background preloader

Dr CAC - Pourquoi le chômage aime les jeunes ?

Dr CAC - Pourquoi le chômage aime les jeunes ?
Related:  Chapitre 2 : Le chômage et ses causesT7C16 - Les explications principales du chômage

Le chômage en France Le BIT est le Bureau international du travail, l'instance baséeà Genève qui dirige l'Organisation internationale du travail (OIT),une agence regroupant les pays de l'ONU et cherchant à promouvoir la justice sociale et le travail décent. Le BIT a élaboré des méthodes statistiques pour pouvoir comparer les données sociales d'un pays à l'autre qui ont été affinées par Eurostat, l’agence statistique européenne.Pour calculer le nombre de chômeurs, ils préconisent ainsi de ne retenir que les demandeurs d'emploi de 15 ans ou plus... ... n'ayant pas travaillé au cours de la semaine... étant disponible pour travailler dans les deux semaines... et ayant entrepris des démarches actives de recherche d'emploi dans le mois précédent (ou ayant trouvé un emploi qui commence dans les 3 mois). C'est sur cette statistique (collectée chaque trimestre par l'Insee auprès d'un "panel" d'environ 45 000 ménages) que sont basés les taux de chômage publiés tous les trimestres par l'Insee.

Document de la semaine plus d'info Le chômage en France : un problème structurel ? Semaine du 06 mars 2015Document de la semaine : Lire l'article d'Hélène Baudchon dans le bulletin Conjonture de BNP Paribas, février 2015 : "France: chômage, la profondeur du mal" Question : 1 - Qu'est-ce que le halo du chômage ? 2 -Qu'est-ce que la loi d'Okun ? 3 - Qu'est-ce que la courbe de Phillips ? Pour aller plus loin: Lire les publications du Conseil d'orientation pour l'emploi retour au sommaire des documents de la semaine Mentions Légales | Contact | Vous avez aimé cet article ?

Le rôle économique de l'État  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Le rôle de l’État, c’est-à-dire l’ensemble des collectivités publiques nationales, dans l’économie d’un pays fait depuis longtemps l’objet de controverses entre économistes, selon qu’ils sont plutôt favorables à un État neutre ou, au contraire, à un État interventionniste, fortement impliqué dans les sphères économique et sociale. Au début du XIXe siècle, en réaction à l’absolutisme royal, les économistes libéraux dits "classiques", comme Adam Smith, ne prêtaient à l’État, pour l’essentiel, que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice). Le marché tendant naturellement à s’autoréguler, le "laisser-faire, laisser-passer", sous l’égide d’un État protecteur de la libre concurrence, et donc la suppression des barrières aux échanges et à la libre concurrence, devaient conduire à une répartition optimale des ressources.

Relocalisation un phénomène qui prend de l’ampleur Selon le journaliste en plateau, la relocalisation des entreprises en France est un "mouvement bien engagé". "Il y a déjà une dizaine d’industriels français qui ont rapatrié à la maison leur production. Ils font des jouets, des skis, des voitures des vêtements. "Au fond tous ces reportages montrent que la mondialisation à outrance à laquelle on est habitué et bien elle est peut-être en train de s’infléchir d’abord parce que les coûts de production dans les pays émergents montent et ensuite chez nous les entreprises demandent plus de protection, plus de local. Le JT

Chômage: faut-il réduire le coût du SMIC? Les économistes David Thesmar et Augustin Landier multiplient ces derniers temps chroniques et éditoriaux pour populariser leur récente note de l'Institut Montaigne consacrée au chômage en France. Leur argument est le suivant : l'essentiel du chômage en France est concentré sur les peu qualifiés. Pour les activités rémunérées au niveau du SMIC, le chômage est élevé, par contre on atteint très vite le quasi-plein emploi pour les salariés qualifiés (voir graphique ci-dessus). La France présente un considérable déficit d'emplois dans des activités comme l'hôtellerie-restauration ou le commerce, gros pourvoyeurs d'emplois pour les peu qualifiés dans les autres pays. En cause selon les auteurs, le salaire minimum, qui a augmenté très vite au cours des 20 dernières années : La première chose que cela inspire, c'est que cela ne nous rajeunit pas. Et si l'on peut reprocher beaucoup de choses aux politiques sur l'emploi, on ne peut pas dire qu'ils ont été sourds à ces arguments. Pourquoi pas.

Comment a évolué le partage des richesses ? Le partage des richesses créées entre travail et capital a peu varié sur le long terme. La montée des inégalités trouve plutôt son origine dans la distribution des salaires, avec la montée des hauts salaires et des cotisations sociales, et dans la distribution des profits, qui vont davantage aux actionnaires. 1. Accès réservé Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :> Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant : > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

L'emploi des jeunes peu qualifiés en France Une étude sur l'emploi des jeunes peu qualifiés en France réalisée par le Conseil d'analyse économique a été rendue publique le 24 avril 2013. Début 2013, près de 1,9 million de jeunes âgés de 15 à 29 ans, ne sont ni à l'école, ni en emploi, ni en formation, ce qui représente 17% de cette tranche d'âge. 900.000 jeunes ont quitté l'école sans diplôme et ne cherchent pas d'emploi*. La faiblesse du taux d'emploi des jeunes s'explique, selon l'étude, non seulement par une moindre fréquence du travail chez les jeunes qui sont encore en étude mais également par un nombre très important de jeunes inoccupés. Ces derniers, étant en situation de grande précarité, rencontrent de grandes difficultés d'insertion dans l'emploi. Le taux d'emploi des jeunes ayant fait des études supérieures est de plus de 80% dans les 3 ans suivants la sortie d'école contre 30% pour ceux n'ayant pas poursuivi leurs études au delà du collège. 85% des inactifs n'ont pas dépassé le niveau du lycée. * statistiques de l'OCDE

Les enjeux de l’assurance-chômage Les discussions entre partenaires sociaux ont commencé, pour définir les règles de l'indemnisation du chômage pour les trois années à venir. Le contexte n'est guère favorable: chômage élevé et depuis longtemps, régime endetté et déficitaire, positions inconciliables entre syndicats de salariés qui ne veulent pas diminuer l'indemnisation, employeurs qui ne veulent pas augmenter les cotisations, Etat qui a prévu de réduire le déficit de 300 millions cette année tout en refusant la moindre réflexion sur le régime des intermittents du spectacle, annoncent des négociations qui n'iront pas très loin. Il paraît que le chômage est le sujet considéré comme prioritaire par les français; il est extrêmement élevé en France (et dans la zone euro en général). Le régime d'indemnisation du chômage devrait donc susciter le plus vif intérêt. Pour les économistes, un bon système d'assurance-chômage a pour objectif de conduire les chômeurs vers un emploi dans lequel leurs compétences seront bien utilisées.

Related: