as a dating prospect based on my body type, nor had someone scoff, openly, while watching me eat French fries in public. I have never experienced a doctor dismissing my concerns with a “lose weight, feel great!” And I can open an article with my measurements without fear of judgment. I walk through this world as a thin person. And as such, I have never experienced fat discrimination. That said, I want you to know two things: 1. 2. But I think we need to have a talk. Because it’s so easy to fall back on tired old excuses for why we’re not privileged – and I see this a lot when the topic of thin privilege is broached. “How can I have thin privilege? Grievances vs. 1. 2.

Vêtements : est-il éthique que les femmes faisant du 34 aient 20 fois plus le choix ? Les femmes qui font du 34 ont un choix de vêtements vingt fois supérieur à la part de la population qu’elles représentent. Tentatives d’explication. Grâce à l’étude de 2006 réalisée sur plus de 10 000 personnes par l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH), nous connaissons pour la première fois depuis 1970 (date de la précédente et plus modeste étude), avec l’aide de la technologie du scanner 3D, les formes, la taille et le poids des Français. En croisant ces données avec celles d’un célèbre vendeur de vêtements et d’accessoires en ligne (Zalando), qui présente l’avantage d’avoir un des plus grands choix du marché, j’ai pu mesurer précisément l’adéquation, ou plutôt l’inadéquation, entre les morphologies féminines et le choix de vêtements disponibles. Comme vous le voyez, les courbes sont loin d’être totalement superposées. Dans un miroir quasi parfait, la taille 46 (9% des femmes) offre seulement 0,6% du choix de robes disponibles (soit 65 modèles).

Le Syndrome de Cassandre Voilààààà, bisous bisous ! Oui mais les facteurs de risque (ou comment le Fat Acceptance a sauvé ma vie) — dix octobre Ce matin, j'ai ouvert mon téléphone pour trouver un message d'une nouvelle abonnée qui me disait que bien qu'elle appréciait le message de 10/10, elle trouvait que je minimisais les facteurs de risque associés au poids. Elle était assez polie, au début, mais ça a évidemment dégénéré. Inutile de vous dire, ceci étant dit, que ce genre de commentaire surgit partout, tout le temps, dès que quelqu'un ose exister en étant gros sans activement s'excuser, se rabaisser, se justifier et promettre qu'il va se faire toutes les violences pour rapetisser chaque instant avant de peut-être se donner la permission d'être heureux quand, et seulement quand, il rentrera dans la petite boîte prévue à cet effet. (Je vais passer là-dessus très rapidement, parce que si vous me lisez vous savez déjà tout ça, mais les risques associés au poids plus élevé ne découlent pas simplement du poids en soi, mais bien d'un ensemble de facteurs négligés par la médecine jusqu'à tout récemment. Ça n'a aucun sens.

Related: