background preloader

La protection contre la cybercriminalité / Sur internet / Conseils pratiques / Ma sécurité

La protection contre la cybercriminalité / Sur internet / Conseils pratiques / Ma sécurité
Pour vous protéger contre les infractions commises sur les réseaux informatiques, il existe trois types de mesures, concernant votre ordinateur, vos enfants et les achats effectués sur Internet. La protection de votre ordinateur : Un logiciel antivirus régulièrement mis à jour protège votre ordinateur contre les virus et les logiciels indésirables. Une barrière de protection dite "fire wall" empêche les piratages (intrusions) dans votre ordinateur personnel ou sur un réseau informatique. La protection de vos enfants : L'accès à certains sites peut être verrouillé avec les navigateurs Internet en allant dans le menu "options", puis "sécurité", reconnaissable par les logos : Confiance Interdit Codé Des logiciels spécifiques filtrent les accès en fonctionnant par "listes noires" (listes de sites autorisés ou interdits) et/ou par mots-clés.Mais la meilleure protection reste la vigilance parentale car aucun dispositif n'offre une sécurité absolue, le réseau Internet évoluant sans cesse.

http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Ma-securite/Conseils-pratiques/Sur-internet/La-protection-contre-la-cybercriminalite

Related:  CybercriminalitéCybercriminalité Licence 1 DroitLa cybercriminalité

European Commission - PRESS RELEASES - Press release - Menaces en ligne : une enquête révèle les conséquences de la cybercriminalité Commission européenne communiqué de presse Bruxelles, le 22 novembre 2013 Menaces en ligne : une enquête révèle les conséquences de la cybercriminalité Selon une enquête Eurobaromètre publiée aujourd’hui, les internautes de l’UE sont très préoccupés par la sécurité informatique. Ils sont 76 % - plus que dans une enquête similaire effectuée en 2012 - à penser que le risque d’être victime d’un acte de cybercriminalité a progressé l’année dernière. 12 % des utilisateurs de l'Internet ont déjà eu un compte de réseau social ou de messagerie piraté.

Conseil d'Etat - Etude annuelle 2014 - Le numérique et les droits fondamentaux 50 propositions du Conseil d'État pour mettre le numérique au service des droits individuels et de l’intérêt général. > lire le dossier de presse > lire l'intervention du vice-président > consulter l’étude sur le site de La Documentation française > Digital technology and fundamental rights and freedoms (english summary) Neutralité d’internet, gouvernance, « droit à l’oubli », propriété des données, exploitation et agrégation en méga-données, rôle inédit des plateformes… Les bouleversements suscités par le numérique dans les domaines économiques, technologiques et sociaux interrogent tout particulièrement les repères juridiques habituellement reconnus.

Qu'est-ce-que la cybercriminalité ? / Sur internet / Conseils pratiques / Ma sécurité La cybercriminalité est le terme employé pour désigner l'ensemble des infractions pénales qui sont commises via les réseaux informatiques, notamment, sur le réseau Internet. Ce terme désigne à la fois : Les atteintes aux biens : fraude à la carte bleue sur Internet sans le consentement de son titulaire; vente par petites annonces ou aux enchères d'objets volés ou contrefaits; encaissement d'un paiement sans livraison de la marchandise ou autres escroqueries en tout genre; piratage d'ordinateur; gravure pour soi ou pour autrui de musiques, films ou logiciels. Les atteintes aux personnes: diffusion d'images pédophiles, de méthodes pour se suicider, de recettes d'explosifs ou d'injures à caractère racial; diffusion auprès des enfants de photographies à caractère pornographique ou violent; atteinte à la vie privée.

La cybercriminalité, qu'est-ce que c'est ? On entend beaucoup parler de cybercriminalité, mais qu'est ce que c'est ?Pour répondre simplement : c'est compliqué ! Comme la criminalité traditionnelle, la cybercriminalité peut prendre diverses formes et peut se produire à tout moment et n'importe où.Les cybercriminels utilisent un certain nombre de méthodes, en fonction de leurs compétences et de leurs objectifs.Cela n'a rien de surprenant : après tout, la cybercriminalité est un type de criminalité, perpétrée à l'aide d'un ordinateur ou dans le cyberespace. Les principales mesures du rapport Marc Robert 2014 C'est aujourd’hui à 18h que le procureur Marc Robert a remis son rapport en présence de Christiane Taubira, garde des Sceaux, Arnaud Montebourg, ministre de l’Économie, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur et Axelle Lemaire. Le Procureur général de la Cour d’appel de Riom rend là les différentes pistes proposées dans le cadre du groupe de travail interministériel sur la lutte contre la cybercriminalité. Panorama des principales mesures proposées dans ce document. Pour « Protéger les INTERNAUTES » (en lettres capitales dans le texte), le procureur propose une panoplie de mesures tout au long d’un rapport fort de 277 pages (sans compter les 207 pages des annexes). Les unes sont structurelles et recommandent l’installation d’une super structure administrative – la délégation interministérielle chargée de la lutte contre la cybercriminalité -, d’autres promeuvent la création d’infractions spécifiques notamment contre le spam. Cyber-café, hot spots Wi-Fi

Une sous-direction pour organiser la lutte contre la cybercriminalité Une réponse dans un contexte de cybersécurité La création d'une sous-direction au sein de la direction centrale de la police judiciaire répond à un contexte de mobilisation de l'ensemble des institutions publiques pour faire face aux menaces liées à la cybercriminalité. Dans ce contexte, la SDLC est l'adaptation nécessaire du ministère de l'intérieur pour apporter une réponse à la généralisation de l'utilisation des nouvelles technologies dans la société. Cette généralisation se met également au service de la commission d'infraction. 3 structures

Cybercriminalité : les différentes formes d'attaques... et d'attaquants Le Parisien | 17 Oct. 2011, 07h00 En matière professionnelle, on peut en distinguer trois grandes catégories : l'intrusion informatique (piratage d'ordinateur), la fraude (escroquerie à la carte bancaire) ou la fuite d'informations. Avec Internet en effet, plus besoin de se déplacer pour récupérer les secrets industriels d'un fabricant d'armes ou les formules chimiques d'un laboratoire pharmaceutique. Tout, ou presque, est à portée de clic. Ces informations que les pirates interceptent par des « botnets », des petits programmes qui vont récupérer un fichier sur les ordinateurs des salariés, ou par des mots de passe peuvent en effet être revendues. C'est ainsi qu'un véritable marché parallèle s'est créé avec des « fournisseurs » qui vendent des listes de codes de cartes bancaires ou de comptes Facebook, mais également des outils pour « hacker » des sites Internet.

USA - Obama autorise les sanctions contre les cybercriminels étrangers - News Monde: Amériques Le président américain Barack Obama a autorisé le mercredi 1er avril des sanctions contre les pirates informatiques américains comme étrangers, autorisant le Trésor américain à bloquer les avoirs des personnes impliquées dans des cyber-attaques aux Etats-Unis. «Les cyber-menaces représentent l'un des plus graves problèmes économiques et de sécurité nationale pour les Etats-Unis, et mon administration mène une vaste stratégie pour les régler», a indiqué le président en publiant le décret. Ce décret permet au Trésor américain de geler ou bloquer les avoirs des personnes impliquées dans des attaques sur des réseaux informatiques américains «essentiels», comme des systèmes bancaires ou liés au réseau électrique, ou le vol de données sur des cartes de crédit. «Urgence nationale»

Notion de cybercriminalité - L’Association Internationale de Lutte Contre la Cybercriminalité (A.I.L.C.C.) L’adjonction de préfixe « cyber » qui a tendance à apparaître de manière excessive à chaque utilisation d’un concept classique à l’Internet, à la « criminalité » permet de retenir deux sortes de relations entre la criminalité et les réseaux de télécommunications. Dans un premier temps, la criminalité peut être en relation directe avec un réseau de télécommunication, c’est-à-dire que la loi incrimine directement un acte qui, si le réseau de télécommunication n’existait pas, l’acte ne pourrait pas être réalisé. On pense dans l’espèce au piratage des réseaux téléphoniques pour effectuer des appels téléphoniques gratuits. Dans un second temps, la criminalité peut être en relation indirecte avec un réseau de télécommunication, c’est-à-dire que le réseau de télécommunication se comprend comme un outil ou un moyen pour commettre l’infraction.

Related: