background preloader

60 secondes suffisent amplement pour comprendre le transmédia... - Orange Le Collectif mobile

60 secondes suffisent amplement pour comprendre le transmédia... - Orange Le Collectif mobile
Contrairement aux apparences, ce n’est pas la première fois que vous avez affaire à ce néologisme typique de l’ère 2.0 ! Comme le montre le dossier que nous lui avons consacré, le « transmédia » est une tendance qui se précise et se développe chaque jour. De Dexter à Detective Avenue, en passant par le nouveau projet d’Eric Viennot, Alt-Minds, les concepts du genre ne cessent de fleurir. Mais voilà, nous n’en sommes pas encore tous familiers… Alors, comment ça marche exactement ? Prenez 60 secondes de votre temps, et ce nouveau type de « storytelling » n’aura plus aucun secret pour vous… Lien : – Visitez le Transmédia Lab d’Orange Related:  Oeuvres transmédias

B4 B4 / fenêtres sur tour un webdocumentaire de Jean-Christophe Ribot avec la collaboration de Vincent Voulleminot & Sarah Gruhier une production de Mosaïque films RÉSUMÉ Une façade d'immeuble, 12 étages, 12 locataires, 12 portraits qui se dessinent, de la cuisine au salon, devant l'embrasure d'une fenêtre ou un écran de télévision. Du portrait intime au repas de famille, les fenêtres de ce grand ensemble regorgent de vie, de moments singuliers et d'atmosphères particulières. Tous ces locataires vivent dans différents grands ensembles d'Ile-de-France. L'EXPÉRIENCE B4 La navigation B4 c'est 8 morceaux de vies de 12 habitants de banlieue d'Ile-de-France, soit 96 petits films : une mosaïque de fenêtres qui forment un grand ensemble et dessinent le portrait sensible d'un immeuble où les trajectoires personnelles se croisent, où la diversité des caractères et des regards sur le monde s'éclairent les uns les autres. 12 LOCATAIRES À DECOUVRIR À TRAVERS 8 FILMS.

Le transmédia dans un contexte muséal et patrimonial La narration transmédia (en anglais, transmedia storytelling ) est une méthode de développement d’œuvres de fiction ou documentaires et de produits de divertissement nouvelle qui se caractérise par l’utilisation combinée de plusieurs médias pour développer des univers narratifs, des franchises, chaque média employé développant un contenu différent. De plus chaque contenu peut être appréhendé de manière indépendante, en général, et sont tous des points d’entrée dans l’univers transmédiatique de l’œuvre.De par la diversité des contenus et la profondeur narrative de l’univers que cela engendre, la narration transmédia est singulière par rapport aux modes de narration classique. La narration transmédia se différencie du multimédia qui décline un contenu principal sur des médias complémentaires. Le transmédia articule un univers narratif original sur différents médias. Les différents contenus diffusés participent à la création d’un véritable univers. Extrait de l’article de Wikipédia. . . . .

TransmediaKids.com: Multi Platform Storytelling... Cycle numérique 2014-15 : journal de bord (avec images) · OPC Il y a bel et bien un avant et un après. Classes culturelles numériques, ressources numériques,sentiers numériques, médiation numérique, territoire numérique... constituent a priori de belles opportunités de développement pour le secteur culturel en ces temps de disette budgétaire. Mais la tentation de l’outil menace : facile à financer, plus difficile à faire vivre dans la durée. D’où le besoin d’un espace de réflexion pour définir une stratégie : que faire, où aller, à quel rythme et pour quoi ? Prise de conscience d’un mythe (celui d’Internet et de son idéologie libertaire), dépassement de la fascination / répulsion qu’inspire l’envahissement de nos vies par ces supports et découverte de l’écologie de l’attention – « nous sommes donc nombreux à vivre cette frustration de ne pas avoir le temps de tout lire et cela n’est pas nouveau ! Révolution = « mouvement en courbe fermée autour d'un axe ou d'un point,réel ou fictif, dont le point de retour coïncide avec le point de départ… !

Transmédia ou Cross-média « Fini de rire » Transmédia ou Cross-média « Fini de rire » Arte diffuse le 7 mai à 22h35 le documentaire « Fini de rire » à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la Presse. Mais dès le 15 avril un webdoc est aussi en ligne sur le site d’Arte… Fini de rire, le webdoc trace les nouvelles frontières de la liberté d’expression, via les témoignages pertinents et percutants d’une quarantaine de caricaturistes originaires des quatre coins du monde, en invitant l’internaute à l’accompagner et l’assister dans son expérience. Le site Web : ARTE accompagne la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai avec « Fini de rire », avec un webdocumentaire dès le 15 avril et un documentaire le 7 mai, à la rencontre de dessinateurs de presse dans différents contextes sociaux et politiques aux quatre coins du globe. Conçue par le dessinateur français Plantu, Cartooning for Peace est une initiative née le 16 octobre 2006 au siège de l’ONU à New York.

XXI - Du crayon en prison Cliquez sur l’image pour l’agrandir ©Bast En se pointant pour la première fois devant la maison d’arrêt de Gradignan, en 2004, Bast a d’abord vu un énorme cétacé. L’immense bloc de béton échoué dans le paysage semblait avoir faim d’âmes en peines. Quelques semaines plus tôt, le professeur de dessin recevait un coup de fil de l’administration pénitentiaire lui proposant de donner des cours aux mineurs incarcérés. Une fois passé « l’œil qui parle », les meurtrières et la dizaine de portes à barreaux, le dessinateur un poil inquiet se retrouve barricadé dans une salle face à cinq détenus. ©Bast Il y a là le fort en gueule, l’opprimé, le bouffeur de hérissons, l’expert de la taule et le gars qui hurle toutes les nuits, traumatisé par son crime. Le cours est souvent interrompu, et les élèves, généralement emprisonnés pour de courtes peines, valsent d’une semaine à l’autre. Au bout de quatre ans, le sentiment de tourner en rond prend le pas sur la curiosité. Mathilde Boussion

Story Structure: Linking Your Series Dilemma To Your Pilot Dilemma During my story consults, the current most-discussed topic is the idea of “linking dilemmas” in the TV pilot. A hot trend in story structure is having the series dilemma link to the pilot dilemma. When done correctly, you set up both a closed-ended arc and an ongoing serialized arc for your story. The basic rule is this: establish the series dilemma in your pilot opening. In the opening, establish the following: the world; the central character; the wound of the central character; the trigger incident; and the dilemma. ‘The Americans’ The world establishes the tone of your pilot and the engine for your story. Your pilot dilemma should result directly from the overarching series dilemma. Your series arc bookends your pilot and could have one or two scenes in the middle. Pilots with strong examples of this structure include: • The Good Wife; • Luther; and • The Americans. In The Good Wife, the series arc is that Peter betrays Alicia by committing a crime and going to jail. Related Articles:

« Le cancer du temps , fable interactive ONF/France TV | «Le blog documentaire L’ONF de retour sur Le Blog documentaire ! Avec une proposition « iconoclaste » produite avec France Télévisions. « Le cancer du temps » est une fable ludique et interactive sur notre incapacité à ne rien faire, qui se présente sous la forme d’une application mobile gratuite. Sommes-nous encore capables d’être seuls avec nous-mêmes ? La question mérite sans doute d’être posée, et c’est le directeur de la création Dominic Turmel qui nous éclaire un peu plus sur ce projet. Le Blog documentaire : Je crois qu’il y a eu plusieurs titres de travail sur ce programme… Et vous vous êtes finalement arrêtés sur celui-ci : « Le cancer du temps ». Dominic Turmel : C’est un peu une provocation, mais ça nous permet surtout de donner le ton du programme. Vous proposez donc aux utilisateurs de perdre un peu plus encore de leur temps pour réfléchir à leur propre rapport au temps… Le paradoxe vous semble-t-il tenable ? C’est un beau paradoxe, oui ! Quelle est la part documentaire du projet ? Non. J'aime :

The New Digital Storytelling Series: Katerina C... Le musée des Beaux Arts de Lyon lance un site web pour décrypter l’histoire de l’art au XXe siècle Le 18 octobre 2014, le musée des Beaux-Arts de Lyon a mis en ligne un nouveau site web Histoire des arts / collections du XXe siècle qui permet d’explorer de manière interactive, éducative et parfois ludique, une grande partie de la riche collection du musée. Le nouveau site internet Histoire des arts/collections du XXe siècle a été construit par les équipes du Musée des Beaux-Arts (MBA) de Lyon, en partenariat avec le Rectorat (Délégation académique aux arts et à la culture) de la région Rhône Alpes, et avec le soutien financier du Ministère de la Culture, via la Direction Régionales des Affaires Culturelles, au titre de l’éducation artistique et culturelle. Le site doit permettre « de comprendre les grands enjeux de l’art du XXe siècle et d’en repérer les principaux courants artistiques. Il s’adresse en priorité aux élèves de 3e des collèges, à leurs enseignants, ainsi qu’à tous les amateurs d’art et au public le plus large. » Un site à vocation éducative Le principales entrées du site:

jeux narratifs Avec la sortie de Black Crown, rédigé par l'auteur émergent Rob Sherman, les éditions Random House font leur première incursion sur le terrain des jeux narratifs. Une aventure située dans un univers bizarre avec ses propres infections maladives, et dans lequel le joueur incarne un employé du mystérieux et fictif institut Widsith. Un projet free-to-play, désormais en ligne, auquel vient se greffer des contenus accessibles via micropaiements. Concocté en partenariat avec Failbetter Games et Popleaf, le jeu est basé sur la plateforme StoryNexus, développée par le premier cité et désormais customisée par le second. L'histoire est tirée du cerveau de l'écrivain Rob Sherman, tandis que Popleaf a pris à charge la production des contenus supplémentaires, comme des chapitres bonus et autres assistances en cours de partie. L'interface de jeu se veut simple, mais néanmoins plongée dans un univers loufoque qui peut dérouter les néophytes. A découvrir à cette adresse.

STAINSBEAUPAYS, le webdoc Par Simon Bouisson et Elliot Lepers C’est la rencontre interactive entre deux réalisateurs parisiens touche-à-tout et une vingtaine d’ados de 14 ans en classe de 3ème à Stains dans le 93. Ensemble, pendant un an, ils ont écrit, et réalisé un webdoc qui raconte cette banlieue et sa jeunesse. L’objet regroupe les douze films courts de la classe, entrecoupés de portraits de leurs auteurs. Loin d’être un sujet d’école, formel et attendu, STAINSBEAUPAYS laisse libre cours à l’imagination de ses jeunes dans une oeuvre collective ou chacun se raconte librement. Entre chaque court métrage, se faufilent les pastilles de Simon Bouisson et Elliot Lepers, comme des contrechamps de l’expérience vécue par les jeunes stanois. Ce travail qui s’étend sur une année entière est inédit par plusieurs aspects. Un webdoc produit par FranceTV et Narrative. Basile Lemaire

Related: