background preloader

Le Comte de Toulouse et les Croisades

Le Comte de Toulouse et les Croisades
L'Histoire en 15 tableaux Tableau n°7 Les comtes de Toulouse et l'installation durable des Templiers Le Rouergue est tombé sous la souveraineté du comte de Toulouse. Pouvoir rival de celui de l'évêque de Rodez. LES CROISADES Après la conquête de Jérusalem, en 1099, lors de la première croisade, certains seigneurs restent sur place pour fonder le royaume de Jérusalem. L'ORDRE DES TEMPLIERS ET DES HOSPITALIERS Deux nouveaux ordres religieux voient le jour. Les donations permettent à ces deux ordres religieux et militaires d'organiser un véritable réseau de commanderies rurales comme à Sainte-Eulalie et urbaines dans les grandes villes. De grandes forteresses tenues par les Ordres militaires et pouvant abriter jusqu'à 2 000 hommes, serviront à conserver le royaume de Jérusalem au monde chrétien. LA DISPARITION DES TEMPLIERS La chute de la ville d'Acre sonne la fin des Templiers qui devront quitter la Terre Sainte. Ce sont les Hospitaliers qui recueilleront tout l'héritage des Templiers. Related:  Templiers, Cathares & Co

Projet Beauceant, Première encyclopédie interactive sur les Templiers et l'Ordre du Temple Ordre du Christ Après l’abolition de l’Ordre du Temple, le roi de Portugal Dinis Ier obtint, en 1319, du pape Jean XXII l’autorisation de créer la " Milice du Christ " (en portugais : Ordem Militar de Christo). Ce fut, dans le principe, une simple continuation, sous un nom nouveau, de celui du Temple et de nombreux Templiers y trouvèrent refuge. Les chevaliers du Christ, comme ceux du Temple, étaient destinés à combattre les Maures ; ils conservèrent l’habit blanc et la croix rouge du Temple. Même s’il était exclusivement Portugais, l’Ordre du Christ restait cependant affilié à celui de Calatrava. Le chef-lieu de l’ordre était à Castro-Marino ; plus tard, il fut transporté à Tomar. . . . . Retour à la Liste

13 octobre 1307 : arrestation des Templiers Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France, soit plusieurs milliers au total, sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel (le petit-fils de Saint Louis). Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s'est illustré en Terre sainte et s'est acquis puissance et richesse, s'attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains. Richard Fremder raconte... les Templiers Richard Fremder raconte l'histoire d'un ordre religieux et guerrier, puissant, prestigieux et redouté, de son ascension à sa chute dramatique : Écouter (50 minutes) : Un ordre monastique prestigieux L'ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1119, après la première croisade, à l'initiative du chevalier champenois Hugues de Payns qui voulait protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem. La huitième et dernière croisade s'achève par la mort tragique du roi Saint Louis devant Tunis en 1270. Qu'à cela ne tienne.

Commanderie du Ruou Le domaine s'agrandit rapidement et les Commandeurs successifs créèrent des fermes, des granges et des maisons indépendantes. Au total les exploitations couvrirent un millier d'hectares répartis sur 28 communes dont Draguignan, Tourtour, Callas, Entrecasteaux et surtout Lorgues où les Commandeurs résidèrent jusqu'en 1193. Le premier Commandeur fut en 1170 HUGUES RAYMOND de VILLACROS. Au total, 32 Commandeurs se succédèrent et le nombre des Frères Chevaliers atteignit un effectif quatre fois supérieur à la moyenne des autres commanderies. En 1223 on notait ainsi à côté du Commandeur, la présence de 16 Frères, du Chapelain et d'un nombreux personnel de service. L'année 1307 vit l'arrestation des Templiers par Philippe le Bel. A partir de 1460 aucun texte ne fait plus mention du RUOU. Vers 1843 une fabrique de tomettes vint occuper les lieux et a fonctionné jusqu'en 1914.

L'Ordre des Chevaliers du Temple de Jerusalem - Les Chevaliers du Temple Tout commence dans les années qui suivent la première croisade en Terre Sainte (1096-1099). Malgré la prise de Jérusalem par les croisés (le 15 Juillet 1099), la sécurité des pèlerins n'est pas assurée. Entre les brigands locaux et les croisés aux buts peu louables, les pèlerinages deviennent parfois tragiques. Hugues de Payns (Hugues de Payens, de la Maison des comtes de Champagne) et Geoffroy de Saint-Omer vivant sous la Règle des chanoines de saint-Augustin choisissent d'assurer la garde du défilé d'Athlit, le chemin d'accès le plus dangereux pour les pèlerins. Ce dernier deviendra plus tard le Château-pèlerin. Revenant près des Lieux Saints, Baudoin II, roi de Jérusalem, leur octroie une partie de son palais, à l'emplacement du Temple de Salomon. Ils se font alors assister par sept autres chevaliers français : André de Montbard (neveu de Saint-Bernard), Gondemare, Godefroy, Roral, Payen de Montdésir, Geoffroy Bisol et Archambaud de Saint-Agnan.

Interview radio Pour l'Ordre des Templiers, le commencement de la fin se situe en 1291, lorsque tombe le dernier des États latins d'Orient. Les explications du médiéviste Alain Demurger, spécialiste de l’histoire des croisades et des ordres religieux-militaires… Les autres programmes disponibles, sur le même sujet : (2/3) L'Ordre dissous, Jacques de Molay sur le bûcher En septembre 1307, Philippe le Bel prépare en secret un coup de force contre les Templiers. 1312: le pape dissout l'Ordre. 1314: le dernier Grand Maître du Temple, Jacques de Molay, périt sur le bûcher, sur ordre du roi de France Philippe le Bel. De la genèse en Terre sainte en 1120 à la reconnaissance officielle du Concile de Troyes en 1129, voici la véritable (et longue) histoire de la création de l’Ordre des Templiers, en compagnie du médiéviste Alain Demurger, spécialiste de l’histoire des croisades et des ordres religieux-militaires… Vous pouvez être le premier à commenter ce programme.

Les templiers et le nombre d'Or - Ordre du Temple Les Templiers et le nombre d’Or L'homme de vitruve - Leonard de vinci Le lecteur sera peut-être surpris d’apprendre que les constructeurs de cathédrales du Moyen-âge, n’ont pas utilisé notre système métrique classique pour élaborer leurs œuvres, et pour cause… Celui-ci, n’est né officiellement qu’en 1795 ! On sait, grâce à divers auteurs anciens, tels que Héron, que dès l’antiquité les premières mesures ont été prises des dimensions du corps humain, ce que confirment d’ailleurs les noms de : pas, coudée, pied, palme, pouce, doigt, encore employés de nos jours. Au Moyen-âge, donc, les bâtisseurs utilisaient une pige constituées de cinq tiges articulées, correspondant chacune à une unité de mesure de l’époque : la paume, la palme, l’empan, le pied et la coudée. A Chartres*1 cependant, comme à Reims et dans la plupart des autres cathédrales, ils utilisèrent un autre système… basé sur le nombre d’Or… ! I : Qu’est-ce que le nombre d’Or ? Le nombre d'Or est appelé Phi Parthénon et nombre d'Or Euclide

Templiers en Angleterre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'histoire des Templiers en Angleterre commence lorsque Hugues de Payns, le fondateur et premier maître de l'Ordre, visita le pays en 1128 pour y chercher de l'argent et des hommes pour les croisades. Les débuts[modifier | modifier le code] Le roi Henri II (1133-1189) accorda aux Templiers des terrains situés principalement du côté du château Baynard (en) à Londres, où ils construisirent une église ronde, inspirée de leurs quartiers généraux du mont du Temple à Jérusalem. Les Templiers reçurent également le droit de disposer de l'église St Clement Danes[réf. nécessaire]. En 1185, les Templiers déplacèrent leur quartier général anglais au Nouveau Temple de Londres, où ils construisaient depuis 1161 une nouvelle chapelle ronde. La première Maison du Temple fut installée à Londres. Le roi Richard Ier (1157-1199) confirma le droit de propriété des Templiers sur les possessions cédées auparavant, ainsi que leur immunité. Les Templiers sur le bûcher

Les templiers - La fin des templiers Jacques de Molay, avec ses grands prieurs, était toujours en prison. Ayant rétracté les aveux que leur avaient arraché les supplices, Jacques de Molay et le « Prince Dauphin » sont déclarés, par Philippe le Bel, relaps. Et le même jour, 11 mars 1314, ils montent sur un bûcher dressé dans l'île de la Cité, à l'endroit même où se trouve aujourd'hui sur le terre-plein du Pont Neuf, la statue de Henri IV. On raconta que le Grand Maître, en ce moment suprême, assigna le roi et le pape à comparaître dans l'année devant le tribunal de Dieu. Il faut ajouter qu'une autre tradition veut que, dans la nuit qui suivit l'exécution du Grand Maître, sept Templiers déguisés en maçons, se glissèrent jusqu'au bûcher et recueillirent pieusement les cendres du supplicié. Mentionnons encore que de sombres récits coururent sur la fin tragique des deux chevaliers qui avaient dénoncé l'Ordre du Temple.

Related: