background preloader

Hacktivisme Urbain

Hacktivisme Urbain
Détourner la ville de ses fonctions premières. Voilà la définition que donne le dictionnaire urbain, lexique web participatif, du « hacking urbain ». En d’autres termes, hacker la ville, c’est bidouiller la rue et les éléments qui la composent. C’est sur eux, ces « hacktivistes urbains » que ce site s’est penché. A travers les initiatives individuelles ou collectives que nous vous proposons de découvrir, apparaît, en filigrane, la problématique de la place, précaire, du citoyen dans l’espace public et le combat quotidien de certains « hacktivistes » pour que la rue, la ville redeviennent le bien commun de tous. Aux hacks, citadins ! Related:  Hacking Urbain

Les hackers urbains partent à l'abordage des villes | Urban hackers | Tracks | Echappées culturelles #Psychovinyle #Trackshare #Replay “Tactical Urbanism" or Public Vandalism? | PlannersWeb Read the start of this article below; to view full article you need to be a PlannersWeb member. Already a member? — be sure you’re logged-in. Not a member? Consider joining the PlannersWeb. “Tactical Urbanism” is one of the latest widely-used buzz words in the community building industry. To explore these polar views, we need to discuss what exactly is meant by tactical urbanism, and get a sense of its possible range of activities, such as: A new temporary use for a vacant lot, such as a pop-up dog park or bocce ball court.A one day reuse of metered parking spaces for a mini-park, outdoor seating, or sidewalk café.Construction and placement of outdoor seating in public spaces that lack places to sit.Conversion of underutilized roadway pavement to public plazas or bike lanes.Occupation of temporary pop-up retail shops in previously vacant storefronts. Lydon refers to the interventions or tactics as “short-term actions that were demonstratively leading to long-term change.” End of excerpt

Des rues appropriables pour des villes vivantes « Vers un renouveau territorial Permis de conduire en accéléré : possible mais au prix fort Monde académie Style et Vous Le délai d'attente pour passer l'examen du permis B ne cesse d'augmenter. Pour y pallier, de nombreuses auto-écoles proposent des stages intensifs de deux semaines. En Italie, Matteo Renzi renonce à un match de football de bienfaisance Campagne d'Italie Le Mouvement 5 étoiles estimait que la participation du président du conseil a un tel événement remettait en cause l'égalité du temps de parole pendant la campagne européenne. Qu’est-ce qu’une Parisienne ? Florence Müller livre aux étudiants de l'IFM sa vision de la Parisienne et de son rapport singulier à la mode (mardi 22 avril 2014). Pourquoi les frais de scolarité vont (encore) augmenter Focus Campus Pour "rester dans la course", les établissements doivent recruter des enseignants de haut niveau. En pleine disette, la Cour de cassation s'offre des manuscrits hors de prix Libertés surveillées Ari et ses drôles de vieilles dames Business of Fashion

Chroniques des villes agiles #2 - Éloge du hacking urbain Suite des chroniques consacrées aux villes plus "agiles", c'est-à-dire évolutives et adaptatives en fonction des besoins, ressources et usages qui y fluctuent. Chronos évoquait à propos des parklets "l'aggiornamento" d'un système urbain fort de sa capacité de "résilience"... Ce n'est pas toujours aussi simple. S'il est désormais envisageable de confisquer des portions de l'espace automobile pour les offrir aux piétons, d'autres transformations de la ville sont contrariées. Inertie d'un système urbain trop complexe, jeux d'acteurs ou de pouvoirs, poids du bâti ou des mentalités brident l'agilité des territoires. Les "hackeurs" de la ville y voient une motivation pour redoubler de créativité. "Le hacking, notamment celui touchant à l'informatique, est une pratique visant à un échange « discret » d'information en fouillant ou bidouillant. [...] Premier exemple : le parcours de santé imaginé dans les faubourgs strasbourgeois par le collectif Démocratie Créative.

Hacker la ville : une bonne idée ? Arthur Devriendt, doctorant en géographie spécialisé sur les dimensions spatiales des TIC, revient sur l'intervention de Saskia Sassen consacrée aux « villes intelligentes » lors de Lift 2011 et met en garde contre une lecture trop rapide. Dès sa mise en ligne, le compte-rendu, écrit par Hubert Guillaud, de la communication réalisée par Saskia Sassen lors de la Lift 2011 qui s’est tenue à Marseille le 7 juillet dernier, a connu un grand succès, fortement relayé (retweeté en l’occurence) par les « geeks », « explorateurs du web » et autres technophiles en tous genres. Face à cet engouement, j’ai bien sûr eu envie de jouer les empêcheurs de tourner en rond… L’objectif de ce petit article n’est évidemment pas d’émettre un jugement catégorique sur la réflexion que mène actuellement S. Une nouvelle forme de ségrégation ? Deuxièmement, il ne faut pas oublier que les compétences informatiques et numériques ne sont nullement partagées et réparties également au sein de la population.

The Street Plans Collaborative - Better Streets, Better Places. New York Miami L'immeuble du futur : un écosystème au service de l'homme Depuis l'antique Rome, les humains ont utilisé la superposition des habitations pour concentrer en un même lieu les citadins. L'immeuble n'a été jusqu'ici que cette simple superposition. A l'avenir, l'immeuble devra avoir des fonctionnalités plus variées. Il deviendra un véritable écosystème complexe pour le confort de ses habitants. Quelques précisions préalables: Dans cet article, nous ne nous intéresserons pas aux constructions neuves, qui répondent à d'autres objectifs, qui sont laissées à la créativité des architectes et qui, surtout, seront limitées par la densité actuelle des agglomérations. Nous nous interrogerons plutôt sur la transformation des immeubles existants qui devront répondre à des exigences et à des contraintes nouvelles à cause des nouveaux enjeux économiques et écologiques. Phase 1 de la transformation, la surélévation: Dans un premier temps, il s'agira de surélever l'immeuble de un à trois étages supplémentaires. Quels sont les objectifs de cette surélévation?

Hacking | Un site sur l'éthique du hacking Suite à l’essor des nouvelles technologies et de l’utilisation de l’informatique de plus en plus courante chaque citoyen se retrouve un jour confronté au phénomène du hacking. Mais loin de toute considération technique la question porte désormais sur le fait de savoir en quoi le hacking vient à transformer nos sociétés. Pour notre étude, le hacking sera considéré comme le fait de bidouiller, de porter sa curiosité sur les nouvelles technologies et innovations, pour les détourner de leurs utilisations premières et effectuer des tâches autres que celles prévues par leurs concepteurs. Mais alors, que le hacking a su s’intégrer dans notre société, son « idéologie » s’est aussi modifiée. Certains hackers pris d’une forme de conscience politique souhaitent désormais pouvoir influer sur la scène publique et internationale. Cette nouvelle mouvance de hacker à la frontière avec l’activisme prend le nom de hacktivisme et constitue les acteurs centraux de cette controverse.

« Hackez la ville ! » – Les conseils d’un pirate en colère Le projet "Dead Drops" propose de partager des fichiers de pair à pair via des clés USB disséminées dans les murs de la ville. L’artiste berlinois Aram Bathollen critique ainsi les opposants à la culture du partage en pleine expansion grâce au numérique. Ne parlez plus de Génération Y, mais de “Génération G” comme Généreuse. C’est ce que nous explique trendwatching.com, relayé par l’excellente newsletter de Curiouser qui y voit “l’émergence d’une culture digitale du partage, où les individus échangent, donnent, s’engagent, créent, collaborent. Selon une récente étude “The new sharing economy“, les médias sociaux seraient le catalyseur d’une économie de partage offline“, annonçant le passage “d’une économie de la propriété vers une économie de l’accès“. Tous ? “Dead Drops” is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. Traduction approximative : La première clé USB a été installée à New York en octobre dernier. Et maintenant, à nous/vous de jouer !

Related: