background preloader

Maladies Rares Info Services

Maladies Rares Info Services
Related:  Pathologies

ANTI-TABAC - Thèmes L’´agent de la tuberculose se cache dans les os Image d'une cellule souche osseuse (en vert) infectée par des bactéries Mycobacterium tuberculosis (en orange). Celles-ci peuvent y résider à l’abri du système immunitaire. © Bikul Das et al., Science Transitional Medecine, 2013 L’agent de la tuberculose se cache dans les os - 3 Photos Avec 8,8 millions de personnes atteintes et 1,4 million de morts en 2012, la tuberculose est l’une des maladies les plus meurtrières au monde, juste après le Sida. La tuberculose est une maladie infectieuse qui touche principalement les poumons (on parle de tuberculose pulmonaire).L’agent responsable de cette maladie est la bactérie Mycobacterium tuberculosis, qui se propage par voie aérienne lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou crache. M. tuberculosis est une bactérie très résistante : elle peut rester un mois dans des crachats desséchés et plusieurs mois dans la terre ! Nombre estimé de cas de tuberculose pour 100.000 personnes. La tuberculose portée par un tiers de la population mondiale

Plateforme Maladies Rares La Plateforme Maladies Rares : un centre de ressources unique La Plateforme Maladies Rares constitue un centre de ressources unique au monde car elle rassemble sur un même site : des représentants d’associations de malades et des professionnels de santé et de la recherche ;des acteurs privés et publics ;des salariés et des bénévoles ;des intervenants français, européens et internationaux. Les objectifs de la Plateforme sont : Six entités autonomes constituent la Plateforme : Association France Parkinson, information sur la maladie de parkinson, soutien moral Annuaire-aas - l'Annuaire des Associations de Santé Top Actus Santé » Sida : la proximité génétique faciliterait la transmission du virus La transmission du VIH par les relations sexuelles serait facilitée si les deux partenaires se ressemblent génétiquement. Le mécanisme de transmission du virus du sida répondrait aux mêmes règle qu’ au cours d’une transplantation d’organes réussie, où plus le greffon est compatible génétiquement, moins il y a de rejet. Voici ce que viennent de montrer des chercheurs de l’Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers et de l’hôpital universitaire de Bruxelles après l’analyse génétique de couples de Dakar, au Sénégal. Dans la greffe d’organes, en effet, il est très important que les tissus du donneur et du receveur soient génétiquement le plus compatible possible. Le succès de la transplantation dépend de ce facteur, que le donneur soit par ailleurs un membre de la famille ou non. Cette compatibilité permet que l’organe ne soit pas rejeté. Google+ Commentaires

SOS hépatites Fédération : Hépatite C, Hépatite B, Hépatite A Autisme France Autisme : stop à la discrimination ! Ce mot d’ordre d’Autisme Europe est d’autant plus le nôtre que la discrimination à l’égard des personnes autistes, c’est le quotidien en France des personnes autistes et de leurs familles. Malgré un investissement ministériel réel, la situation est bloquée sur le terrain. Les diagnostics sont très largement refusés aux personnes concernées et les équipes pour le faire, quand elles sont compétentes, sont totalement saturées. Beaucoup de services, pourtant payés par l’argent du contribuable, refusent de poser un diagnostic et s’acharnent sur les familles qui insistent pour en avoir un en les dénonçant aux services sociaux. L’accès à un soutien éducatif conforme aux recommandations de bonnes pratiques de mars 2012 de la Haute Autorité de Santé, reste largement impossible : les services existants, eux aussi payés avec l’argent du contribuable, refusent d’actualiser leurs pratiques. L’accès à la vie ordinaire est difficile, sans cesse remis en cause.

Journées sidaction 2013. La face cachée du Sida - Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle En ces journées de Sidaction 2013, j’aimerais rappeler aux personnes sensibilisées à ce sujet, l’interview de Luc Montagnier (un « spécialiste » du sujet …) sur les tenants et les aboutissants de cette dite « épidémie » mondiale. Un point d’une importance primordiale, et qui n’est jamais relevé par les défenseurs de la thèse officielle : VIH=SIDA=MORT certaine si pas de prévention et de trithérapie, est que l’écroulement plus ou moins total du système immunitaire d’un individu ne peut se produire QUE dans des circonstances tout à fait particulières, et qui n’ont strictement RIEN à voir avec les thèses officielles. A noter d’ailleurs que « comme par hasard », France 2 a consacré son émission hebdomadaire Envoyé Spécial, de hier 04 avril 2013 au sujet des drogues en circulation ….. Et ce n’est pas un hasard ….. mais une Matière à réflexion …… Par ailleurs, je vous conseille la lecture des divers articles sur le sujet que vous trouverez dans cette catégorie d'articles de mon blog Question :

Unafam - Accueil SOS Femmes Accueil - Saint-Dizier - France De l’intérêt des plantes médicinales contre le VIH. Le débat sur la disponibilité des ARV pour les 39,5 millions de patients infectés par le VIH à travers le monde dont 70 % en Afrique subsaharienne reste réel. En effet, malgré les baisses de prix de façon substantielle (90 %) ces prix demeurent inaccessibles pour la grande majorité des malades du Sida en Afrique. L’alternative pourrait bien être les plantes médécinales que l’on retrouve à profusion en Afrique. Plusieurs plantes ont été étudiées pour leurs puissantes propriétés immunostimulantes et une en particulier, l’Astragalus a montré de bonne perspective dans l’aide à contrôler les infections par le VIH. Une autre branche de la recherche a exploré l’importance de l’état des antioxydants du patient quant à la progression du SIDA et la découverte des effets bénéfiques du traitement avec les antioxydants (Muller Montagnier) selon le Pr. Les plantes médicinales une alternative thérapeutique pour ceux qui ne peuvent pas accéder aux ARV.

Home | Accueil Vous êtes ici > ACCUEIL > Bienvenue Pour que les conditions d'accueil et de soins des personnes gravement malades changent dans notre pays, ce sont notre regard, nos mentalités et nos attitudes face à la souffrance et à la mort qui doivent évoluer et entraîner un courant d'opinion.Ce site dit pourquoi et comment nous agissons au plan local et au plan national afin que le "mourant" soit reconnu comme une personne vivante jusqu'à son dernier souffle. 19 février 2015 Suite au colloque du 19 février dernier, vous pouvez consulter le compte-rendu et la vidéo du colloque "La fin de vie : quels nouveaux droits ?" Janvier 2015 : Vœux de la Fédération JALMALV La Présidente, Madame Colette PEYRARD Les Membres du Conseil d'Administration de la Fédération JALMALV Sont heureux de vous adresser leurs vœux pour 2015 Septembre 2014 Vidéo du Pr Régis Aubry, Président de l'Observatoire Nationale de la Fin de Vie

Related: