background preloader

- Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub

- Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub
Le contexte : l’émergence d’une nouvelle consommation « Face à la montée des consommations émergentes, nous avons éprouvé le besoin de créer une structure dédiée, qui propose de nouvelles grilles de lecture pour comprendre ce mouvement », introduit Nathalie Damery. Avec Philippe Moati et Robert Rochefort, elle a donc créé l’Obsoco, l’Observatoire Société et Consommation, qui propose des études et des conseils et travaille avec un cercle pluridisciplinaire d’universitaires sur ces sujets. « Nous nous intéressons particulièrement au passage de la valeur d’achat à la valeur d’usage », poursuit-elle. L’Obsoco a défini la consommation collaborative par l’échange par un particulier d’un bien ou d’un service à un autre particulier. Des crises multiples La conséquence de ces crises multiples est sans appel : « D’après nos études, un Français sur deux désire consommer autrement », souligne-t-elle. Mieux consommer, motivation principale des consommateurs collaboratifs Leboncoin, un succès populaire

http://www.laposte.fr/lehub/La-synthese-de-l-Atelier-de-la,2120

Related:  l'entreprise vend-elle un produit ou une image ?consommationMarketing collaboratif

Dix conseils pour réussir son lancement de produit 1. Trouver le bon positionnement Souvent l'entreprise s'est concentrée sur les caractéristiques du produit mais n'a pas assez réfléchi à son positionnement. Plus pauvres, les Français hyper-consomment autrement Cela fait dix ans que les Français sentent leur niveau de vie reculer. A force, ils développent un rapport à la consommation plus réfléchi : la débrouille entre dans les mœurs et la consommation alternative s'est démocratisée au point de ne plus être une alternative, nous enseigne la lecture du second rapport de l'Observatoire des consommations émergentes publié ce jeudi 7 novembre 2013 par l'Obsoco. Une bipolarité des comportements d'achat

Du consommateur au consom’acteur De nombreuses enquêtes d’opinion menées depuis une dizaine d’années ont mis le doigt sur un changement radical de perception, par les consommateurs, de l’acte d’achat. Au-delà du meilleur rapport qualité-prix et des lois classiques de la publicité, l’achat s’inscrit de plus en plus dans une démarche militante. Le bœuf que l’on mange doit être élevé dans des conditions optimales et les chaussures que l’on porte ne doivent pas être cousues par des enfants. Ce qui paraît évident aujourd’hui ne l’était pas hier.

Le dernier pari du patron de Cisco "All in". On ne sait pas si John Chambers pratique le poker, mais au moins connaît-il son vocabulaire. Conscient que "le plus grand risque est de ne pas bouger", le PDG de Cisco a décidé de jeter tous ses jetons sur le tapis. Son pari? L'Internet des objets, "nouvelle frontière" de la planète high-tech, si l'on écoute ce vieux routier de la Silicon Valley, à la tête de l'équipementier de télécommunications américain depuis 1995 –une éternité, qui lui a permis de faire de Cisco un géant, dont le chiffre d’affaires (48 milliards de dollars lors de son dernier exercice fiscal) a quadruplé en quinze ans. Lors d’une rencontre récente avec Challenges, ce prophète très écouté par ses pairs –Cisco est à la high-tech ce que General Electric est à l’industrie américaine– va jusqu’à qualifier ce mouvement de "prochaine révolution industrielle".

Comment Danone brasse business et social En sept ans, le groupe a investi 200 millions d’euros dans une soixantaine de projets d’aide aux plus démunis. Tout en développant des modèles viables économiquement. Replanter des palétuviers au Sénégal, aider des chif­fonniers à s’organiser en coopérative en Indonésie, construire des stations de purification d’eau dans les villages reculés du Cambodge, d’Inde et de Madagascar… Autant de projets portés par Danone depuis plusieurs années au nom, explique le groupe, d’une certaine idée de la «responsabilité sociétale».

Monoprix lance une appli Facebook pour personnaliser ses packagings Personnaliser paquets de chips, plaquettes de beurre ou boîtes de céréales, puis les détourner telles des cartes de voeux pour toutes les bonnes et heureuses occasions du quotidien, c'est l'idée de Monoprix qui vient de lancer une application Facebook à cet effet : "Les messages en boîtes". L'enjeu : créer de la viralité tout en cultivant l'image décalée de la marque. Dès le lundi 16 décembre et pour la période des fêtes de fin d'année, les internautes sont invités à sélectionner, via une application Facebook en ligne des packagings siglés Monoprix, des textes pré-définis pour différentes occasions (fête, anniversaire, mots doux, réussite...), puis à ajouter soit leur prénom, soit celui d'une autre personne, avant de partager leur création sur le réseau social. Calembourgs et packagings personnalisés "Que tous tes rêves se céréalisent", "Ça vaut la penne de fêter ça", "Tous mes oeufs de bonheur"...

Le consommateur moyen a définitivement disparu "2013, un consommateur caméléon" . A l'occasion de son dernier Media Morning, Kantar Worldpanel a fait le point, la consommation en France. Le contexte de l'année n'a pas été favorable à la consommation : des à-coups dans l'évolution du PIB en volume (-0,2% pour le 1er trimestre, +0,5% pour le 2ème, -0,1% au 3ème) ; une météo chaotique (hiver maussade, printemps le plus froid depuis 1987, bel été) ; hausse du chômage... Seul point positif : le redressement du pouvoir d'achat par unité de consommation à +0,8% au 1er trimestre, +0,3% au 2ème, après une baisse de 1,5% sur 2012. "L'envie de dépenser n'est toujours pas au rendez-vous et la perception de leur pouvoir d'achat par les ménages est globalement plus négative au second trimestre", constate Gaëlle Le Floch, strategic insight director, en poursuivant : les arbitrages se poursuivent dans de nombreux secteurs hors-alimentaires.

[Tribune] Le marketing collaboratif ou la montée du consom'acteur Depuis le début des années deux mille, on assiste à une nouvelle forme d'économie marketing. Importée des États-Unis, cette tendance, appelée marketing collaboratif ou marketing participatif, a pour but de faire participer activement les consommateurs à l'élaboration de la communication d'un produit, au développement de nouveaux services ou à la promotion de l'actualité d'une marque. Nous sommes passés d'un marketing produit à un marketing client. Comment expliquer un tel changement? Chez Subway, les franchisés crient famine Au pays du jambon-beurre, le géant ­américain du sandwich à la demande multiplie ses boutiques comme des petits pains. Mais les gérants tirent la langue. Un jeune chauffeur de taxi, un ex-gérant de supérette et un ancien contrôleur de gestion… Ce mercredi de septembre, seuls trois candidats sont venus assister à la réunion d’information de Subway à ­Cachan, en banlieue sud de ­Paris. «Rejoignez une équipe qui gagne», lit-on sur la brochure ­posée sur les tables de la salle de réunion, où une énergique ­recruteuse entame sa présentation. Devenir franchisé ? Deux heures de séance PowerPoint plus tard, les prétendants semblent dubitatifs.

Solex, l’art de relancer une vieille marque en pédalant longtemps C’est le sixième repreneur à vouloir faire redémarrer le célèbre vélomoteur. A force de persévérer, ça va peut-être marcher. Soixante-sept ans au compteur. Voilà ce qu’affiche Solex, le mythique deux-roues. Souvenez-vous : le moteur à galet qu’il fallait ajuster sur le pneu avant, les coups de pédale dans le vide à donner pour obtenir la pétarade du démarrage, le cambouis sur les mains et les 35 kilomètres à l’heure de vitesse de pointe, en pente et le vent dans le dos. Lancée en 1946, la «bicyclette qui roule toute seule», un temps propriété de Renault et de Yamaha, s’est vendue à 8 millions d’exemplaires à travers le monde. - Etude marché, Conseil en stratégie : Marketing, Communication entreprise, Relation client - La Poste entreprise : Le'Hub Qu’y a-t-il à retenir sur ces 5 dernières années ? Quelles ont été les initiatives les plus marquantes ? Et demain ? A quelles transformations faut-il se préparer ? A l’occasion de la 50e tendance du mois, le Hub est allé à la rencontre de 7 marques et influenceurs pour avoir leur vision des [r]évolutions en cours. Interviews.

Un restaurant ose l’abonnement illimité Thomas Mankowski t.mankowski@sudouest.fr L'abonnement illimité ou le Pantagruel de la consommation : le musée, le cinéma, le mobile, l'Internet, les remontées mécaniques, le parc d'attractions, la salle de gym… Il se généralise avec un appétit de boulimique et c'est à croire qu'il n'est pas rassasié puisqu'il gagne maintenant la restauration. Les porte-cartes déjà boursouflés ne sont pas près de se mettre à la diète. Pour 19,50 € par mois, mangez quand vous voulez le menu que vous voulez (y compris celui à 39 euros), accompagné de la personne que vous voulez. Voilà résumé le Pass-Days proposé par un restaurant de Villeneuve-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, à partir du 1er décembre.

Le Marketing Relationnel, où en sommes nous Voici le résumé de la conférence organisée par Osereso le 6 avril dernier sur le thème du marketing relationnel et de l’intrusion dans la sphère personnelle des consommateurs. Du Marketing Produits vers la nouvelle ère du Marketing Clients ? Dans les années 70-80 le marketing était centré autour du produit plutôt que sur les besoins du consommateur. L’exemple flagrant était la télévente. En effet c’était un outil très rentable malgré une forte intrusion dans la sphère personnelle des consommateurs et un manque flagrant de ciblage.

Related:  MERCATIQUE