background preloader

Nigéria : quand les prostituées mettent les mains dans le cambouis

Nigéria : quand les prostituées mettent les mains dans le cambouis
Aider des anciennes prostituées à s'en sortir en s'occupant des voitures du pays, voilà l'idée d'une Nigériane. © Reuters - Akintunde Akinleye Son nom, c'est Sandra Agebor. Mais au Nigéria tout le monde l'appelle "The Lady Mechanics". Pourquoi ? Elle aurait pu continuer à mener sa petite vie prospère et profiter de sa notoriété naissante mais un évènement l'a fait changer d'avis. A "Benin City", sa ville d'origine, beaucoup de ses proches sont tombés dans les filets des réseaux mafieux de prostitution. Related:  Prostitution & PornographieDroit des Femmes en Afrique

PARIS • Sur les trottoirs, les Chinoises rêvent de retour De nombreuses sans-papiers se prostituent dans le quartier populaire de Belleville. Confrontées aux violences de certains clients et au harcèlement de la police, toutes espèrent rentrer un jour chez elles. 11 Décembre 2013 | Partager : Se promener dans le quartier parisien de Belleville donne une image très différente de la Ville lumière : ici pas de beaux immeubles haussmanniens. Le quartier, composé d’immeubles de logements ouvriers serrés les uns contre les autres, accueille depuis des siècles les pauvres et les immigrés. Déjà abonné ?

Les camps de concentration d'esclaves sexuelles et utérines au Nigéria: Qui, Quand, Pour qui et POURQUOI? La fable de Kamalini, fausse indienne émancipée par la prostitution Un homme et une prostituée indienne discutent sur le pas de sa maison, dans le quartier chaud de Kamathipura, Bombay, le 23 août 2010 (Rafiq Maqbool/AP/SIPA) « Sale pute ! » L’insulte était sortie de la bouche de camarades de classe prépa, quand le groupe de boutonneux rigolard passa au niveau d’Anna, une roumaine qui faisait le trottoir. Ce fut ma prise de conscience, individuelle et insignifiante, du mépris archaïque dans lequel nous tenons les prostituées, et qui allait m’amener plus tard, via diverses associations, à arpenter les trottoirs pour les écouter. Making of Le débat sur la prostitution est piégé. L’expérience menée par Gaïa Lassaube en apporte une nouvelle preuve. Plus tard, pendant mes études en France et à l’étranger, j’ai été confrontée à un petit nombre d’intellectuels aisés, qui bâtissaient leur carrière en théorisant leurs opinions les plus farfelues sur la portée émancipatrice de la prostitution. Dans la rue, les prostituées se suicident beaucoup.

Nord-Kivu : les femmes soldates Dans l’est de la république démocratique du Congo, les femmes aussi font la guerre. Une photographe italienne a partagé le quotidien de femmes soldats. Courrier international 25 octobre 2013 | Partager : A 29 ans, Francesca Tosarelli est partie seule à la rencontre des femmes engagées dans les groupes rebelles qui parsèment les hautes montagnes du Nord-Kivu. Son projet est devenu une obsession depuis le jour où elle a rencontré, au Liban, un bataillon de femmes qui partaient se battre à Homs, dans l’enfer syrien. Ne pouvant se rendre en Syrie, la photographe a lu. Ce constat est encore plus répandu dans l’est de la république démocratique du Congo (RDC), où l’on ne parle des femmes qu’en tant que victimes, et particulièrement des viols – l’ONU estime à 500 000 le nombre de viols commis depuis 1996, début des conflits. “Boostée par l’adrénaline” et “sans jamais les juger”, elle a partagé leur quotidien. —Courrier international

20.000 prédateurs sexuels piégés par Sweetie, fillette virtuelle Une fillette philippine virtuelle que l'ONG Terre des Hommes a annoncé lundi 4 novembre avoir créée et que plus de 20.000 "prédateurs" ont contactée, prêts à payer pour voir cette enfant de dix ans se livrer à des actes sexuels par webcam, a permis d'identifier plus de mille d'entre eux. "Nous avons créé une fille virtuelle de 10 ans, une Philippine" sur internet, a déclaré le directeur de la branche néerlandaise de Terre des Hommes, Albert Jaap van Santbrink, au cours d'une conférence de presse à La Haye. Une image virtuelle de l'enfant a même été conçue. Dix semaines durant, le temps de l'enquête, plus de 20.000 "prédateurs" issus de 71 pays différents ont pris contact avec cette "fillette", baptisée "Sweetie", sur des forums publics de discussions : "ils étaient prêts à payer Sweetie pour qu'elle se livre à des actes sexuels devant sa webcam". > Regardez comment la modélisation de la fillette virtuelle a été réalisée : Une liste de "prédateurs" transmise à Interpol

Lualaba : la cheffe du service Genre dénonce les arrangements à l’amiable en cas de viol La cheffe du service Genre, Famille et Enfant du district de Lualaba, dans le Katanga, dénonce les arrangements à l’amiable en cas de viol sur mineurs dans la cité de Kasanji et ses environs, à plus de 600 km de Lubumbashi. Selon Marie-Jeanne Kanama, les familles s’arrangent entre elles pour que celle du garçon paie une amende à celle de la fille. Elle déplore aussi le fait que ces filles, rendues grosses, accouchent souvent par césarienne, risquant ainsi de perdre leurs vies. D’autres filles restent bloquées plusieurs mois dans des centres hospitaliers par manque des moyens pour payer leurs accouchements. Marie-Jeanne Kanama dit avoir proposé au responsable de l’hôpital de convaincre ces filles de dénoncer leurs bourreaux. «Si les filles dénoncent et qu’on met la main sur certains de ces garçons, ça en dissuadera d’autres», a-t-elle affirmé. Lire aussi sur radiookapi.net : Beni: 3 à 20 ans de prison pour 14 prévenus condamnés pour viols et meurtres

In memoriam À lire également : La prostitution, une violence sans nom. 27 mars 2014 Un homme de 49 ans est mis en examen et écroué pour le meurtre d’une femme prostituée de 51 ans, chez elle à Haguenau. 28 novembre 2013 Un homme d’une trentaine d’années est interpellé jeudi 28 novembre 2013 dans l’Indre-et-Loire pour le meurtre d’une jeune femme prostituée. Source : France Bleu, lundi 2 décembre 2013. 25 novembre 2013 La dépouille à demi calcinée d’une femme est retrouvée au Bois de Boulogne à Paris. Le meurtrier présumé, interpellé par la police quelques jours plus tard, a indiqué avoir voulu passer ses nerfs sur quelqu’un. 19 septembre 2013 Un homme de 33 ans a été condamné jeudi 19 septembre 2013 à l’internement à vie par la Cour Suprême du canton de Berne (Suisse). 4 août 2013 Une femme d’une cinquantaine d’années, de nationalité belge, est retrouvée morte dans la forêt de Beaumesnil, dans l’Eure (Normandie). 23 juillet 2013 source : AFP, 2 août 2013. 4 novembre 2012 2 août 2012 14 mars 2011 21 juin 2009

Stop au viol comme arme de guerre : Pour un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo Mesdames, Messieurs, Qui n'a pas entendu parler du traitement inhumain que subissent les femmes dans les zones de combats en République démocratique du Congo, où les femmes sont prises comme champ de bataille et le viol une véritable arme de guerre ? On entend par-ci, par-là, des personnalités, des experts et des observateurs stigmatiser ces violences faites aux femmes de la RDC sans qu’aucune mesure concrète et efficace ne soit prise. Les solutions proposées depuis quinze années, loin de soulager la détresse de ces femmes, se sont avérées être de « fausses-bonnes » solutions qui ont accentué, au point de normaliser cette barbarie. Je sais pourtant, pour avoir exercé en qualité d’avocat près le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pendant sept années, avec quelle rigueur les juges ont réprimé ces crimes de viols comme arme de guerre commis pendant le génocide du Rwanda et en ex-Yougoslavie. Merci pour toutes les femmes victimes. Hamuli Rety

Mouvement du Nid Pour un Tribunal Pénal International pour la R.D. CONGO ZéroMacho - Damien Mascret, Médecin sexologue : « Je veux Le Dr Mukwege demande que le viol soit considéré "arme de guerre" comme les armes chimiques International Le médecin Denis Mukwege, qui a acquis une renommée internationale en soignant les femmes violées en République démocratique du Congo (RDC), a appelé samedi à Stockholm à tracer la même "ligne rouge" contre le viol comme "arme de guerre" que contre les armes chimiques. "Il faut absolument qu'on arrive à tracer une ligne rouge. Tout le monde a peur des armes chimiques et je pense qu'on a tracé une ligne rouge. Quand la Syrie en a utilisé, tout le monde a dit: stop, ce n'est pas acceptable", souligne le gynécologue-obstétricien congolais. Agé de 58 ans, il s'occupe de femmes violées et brutalisées dans son hôpital spécialisé de Bukavu, dans l'Est de la RDC, où plus de 3.500 victimes sont prises en charge gratuitement chaque année. "Mais il n'y a pas encore une ligne rouge qui soit solide, pour dire: cette limite-là ne peut pas être franchie. "Ce n'est pas du sexe. "Les femmes nous racontent qu'elles ont été violées en public, en présence de leur mari, de leurs enfants.

Et les camps de concentration en Allemagne ? La loi pour l'abolition de la prostitution a été votée en France. J'en suis extrêmement heureuse. C'est une véritable chute du mur du sexisme que nous vivons là, un grand moment pour la majorité des féministes, je pense, et des hommes pro-féministes. J'aurais beaucoup de choses à raconter sur la traite des femmes à travers l'histoire mais, étant donné les événements actuels, je me concentrerais uniquement sur l'Allemagne. Interdire les forfaits, instaurer une demande d'autorisation spéciale pour l'ouverture d'un bordel, relever l'âge des filles de 18 à 21 ans, pénaliser le client s'il est prouvé qu'il avait conscience que la fille était forcée (d'après l'interprétation qui en est faite par les légistes, cela veut dire : si pendant l'acte quelqu'un tient les mains de la fille !). Non. L'abolitionniste Denise Pouillon taxait déjà en 1984 les eros-center allemands de "camps de concentration du sexe". Trente ans plus tard, il y a de quoi hurler. J'exagère ?

RDC: appel à la mobilisation contre les viols d'enfants et de bébés "J'exerce mon métier depuis 30 ans et pour la première fois, j'ai opéré il y a deux semaines un bébé âgé de deux mois", a raconté le Dr Mukwege samedi lors de la conférence "Les hommes contre la violence faite aux petites filles", organisée à Kavumu, près de Bukavu, dans la province riche et instable du Sud-Kivu (est). "Nous appelons à une mobilisation générale pour honorer les survivantes, enrayer la violence et prévenir la répétition de ces pratiques sauvages", poursuit-il dans un communiqué de la branche congolaise du mouvement d'hommes féministes V-Men International, qu'il parraine. Selon lui, "depuis un an, des dizaines de bébés et de jeunes filles ont été victimes d'actes barbares qui affectent notre communauté et font honte à notre humanité commune". "Pas de fatalité" Le gynécologue souligne qu'il "n'y a pas de fatalité" et appelle à "dénoncer le viol de nos enfants, créer des mécanismes d'alerte pour restaurer la sécurité dans nos quartiers et mettre fin à l'impunité". Belga

Related: