background preloader

Dessine-moi l'éco : Qu'est-ce que le Produit Intérieur Brut ?

Dessine-moi l'éco : Qu'est-ce que le Produit Intérieur Brut ?

Après le rapport Stiglitz, comment mesurer la richesse ? Depuis plus d’une dizaine d’années, la sociologue Dominique Méda critique les insuffisances du PIB. L’une des premières, elle a souligné l’incapacité de cet indicateur de richesse à tenir compte des inégalités, de la santé sociale et de la dégradation environnementale. La Vie des Idées a recueilli son analyse après la publication du rapport coordonné par Joseph Stiglitz, Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi. Dominique Méda est membre du collectif Fair (Forum pour d’autres indicateurs de richesse). Sommaire des vidéos : Le rapport Stiglitz introduit-il une rupture dans la façon dont on mesure la richesse d’un pays ? Le rapport Stiglitz introduit-il une rupture dans la façon dont on mesure la richesse d’un pays ? Le rapport Stiglitz introduit-il une rupture dans la façon dont on mesure la richesse d’un pays ? Le rapport propose-t-il néanmoins des idées originales, de nouveaux types d’indicateurs ? Le rapport propose-t-il néanmoins des idées originales, de nouveaux types d’indicateurs ?

Définition et mesure de la production Pour mesurer la production il faut commencer par définir ce concept. Ensuite il faudra distinguer entre la valeur de la production telle qu’elle apparaît au moment de sa mise à disposition (vente des biens et services marchands, ou fourniture des services non marchands) et la valeur ajoutée par le producteur aux biens et services transformés par son activité productive. Définition de la production. La production est l’activité humaine conduisant à la création de valeur. Les biens et services issus de la production sont en principe destinés à être vendus. La production marchande ne pose pas de problème dès lors que l’on considère que la valeur peut être mesurée par le prix de vente. Qui produit ? Une première remarque s’impose : la comptabilité nationale ne définit pas le producteur comme celui qui participe physiquement à l’activité de production mais comme celui qui prend possession des produits au moment de leur création. Source : INSEE comptes nationaux annuels séries longues.

L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays Dans ce classement, la France se positionne en 21e position, loin derrière sa 6e place au classement plus traditionnel du FMI, et les Etats-Unis en 16e position, abandonnant leur 1re place mondiale. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Pour évaluer la richesse d'un pays, il existe depuis les années 1930 le produit intérieur brut, ou PIB – il avait été créé pour mesurer l'effet de la Grande Dépression sur l'économie américaine. Cet indice, souvent critiqué en raison de ses critères strictement économiques, n'avait pas jusqu'à présent d'alternative ; désormais, il existe le SPI, pour « Social Progress Index », qui mesure le progrès social de chaque pays. Ses concepteurs, des économistes et des statisticiens, ont pu présenter cette année les premiers résultats de leur travail entamé en 2009. Si les deux sont corrélés, il s'avère que la croissance économique n'est pas forcément le moteur du progrès social. Pays scandinaves en tête

Comment l'entreprise crée-t-elle de la valeur ? - Réviser le cours - Économie et gestion Introduction À travers la production qu'elle réalise, l'entreprise crée de la valeur en mobilisant des moyens techniques, des ressources naturelles et des compétences humaines. En retour, ces « facteurs de production » reçoivent une contrepartie monétaire pour leur contribution à l'acte productif. Le partage de cette valeur créée par l'entreprise entre les différents acteurs peut donner lieu à des tensions entre les détenteurs du capital (les actionnaires) et les salariés, qui ont apporté leur travail. 1. Quelles ressources l'entreprise doit-elle mobiliser pour créer de la valeur ? • Pour produire un bien ou un service susceptible d'être vendu sur le marché, l'entreprise doit rassembler des moyens : elle a besoin de matières premières, d'énergie, d'emballages, de produits semi-finis… Ces éléments sont appelés « consommations intermédiaires » (ou capital circulant) car ils disparaissent ou sont incorporés dans le bien ou le service produit. 2. 3. 4.

Indice de la consommation collaborative ? Mesure du pouvoir de partager ? Indice de consommation, pouvoir d’achat, Pib, autant de termes qui bientôt pourraient devenir des anachronismes. Depuis des décennies, l’ensemble des politiques économiques repose sur l’idée qu’il faut produire plus, consommer plus et que le pouvoir d’achat doit sans cesse augmenter. Pourtant consommer plus n’est pas nécessairement le seul moyen d’accroître son bien-être et sa qualité de vie. L’économie du partage (ou la consommation collaborative) est une véritable innovation de rupture. Etrangement absente des programmes des partis politiques qui parlent toujours de plus de production et plus de consommation, le développement de cette économie se fera de façon bottom-up. Des entrepreneurs innovants et des consommateurs engagés sont en train de mettre en oeuvre une véritable révolution économique, à laquelle un jour ou l’autre les économistes devront s’intéresser. A quand la publication par l’Insee, d’un indice de la consommation collaborative et d’une mesure du pouvoir de partager ?

Au-delà du PIB, 10 indicateurs pour mesurer autrement le progrès France Stratégie et le CESE ont proposé des indicateurs complémentaires au PIB pour conseiller gouvernement et Parlement. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Partiel, incomplet, trop centré sur l’économie : le produit intérieur brut (PIB) est depuis longtemps accusé de ne refléter que partiellement la situation d’un pays, écartant des domaines primordiaux comme la qualité de vie ou le développement durable. Début avril, le Parlement français a adopté une proposition de loi écologiste préconisant l’examen de nouvelles mesures avant les discussions budgétaires de l’automne. Ces indicateurs « sont destinés à servir de support au rapport que devra annexer chaque année le gouvernement au projet de loi de finances », précise l’étude. Tour d’horizon de ces dix nouveaux outils. Travail : le taux d’emploi En 2014, le taux d’emploi en France était de 64,2 %, tout proche de la moyenne dans l’Union européenne (64,9 %), selon les données d’Eurostat. Inégalités : les écarts de revenus

Les indicateurs de richesse font leur révolution « Développement durable : la révolution des nouveaux indicateurs », tel est le titre d’un rapport présenté mercredi 4 avril 2012. Selon Jean-Jack Queyranne, président de la commission développement durable de l’Association des régions de France, l’objectif est de « mettre fin à la tyrannie du Produit intérieur brut ». Dans cette optique, l’ARF avait confié à la région Nord-Pas-de-Calais la mission de construire des indicateurs alternatifs au PIB, ce thermomètre qui ne mesure que la production marchande et monétaire, et non le bien-être ou le progrès. Compter enfin ce qui compte vraiment - Ce rapport est le fruit de deux années de travail mené avec des chercheurs du Forum pour d’autres indicateurs de richesse (Fair), comme Jean Gadrey, soucieux de « compter enfin ce qui compte vraiment ». Sur ce modèle, trois déclinaisons régionales de grands indicateurs internationaux, jusqu’alors réservés aux Etats, ont été retenus : La mission de ce groupe de travail ne s’arrête pas là.

Related: