background preloader

Un mug — Tu seras un homme, gamin.

Un mug — Tu seras un homme, gamin.
Related:  FéminismesEducation féministe

Où sont les violeurs? | Marlene Schiappa Le traitement médiatique du viol a ceci d'étonnant qu'il décrit toujours l'agresseur et la victime avec un champ lexical similaire. Pour la victime, nous avons jeune, pauvre au sens de "à plaindre", seule parfois, et souvent un détail physique accablant du type "elle avait les cheveux longs (la salope)" (blonde, au 36 quai des Orfèvres ; jolie, dans le métro de Lille). Le violeur a toujours une bonne excuse, lui. Il avait bu, monsieur le juge. (36) Il venait de se disputer avec son amie et il n'avait pas de travail, monsieur le juge (Lille). Bref, elle, avant d'être une victime, était déjà marquée du sceau de l'infamie ; et lui avant d'être un agresseur était déjà le good guy qu'il redeviendra après quelques heures de travaux d'intérêt général. Si bien que notre société est intrinsèquement pleine de victimes de viols, mais vide de ses violeurs. Lire aussi: Mais statistiquement, ça ne fonctionne pas. Comme mon amie qui a conclu son histoire par : "Tu le connais, c'est X. X... ? Oui.

Les femmes, leurs désirs, leur plaisir et leur orgasme Je suis en train d’écrire un (très) long article sur les idéaux de beauté (qui devrait être bientôt fini). A cette occasion, j’ai fait une digression sur le plaisir sexuel des femmes. Mais, cette digression me semble trop longue pour rester dans un article sur les idéaux de beauté. Je trouve néanmoins dommage de la supprimer et je la publie donc en tant qu’article indépendant. Shere Hite a révolutionné la vision de la sexualité féminine avec son rapport (source de l’image) Le plaisir sexuel reste encore inaccessible à bon nombre de femmes. Une enquête de 20051 à très large échelle, portant sur près de 28 000 personnes du monde entier, âgées de 20 à 80 ans, indiquent que les femmes rencontrent plus de difficultés dans leur sexualité. Beaucoup de femmes ont des rapports sexuels pour témoigner de l’amour à leur partenaire Plus étonnant encore : le plaisir que les femmes peuvent éprouver dans des rapports (hétérosexuels) est en réalité recherché… pour la satisfaction des hommes. Sigmund Freud

Enseigner sur le fait d’être oppresseur: Quelques considérations personnelles et politiques | Scènes de l'avis quotidien par Steven P. Schacht Je crois que la vérité sur n’importe quel sujet n’apparaît que lorsque toutes les facettes de l’histoire sont mises ensemble, et lorsque leurs différentes significations s’éclairent mutuellement. Chaque écrivain rédige les parties qui manquent à l’histoire d’un autre écrivain. Walker 1983 Des programmes de Women’s studies, d’études sur le sexe et le genre, ont été créés dans la grande majorité des écoles supérieures et des universités des États-Unis au cours des vingt-cinq dernières années. Sans doute, une conséquence quelque peu latente mais néanmoins importante de cette transformation a été l’impact que ces Women’s studies (et du féminisme en général) ont eu sur des gens comme moi. Cet article explore mes tentatives en tant qu’homme blanc à contribuer de façon utile aux programmes des Women’s studies dans les différents campus où j’ai enseigné, et au mouvement féministe dans son ensemble. Sur le fait d’être Homme et Sur-privilégié 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Livret "Littérature de jeunesse non sexiste" Introduction Dans nos pays riches, on propose des livres aux enfants dès leur plus jeune âge. C’est une chance formidable. Mais cette littérature de jeunesse, qui contribue à ouvrir les portes de l’imaginaire, véhicule aussi un certain nombre de valeurs et de normes à intérioriser, qui ne sont pas exemptes de préjugés discriminatoires. Qu’en est-il en ce qui concerne l’identité des filles et des garçons, les qualités attribuées à l’un et l’autre sexe, les rôles sociaux des femmes et des hommes ? On compte dans les albums pour enfants deux fois plus de héros que d’héroïnes et dix fois plus quand les personnages sont des animaux « humanisés ». Quel impact peuvent avoir les modèles stéréotypés de la littérature de jeunesse sur la personnalité de nos enfants ? Sommaire Des romans, des albums et des documentaires pour tous les âges vous sont présentés dans les différents chapitres de cette bibliographie. En quête d’identité, p. 3 Filles et garçons, p. 12 Histoires de filles, p. 19

Je connais un violeur Je connais un violeur. C’est un ami, c’est un ami de ma meilleure amie. On avait déjà passé une nuit ensemble, je ne voulais pas coucher avec lui, il l’a bien pris et a été adorable. Mais pas ce soir-là. Rentrés chez lui après une soirée, on couche ensemble, je m’endors. Pas lui. Le reste est flou, mais je sens que lui, que tout son corps, que tout son sexe sont réveillés et me désirent. Toute honteuse je vais aux toilettes, je veux sortir tout ça de moi, j’ai mal, je saigne un peu, je me sens mieux seule dans ces toilettes qu’avec lui dans son lit chaud. Quand je reviens il est de nouveau gentil, me câline, me demande si ça va. Je ne porterai pas plainte. Malgré tous mes efforts pour rationaliser, malgré tous mes discours et le sentiment d’être une femme qui sait s’affirmer, je m’en veux plus de n’avoir pas été plus explicite que je ne lui en veux à lui. Je me sens coupable, mais l’écrire ici m’aide. C’est lui le coupable.

Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme Vous allez retrouver, ces prochaines semaines, d'anciens articles que je ré-écris, n'en soyez donc pas étonné-e-s. Vous vous demandez sans doute souvent pourquoi les féministes préfèrent se qualifier comme telles plutôt que d'humanistes comme si nous choisissions de privilégier les femmes aux hommes. Le féminisme est né parce que les femmes avaient à l'époque besoin de faire reconnaître qu'elles souffraient de discriminations légales. Par exemple, elles ne pouvaient pas voter, pas disposer de leur propre argent, pas travailler sans l'autorisation d'un homme et n'avaient pas l'autorité parentale sur leurs enfants. Il était important de pointer qu'elles souffraient de ces discriminations parce qu'elles étaient des femmes et que c'était ce point là et lui seul qui causait les discriminations. Et ainsi aujourd'hui on continue de prendre cet angle là lorsqu'on réfléchit sous un axe féministe. Nous sommes tous et tous faits de plusieurs identités.

Sélection de livres pour enfants antisexistes avec des princesses Il y a peu, alors que le monde tremblait sous le poids de la polémique du livre On a chopé la puberté, j’ai senti que le moment était venu de sortir de mon chapeau une liste d’ouvrages pour enfants qui vont à l’encontre des discriminations et des préjugés de genre. En 2016, je vous avais proposé une première sélection de livres avec des princesses qui sont loin d’être nunuches. Je vous propose aujourd’hui le volume 2, car la bonne nouvelle, c’est qu’il existe suffisamment de livres antisexistes pour remplir PLUSIEURS sélections ! À lire aussi : Cinq livres jeunesse anti-sexisme pour les garçons La princesse et le dragon, Robert Munsch et Michael Martchenko, Talents Hauts La princesse est somptueuse au début du livre et s’apprête à épouser son prince, avant qu’un terrible dragon vienne saccager tout le château, et emporte avec lui son promis. La princesse ne va pas hésiter à partir à l’aventure, et à l’aide de ruses fort astucieuses, elle va sauver le prince. C’est de la triche !

Violences sexistes à l'école : n'abandonnons pas les filles "Laisse tomber les filles, laisse tomber les filles... Un jour c'est toi qui pleureras." Cinquante-cinq ans ont passé depuis la bluette yéyé chantée par France Gall devant le tableau noir d'une salle de classe. Aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de lui trouver un autre air, un drôle d'air, à la chanson. A-t-on laissé tomber les filles ? LIRE AUSSI >> Sexisme à l'école, silence dans les rangs Au reste, il ne leur venait plus à l'esprit de se déplacer dans l'établissement autrement qu'à quatre ou cinq, pour se protéger des petits pontes du bitume, qui dictaient leur loi dans les murs mêmes de l'école, certains de leur impunité. Agressions et porno sur smartphone A-t-on laissé tomber les filles ? A-t-on laissé tomber les filles ? Valeur cardinale de notre société A-t-on laissé tomber les filles ? A l'heure où la fièvre #metoo tourne en boucle sur les smartphones, on oublie la mère des batailles : celle pour la génération qui se forme.

Pourquoi une enquête ? - Enquête sur l’accueil des victimes de crimes et délits sexuels

Related: