background preloader

Bulletin épidémiologique n° 57

Bulletin épidémiologique n° 57
Aperçu du sommaire : quelle est l’incidence de la rage humaine en Inde et dans le monde ? / Identification des facteurs influençant la déclaration des avortements chez les bovins par les éleveurs et les vétérinaires / Un nouveau foyer de brucellose bovine identifié début 2013 en Belgique / Sylvatub : bilan d’une première année de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage en France / Expansion géographique du parasite Echinococcus multilocularis chez le renard en France / Étude de la distribution spatiale des cas d’infection à Salmonella Enteritidis dans les élevages de poules pondeuses en France de 2005 à 2009 / Investigation épidémiologique du premier foyer lié à Salmonella Kentucky hautement résistante aux fluoroquinolones détecté en élevage avicole en France. Date de publication : juin 2013 Télécharger le bulletin épidémiologique n°57. Sommaire 1- Quelle est l’incidence de la rage humaine en Inde et dans le monde ? Brève

JO ASSEMBLEE NATIONALE 20/08/13 Au sommaire:QE 18654 élevage - maladies du bétail - tuberculose bovine. lutte et prévention M. Alain Suguenot attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur les mesures à prendre concernant la tuberculose bovine. La France a obtenu auprès de la Commission européenne un allègement du dispositif de dépistage sur l'emploi de l'interféron gamma dans la détection de la tuberculose bovine.

JO SENAT 29/12/11 Réponse à question n° 20358 : Moyens alloués à la campagne de prophylaxie de la tuberculose bovine Question écrite n° 20358 de M. François Rebsamen (Côte-d'Or - SOC) publiée dans le JO Sénat du 13/10/2011 - page 2610 M. Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire Dépistage et maîtrise de la tuberculose bovine Question orale sans débat n° 0754S de M. Henri Tandonnet (Lot-et-Garonne - UDI-UC) publiée dans le JO Sénat du 17/04/2014 - page 944 M. Le département de Lot-et-Garonne est, actuellement, soumis à la règle de l'abattage total du troupeau dans les cas de détection de tuberculose bovine sur un animal, dès lors qu'un seul bovin est confirmé porteur, sans vérification des autres animaux du cheptel. Outre la perte financière que ces abattages représentent, les éventuelles indemnisations s'ajoutent au résultat de l'exercice et augmentent les charges. D'autre part, les conditions d'abattage systémique de tout le troupeau, en vigueur dans le Lot-et-Garonne, ne s'appliquent pas dans tous les départements français. Cette « double peine » apparaît donc très lourde aux éleveurs lot-et-garonnais. Cette procédure avait été annoncée comme généralisée mais ne l'est toujours pas. Il lui demande si l'extension du protocole d'abattage partiel pourrait s'étendre au département de Lot-et-Garonne. M. M.

PLATEFORME ESA 15/01/15 Protocole expérimental d’évaluation de l’utilisation du test de dosage de l'interféron Gamma Artcile rédigé par les membres du Groupe de Suivi Tuberculose Résumé : Les premiers bilans provisoires tirés du protocoles interféron Gamma déployé lors de la campagne de prophylaxie tuberculose de la saison 2013/2014 confirment l’intérêt de la démarche. Pour atteindre l’objectif il faut continuer d’inclure un nombre important de troupeaux pendant la saison de prophylaxie 2014/2015 et veiller à la qualité de l’enregistrement des données. L’essentiel : √ Les premiers résultats sont favorables sur la sensibilité du test interféron et la pertinence des arbres décisionnels √ Il est important de faire preuve de la plus grande rigueur dans la collecte et la saisie des données pour la campagne 2014-2015. La Commission européenne a autorisé la France à conduire une expertise visant à évaluer l’utilisation du test de dosage de l’interféron gamma (IFN) en recontrôle des animaux suspects au test d’intradermotuberculination (IDT). Pour une efficacité optimale de cette 2ème campagne :

PLATEFORME ESA 11/02/15 Sylvatub : Changements des niveaux de surveillance pour 2015 - cinq départements passent en niveau 2 Suite à l'évolution du contexte épidémiologique chez les bovins et dans la faune sauvage au cours de l'année 2014, les niveaux de surveillance départementaux ont évolué pour la saison 2015. La nouvelle attribution des niveaux de surveillance a fait l'objet d'une note de service (DGAL/SDSPA/2015-96 du 3 février 2015). Pour consulter la note, cliquer ici 1. Révision des niveaux de surveillance départementaux Les niveaux de surveillance des départements ont été révisés lors du comité de pilotage du 6 décembre 2014 en fonction de l'évolution du contexte épidémiologique dans la faune domestique et la faune sauvage (figure 1). Les modifications concernent les départements suivants : Passage du niveau 1 au niveau 2 : - le Doubs ; - la Loire-Atlantique ; - les Deux-Sèvres ; - la Gironde ; - les Hautes-Pyrénées. Pasage du niveau 2 au niveau 1 : - le Calvados ; - l'Yonne ; - la Saône-et-Loire. Dans ces départements, la surveillance programmée sur les blaireaux ne sera pas poursuivie. Figure 1. Tableau 1.

PLATEFORME ESA 11/02/15 SYLVATUB - Présentation du dispositif Présentation du dispositif : Le ministère en charge de l’agriculture et les principales institutions impliquées dans la faune sauvage ont lancé en septembre 2011 un programme national de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage, nommée Sylvatub. Les principaux objectifs de ce programme sont de détecter la présence de tuberculose bovine chez les animaux sauvages et d’en estimer la prévalence. Actualités : Menu : Contact Edouard REVEILLAUD Animateur national du dispositif Sylvatub PLATEFORME ESA 24/11/15 Parution du 4ème bulletin Sylvatub Ce quatrième numéro du bulletin Sylvatub vous permettra d'être informé des dernières nouveautés du dispositif : - Note réglementaire sur les changements de niveaux de surveillance départementaux - Depuis le dernier point réalisé, quinze foyers supplémentaires ont été détectés, soit suite à une suspicion clinique (1 foyer), soit suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée (14 foyers). Un foyer dans le Loiret et un autre dans le Nord de la Saône-et-Loire ont conduit à étendre la zone réglementée au nord et à l’est. Zircon - This is a contributing Drupal ThemeDesign by WeebPal.

PLATEFORME ESA 26/11/15 SYLVATUB : Bilan sanitaire et fonctionnel 2014-2015 Depuis le dernier point réalisé, quinze foyers supplémentaires ont été détectés, soit suite à une suspicion clinique (1 foyer), soit suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée (14 foyers). Un foyer dans le Loiret et un autre dans le Nord de la Saône-et-Loire ont conduit à étendre la zone réglementée au nord et à l’est. Soumis par Edouard REVEILLAUD le 26/11/2015 - 14:21. Ce rapport présente les résultats définitifs du dispositif Sylvatub tant sur le plan fonctionnel que sanitaire. Les résultats présentés pour les grands ongulés (sangliers, cerfs, chevreuils) correspondent aux animaux analysés durant la saison cynégétique 2014-2015 (du 01/08/2014 au 31/07/2015). Concernant les blaireaux, les résultats définitifs présentés correspondent aux prélèvements et analyses réalisés durant l'année civile 2014 . Enfin, un point intermédiaire sur les résultats des blaireaux analysés en 2015 est disponible dans l'annexe 2 de ce document.

PREFECTURE DU LOT ET GARONNE 11/03/16 Tuberculose bovine : enjeux sanitaires, économiques et principales modalités de gestion La tuberculose bovine est une maladie animale infectieuse, contagieuse et chronique due à une bactérie (Mycobacterium bovis), étroitement apparentée aux bactéries responsables de la tuberculose humaine et aviaire. Cette maladie touche principalement les élevages de bovins et caprins. Elle s’est également développée chez certaines espèces d’animaux sauvages, principalement le sanglier, cerf et blaireau, rendant son éradication plus délicate. Les enjeux sanitaires sont majeurs car c’est une maladie animale grave transmissible à l’homme. Cette maladie est réglementée à l’échelle internationale. Le dépistage de la tuberculose bovine est assuré par différents tests validés internationalementCes tests sont utilisés du vivant de l’animal ou sur des prélèvements réalisés après inspection sanitaire visuelle à l’abattoir. Téléchargez la fiche de presse (format pdf - 186.6 ko)

JO ASSEMBLEE NATIONALE 21/06/16 Au sommaire: QE 94004 élevage - maladies du bétail - tuberculose bovine. lutte et prévention Texte de la question M. François Sauvadet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur le délai de validité de l'intradermotuberculination comparative (IDC), premier outil utilisé pour le dépistage collectif de la tuberculose bovine. Aujourd'hui valable 2 mois, cet outil ne laisse pas suffisamment de temps et engendre des recontrôles réguliers qui minent le moral de nos éleveurs. Texte de la réponse La réalisation des tests par intradermotuberculination comparative (IDC) constitue un élément indispensable du dispositif permettant la préservation du statut officiellement indemne de tuberculose de la France et le maintien des échanges intraeuropéens ou des exportations des animaux vers des pays tiers.

Note de service DGAL/SDSPA/2016-1001 du 22-12-2016 Note de service relative aux modalités techniques de gestion des suspicions de tuberculose bovine (mise à jour pour la campagne de prophylaxie 2016-2017) OBJET : Note de service relative aux modalités techniques de gestion des suspicions de tuberculose bovine (mise à jour pour la campagne de prophylaxie 2016-2017) (Télécharger le PDF (800ko)) RESUME : La présente instruction explicite les arbres décisionnels à adopter en cas de suspicion de tuberculose bovine suite à un dépistage en élevage (prophylaxie, mouvements, lien épidémiologique) ou une découverte de lésion suspecte à l'abattoir. Le diagramme de gestion des suspicions en élevage a été mis à jour pour la campagne de prophylaxie 2016-2017 : un résultat au test de dosage de l'interféron gamma (IFG) positif n'entraine plus systématiquement le passage en suspicion forte. De plus, il est important de rappeler que le délai minimum de 42 jours doit être respecté entre deux séries d'intradermotuberculinations.

Note de service DGAL/SDSPA/2017-841 du 23-10-2017 Modalités techniques et financières de mise en œuvre de la campagne de prophylaxie 2017-2018 concernant la tuberculose bovine en régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie OBJET : Modalités techniques et financières de mise en œuvre de la campagne de prophylaxie 2017-2018 concernant la tuberculose bovine en régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie (Télécharger le PDF (673ko)) RESUME : Compte tenu de la persistance d'une situation épidémiologique préoccupante dans plusieurs zones du Sud-Ouest et des difficultés de mise en oeuvre de la surveillance, la présente instruction définit des mesures de renforcement et d'accompagnement de la prophylaxie de la tuberculose bovine en régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie pour la campagne 2017/2018.

Instruction technique DGAL/SDSPA/2018-598 du 06-08-2018 Modalités techniques et financières de mise en œuvre de la campagne de surveillance de la tuberculose bovine 2018-2019 OBJET : Modalités techniques et financières de mise en œuvre de la campagne de surveillance de la tuberculose bovine 2018-2019 (Télécharger le PDF (242ko)) RESUME : Compte-tenu de la persistance d'une situation épidémiologique préoccupante vis-à-vis de la tuberculose bovine en France, notamment dans plusieurs zones du Sud-Ouest et des difficultés de mise en œuvre de la surveillance, la présente instruction définit des mesures de renforcement et d'accompagnement de la prophylaxie de la tuberculose bovine pour la campagne 2018/2019 conformément au plan d'action 2017-2022 et aux décisions prises en CNOPSAV le 19/06/2018. La surveillance doit se faire en utilisant exclusivement l’intradermotuberculination comparative (IDC) dans tous les cheptels identifiés à risque ou situés dans les zones à risque de tuberculose bovine.

ANSES/DGAL 03/06/13 Bulletin épidémiologique n° 57
Aperçu du sommaire : quelle est l’incidence de la rage
humaine en Inde et dans le monde ? / Identification des facteurs influençant la déclaration des avortements chez les bovins par les éleveurs et les vétérinaires / Un nouveau foyer de brucellose bovine identifié début 2013 en Belgique / Sylvatub : bilan d’une première année de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage en France / Expansion géographique du parasite Echinococcus multilocularis chez le renard en France / Étude de la distribution spatiale des cas d’infection à Salmonella Enteritidis dans les élevages de poules pondeuses en France de 2005 à 2009 / Investigation épidémiologique du premier foyer lié à Salmonella Kentucky hautement résistante aux fluoroquinolones détecté en élevage avicole en France. by guatemalt Nov 8

Related: