background preloader

L'inauguration

L'inauguration

Tendances - L'innovation ingénieuse : faire plus avec moins Publié le 13 novembre 2013 A l'heure où les institutions, les organisations et les professionnels se penchent avec difficultés sur l'anticipation et la gestion du changement, une théorie hindi nous invite à l'ingéniosité : vive " l'innovation Jugaad " ! Terme hindi que l'on peut traduire par « débrouillardise » ou « ingéniosité », le mot « Jugaad » s'exprime plus largement au travers d’une vision du monde. Une manière de penser la difficulté comme un défi, le manque de moyens comme une opportunité d'ériger l'audace à l'état d'Art. Le « Jugaad » désigne cette innovation des environnements difficiles. Que ce soit dans des économies émergentes bien sûr, où le manque de moyens a créé le terrain propice à son émergence, mais également dans nos économies déclinantes où le « toujours plus » (plus couteux, plus sophistiqué...) commence à montrer ses limites. Le vélo Jugaad de Kandar Das Et chez nous alors ? Virgile Brodziak, Planneur Stratégique chez Publicis Conseil, @virgile_b

Navidis - Cartes interactives multimédias 2D et 3D Le low cost, un modèle victime de son succès Synonyme d’achat malin, ce modèle minore les coûts des produits et services pour rendre au client du pouvoir d’achat. Mais ses effets pervers deviennent de plus en plus visibles. Des prix toujours plus bas, tous les jours et pour tout le monde : pas étonnant que la promesse du low cost ait remporté un tel succès. Considéré d’abord comme une réponse conjoncturelle à la crise, c’est devenu une tendance de fond de la société de consommation. A tel point que les Français achètent aujourd’hui d’abord en fonction du prix. Ainsi, ils étaient seulement 5% à se déclarer prêts à s’offrir une voiture low cost en 2006 alors qu’ils sont désormais 18% (source : Observatoire Cetelem). Abonnez vous à l'édition digitale

Eclipse Sirius Après plusieurs mois de préparation intensive, Obeo a le plaisir de vous annoncer le lancement très attendu du projet Sirius. C’est une technologie ouverte permettant de saisir et de visualiser tout type d’information de façon graphique et personnalisée. Sirius sera au centre de toutes les attentions à l’occasion de la conférence EclipseCon Europe se déroulant cette semaine en Allemagne. Le projet Sirius en quelques mots Sirius permet de modéliser des informations et de les représenter de façon très visuelle. Un atelier de modélisation créé avec Sirius est constitué d’un ensemble d’éditeurs graphiques (diagrammes, tables, arbres) permettant de visualiser et d’éditer des modèles depuis l’environnement Eclipse. Sirius est le résultat d’une collaboration initiée dès 2007, lorsque Thales a souhaité se doter d’un atelier de modélisation pour supporter le processus d’ingénierie système du groupe. Pourquoi l’Open Source ? En libérant Sirius, Thales et Obeo poursuivent plusieurs objectifs :

Silicon Sentier inaugure Numa, son centre dédié aux start-up Silicon Sentier peut désormais héberger toutes ses activités dans un seul et unique bâtiment de 1 700m², situé dans le Sentier à Paris. Le lieu se veut ouvert entre chaque espace de travail. Paris compte un nouveau centre pour les start-up. Annoncé en début d'année 2013, le lieu regroupant toutes les activités de Silicon Sentier ouvre ses portes. Le nom retenu est finalement Numa, pour évoquer l'univers numérique. « Les objectifs n'ont pas changé, nous confie la déléguée générale, Marie Vorgan Le Barzic, pour qui l'association reste au service de l'entrepreneuriat ». Le projet Numa s'est d'abord fixé pour mission de susciter une « émulation intellectuelle afin d'attirer des talents » mais aussi de « structurer des communautés ». C'est ici que La Cantine a élu domicile. Deux nouveaux programmes Il faudra accéder au deuxième étage pour entrevoir les nouveautés introduites avec Numa. À ses côtés, le programme « Data Shaker » met à disposition des données de grandes entreprises.

Hack Data Weekend IDF 2030 Les innovations ouvertes sont-elles compatibles avec les système Par Hubert Guillaud le 26/06/09 | 4 commentaires | 8,913 lectures | Impression “Qui n’a jamais voulu tuer son responsable informatique dans cette salle ?”, demande Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation internet nouvelle génération, en obtenant l’assentiment complice de l’assemblée participant à la première édition de la conférence Lift à Marseille. Aujourd’hui, les systèmes d’information des entreprises sont le pire ennemi de l’innovation, affirme-t-il. Ils laissent les organisations et les processus à l’âge de pierre. Il n’y a que des innovations ouvertes ! “Qu’est-ce que l’innovation ?” Il y bien deux parts dans l’innovation : d’un côté la technologie et la connaissance, de l’autre les humains, leurs rêves et la vie réelle. Image : Marc Giget sur la scène de Lift par Frank Kresin. Il y a 10 millions de chercheurs dans le monde qui publient 15 000 articles scientifiques par jour. “Quand on parle d’innovation aujourd’hui, l’ouverture est importante”, explique Marc Giget.

Typhon Haiyan: des «développeurs sans frontières» au secours des Philippines «Jusqu'à l'âge de 19 ans, avant de venir en France, j'aidais des organisations humanitaires à récolter et distribuer des denrées alimentaires suite à des typhons, explique Kat Borlongan. Je ne vois pas pourquoi je ne continuerais pas ce travail aujourd'hui, même de mon salon à Paris.» Vendredi, avant même le passage du super typhon Haiyan sur les Philippines, la jeune dirigeante de Five by Five –une startup spécialisée dans l'utilisation des données ouvertes– a lancé un appel à la mobilisation des «codeurs civiques». Appel auquel ont répondu aussi bien La Fonderie, l'agence numérique francilienne, que Catherine Bracy, l'une des membres de la «dream team digitale» de la campagne Obama en 2012. publicité «Développeurs contre typhon», l'initiative repose au départ sur une tête d'épingle – et sur trois continents. Rendre l'intervention d'urgence plus efficace «Être en contact avec le palais présidentiel nous permet de répondre à des problèmes précis, avec une idée claire du contexte.

Un Petit Froid…As the Stand Up World Series Descends on Oleron | Annabel Anderson Posters posters…everywhere! France will always be a special place and I’ve spent a fair bit of time here over the past couple of years. It’s ever changing landscape, climate, the passion of its people and the French culture are just some of the things that keep bringing me back for more. Making the papers in France.. again! One special place is the island of Oleron on the on the Atlantic Coast (connected to the mainland by bridge), 500k from Paris, 4 hours by car, 3.5 by train and which ever way you get there, there’s always a little bit of adventure involved…when you’ve traveling with paddles, boards and the like. It’s home to Diablo Fun and Didier Lafitte, the organizer extraordinaire of the Oleron leg of the Stand Up World Series and is stunning part of the Atlantic Coast. As you’ll see from the the images….Didier and his team go above and beyond. For the hype.. check out the press release from Supracer.com Follow the progress live as the weekend unfolds. Like this: Like Loading...

Fontenay numérique | Colloque Internet Solidaire à Fontenay-sous-Bois L'optimisation de l'expérience client passe par l'amélioration technique des interfaces L'expérience client devra être une priorité pour cette année pour les marketeurs qui devront faire d'importants efforts dans les interfaces web et mobile de leur moyen de communication. Le leitmotiv des marketeurs pour l'année 2013 s'appuiera sur le principe d'expérience client unifiée. C'est ce que vient de révéler le cabinet de conseil, Forrester dans sa récente étude Digital Customer Experience Trends To Watch, 2013. Fournir une expérience unifiée Ainsi, Forrester rappelle la nécessité de se concentrer sur l'adaptabilité du site web d'une entreprises aux différents supports qui vont potentiellement émerger dans les années à venir. Prédire les besoins des consommateurs L'étude dénote également le fait que la visualisation de l'information devra se faire toujours plus présente afin d'aider le consommateur à prendre ses décisions.

Pierre Dreux (directeur ESC Pau) : "J’ai accepté d’aller à Pau parce que j’aime les challenges" Entretien | Gouvernance Marie-Anne Nourry | Publié le , mis à jour le Pierre Dreux, directeur de l'ESC Pau Vous avez quitté Toulouse Business School au bout d’un an à peine à cause de “divergences de vues” avec le président de la CCI. J'ai été recruté pour remplacer Hervé Passeron, alors que j'étais directeur adjoint de Centrale Lyon depuis deux ans. Vous avez vite rebondi en prenant la direction de l’ESC Pau. J’ai principalement été attiré par le territoire très technologique de l’école. Je m’attelle aussi à ressouder les équipes car le retrait du projet FBS, auquel tenait mon prédécesseur, a été un coup dur pour tous ceux qui s’étaient beaucoup investis pendant deux ans. Nous devons former nos managers davantage en lien avec notre bassin technologique La fusion avec Kedge est-elle encore à l’ordre du jour ? Non, il n’y a pas de fusion en vue. Diriger une école d’ingénieurs ou une école de commerce, c’est pareil ?

Related: